Mauvais argent et fausses enveloppes. Hétérogénéité et authenticité monétaires dans la principauté japonaise de Kaga au XVIIe siècle

ISSN : 0021-762X
E-ISSN : 1783-1504

Article de Guillaume Carré (CRJ-CCJ) paru dans le Journal Asiatique, 308 / 2 , 2020 , Peeters, p. 239-260. 

https://poj.peeters-leuven.be/content.php?url=article&id=3288914&journal_code=JA

L’avènement du shogounat des Tokugawa au début du XVIIe siècle amena le lancement d’une forte production monétaire au Japon, la première depuis des siècles, soutenue par l’exploitation florissante de mines de métaux précieux. La monnaie shogounale n’était cependant pas la seule ayant cours légal dans l’archipel à cette époque. Les principautés guerrières des daimyō pouvaient aussi fabriquer leur propre numéraire, certaines régions conservaient des usages monétaires particuliers, et la monétisation des métaux précieux favorisa la circulation d’espèces produites hors du contrôle des autorités. La diversité monétaire résultant de cette situation fut progressivement réduite sur une base locale, les autorités shogounales et seigneuriales imposant leur propre numéraire d’abord comme référence, puis comme seule monnaie légale dans les territoires sous leur contrôle. L’exemple du fief de Kaga illustre les étapes d’une telle politique dans la première moitié du XVIIe siècle, ainsi que ses conséquences sur les critères d’authenticité des objets monétaires en métaux précieux, et donc sur les définitions de la fraude.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search