Café avec Nouvelles du Japon

Les membres du Centre de recherches sur le Japon ont découvert Nouvelles du Japon il y a un an environ et nous avons diffusé l’information sur les Carnets du Centre Japon. Il s’agit d’un site internet qui propose en libre accès des nouvelles d’autrices et d’auteurs japonais en traduction française. Ce format court est facilement lisible sur les écrans mobiles. Un nouveau texte paraît chaque 15 du mois. Les récits plus longs sont publiés sous formes de feuilleton avec un nouvel épisode chaque 5 et 25 du mois. Le lancement du site devait coïncider avec l’ouverture du Salon du Livre de Paris en 2020 mais finalement coïncidé avec le tout début du confinement en France. Aujourd’hui, plus d’une année et 700 lecteurs mensuels plus tard, c’est une belle vitrine de la littérature japonaise en traduction, à lire ou à écouter.

Aleksandra Kobiljski et Thomas Garcin, Maître de conférences à l’Université de Paris, ont pris un café avec la fondatrice de Nouvelles du Japon, Mme Myriam Dartois-Ako, pour en savoir plus.

Aleksandra Kobiljski : Nous sommes très impressionnés par votre projet et votre site, et nous sommes très curieux d’en comprendre la manière dont vous parvenez à mettre à disposition des lecteurs des traductions d’une telle qualité. Comment avez-vous procédé pour fédérer et construire ce collectif de traducteurs qui contribue à faire vivre Nouvelles du Japon et quelle est la philosophie derrière ce projet ?

Myriam Dartois-Ako©Hanai Tomoko

Myriam Dartois-Ako : L’idée de départ a été simple : j’étais assez frustrée – c’est une excellente motivation – de ne pas pouvoir traduire certains textes et certains auteurs, notamment des nouvelles. Les éditeurs français sont assez réticents à publier ce genre alors que j’avais envie de proposer aux lecteurs des textes que je trouve intéressants. Je voulais faire découvrir la littérature japonaise aux générations de lecteurs jeunes et mobiles à travers un plus grand éventail de textes pour élargir le cercle des lecteurs aux personnes qui n’ont pas forcément un accès facile au livre. Il me semble qu’entre réseaux sociaux et smartphones, il y a un public qui reste en marge du livre et du papier, mais pas en marge de la lecture. Et il me semble important de faire un pas pour aussi toucher ce public. Puis, il y avait aussi une ambition de tisser des liens entre les traducteurs. C’est une communauté qui existe déjà, mais j’ai voulu créer un espace où pourraient s’allier les forces. Ça m’a semblé important, car le travail de la traduction est un labeur de solitude et la communauté est divisée géographiquement entre ceux qui sont installés au Japon et ceux en France. Je voulais aussi me lier avec des collègues pour échanger, tout simplement. De nos jours, les traducteurs sont parfois en concurrence, mais je suis sincèrement convaincue – et là est peut-être la philosophie – que plus nous sommes soudés, plus nous en tirerons tous bénéfice. Et plutôt que de faire chacun notre site dans notre coin, autant faire un site tous ensemble qui nous donnera de la visibilité. Aujourd’hui, après plus d’une année, il est clair que c’est une façon de voir les choses qui fonctionne. Nous avons une certaine visibilité qui est de meilleure qualité que si j’avais fait le site pour moi-même toute seule. Et puis quand on est seule, c’est moins intéressant et je n’aurais pas tenu la distance, car c’est un travail énorme, mais, tous ensemble, on y arrive. Nous avons une richesse dans la diversité de traducteurs impliqués. 

Le fil rouge dès le début – et on s’y tient – était que chacun amène ce qu’il a envie d’amener. Ce n’est ni moi ni le comité éditorial qui décidons du choix des auteurs et des textes. Chacun apporte ce qu’il a envie d’apporter, de traduire, de faire lire. Il s’agit souvent de textes que les éditeurs ne peuvent pas publier, car soumis à des contraintes diverses. Cependant, il est important de rappeler que les contraintes économiques des éditeurs, tout à fait justifiées, ne sont pas forcément celles des traducteurs. Nouvelles du Japon est un lieu d’éclectisme et un espace de liberté fantastique. Nous avançons sans filet et sans considération économique, car, je le rappelle, nous sommes tous bénévoles. C’est aussi un lieu d’accueil pour les jeunes traducteurs qui peuvent échanger avec des collègues vétérans dès leurs débuts dans ce métier. Nous commençons aussi à avoir des étudiants encouragés par leurs professeurs. C’est un peu le principe de la tache d’huile et j’espère que nous serons de plus en plus un lieu fédérateur des traductrices et traducteurs du japonais vers le français dans le monde entier.

