Café avec César Castellvi : La profession journalistique au Japon

César Castellvi est docteur en sociologie, maître de conférences en études japonaises à l’Université de Paris et chercheur associé au CRJ. Il publie en ce début d’année « Le Dernier Empire de la Presse – une Sociologie du Journalisme au Japon », aboutissement de sa thèse et d’un travail de recherche commencé il y a dix ans.

Entretien réalisé par Alexandre Garnier

Crédit: Alexandre Garnier

— Pourriez-vous présenter votre parcours de recherche et ce qui vous a intéressé à la sociologie des journalistes ?

J’ai commencé par apprendre la langue et la civilisation japonaise dans le cadre d’un parcours LLCER à Paris 7 entre 2005 et 2008. L’année suivante, je suis parti au Japon pendant un an où j’ai travaillé dans des magasins pour améliorer mon niveau de langue et pour découvrir plus profondément le pays. À l’époque, je pensais rester là-bas, mais je n’ai pas réussi à trouver ma place, donc je suis rentré en France et j’ai commencé un master toujours en études japonaises à Paris 7. Il me fallait un sujet de mémoire, j’y avais réfléchi avant de partir. À l’époque, je regardais beaucoup la télévision, il y avait des choses qui m’intéressaient, d’autres qui me choquaient. Je trouvais le traitement médiatique de certaines affaires un peu étranges. Je trouvais qu’on s’acharnait beaucoup sur les présumés coupables. Ça a suscité mon intérêt. C’est en rentrant que je me suis dit que je commencerai mon premier travail de master sur les médias. Mon sujet était la médiatisation d’un attentat de la secte Aum dans le milieu des années 1990, un attentat qui avait précédé de quelques mois celui, très connu, du métro de Tokyo. Je m’étais intéressé à la manière dont les choses avaient été médiatisées. Ça m’a permis de resserrer le sujet, plus seulement sur les médias, mais sur les personnes qui font le travail de journaliste. Parce que quand on s’intéresse aux médias, en tout cas en sciences sociales, il y a vraiment une pluralité d’approches. J’avais l’impression, dans les travaux que je lisais au Japon, qu’il y avait une tendance à beaucoup se focaliser sur le contenu, sur le discours produit par les médias et qu’il y avait moins de choses sur les personnes qui le produisaient.

En M2, j’ai eu l’occasion de repartir au Japon en échange, c’était une année un peu spéciale parce que c’était celle de la triple catastrophe du 11 mars 2011. J’étais dans une fac de Tokyo, l’université en France nous a demandé de rentrer. J’étais un peu têtu, donc je suis resté là-bas. Encore une fois, c’est la question du traitement médiatique de l’affaire qui m’a interpellé. Ce qui m’avait surpris c’était l’écart entre ce que je lisais dans les journaux japonais et ce qu’on trouvait sur les sites Internet de médias français. Je voyais bien qu’il y avait une différence de température. La connexion avec la sociologie du journalisme s’est faite à ce moment-là. Quand je suis rentré en France en septembre 2011, j’avais fini mon master à Paris 7. J’ai recommencé un master cette fois en sociologie, ici, à l’EHESS, en coupant donc un peu les ponts avec le Japon, même si mon travail de mémoire était toujours porté sur la profession de journaliste au Japon.

— Pourriez-vous vous présenter et introduire l’espace médiatique japonais dans lequel vous avez réalisé votre enquête et pourquoi s’être intéressé à ce champ d’études ?

Le cœur du monde médiatique japonais, c’est cinq grands conglomérats autour, à l’origine, de cinq grands quotidiens nationaux qui dans les années 50 ont investi et ont contribué à la création de groupes télévisuels. Vous avez par exemple le groupe Asahi et son quotidien Asahi Shimbun qui a contribué à la création à la fin des années 50 d’une chaîne de télévision qui aujourd’hui s’appelle TV Asahi qui elle-même a tout un tas de chaînes locales, une maison d’édition, et cetera. C’est cette structure avec des participations croisées, qu’on retrouve autour de ces cinq grands groupes avec des connexions entre le grand quotidien national et la grande chaîne TV à Tokyo plus ou moins fortes. Et on a, à côté de ça, la NHK qui est le grand groupe télévisuel public et les chaînes de radio rattachées. En gros, l’essentiel de l’information généraliste et politique vient de ces grands groupes. Il y a avez aussi une presse régionale très très développée, avec des monopoles régionaux très forts. On peut citer le cas extrême du Tokushima Shimbun sur l’île de Shikoku où près des trois quarts de la population sont abonnés au journal. Et en marge de ce cœur mainstream qui va produire l’information institutionnelle, il y a une presse magazine très présente. Ça ne veut pas dire que ceux-là sont lus par toute la population, mais ils ont un certain poids, parce qu’ils vont être capables de dénoncer des scandales que ne va pas révéler la presse mainstream. Il y a un équivalent des tabloïds britanniques, mais aussi des magazines d’investigation portés sur les malversations du monde politique et économique, l’un des plus connus étant le Shūkan Bunshun. Quand ce dernier sort une affaire, ils sont pris très au sérieux. Cet hebdomadaire a un réel pouvoir d’enquête qui, aujourd’hui, est un peu au cœur du jeu entre médias et politiques.

