Café avec Matsuyama Megumi : histoire urbaine de Edo/Tôkyô à travers la révolution de Meiji

MATSUYAMA Megumi 松山 恵 est professeure d’histoire à l’Université Meiji de Tokyo. Historienne et Docteure en architecture de l’Université de Tôkyô, ses recherches portent sur l’histoire urbaine et  l’histoire de l’habitat du Japon moderne, en particulier d’Edo/Tôkyô. Le Centre Japon l’a accueillie dans le cadre du programme « Professeurs invités de l’EHESS » en février-mars 2020.1

Entretien réalisé par Yasuko D’Hulst

Nous tenons à vous renouveler nos sincères remerciements pour votre participation à nos activités en ces temps de pandémie de Covid-19. Malgré un séjour de courte durée sous tension en raison de la situation d’urgence sanitaire, avez-vous eu toutefois la possibilité d’avoir des échanges avec des chercheurs du monde universitaire à Paris ? Pouvez-vous nous dire ce que vous a apporté ce séjour dans le développement de vos recherches après votre retour au Japon ?

Matsuyama Megumi

D’abord ce séjour était une occasion de présenter mes recherches en cours aux chercheurs de l’EHESS et étudiants avec lesquels j’avais eu peu de contacts auparavant. Pour moi, ce séjour aurait également été une occasion très précieuse de découvrir la vie quotidienne à Paris. Mais à cause d‘un développement très rapide de l’épidémie, sans précédent, j’ai été obligée d’avancer la date de mon départ d’une semaine. Si je parle franchement, j’ai été parfois l’objet de remarques et comportements discriminatoires dans le métro et près de mon logement (13e arr.) dès la deuxième semaine de mon séjour. C’est bien entendu à cause du fait que je suis une femme originaire de l’Asie orientale, considérée comme foyer d’origine de l’épidémie. Personnellement, j’aurais aimé avoir plus d’occasions d’échange avec mes collègues chercheurs mais je me suis limitée à 3 conférences à l’EHESS parce que j’avais des craintes et cherchais à me protéger. Toutefois lors de ces conférences, les auditeurs m’ont posé des questions et fait des commentaires différant sensiblement des réactions perçues au Japon. Pour moi, ce fut une expérience très stimulante.

Concernant les apports à mes activités de recherche, je travaille actuellement à deux articles pour une revue internationale spécialisée en histoire urbaine, avec comité de lecture. Ces articles sont basés sur les 1ère et 2e conférences données à l’EHESS.2 J’ai conçu ce projet d’article avant mon séjour à Paris mais le fait donner ces conférences en anglais a favorisé l’avancement de ce travail. Le Comité de lecture a déjà revu l’article basé sur ma 1ère conférence. La publication est prévue courant 2022.

Dans votre ouvrage『都市空間の明治維新 – 江戸から東京への大転換』3, vous avez exploré les changements des structures socio-spatiales d’Edo/Tôkyô lorsque la ville est devenue le centre politique, économique et culturel du Japon à travers la révolution de Meiji. La décision, prise en quelques mois, de faire de Tôkyô la capitale du nouveau régime de Meiji a eu un impact rapide sur l’organisation spatiale et la composition sociale de la cité. Pouvez-vous nous donner quelques exemples significatifs des premières mesures prises par le nouveau gouvernement ? Quels étaient leurs buts ? Edo était la première « cité guerrière » du pays à cause du système de résidence alternée : la moitié de la population et les deux tiers de la cité relevaient de la condition guerrière sous une forme ou sous une autre. Quel impact a eu sur cet héritage l’installation de la capitale impériale à Tôkyô ?

Tout d’abord la politique urbaine inaugurée par le nouveau gouvernement a consisté dans le règlement de la question foncière à Edo/Tôkyô, et en premier lieu des terrains guerriers qui occupaient la plus grande partie de l’espace de la cité. Son objectif était en fait d’y édifier la base de son propre pouvoir. 

On sait que le nouveau gouvernement s’était constitué d’abord à Kyôto, et par conséquent, c’est cette ville qui aurait normalement dû devenir la capitale. Toutefois, même après la chute du shogounat, la guerre civile qui traîna en longueur dans le Tôhoku et ailleurs (guerre de boshin 戊辰戦争), donna à Edo un rôle essentiel comme centre de gouvernement. Au début, l’idée était toujours de maintenir deux capitales, comme le montre le nouveau nom de « capitale de l’est » (Tôkyô) attribué à Edo, par référence à celle de l’ouest (Kyôto) à la 9e lune de 1868. Mais à partir du printemps de 1869, le centre de gravité politique du nouveau régime migra vers Tôkyô. 

Pour autant, la direction du gouvernement de Meiji, constituée par des guerriers des principautés de Satsuma, Chôshû, Tosa et Hizen et de nobles de la cour de Kyôto, n’avait jusqu’alors que peu d’attaches avec Edo/Tôkyô : il lui fallait donc s’y construire une base à partir de rien. Et les vastes terrains guerriers furent la clef de cette entreprise. 