Enfin, pour fêter le premier anniversaire, nous avons aussi lancé les Nouvelles audio avec les textes lus par des comédiens, entre autres, ce qui semble attirer un autre public. Ce format audio s’inscrit tout à fait dans l’esprit de notre site dont le but est d’offrir des nouvelles sur différents supports, accessibles en tout lieu. C’est dans la le droit fil de l’attachement à la nouvelle et à la lecture sur tout support et en tout lieu. Au départ, j’imaginais des gens lire les nouvelles dans le métro en allant au travail, et, aujourd’hui, je les imagine sur leur vélo ou peut-être toujours dans le métro en train d’écouter nos nouvelles. Je suis ravie que cela touche un public de plus en plus large.

Thomas Garcin : Quelle est la fréquentation du site et comment en prenez-vous la mesure ?

MDA : J’utilise un site de statistiques qui me permet d’évaluer tout cela. Nous avons en moyenne entre 700 et 800 visites par mois. Nous avons eu deux mois à plus de 1000 visiteurs aussi. Les visiteurs viennent principalement France, mais aussi du Japon. Enfin et étonnamment peut-être, nous avons aussi des lecteurs des États-Unis. Contrairement à ce que j’avais pensé, les lecteurs sont plus sur des ordinateurs que sur des smartphones même si les smartphones commencent à grignoter du terrain. Nous avons environ 280 abonnés sur le compte Twitter et près de 200 abonnés à la newsletter. Notre lectorat s’élargit lentement mais sûrement.

TG : Vous avez récemment été nommée directrice du Bureau des Copyrights Français (BCF) à Tokyo, qui gère la question des droits de traduction et de publication d’auteurs français au Japon ainsi que d’auteurs japonais en France. Ma question concerne précisément ces droits dans le cas de Nouvelles du Japon. Pour certains textes, on comprend que la question ne se pose pas car ils ont été publiés par des auteurs décédés il y a plus de 70 ans mais il y a aussi des textes très contemporains ; comment cela se passe ?

MDA : La question des droits a été importante dès le départ. Même si mes propres travaux sont très contemporains, comme chacun apporte ce qu’il veut il y a beaucoup de textes qui sont dans le domaine public, ce qui est fort pratique, car cela évite le casse-tête des droits. Cela dit, quand j’ai conçu l’idée de Nouvelles du Japon, la première personne avec laquelle j’ai partagé ce projet était Corinne Quentin qui était alors la directrice du BCF, puisqu’il était évident que les droits seraient parmi les premières questions à se poser. Elle m’a tout de suite assurée de son soutien et a accepté, dans le cadre de son rôle de membre du comité éditorial, de prendre en charge la question des droits. Au sein de Nouvelles du Japon, c’était jusqu’à très récemment elle qui s’occupait de contacter les auteurs, les ayants droit ou les éditeurs et d’obtenir leur accord. Nous avons eu quelques refus, mais dans l’ensemble cela se passe plutôt bien. En général, les auteurs sont assez contents d’être publiés même à titre gracieux (du fait de notre participation bénévole). La seule rémunération a été pour le travail du développeur du site internet. Après avoir essayé moi-même de faire un site avec des résultats catastrophiques, j’ai cassé ma tirelire pour investir dans la qualité du site et le confort de lecture qui joue beaucoup dans la vie du projet. Une chose dont je reste fière concernant le site est la présence d’images issues d’un catalogue d’illustrations libres de droit que j’ai déniché.

TG : Vous l’avez déjà un peu évoqué, mais ma question liée à la précédente est comment réagissent les auteurs ? Pourquoi ceux qui refusent refusent ? S’ils acceptent, pourquoi ? Est-ce qu’il s’agit d’une volonté des auteurs d’avoir plus de visibilité ?

MDA : La visibilité est le mot clé. Je n’ai pas beaucoup de détails du comment et du pourquoi des acceptations et des refus. Souvent, il s’agit d’interactions par l’intermédiaire de l’éditeur. Nous sommes rarement en contact avec l’auteur directement. Quand c’est oui, c’est tout simplement parce que la plupart des auteurs ont envie d’être lus. Point. Non pas uniquement pour cela. Ils écrivent parce que c’est une impulsion irrépressible pour beaucoup. Mais l’acte suivant est celui d’être lu. Du coup, Nouvelles du Japon est une occasion supplémentaire d’être lu. Ils sont donc contents d’être publiés même s’il s’agit d’un petit site et même si ce n’est pas sur papier. Les refus que nous essuyons viennent souvent de l’entourage de l’auteur plus que de l’auteur lui-même.  L’auteur écrit pour être lu mais, parfois, l’entourage est plus regardant concernant le support ou l’absence de rémunération.

