Zoom sur le mouvement de grève au campus Condorcet

La fin de l’année 2021 a marqué une étape importante dans la mise en place du GED (Grand équipement documentaire) avec l’ouverture de la plus grande bibliothèque dédiée aux sciences humaines et sociales en Europe. Le projet qui rassemble 10 établissements en plus de l’EHESS, promet d’accueillir à terme le public jour et nuit, sept jours sur sept. Le 23 novembre, date objectif de l’inauguration de la bibliothèque, un mouvement de grève s’est déclenché sur le campus. Pour en présenter les causes, nous nous sommes entretenu avec un salarié gréviste du GED.

Quel a été le déclencheur du mouvement de grève au GED et quelles sont les revendications ?

Il s’est organisé en raison de l’ouverture prématurée de la bibliothèque. […] Bloquer à l’ouverture permettait de visibiliser les revendications. Parce que ce manque de personnel n’est pas nouveau, il n’y en a jamais eu assez. Les 11 établissements membres du projet fournissent la majeure partie du personnel de la bibliothèque. Ces établissements fournissent leur bibliothèque en science sociale et les documentalistes et autres personnels des bibliothèques aurait dû suivre la documentation pour rejoindre le GED. Mais ça n’a pas forcément été le cas, les établissements s’étaient engagé à donner un certain nombre de postes, mais ça n’a jamais été le cas.

On est fatigué. Comme il y a beaucoup d’ambition dans le projet, le personnel s’est beaucoup investi, parfois dans des chantiers qui étaient nécessaires mais n’étaient parfois pas forcément dans leurs attributions – le déménagement, le rangement des collections, le classement, et beaucoup d’autres choses. On a l’impression d’être exploité. […] Beaucoup de collègues se sont mis en grève, mais continuaient de travailler parce qu’ils avaient des dossiers qu’ils ne voulaient pas laisser en plan.

Combien de personnel manque-t-il au GED ?

Pour faire tourner la bibliothèque, il faut 106 postes à plein temps, sans compter les moniteurs étudiants, de mémoire c’est une cinquantaine – chiffres issus d’un rapport de l’inspection générale des bibliothèques. Et jusqu’à présent, on en est à 61 ETP. Dans les autres services hors GED, […] nous n’avons pas de chiffre cible, mais il manquerait la moitié du personnel.

Comment a été suivi le mouvement de grève parmi le personnel ?

Nous n’avons pas de décompte exact, en moyenne on était à 50 %. Les deux premiers jours [23 et 24 novembre] la mobilisation a été bien plus importante, surtout à la bibliothèque.

Où en est le traitement des collections du GED et quel part est aujourd’hui accessible au grand public ?

L’objectif pour l’ouverture l’objectif était de 800 000 documents accessibles en libre accès. Mais actuellement, les deux tiers ne sont pas traités. C’est-à-dire le livre est là, mais il n’a pas encore de cote, d’antivol, il faut encore vérifier la cohérence avec le catalogue et les classer correctement. […] C’est criant quand on se balade dans les rayons. Beaucoup sont vides, parce que les livres n’ont pas encore pu être traités pour être ranger. La collection japonaise n’a pas été rééquipée, comme presque toutes les aires culturelles, elle garde donc ses cotes d’origine.

Pour faire ce premier tiers, nous avions 24 personnes à temps plein, les rééquipeurs, chargés spécifiquement du déménagement. Fin décembre, leurs contrats se sont terminés et ils n’ont pas été renouvelés. Ce n’étaient pas les seules personnes à faire ce travail, mais c’était elles qui en assuraient la plus grosse part. Au rythme actuel, il nous faudrait des années pour terminer ce travail.

Soit l’ouverture était prématurée, soit l’ambition était beaucoup trop importante pour les moyens donnés. […] En somme, on a l’impression qu’ils veulent la vitrine, mais qu’ils se moquent un peu de ce qu’il y a à l’intérieur.

Qu’est ce qui a été obtenu depuis le début du mouvement ?

Une partie du personnel, celle directement gérée par le campus (EPCC, pour établissement public Campus Condorcet), a obtenu une réévaluation des salaires, car leur temps de travail avait augmenté sans contrepartie.

Au niveau de la bibliothèque, on a eu une promesse de la part du Ministère et des établissements membres d’obtenir 41 postes supplémentaires sous deux ans. 10 devraient être donnés dès la fin du mois. On arrive quasiment aux 106 postes nécessaires pour faire tourner la bibliothèque. C’est une bonne chose, mais rien n’a été promis pour le reste des services du campus, seul le GED récupère des postes.

— Maintenant que l’inauguration de la bibliothèque a eu lieu, y a-t-il des choses que vous craignez pour la gestion du GED ?

Oui, que les promesses ne soient pas tenues en nombre de postes pour le GED, que le reste de l’EPCC n’obtienne rien du tout, que les postes donnés ne soient quasiment que de catégorie C, que l’équipement des collections soit très lent avec l’absence de rééquipeurs.

Pétition en soutien du mouvement sociale du GED


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search