En France, on a le triptyque Libération, Le Monde, Le Figaro, avec un lectorat qu’on peut assez facilement identifier. Cette division au Japon a très longtemps été difficile à faire parce que le lectorat des grands quotidiens japonais était tellement large, — on parle de plusieurs millions de lecteurs, que même si on sait que l’Asahi Shimbun va avoir un éditorial un peu plus progressiste et le Yomiuri Shimbun un peu plus conservateur, en fait, sur le gros de l’information, c’est quand même assez proche. Le but du jeu c’est de toucher un lectorat le plus large possible. Cette connexion entre ligne éditoriale et électorat a très longtemps été diffuse. Ça reste vrai, mais c’est un peu en changer actuellement.

— À qui appartient la presse japonaise ? Est-elle économiquement rentable ?

Je vais donner une réponse de sociologue : ça dépend. Si on regarde les grands quotidiens nationaux, la plupart d’entre eux se possèdent eux-mêmes dans le sens où l’actionnaire majoritaire est une organisation interne qui appartient soit aux salariés de l’entreprise, soit aux cadres dirigeants. Il y a quand même sur le plan historique, certains grands quotidiens comme l’Asahi ou le Yomiuri qui sont historiquement liés à de grandes familles. Dans le cas du premier, il y a longtemps eu un lien avec les familles Murayama et Ueno qui descendent directement des fondateurs du journal à la fin du XIXe siècle. Également, la législation de la presse au Japon fait que : ne peuvent officiellement posséder les actions d’un quotidien que des organisations en lien avec le domaine de la presse. Donc, très souvent, ça va être des imprimeries, des actionnaires historiques ou des regroupements de salariés internes à l’entreprise. Mais en regardant plus en détail, on peut voir qu’il y a, de temps en temps ,des banques, des assurances, mais ce sont des actionnaires vraiment minoritaires à hauteur de 1, 2 ou 3 % maximum. Pour la presse régionale, on peut trouver des connexions entre un quotidien et l’industrie locale. Mais ce qui est intéressant, c’est que ce n’est pas un pays où l’on va trouver des grands capitaines d’industrie qui vont racheter un quotidien, en devenir l’actionnaire majoritaire, comme ça peut être le cas aux États-Unis ou chez nous. Légalement, c’est très compliqué. L’actionnariat des journaux bouge assez peu et c’est un avantage pour eux. Moi, ce qui m’intéresse, par exemple sur la structure des rédactions, c’est que c’est assez stable et on a très rarement de grosses coupes dans les rédactions. De temps en temps, il y a des campagnes de départ pour les journalistes un peu âgés, mais ça ne peut pas être des campagnes de licenciement comme ça existe chez nous. Cette dimension un peu statique de l’actionnariat va donner lieu à un positionnement assez conservateur et un poids très fort de l’éditorial par rapport à la dimension commerciale des journaux, et quand vous regardez qui sont les PDG, ce sont quasiment toujours d’anciens journalistes. Donc ils vont être très protecteurs de l’indépendance éditoriale, notamment sur la question publicitaire ou la question des ventes.