Edo était en effet le cœur du pouvoir guerrier du shogounat des Tokugawa, et de nombreuses maisons guerrières y étaient donc rassemblées. Les zones qui leur étaient spécifiquement dévolues (les « terrains guerriers », buke-chi 武家地) s’étendaient à la fin du shogounat à environ 70% de la ville, et une bonne part de cette surface était occupée par les résidences (daimyô yashiki 大名屋敷) détenues par des daimyô originaires de tout l’archipel. C’était la conséquence de l’obligation que, depuis le commencement du régime, le shogounat, pour assurer la stabilité de son autorité, leur avait imposé, de quitter régulièrement leurs principautés pour venir vivre à Edo (la « résidence alternée », sankin kôtai 参勤交代制).

Pour en revenir au 19e siècle, le nouveau gouvernement commença par confisquer pratiquement tous les terrains guerriers de la cité, et parmi eux, ceux situé en plein centre-ville, (« dans l’enceinte », kakunai 郭内, grosso-modo à l’intérieur du fossé extérieur sotobori 外濠 du château d’Edo), furent dévolus à l’installation des organes gouvernementaux et aux résidences des dirigeants établis auparavant à Kyôto, tandis que les autres terrains guerriers situés tout autour (« hors l’enceinte », kakugai 郭外) furent redistribués aux anciens daimyô, désormais intégrés dans une nouvelle noblesse. 

明治期東京の武家地跡地の様子
国立国会図書館 電子展示会「写真の中の明治・大正」より転載
(https://www.ndl.go.jp/scenery/data/396/index.html?type=category&p=scenes)

Quelques explications sur cette redistribution au début de l’ère Meiji, de résidences « hors l’enceinte » aux anciens daimyô, sont sans doute nécessaires.

A la toute fin du shogounat, alors que celui-ci n’était plus en capacité de maintenir le système de la résidence alternée, de nombreux daimyô étaient retournés dans leurs provinces respectives. Cependant, pour le nouveau régime qui s’empara peu après du pouvoir, cette situation n’était pas tolérable ; et donc, juste avant d’imposer une centralisation de l’autorité politique par la suppression des fiefs et la création des départements à la 8e lune de 1871 (haihan-chiken 廃藩置県), le gouvernement ordonna aux daimyô de revenir à Tôkyô : il s’agissait en somme de les couper de leurs régions d’origine, pour les avoir à l’œil. Mais les terrains qui leur furent alors distribués n’étaient pas ceux « dans l’enceinte », en plein cœur de la ville, là où se concentraient désormais les fonctions gouvernementales ; on leur attribua des parcelles qui, bien que situées elles aussi dans Tôkyô (le gouvernorat de Tôkyô Tôkyô-fu 東京府), se trouvaient en périphérie « hors l’enceinte », à l’emplacement des anciennes « résidences médianes » (naka-yashiki 中屋敷) et « résidences secondaires » (shimo-yashiki 下屋敷), considérées jadis comme des terrains de second ordre parmi ceux octroyés aux daimyô.

Ces mesures prises envers les anciens daimyô, étaient profondément liées au sort réservées à leurs cités castrales (jôkamachi 城下町), les capitales des principautés disséminées partout dans l’archipel. Car en même temps qu’il les forçait à se rendre à Tôkyô, le gouvernement central plaça sous son autorité directe l’espace situé « dans l’enceinte » de leurs anciens châteaux. Et c’est alors que nombre de ces cités castrales entamèrent leur mue en « cités militaires ».

Autrement dit, le nouveau gouvernement, grâce aux terrains guerriers qui occupaient la plus grande part de la zone urbaine d’Edo/Tôkyô, disposait d’un patrimoine foncier plus que suffisant pour réaliser une ambitieuse entreprise de remplacement des classes dirigeantes, qui impliquait aussi des zones très éloignées de la capitale, en particulier Kyôto et les villes issues des cités castrales.

En dehors du cas des terrains guerriers, le nouveau gouvernement lança plusieurs autres politiques urbaines depuis le début de l’ère Meiji. Par exemple, vis-à-vis de l’ancienne population roturière des chônin 町人, il ne procéda pas à des confiscations de terrains, mais il imposa des recensements et une répartition de l’habitat basés sur le niveau de richesse : on tenta même en particulier d’obliger les plus pauvres à habiter « hors l’enceinte », voire dans des prairies situées à l’extérieur du gouvernorat de Tôkyô, pour les mettre en valeur. Quelle que soit l’appréciation positive ou négative que l’on porte sur ces mesures, on y décèle la détermination du nouveau régime pour régler d’un seul coup divers problèmes comme le maintien de la sécurité (en éliminant des potentiels opposants), l’exclusion des couches pauvres de la cité (par souci du regard porté sur celle-ci par les étrangers), ou encore, une mobilisation efficace de la force de travail.

