Café avec Damien Peladan : la piraterie japonaise en Asie orientale au XIV-XVe siècle

Damien Peladan est docteur en histoire, spécialisé en histoire médiévale et maritime de l’Asie orientale. Il a préparé sa thèse de doctorat à l’Université de Paris, en partenariat avec l’UMR 8173 Chine Corée Japon. Depuis 2019, il occupe un poste d’ATER à la Faculté des langues de l’Université Jean Moulin Lyon III (LEA coréen). Damien Peladan a publié en 2020 deux articles dans Encyclopédie des historiographies – Afriques, Amériques, Asies, Volume 1 : sources et genres historiques.12

Entretien réalisé par Valentin Dubanet et Yasuko D’Hulst

Vous avez très récemment soutenu avec succès votre thèse, intitulée « Le temps de la grande piraterie japonaise : Transformation des circulations maritimes en mer de Chine orientale, 1350-1419 », sous la direction de Yannick Bruneton et de Guillaume Carré. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur vos travaux ?

Damien Peladan

Mes travaux de thèse se sont intéressés à la première déferlante de piraterie japonaise en Asie orientale, durant le second XIVe et début du XVe siècle. A partir de 1350, des flottes regroupant bien souvent plusieurs dizaines, voire centaines de navires et des milliers d’hommes (généralement entre deux et trois mille, parfois plus), se mirent à appareiller des côtes japonaises dans le but exprès de razzier les côtes de la péninsule coréenne toute proche, mais aussi de la Chine. Ces pirates saisissaient céréales et autres denrées alimentaires, esclaves, céramiques, objets cultuels bouddhiques (gongs, statues, cloches, soutras, etc.) et tout autre bien susceptible d’avoir une valeur marchande au Japon. En dépit de l’importance historique de ce phénomène, qui a profondément affecté les trois pays d’Asie orientale, peu de chercheurs occidentaux se sont directement intéressés à la question. A l’inverse, les travaux sur le sujet abondent en Asie orientale, mais ont souvent le défaut de ne considérer cette piraterie que sous l’angle de vue de leur propre pays. J’ai donc cherché, à travers cette étude centrée non pas sur l’un ou l’autre des trois pays est-asiatiques mais sur l’espace maritime qui les connecte, à analyser le phénomène de la piraterie japonaise non pas à l’aune de l’une ou l’autre des histoires nationales mais dans sa dimension propre, c’est-à-dire régionale.

Pour ce faire, je me suis d’abord attaché à reconstruire de façon aussi précise que possible le fonctionnement général de l’activité pirate et son évolution dans le temps : quelles routes maritimes les pirates suivaient-ils ? Comment naviguaient-ils ? Sur quelles régions se portaient leurs attaques ? Combien de groupes étaient actifs pour une année donnée ? etc. Je montre ainsi que la piraterie connut plusieurs grandes phases au long de la période considérée, que ce soit en termes du nombre de flottes actives, de la fréquence des attaques, ou encore des zones ciblées en priorité. Cette reconstitution factuelle de l’activité pirate sert ensuite de base à l’analyse d’aspects variés tels que les circuits économiques alimentés par la piraterie, les rapports entre les pirates et pouvoirs féodaux japonais, ou encore les stratégies répressives employées par les autorités coréennes et chinoises et leur efficacité respective. J’aborde ainsi la piraterie japonaise sous des angles variés mais complémentaires, afin de produire une étude détaillée d’un phénomène encore mal connu et au sujet duquel circulent nombre de malentendus.   

Pirates japonais emportant un prisonnier coréen. Illustration du Sok samgang haengsil-to (續三綱行實圖; « Suite aux illustrations des conduites fidèles aux trois liens »), compilé en 1514

Sur quel type de sources vous êtes-vous appuyé pour cette étude ? Ces réseaux de piraterie ont-ils laissé des traces directes de leur activité, ou est-ce que la connaissance que nous en avons passe par des sources plus indirectes ? Comment avez-vous croisé les sources japonaises, chinoises et coréennes ?

Par nature, les pirates, qui opéraient dans l’illégalité (une notion toute relative au Moyen âge) étaient peu enclins à laisser des traces écrites, potentiellement compromettantes, de leurs activités. Il s’agit là d’une caractéristique commune aux pirates de toutes les mers du globe et de toutes les époques. L’essentiel de notre connaissance des pirates est donc renseigné par les écrits d’observateurs externes, et principalement des autorités coréennes et chinoises. Les histoires et annales officielles compilées par les cours du continent répertorient ainsi, avec une constance plus ou moins grande, les attaques des pirates, l’ampleur des groupes, les batailles ou encore les faits marquants, des données qui sont avant tout collectées dans le but de fournir des précédents historiques utiles à la gouvernance du pays. Ces sources fournissent ainsi un aperçu cohérent de l’activité pirate sur le continent à travers le temps, mais reposent sur une vision des élites fortement centralisée et largement déconnectée du monde maritime. Elles nous permettent ainsi de tirer des informations basiques et quelques données chiffrées, plus ou moins fiables, sur l’activité pirate, mais ne nous disent presque rien de l’organisation interne des flottes, de la façon dont se constituaient les groupes, de leur origine géographique et sociale au Japon, etc.

