Mathieu Gaulène, jeune chercheur associé au CRJ

© Mathieu Gaulène

Le Centre de recherches sur le Japon a le plaisir d’annoncer l’arrivée de Mathieu Gaulène en tant que jeune chercheur associé.

Il a soutenu son doctorat en anthropologie Fukushima ˸ un accident «Made in Japan» ? Analyse sémiotique de la causalité au Japon au sein de Mines ParisTech / Université PSL, Centre de recherche sur les Risques et les Crises (CRC) en 2021.

Depuis 2022, Mathieu Gaulène est chercheur associé au Mitate Lab, Post-Fukushima Studies (CNRS). Il a précédemment été journaliste indépendant à Tôkyô pendant 5 ans. Issu de cette expérience, il a publié en 2016 Le nucléaire en Asie. Fukushima, et après ? aux Éditions Picquier. Dans cet ouvrage, il écrit sur l’histoire du nucléaire civil au Japon dans l’après-guerre, sur les oppositions qu’il a suscitées, ainsi que sur les enjeux politiques et sociaux liés à l’accident de Fukushima Daiichi.

En mars 2022, paraîtra l’ouvrage collectif L’accident de Fukushima : le Premier ministre du Japon face à la crise nucléaire aux Presses des Mines, dont une contribution de Mathieu Gaulène “Parcours d’un Premier ministre atypique, pp. 41-68.

Après avoir travaillé sur la politique nucléaire au Japon et l’accident de Fukushima Daiichi, Mathieu Gaulène s’intéresse désormais aux motivations ayant conduit à la mise en place d’un chantier de décontamination inédit par son ampleur. Il questionne notamment l’inscription de ce chantier dans un contexte culturel nippon, où la perception des désastres et de la pollution est marquée par une trajectoire historique spécifique.

Le point de départ de cette recherche est une proposition de Hatamura Yôtarô, ex-président de la Commission d’enquête sur l’accident nucléaire de Fukushima (ICANPS), qui suggère d’imiter les paysans de Tsumagoi après l’éruption du volcan Asama en 1783. Ces derniers nettoyaient leurs terrains agricoles en enlevant les cendres volcaniques et en les rassemblant en bout de terre. L’analogie, qui est ici un rapport d’identité stérile niant l’exceptionnalisme radioactif des « cendres de Fukushima », n’en interroge pas moins sur l’utilisation du raisonnement analogique et de la mémoire collective en temps de crise.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search