Ces sont les dirigeants du nouveau régime qui décidèrent des orientations prises par ces politiques urbaines, mais ceux qui remplirent un rôle essentiel dans leur mise en œuvre, semblent avoir été de petits fonctionnaires issus des rangs des anciens vassaux du shogounat, ou des personnages appelés hitoyado人宿, des placeurs qui à l’époque d’Edo fournissaient du personnel aux maisons de daimyô, et en particulier à des domaines comme Satsuma d’où étaient originaires les membres du gouvernement. En réalité celui-ci, pour inaugurer sa gestion de Tôkyô, ne put faire autrement que rassembler un personnel comprenant pour partie des groupes issus tout droit de l’Ancien Régime, ou grâce aux bons offices de relations remontant à la même époque.

Pour terminer, je souhaiterais présenter un trait révélateur de l’influence d’Edo « capitale guerrière », sur Tôkyô « capitale impériale ».

Comme je l’ai déjà signalé, le nouveau gouvernement avait ordonné aux anciens daimyô de revenir à Tôkyô juste avant la suppression des principautés et leur remplacement par des départements. Ce n’est qu’une vingtaine d’années plus tard, dans la seconde moitié des années 1880, alors qu’avec des mesures telles que la promulgation d’une constitution, la base du régime s’était affermie, que cette mesure fut enfin levée. Cependant, même après cela, la plus grande partie des ex-daimyô continua à faire de Tôkyô leur principal point d’ancrage.

Le fait que depuis le commencement de l’ère Meiji, beaucoup d’anciens daimyô continuèrent à maintenir des résidences dans Tôkyô, allait exercer une grande influence sur le développement de la ville. Par exemple, la politique foncière (établissement de la taxe foncière地租改正) du début de Meiji eut pour conséquence d’exclure de la voie publique certaines activités de spectacles, mais on s’est rendu compte qu’une partie d’entre elles avait trouvé refuge dans les résidences de ces ex-daimyô. Par ailleurs, passé le milieu de l’ère Meiji, ces anciennes maisons seigneuriales établirent au sein de leurs demeures des installations pour abriter des personnes de leur province d’origine, surtout des jeunes hommes, montés à la capitale pour y trouver un emploi. Ainsi naquirent et se perpétuèrent des dispositifs permettant de drainer vers Tôkyô des hommes et des choses venus de tout l’archipel : les foyers abritant des personnes venus d’un même département (kenjinryô 県人寮) qui existent toujours de nos jours, viennent de là.

On peut donc dire qu’à la base de l’essor du Tôkyô de cette époque et de l’après-guerre non seulement comme centre du pouvoir politique, mais aussi comme cœur de la société et de la culture de l’archipel japonais, se trouvent aussi les divers organes établis grâce à la présence de ces résidences des anciens daimyô.

Pouvez-vous nous parler des thèmes de recherche qui vous intéressent actuellement ?

Non seulement en tant qu’historienne mais aussi en tant que citoyenne, je suis très intéressée par le thème des épidémies (Covid-19), des catastrophes naturelles (inondations et glissements de terrain, tremblements de terre au Japon) qui provoquent des dégâts sérieux sur le fonctionnement urbain, non seulement au Japon mais dans le monde entier. Ces phénomènes provoquent obligatoirement des troubles sociaux (discrimination, pauvreté). Dans le domaine de l’histoire urbaine du Japon (19e et début 20e siècle) où je mène des recherches, ces sujets ne sont pas encore très étudiés. En conséquence, il faut commencer à travailler sur les faits. J’ai l’intention de poursuivre mes recherches sur Edo/Tôkyô en adoptant ce point de vue.

Quelle est votre impression sur Paris en comparaison avec l’espace urbain de Edo/Tôkyô ? Avez-vous un projet de séjour de recherche à Paris après la pandémie ?

Comme je viens de le dire, mon activité à Paris a été malheureusement limitée et je n’ai pas approfondi mon expérience et mes connaissances pour tenter une comparaison. J’ai pris un « Pass BNF (La Bibliothèque nationale de France) » pour 1 mois dès mon arrivée en France. Mais, je l’ai utilisé une seule fois. J’espère pouvoir le faire lors de mon prochain séjour dans des conditions un peu meilleures.

En ce qui concerne l’étude comparée des espaces urbains, il existe déjà un certain nombre d’études sur Paris et Edo/Tôkyô au Japon. De plus, Paris était déjà très avancée dans la période sur laquelle je me suis spécialisée. Dans ces études déjà existantes, une tendance est de considérer Paris comme un modèle et Edo/Tôkyô comme s’étant inspirée de ce modèle. Personnellement, si j’ai une possibilité de travailler sur ce sujet, étude comparative de l’espace urbain, je voudrais élargir l’objet de la comparaison, non seulement à Paris mais à d’autres villes comme par exemple Istanbul où j’ai déjà fait un séjour de longue durée.

Traduit du japonais par Guillaume Carré et Yasuko D’Hulst 

  1. https://www.ehess.fr/fr/personne/megumi-matsuyama []
  2. “Colonization”, Capital Relocation and Emergence of Binary Structure: Edo/Tokyo and the Meiji Revolution, 05/03/2020. Land Speculation and Society in the Process of “Tokyo City Planning (1888-1918)”: Changes in Urban Residence Patterns of Commercial Center Districts, 12/03/2020 []
  3. 筑摩書房, 2019 https://www.chikumashobo.co.jp/product/9784480071958/ []

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search