Ces aspects-là doivent être complétés à partir des maigres informations contenues dans les sources japonaises, de nature radicalement différente de celles du continent. Dans une société féodale où le pouvoir politique était fragmenté, aucune institution politique ne possédait la légitimité nécessaire pour produire des histoires officielles du pays. Les sources médiévales japonaises prennent donc des formes très disparates : journaux personnels, recueils de documents diplomatiques, et surtout archives privées, constituées de fonds documentaires hétéroclites, comprenant pêle-mêle ordres et édits, correspondances, titres de propriété, exemption de taxes, etc. Ces sources nous fournissent ainsi de précieuses informations sur le fonctionnement des sociétés locales de l’archipel. Si l’absence de contexte pour nombre de ces écrits empêche parfois de déterminer dans quelle mesure ils s’insèrent dans un contexte plus large, ils permettent de comprendre, quoique de façon bien imparfaite, les enjeux de pouvoir qui se nouaient en arrière-plan de la piraterie. Je me suis donc attaché, dans la mesure du possible, à mettre en regard ces deux catégories de sources et à les intégrer dans une histoire proprement régionale de la piraterie japonaise. J’ai également tenté, lorsque c’était possible, de croiser ces sources avec les données archéologiques et l’épigraphie, pour tenter de reconstituer la culture matérielle qui sous-tendait la piraterie et comprendre comment circulait le butin rapporté du continent.

Vous montrez que la piraterie, si elle est un phénomène ancien et constitue presque un élément endémique de l’Asie orientale médiévale, prend une nouvelle forme, plus massive et organisée à partir du milieu du XIVe siècle. Comment les pouvoirs en place dans les différents espaces d’Asie orientale réagissent-ils à cette nouvelle forme de piraterie, voit-on apparaître des campagnes organisées en vue de son éradication ?

Les stratégies répressives employées par les autorités coréennes et chinoises prirent plusieurs formes. Il y eut bien sûr en premier lieu une défense armée, avec d’une part une réorganisation des défenses côtières, et d’autre part un renforcement des marines de guerre. Les Coréens développèrent d’ailleurs leurs premières armes à feu dans le but exprès de repousser les flottes japonaises. Une autre stratégie, employée tant en Chine qu’en Corée, fut d’évacuer les îles de la côte, une mesure visant tant à priver les pirates de cibles faciles que d’empêcher d’éventuelles connivences entre pirates et populations locales (un risque particulièrement élevé en Chine). Ces mesures, loin de prévenir la piraterie, offrirent en réalité aux flottes japonaises des relais pratiques pour la navigation où refaire de l’eau, chasser, réparer les navires, trouver refuge en cas d’intempérie, etc., mais aussi des bases avancées proches de leurs cibles, où hiverner ou bien entreposer temporairement leur butin. Les autorités du continent explorèrent également la voie diplomatique avec le Japon, un jeu auquel la cour coréenne se montra plus habile en multipliant les partenariats avec tout un éventail d’acteurs politiques japonais, y compris les chefs pirates eux-mêmes, tandis que la cour chinoise ne s’adressait qu’au shogunat qui ne contrôlait qu’imparfaitement les bases pirates autour de Kyūshū. Mais la stratégie qui s’avéra décisive fut celle de l’offensive armée. L’empereur des Ming Yongle (永樂 ; 1403-1424) menaça à plusieurs reprises le Japon de représailles, mais ce furent finalement les Coréens qui agirent en 1419, suite aux exactions d’une flotte japonaise sur la côte coréenne. La cour décida alors de diriger une force de quelques dix-sept mille hommes contre l’île de Tsushima, principale base pirate. Si l’expédition fut loin d’être un succès sur le plan militaire, elle asséna un choc tel à la société locale que la grande piraterie déclina dès lors drastiquement.3

Vous montrez également que la période que vous étudiez, entre le milieu du XIVe siècle et le début du XVe siècle, est marquée par une évolution des types de navires employés par les pirates, puisque l’on voit apparaître un nouveau type d’embarcation influencé par des techniques de construction japonaises mais aussi continentales. Comment s’organise cette circulation des techniques et des savoir-faire en Asie orientale, et quel rôle la piraterie et les circuits interlopes jouent-ils dans ces circulations ?