Sur la rentabilité, dans le cas de la presse nationale, la vente par abonnement rapportait beaucoup et a donné une stabilité financière très forte. Il y a quinze ans, on a vu la crise financière créer un raz-de-marée dans les rédactions américaines, très dépendantes de la publicité. Cela a donné lieu à des vagues de licenciements. Au Japon, ça n’a pas été le cas. Le problème ajourd’hui, c’est l’érosion du lectorat qui a commencé à la fin des années 90, mais qui s’est vraiment accentuée depuis le début des années 2010. Ce modèle, qui était très stable jusqu’à la fin des années 2000, aujourd’hui repose sur des pieds d’argile. Ce sont des mastodontes de papier qui sont en train de fondre. Le modèle n’est plus rentable. Il y a une tendance à penser : « Jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien », mais tout le monde sait que d’ici quelques années ça ne va pas tenir. Il y a certains quotidiens qui se lancent, à marche forcée, dans une transition numérique et qui ont l’air de s’en sortir. Le Nihon Keizai Shimbun, le grand quotidien économique, donne pour l’instant des signes de réussite, mais il y en a d’autres comme le Yomiuri Shimbun, le plus gros quotidien au monde en termes de tirage qui reste sur cette logique du tout papier, contre vents et marées, et semble tenir. Ils ont un site Internet, mais peu de contenu est accessible et il n’existe pas d’abonnement uniquement en ligne : pour avoir un accès au site, il faut être abonné au papier. En 2022, c’est la position adoptée par le plus gros quotidien au monde, ça en dit long.

Crédit: César Castellvi

— Comment a été mené le travail d’enquête pour la réalisation de votre thèse ? Pourriez-vous détailler notamment votre rôle en tant qu’assistant éditorial à l’Asahi Shimbun ?

Au moment où j’étais en master à l’EHESS, j’ai commencé à me focaliser sur le métier de journaliste au Japon. Mes lectures en sciences sociales étaient très axées sur l’observation participante, non participante, l’entretien, je faisais mes recherches avec quelqu’un de spécialité sur ce genre d’approche. En menant mes recherches, je me suis aperçu qu’il n’y avait quasiment pas de travaux japonais en sciences sociales qui adoptaient les méthodes de l’observation participante, de l’ethnographie. Donc j’ai commencé à faire des entretiens avec des journalistes japonais au moment de l’élection présidentielle de 2012. À ce moment-là, les quotidiens japonais avaient besoin d’interprètes pour donner un coup de main à leurs journalistes. Je suis parti avec la première personne qui m’a dit oui et c’était celle qui dirigeait le bureau de l’Asahi Shimbun à Paris. J’étais stagiaire, mais ça m’a déjà permis de comprendre un peu l’organisation du travail, comment fonctionnait un peu la rédaction là-bas, même si je n’en voyais qu’un morceau. Après mon master, j’ai obtenu une bourse pour aller faire mon doctorat au Japon. J’étais rattaché à une faculté là-bas, ça me donnait une bonne carte de visite. J’ai eu des occasions de faire des observations courtes de quelques jours dans divers journaux.

Et puis en octobre 2013, j’ai rencontré quelqu’un de l’Asahi qui avait une position assez élevée dans la rédaction. Je lui ai fait ma demande : « J’aimerais bien pouvoir voir ce que vous faites au quotidien. Dans mes recherches, c’est quand même mieux de pouvoir voir les journalistes au travail… ». Je n’ai pas eu de nouvelles et puis, finalement, en février j’ai reçu un coup de téléphone d’une secrétaire qui me dit : « si vous êtes toujours intéressé, on peut vous proposer un poste d’assistant éditorial ». Moi franchement, tout m’allait tant qu’on me laissait une occasion d’être là, de roder. J’y étais de 16 h à 23 h. Mon travail, c’était premièrement de distribuer les journaux aux journalistes du service auquel j’ai été rattaché, l’archivage des éditoriaux. Ensuite les premières versions des articles sortaient à 18 h, il fallait que je les distribue, répondre au téléphone. Ça, c’était le cœur du travail, avec une espèce de rush entre 18h30 et 21 h. Ça m’a servi à rencontrer des gens et à observer les changements, sans arrêt, dans les carrières de journalistes. Changements de services, changements thématiques, changements géographiques. Tous les trois mois, il y avait des journalistes qui partaient et d’autres qui arrivaient. Je les rencontrais et je réalisais mes entretiens. Et en dehors de cette observation participante, quand j’avais un peu de temps pour moi, je demandais à aller pendant quelques jours voir comment ça se passe en région.

Rentrer dans ces rédactions, ça a été un processus très long, mais je pense que le fait d’avoir été étranger m’a aidé. En France, être étudiant dans un département de recherche sur le journalisme et demander à faire un terrain à France Culture à l’AFP ou au Monde, c’est assez courant. Ça ne va surprendre personne d’avoir un sociologue ou un étudiant en science politique dans la rédaction pendant les élections. Au Japon, ça n’arrive jamais. Il y a une culture d’entreprise, une dimension industrielle qui est très forte. On s’inquiète. On ne sait pas trop ce que vous allez faire. Potentiellement, vous pourriez divulguer des secrets à la presse magazine toujours à l’affût d’un scandale, donc par précaution on vous dit non. Dans mon cas, il y sans doute moins d’inquiétude parce que même les personnes qui savaient que je faisais ma recherche se disaient : « Bon, il est en thèse en France, il va faire son truc en France ».