TG : Y a-t-il aussi une idée que la publication d’une traduction peut favoriser par la suite une publication en volume chez des éditeurs français ?

MDA : Pour les auteurs qui ne sont pas encore traduits en français, il est possible que leur texte tombe sous les yeux d’un éditeur et les incite à parier sur cet auteur et d’autres de leurs textes, plus longs, car un texte long séduit plus facilement, dit-on. Si les auteurs offrent leur texte gratuitement et que moi-même et d’autres collègues traduisent gracieusement, c’est aussi parce qu’on a envie de le faire pour l’amour de l’art, c’est bien aussi. Je pense que les acteurs partagent ma vision. De plus, il y a clairement d’autres débouchés. Si des lecteurs goûtent au texte gratuit, ils auront peut-être par la suite envie de prolonger et d’acheter les livres en librairie, ou de les demander auprès de leur bibliothèque du quartier. Tout cela me semble bon pour la littérature japonaise en français dans son ensemble.

TG : Qui sont les traducteurs ? Pourquoi acceptent-ils et quels sacrifices cela représente pour eux ? Est-ce que les traducteurs se connaissent entre eux ?

MDA : Le premier principe de Nouvelles du Japon est que ce sont les traducteurs qui sont la force de proposition. Ce sont les traducteurs qui – comme moi – ont envie de faire connaître et de faire lire les textes, de les partager. Si les auteurs écrivent pour être lus, les traducteurs traduisent pour être lus et faire lire. Malgré l’image éculée du passeur, nous avons souvent tout de même un désir de transmission des choses, ce qui motive des traducteurs de tous horizons à participer. On aurait pu croire que ceux dont la traduction est l’activité principale n’auraient pas le temps de traduire bénévolement, or ils ont justement envie de partager leurs coups de cœur. Il y a aussi des universitaires qui peuvent alors publier de manière assez simple, sans avoir à rentrer dans le système éditorial qui peut être compliqué et contraignant. Sur Nouvelles du Japon, les traducteurs sont tous accueillis à bras ouverts, on leur donne un endroit pour s’exprimer. C’est sympa d’avoir un lieu où l’on peut montrer ce que nous avons envie de montrer et de le faire pour l’amour de l’art. C’est vraiment ça au fond.

Les accords sur les droits sont faits entre les auteurs ou ayants droit et les Nouvelles du Japon de sorte que chaque traducteur garde ses droits dans le cadre de cet accord et reste maitre de sa traduction qui est mise à disposition sur le site. Nouvelles du Japon n’est propriétaire de rien du tout ; si un jour, une nouvelle trouve un éditeur papier, le traducteur peut, selon la politique de l’éditeur, partir avec sa traduction ou la laisser sur le site pour promouvoir la version publiée.

AK : Le groupe de traducteurs que vous avez fondé autour du projet a plusieurs particularités. D’abord, on remarque une diversité des profils, entre jeunes traducteurs et traducteurs primés et connus, ainsi qu’une place pour les universitaires qui trouvent au sein du projet un espace où publier les traductions liées à leurs recherches.

MDA : Les universitaires ont tout à fait leur place et peuvent être séduits par Nouvelles du Japon, car c’est un autre public. Publier un texte long n’est pas évident, et être enseignant-chercheur est déjà un métier à plein temps. Effectivement, certains universitaires sont venus nous voir avec des textes restés très longtemps dans leurs tiroirs et sont ravis de pouvoir les faire lire, même à un public restreint.

AK : Nouvelles du Japon est un groupe très ouvert qui sollicite des collaborations par appel.  Cela implique des contributions qui pourront être hétérogènes et des traducteurs issus de parcours différents. Comment procédez-vous pour parvenir à cultiver cette diversité qui raffermit le projet, tout en assurant un maintien de vos exigences sur la qualité de traduction ?

MDA : C’est tout l’intérêt d’être bien entourée avec un comité de lecture. La première chose que nous faisons est de lire le texte en japonais. Même si nous sommes ouverts à l’éclectisme, nous tenons à la qualité du texte original d’abord. Une fois que la traduction arrive, j’assure le suivi de traduction pour ne pas abuser de la bonté d’un comité de bénévoles. La relecture est en effet un travail collaboratif où j’apprends et je fais, parfois, des suggestions. Cela dit, quand on n’est pas d’accord, qu’il y a un doute ou un problème d’atmosphère d’ensemble, nous élargissons la relecture et je m’adresse au comité de lecture et ses deux professeures japonaises, Naoko Kasama et Misako Nemoto ; nous avons aussi une éditrice française, Anne Sastourné, qui intervient en dernier, ce qui permet d’avoir un regard de non-traducteur sur le texte final, et de polir la traduction. Après ces ultimes échanges, le texte est prêt à passer entre les mains des lecteurs. L’atelier est donc très collaboratif même si je suis au cœur du processus. C’est un travail énorme, qui n’est pas toujours évident, mais le processus est aussi passionnant qu’enrichissant.