Aucune épave médiévale japonaise n’ayant à ce jour été excavée au Japon, la connaissance que nous possédons de la construction navale japonaise est principalement basée sur l’iconographie, par chance relativement abondante. Nous savons ainsi qu’au Haut Moyen-âge, les navires de mer japonais étaient en réalité ce qu’il conviendrait d’appeler des pirogues améliorées, c’est-à-dire des pirogues creusées dans un tronc de camphrier (dont le diamètre pouvait atteindre les deux mètres) et dont les bords étaient rehaussés d’une ou deux rangées de planches (appelées des bordages) afin d’augmenter le tirant d’eau du navire (fig. 1). C’est selon toute vraisemblance ce type d’embarcation que les pirates utilisèrent durant les premières décennies de leur activité sur le continent.

Figure 1 : navire de type « pirogue à bordages » (reconstitution d’ Ishii Kenji)

Ces navires effilés étaient légers et rapides, mais avaient une capacité d’emport très limitée, de l’ordre d’une trentaine de tonnes pour une vingtaine de passagers, et étaient peu adaptés à la navigation hauturière. Or, vers la fin du XIVe ou début du XVe siècle se diffusa une nouvelle catégorie de navires dans l’archipel japonais, qui délaissaient la coque monoxyle pour une structure entièrement faite de planches. La taille de ces navires n’était donc plus limitée par celle du tronc employé pour la pirogue, leur permettant d’atteindre des dimensions largement supérieures aux pirogues améliorées. Les plus grands dépassaient en effet les deux cents tonnes de chargement pour plus de cent passagers. Si cette évolution navale a déjà été observée par les historiens japonais, personne n’avait jusqu’ici avancé d’explication quant à son origine. Je montre ainsi dans mes travaux que les pirates utilisèrent ce nouveau type de navires dès le début du XVe siècle, voire la fin du XIVsiècle, et qu’ils fréquentaient de surcroît les îles coréennes vidées de leur population, où ils construisaient leurs propres navires. Or, on ne trouve pas de camphriers dans les îles du littoral coréen, l’essence la plus courante étant le pin, matériau de prédilection pour la construction navale locale. Les charpentiers de marine japonais qui exploitaient les matériaux présents dans ces îles étaient donc obligés de construire avec le bois de pin, à partir duquel il était possible de façonner des planches, mais pas de pirogues. En m’appuyant tant sur un examen minutieux des sources que sur une comparaison de la structure de la coque d’épaves coréennes de la fin du XIVe siècle et des navires de l’époque d’Edo (mieux renseignés que ceux des époques précédentes), qui présentent de remarquables similarités (fig. 2), je suis ainsi parvenu à la conclusion que cette évolution navale japonaise avait été largement stimulée par les besoins de l’activité pirate sur le continent, et que les charpentiers qui conçurent ces nouveaux navires s’inspirèrent principalement des techniques éprouvées de la Corée pour construire des coques entièrement faites de planches.

Figure 2 : Comparaison des coques de l’épave coréenne d’Anjwa (fin xive – début xve siècle) et d’un bezaisen, navire japonais typique de l’époque d’Edo. Leurs structures sont remarquablement similaires.

Etant donné que ces techniques devinrent ensuite la base de la construction navale dans presque tout l’archipel japonais, il n’est pas exagéré de dire que la piraterie laissa une empreinte durable dans l’histoire des techniques japonaises.

  1. PELADAN, Damien « Chronique du Voyage au Japon de Nosongdang », in KOUAME, Nathalie, MEYER, Éric P., VIGUIER, Anne (dir.), Encyclopédie des historiographies – Afriques, Amériques, Asies, Volume 1 : sources et genres historiques, Inalco Presses, Paris, 2020, tome 1, p. 273-279. DOI : 10.4000/books.pressesinalco.21819 []
  2. PELADAN, Damien « Haedong Chegukki : Chroniques des pays à l’est des mers », in KOUAME, Nathalie, MEYER, Éric P., VIGUIER, Anne (dir.), Encyclopédie des historiographies – Afriques, Amériques, Asies, Volume 1 : sources et genres historiques, Inalco Presses, Paris, 2020, tome 1, p. 701-706. DOI : 10.4000/books.pressesinalco.21819 []
  3. Sur ce point, nous renvoyons le lecteur à notre article : « La comédie des erreurs – Réactions à l’expédition coréenne contre Tsushima, 1419 », in Japon pluriel 12 – actes du douzième colloque de la Société des études japonaises, Paris, 2018, p. 685-694. []

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search