— À quoi ressemble le parcours type d’un ou d’une journaliste ? Comment commence-t-on une carrière dans cette profession ?

Déjà sur la manière dont on apprend le métier : il y a des départements d’étude des médias, des départements de communication dans la plupart des universités, mais en revanche, il y a quasiment aucune formation professionnalisante, du type des grandes écoles de journalisme qu’on a en France. En fait, le type d’études que vous avez fait importe peu. Il faut avoir un degré universitaire ou une licence pour faire carrière dans la presse ou à la télévision, mais c’est tout. Ça peut être en droit, en biologie, en économie ou en littérature, on s’en fiche. Le gros du tri se fait en fait par le nom de l’université dont vous sortez. Si vous n’êtes pas issu d’une des grandes universités privées ou publiques, l’accès aux médias nationaux risque d’être difficile . Tout est fait par algorithme maintenant, vous n’allez même pas accéder à l’étape de l’examen écrit.

Aujourd’hui les grosses inquiétudes des entreprises qui recrutent, c’est les départs des jeunes après une ou deux années. Ça pose beaucoup de problèmes aux grands médias, parce que tout leur modèle managérial, leur système de ressources humaines est basé sur le fait que les nouvelles recrues restent longtemps. Comme elles ne sont pas formées, c’est l’entreprise qui les forme, qui fait un investissement sur plusieurs années en les envoyant dans des bureaux locaux couvrir la police locale et cetera. Ce sont donc justement les personnes qui ont une conscience un peu plus aiguë de ce que ça implique d’être journaliste qui vont être appréciées. Pas forcément des personnes férues qui connaissent l’actualité sur le bout des doigts, mais des personnes qui savent que, oui il va falloir travailler le dimanche, oui vous n’aurez pas beaucoup de vacances, oui ça va être un travail 24 h sur 24. Derrière le projet d’une carrière dans le journalisme, on retrouve à peu près les mêmes motivations qu’on va trouver chez nous. Ça peut être une conscience politique, pas dans le sens militant qui est au contraire très mal vu, mais l’envie d’une forme d’implication dans la vie publique. Aussi, comme le journalisme au Japon a une dimension très sociale, j’entends par social plutôt le service société où se fait le cœur de l’apprentissage du métier, très porté sur la couverture des affaires de mœurs, des faits divers, des accidents, il y a la volonté de faire en sorte que le discours des gens de la vie quotidienne ait une place dans l’espace public. C’est un discours qui est très présent. En France cette dimension du travail est beaucoup moins valorisée, les journalistes n’ont pas spécialement envie de faire ça en début de carrière, ça peut même être considéré comme la rubrique des chiens écrasés. C’est beaucoup moins prestigieux que de couvrir ce qui se passe à Paris. Tandis qu’au Japon, dans ce modèle organisationnel où on apprend le travail comme ça et où on est jugé par la suite sur sa capacité à devenir bon sur ce type de sujet, ça donne au journalisme fait-diversier une espèce de reconnaissance particulière, une espèce d’aura.

— Quel est le rôle des clubs de presse au Japon ? Quelles sont les principales critiques faites à leur égard et avez-vous pu les retrouver dans votre expérience de terrain et dans vos entretiens avec les journalistes ?

Les clubs de presse, ce sont des rassemblements de journalistes qui sont là pour couvrir en priorité une institution, comme en France on peut avoir une association des journalistes qui couvrent la mairie de Paris, l’Association de la presse présidentielle, l’Association des journalistes parlementaires. Sur le papier c’est ça. Là il y a une grosse différence, c’est qu’en France, ces associations de reporters couvrent des institutions publiques et elles sont finalement assez limitées dans leur pouvoir. Au Japon, ça peut être public, mais aussi de grandes entreprises. Ça peut être des universités, des instituts de recherche, des think tanks et aussi toutes les administrations locales, mairies et commissariats, tout ça systématisé à l’échelle du pays. En France, un journaliste qui souhaite couvrir une institution va avoir besoin d’une carte de presse ou d’être rattaché à un média un minimum connu. La deuxième spécificité, c’est qu’au Japon, on trouve un niveau de fermeture assez fort,  beaucoup plus systématique et qui ne se joue non pas sur le fait d’avoir une carte de presse ou non, mais sur le fait d’être salarié d’un journal, d’une chaîne de télévision ou d’une agence de presse. Pour tous les autres, la presse magazine, la presse en ligne, les freelances et les médias étrangers, dès que vous voulez aller dans une dans un club de presse, c’est un peu plus compliqué, les choses ne se font pas d’office, il faut des négociations et il y a certains clubs où l’on ne vous accepte carrément pas. Avoir accès à un club, ça donne accès aux conférences de presse, à la documentation, aux fonctionnaires ou représentants en communication. Ça vous donne aussi une plus grande chance de pouvoir poser vos questions, et encore pas toujours.