Cela a commencé avec des personnes que je connaissais plus ou moins, et s’est très vite élargi avec un appel à contributions qui m’a permis de rencontrer tous les collègues, soit physiquement s’ils vivaient au Japon et que c’était encore possible, soit au téléphone ou par visioconférence. C’était important pour moi, car Nouvelles du Japon n’est pas une usine à gaz, c’est un projet à taille humaine.  Il est important pour moi, quand je demande à mes collègues de traduire bénévolement, de leur expliquer pourquoi je demande. C’est un site pour tout le monde que j’ai mis sur pied car j’en ai eu l’idée, mais c’est n’est pas un site à ma gloire ; c’est une plateforme collaborative qui accueille de jeunes traducteurs comme des vétérans, et je ne vous cache pas que j’en suis à la fois fière et ravie. 

AK : Vous évoquez un endroit de liberté où se font les liens entre les traducteurs. Il s’agit aussi peut-être d’un endroit de plaisir de métier, indépendant des goûts et des contraintes commerciales et éditoriales. C’est une sorte d’émancipation des contraintes du système éditorial où vous nous donnez à voir tout ce qui plait aux traducteurs mais qui trouve difficilement sa place dans le monde de l’édition papier.

MDA : Nouvelles du Japon ne s’inscrit pas en opposition au monde de l’édition dont je comprends tout à fait les contraintes. Cependant, j’avais envie de m’en libérer et de pouvoir parfois travailler sans contraintes. J’ai la chance de traduire beaucoup, on m’a proposé beaucoup de choses intéressantes, mais il reste une envie de traduire et de faire connaître d’autres choses. C’est un peu une échappatoire, je pense. Il y a aussi un intérêt croissant pour la nouvelle dont je me suis rendu compte.

AK : Est-ce que vous direz que nous vivons un essor de la nouvelle comme un type de lecture courte favorisée par l’air du temps des écrans et de l’attention fractionnée ?

MDA : Il y a tout un mouvement autour de la nouvelle. Quand je me suis lancée dans Nouvelles du Japon, la deuxième personne à qui j’ai soumis le projet était Cécile Sakai, alors directrice de l’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise. Elle m’a beaucoup encouragée et elle est devenue la marraine de Nouvelles du Japon – aux côtés de Dominique Palmé et Kan Nozaki. Elle m’a également parlé d’un autre groupe de traducteurs qui était en train de se constituer au même temps en France sur une voie très proche même si elle reste pour l’instant parallèle.

AK : Quelles sont vos stratégies pour s’assurer que le projet dure dans le temps, tout en gardant cet équilibre entre plaisir, liberté, ouverture et alliance des forces avec un rythme soutenu de publication ? Quels sont vos conseils sur la manière de faire perdurer un projet novateur sans s’épuiser à la tâche ?

MDA : Au départ, je me suis fixé un an. Honnêtement, je trouve cela incroyable moi aussi, je ne savais pas si le projet allait durer. Je me suis dit que même si personne ne voulait y participer, j’allais m’y coller pendant une année, quitte à tout traduire moi-même : comme vous pouvez le constater, je n’ai pas eu à le faire. Nous sommes une quinzaine de traducteurs à contribuer, et je n’ai eu à donner un coup de main pour assurer la régularité de la publication qu’une seule fois.

Côté stratégie, il y en a plusieurs. D’abord, il y a le collectif : je bénéficie d’un soutien fantastique et sans faille du comité éditorial. Parmi mes inspirations de départ était un collectif de traductrices nommé Strong Women, Soft Power, monté en 2017 par une amie, Allison Markin Powell, traductrice du japonais vers l’anglais, avec Lucy North et Ginny Tapley Takemori. Cette inspiration a joué un grand rôle dans ma volonté de travailler en collectif.

L’autre stratégie c’est de ne pas me mettre la pression. J’aurais du mal à accepter qu’il n’y ait pas de nouvelles le 15 du mois ; par contre, quand il n’y a pas de feuilleton prêt, on se permet une pause. J’ai envie que ce soit simple, Nouvelles du Japon, à la bonne franquette et sans prise de tête.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search