Première édition réussie pour le festival Fenêtres sur le Japon

Le festival Fenêtres sur le Japon s’est conclu ce samedi. À l’issue d’une cinquième projection, le jury a récompensé le documentaire An Ant Strikes Back [アリ地獄天国] du documentariste Tsuchiya Tokachi et Listening to the Air [空に聞く] de la réalisatrice Komori Haruka.

Depuis 2019, Fenêtres sur le Japon, créé et financé avec le soutien du CRJ, promeut et organise des projections-débats de films de fiction et documentaires japonais, d’abord à l’EHESS puis aussi hors les murs, au cinéma La Clef. Le projet d’un festival de films documentaires sur le Japon a émergé au printemps dernier et a été mis sur pied par Dimitri Ianni (également responsable du comité de sélection du Festival du cinéma japonais contemporain Kinotayo) et Nicolas Pinet (chercheur associé au CRJ).

Dans l’auditorium de l’INALCO puis dans un des amphithéâtres de l’université de Paris, cinq projections se sont succédé entre vendredi et samedi. Des débats avec le public ont suivi chaque séance, parfois en visioconférence avec les réalisateurs et réalisatrices, pour approfondir les sujets politiques et sociaux traités dans les documentaires.

An Ant Strikes Back [アリ地獄天] du réalisateur japonais Tsuchiya Tokachi raconte le monde du travail vécu par Nishimura, jeune chef des ventes d’une entreprise de déménagement, et ses trois années de lutte contre les abus de son employeur. Au travers de ce personnage le film aborde le phénomène du karōshi, la mort par surmenage qui aurait tué 5 233 travailleurs entre 2006 et 2017. En prenant un parti pris engagé, la caméra du réalisateur est au plus près du personnage dans sa condition de salarié et sa lutte syndicale et judiciaire contre l’entreprise pour laquelle il continue de travailler.

Ainu Neno an Ainu [アイヌ・ネノアン・アイヌ] de Laura Liverani et Neo Sora tente de dresser un portrait du peuple aïnou de l’île d’Hokkaidō au nord du Japon. De l’assimilation forcée à la discrimination subie, jusqu’à une récente revitalisation de la culture aïnou, le documentaire raconte cet héritage en réalisant des portraits des habitants du village de Nibutani où différentes générations tentent de se réapproprier leur langue et leur culture au travers des chants, mais aussi de l’artisanat. Aucun des deux documentaristes à l’origine du film n’a de formation en anthropologie ou en ethnographie, pourtant le film fait écho aux questionnements et réflexions anthropologiques en offrant sans préjugé la parole à la communauté pour entendre leur histoire.

Dans Ushiku [牛久], le documentariste états-unien Thomas Ash plonge le spectateur dans l’enfer psychique et physique des centres de détention de demandeurs d’asile au Japon. Malgré des grèves de la faim régulières ces dernières années, le Japon affiche avec moins de 1 %, le plus bas taux d’acceptation des demandes de l’OCDE. Tourné pendant les débuts de la pandémie de Covid-19, le documentaire décrit ces centres de détention, sans jamais pouvoir les pénétrer, à travers des entretiens avec les demandeurs d’asiles filmés clandestinement. Une discussion animée par Hélène Le Bail (spécialiste du sujet des migrations chinoises au Japon) a suivi la projection, pendant laquelle s’est posé la question de la valeur de l’œuvre en tant que documentaire ethnologique dans un film où le réalisateur est acteur de son documentaire et où la question de la migration au Japon est peu contextualisée.

Listening to the Air [空に聞く] de Haruka Komori illustre six années de la vie d’Hiromi Abe, habitante de la commune de Rikuzentakata dévastée par les eaux du tsunami qui a frappé la côte est du Japon le 11 mars 2011. Elle monte avec d’autres une radio locale pour apporter un soutien psychologique et des informations sur la reconstruction aux habitants, un projet qui incarne le besoin de sociabilité et de construction d’une mémoire collective des victimes. Le parti pris sensible du film offre une approche originale et complète, faisant le lien entre différents types de catastrophes de manière subtile, sans misérabilisme.

Le Front armé anti-japonais de l’Asie de l’Est  [東アジア反日武装戦線] réalisé par Kim Mi-re, retrace la courte histoire de l’organisation éponyme. Tout comme en Amérique du Nord ou en Europe, le Japon a vécu ses années rouges durant la décennie 1970 au court desquelles plusieurs groupes d’extrême gauche choisiront la voie de la lutte armée. La réalisatrice coréenne tente de raconter cette période oubliée à travers les écrits qu’ont laissé les membres de ce groupe, et de réaliser un travail de mémoire sur les trajectoires de ces militants, pour certains décédés, pour d’autres toujours emprisonnés. Ce documentaire se situe dans la lignée des documentaires précédemment projetés dans le cycle Fenêtres sur le Japon sur les groupes mobilisés contre les mouvances réactionnaires.

Cette première édition a reçu le soutien de plusieurs organismes de recherche sur le Japon : le CRJ, l’IFRAE, et le CRCAO ainsi que le département d’études est-asiatiques de la Faculté des lettres de l’Université de Genève. Le jury du festival était composé de membres issus à la fois des mondes des sciences sociales (Jean-François Laé, Charlotte Lamotte et Kazuhiko Yatabe) et du cinéma (Guillaume Morel, Ghanwa Rana et Laurence Reymond). Après délibération, il a décerné samedi en fin d’après-midi les deux prix du festival aux films An Ant Strikes Back et Listening to the Air.

Parmi la trentaine de documentaires proposés, cinq ont été retenus : « On a fait une grande liste des films proposés. La dizaine de membres du comité de sélection les ont visionnés et on a ensuite fait une réunion pour s’accorder sur les cinq qu’on allait garder », détaille Nicolas Pinet. «Pour décider des films, on s’est posé la question : Est-ce que j’ai envie de le montrer ? Est-ce que j’ai envie d’en discuter ? Quand tout le monde s’accorde là-dessus, alors c’est qu’on va le sélectionner. Ushiku [de Thomas Ash] par exemple, tout le monde avait envie de le montrer. »

Ce dernier, tourné en grande partie en caméra cachée recueille le témoignage de demandeurs d’asile dont la demande a été refusée mais qui, craignant souvent pour leur vie, refusent de retourner dans leurs pays. « Du fait même de ne pas pouvoir filmer de manière normale découle l’esthétique de la caméra cachée. Le plan ne sera pas tenu, il y a du flou, mais ce n’est pas grave », souligne Dimitri Ianni. « Je me suis intéressé à l’origine au cinéma de fiction. […] Mon intérêt pour le documentaire et les sciences sociales vient d’un besoin d’introduire une réflexion, qu’elle soit politique ou sociologique dans le contemporain, et de ne pas déconnecter l’esthétique et le politique. »

Les deux films primés feront l’objet d’un sous-titrage en français et seront projetés à nouveau au printemps à Paris et à Genève. Cette première édition du festival du documentaire japonais est parvenue à remplir les salles et le rendez-vous pour une seconde édition est déjà pris pour 2023.

 


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search