Les critiques, c’est premièrement bien sûr cet accès restreint, de monopole de certaines organisations par rapport aux autres. Ensuite, la deuxième critique porte sur la présomption de collusion : vous avez des communicants, des sources et des journalistes qui sont tout le temps ensemble. Est-ce que c’est un peu limite de ce point de vue là ? Quand vous posez la question, les journalistes des grands journaux japonais vont répondre : « oui, mais en même temps, nos journalistes ne restent jamais plus de deux ou trois ans, on ne peut pas développer de relation privilégiée ». Et la dernière critique, c’est la question de l’uniformité, le fait que les médias vont avoir tendance à reprendre les communiqués de presse et à publier un peu tous la même chose. C’est là où les médias sont souvent critiqués au Japon, on leur dit : « Vous vous limitez trop à la reprise de ces communiqués que vous récupérez dans le cadre de ces clubs ».

— Qu’est-ce qu’inspire la profession pour le grand public ? Quel statut social ont les journalistes dans la société japonaise ?

La défiance vis-à-vis de l’institution médiatique n’est pas très forte. On ne va pas dire que les gens sont défiants, on va dire qu’ils s’en fichent. De même, quand des médias ou la liberté d’expression sont attaqués au Japon, les gens réagissent peu. Quand on regarde le niveau de confiance accordé aux médias japonais, ils bénéficient d’un niveau assez élevé. La profession journalistique, en revanche, c’est une profession qui est, beaucoup plus que chez nous, associée au fait d’être salarié. Il n’y a pas une image de profession très établie, vous êtes un salarié d’une entreprise de presse, donc vous subissez les pressions de la hiérarchie comme tous les autres salariés. Il n’y a pas comme en France, les « grandes plumes », une origine du journalisme avec la Révolution française, l’opinion, le débat d’idées. Les Japonais sont un peu plus proches des Anglo-Saxons, les journalistes ne sont pas là pour défendre des idées, ils sont là pour produire de l’information.

Jusqu’aux années 90, la règle était de ne pas signer ses articles. Aujourd’hui, il y a des quotidiens qui ont choisi de signer systématiquement, et même chez ceux qui n’ont pas fait ce choix, il y a beaucoup plus de signatures maintenant. Il y a plusieurs raisons à cela. Il y a eu tout un tas de scandales dans les années 80-90, où justement, le fait que les auteurs de certains articles étaient anonymes était très critiqué. Il y avait une volonté pour les médias de responsabiliser un petit peu plus ces journalistes qui avaient, pour certains, fait des choses très borderline sur le plan de la déontologie. Mais finalement, c’est devenu une véritable stratégie éditoriale pour certains quotidiens de mettre en avant leurs plumes dans un contexte de diminution du lectorat. C’est quelque chose qui vient se superposer aujourd’hui avec l’utilisation des réseaux sociaux, de Twitter notamment, où des porte-paroles des rédactions vont être présents avec le badge de compte vérifié, vont avoir l’aval de leur rédaction pour s’en revendiquer. En termes de politique éditoriale, ça va dans le sens d’une transformation, d’un modèle où pendant très longtemps, il ne fallait pas être clivant pour avoir une croissance exponentielle. Mais dès lors qu’on ne peut plus l’atteindre, le lectorat diminue, et on essaie de cibler et pour ça on fait ressortir des individualités dans lesquelles les gens vont se reconnaître.

 

Vous pourrez retrouver César Castellvi, le 14 février dans la prochaine séance des « plumes (dé)masquées du CCJ » et également dans le prochain numéro de la revue Cipango.

 


2 réponses

  1. 28/02/2022

    […] : Alexandre Garnier, “Café avec César Castellvi : La profession journalistique au Japon“, en appui du livre de C. Castellvi, Le dernier empire de la presse. Une Sociologie du […]

  2. 24/08/2022

    […] L’entretien est disponible en accès libre sur le Carnet Hypothèses du CRJ en cliquant sur le lien suivant : https://carnetsjapon.hypotheses.org/21768 […]

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search