Morts pour l’empereur : La question du Yasukuni

© Takahashi Tetsuya

A paraitre en mars 2012, un ouvrage de Takahashi Tetsuya, traduit du japonais par Arnaud Nanta (CRJ/CNRS) avec une préface de Stéphane Audoin-Rouzeau (CRH/EHESS) “Morts pour l’empereur : La question du Yasukuni” (Yasukuni mondai, Tôkyô, Chikuma shobô, 2005).

Qu’est-ce que la « question du Yasukuni », comme on l’appelle au Japon et chez ses voisins ? Quelle est la nature de cette institution dédiée à la commémoration des morts au combat japonais ? Cette question semble aujourd’hui dans une impasse, depuis les années 2000 et le mandat du Premier ministre Koizumi.
Le Yasukuni est un sanctuaire shintô situé au centre de Tôkyô. Pourquoi soulève-t-il tant de problèmes politiques au Japon même ou sur la scène internationale ? Ce sanctuaire est très particulier : il célèbre comme « divinités » quelque deux millions cent-cinq mille soldats de l’ex-armée japonaise. Ainsi cette question touche-t-elle à la responsabilité de guerre du Japon contemporain, ainsi qu’à l’histoire de la domination coloniale. Et divers problèmes s’imposent, concernant la commémoration des morts au combat, leur glorification comme « héros », la relation entre politique et religion, le nationalisme moderne et l’idée de « mourir pour la patrie », ou encore l’identité et la « culture » japonaises.
L’ouvrage tente, en s’appuyant sur l’arrière-plan historique du sanctuaire et sur l’histoire du Japon contemporain depuis la fin du XIXe siècle, d’éclairer ce qui constitue la « question du Yasukuni », tout en réfléchissant à la façon dont nous devons, aujourd’hui, poser ce problème. Le présent ouvrage est organisé autour de cinq axes, traitant de la mémoire, des responsabilités de guerre et coloniales, de la dimension religieuse, des théories culturalistes, et enfin des propositions de nouvelles institutions commémoratives aujourd’hui à l’étude.

Tetsuya Takahashi est né en 1956 au Japon. Il est professeur au Département des Arts et des Sciences de l’Université de l’Université de Tôkyô, où il étudie et enseigne la philosophie du XXe siècle et notamment Jacques Derrida. Il travaille aussi depuis le milieu des années 1990 sur des questions politiques et historiques touchant aux responsabilités des guerres japonaises, à l’éthique du pouvoir politique ou à l’Holocauste.

Les Belles Lettres, 2012
Collection Japon
XXII – 172 pages
ISBN : 978-2-251-72213-9
25,00 EUR

Site web de l’éditeur

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.