Café avec Masako Hasegawa-Sockeel : l’art du livre illustré japonais ancien

Masako Hasegawa-Sockeel 長谷川-ソケール 正子 a été bibliothécaire, chargée de la collection du fonds japonais au musée Guimet jusqu’en 2019. Elle s’est investie avec générosité au service des chercheurs et du public. Antérieurement, elle a passé une brève période au Centre de recherches sur le Japon de l’EHESS, nous lui en sommes très reconnaissants. Elle a notamment débuté l’informatisation du catalogue de notre fonds documentaire. Depuis sa retraite, elle partage sa vie entre la France et le Japon. Elle a publié de nombreux articles, dont récemment, dans la Revue du Louvre, sur le livre illustré japonais.1

Entretien réalisé par Yasuko D’Hulst

Pourrais-tu nous parler de ton parcours à la bibliothèque du musée Guimet et également nous dire un mot sur les collections japonaises ? 

Masako Hasegawa-Sockeel

En février 2003, j’ai commencé à travailler au musée Guimet en tant que bibliothécaire spécialisée en langue japonaise. Mon prédécesseur m’a appris qu’il y avait des livres illustrés dans le fonds ancien japonais. J’étais tellement ignorante des livres anciens japonais que je me demandais pourquoi des livres pour enfants étaient collectionnés par le musée Guimet !

En fait, il désignait par là des livres (souvent des romans mais aussi des traités scientifiques) enrichis par des illustrations, souvent peintes par des artistes très célèbres à l’époque. Ces ouvrages étaient donc à la fois des romans et des œuvres d’art.

Le fondateur du musée, Emile Guimet (1836-1918)2 obtint lors de son voyage au Japon (1876) des études sur les religieux, quelques statuettes bouddhiques et à peu près mille livres bouddhiques et trois cents livres illustrés anciens. Le fonds ancien japonais du musée est basé sur ce noyau qu’il avait ramené en France. Le fonds japonais (ancien et contemporain) représente environ 10-15 % de l’ensemble du fonds de la bibliothèque. Il porte sur les domaines du bouddhisme, de l’art, de l’histoire, de l’anthropologie, etc. 

Mes services consistaient à conserver et à enrichir le fonds japonais : d’abord acquisition des livres (choix des titres, commande, correspondance avec les fournisseurs japonais, catalogage, etc.), ensuite recherche documentaire pour offrir des renseignements bibliographiques aux lecteurs qui sont non seulement des professionnels (conservateurs, professeurs, étudiants en arts) mais aussi des amateurs de l’art japonais ou de simples visiteurs. Notre bibliothèque est en effet ouverte au grand public. 

Ma formation bibliographique et mon travail à l’EHESS m’ont permis de cataloguer tout de suite le fonds japonais contemporain. Mais, pour les époques plus anciennes, il me fallait ré-approfondir un savoir un peu superficiel ce qui n’était pas très facile à faire toute seule. Heureusement, lors de son départ à la retraite, une documentaliste spécialisée dans l’art japonais et le bouddhisme zen a fait don de toute sa bibliothèque au musée. En la cataloguant titre par titre, j’ai pu comprendre le grand parcours de l’histoire de l’art japonais et du bouddhisme.

La différence entre une bibliothèque universitaire et celle d’un musée est qu’il faut obtenir absolument des livres spéciaux : les catalogues des expositions qui ont lieu dans les musées publiques ou privées de tout l’archipel. Or, cette sorte de livres n’était pas vendue sur le réseau commercial, il fallait, soit les acheter directement aux musées, soit demander à quelqu’un d’en acheter et de nous les envoyer.

Au début de ma carrière de bibliothécaire au musée, j’ai eu donc trois difficultés à résoudre en hâte : approfondir les sujets (l’art japonais, le bouddhisme), apprendre le logiciel de catalogage utilisé par la réunion des musées nationaux et trouver un fournisseur spécialisé dans les catalogues d’expositions. J’ai trouvé heureusement assez rapidement la solution à ces trois problèmes. Mais il me restait encore une vraie question : comment conserver et cataloguer ce fameux fonds ancien japonais ?

Peux-tu nous parler plus en détail de la manière dont tu t’es formée à ce travail ? As-tu gardé des souvenirs particuliers dans ta collaboration avec les chercheurs, les collègues ?

En 2006, j’ai eu la chance d’avoir participé au stage organisé par la Fondation du Japon et la NDL (National Diet Library) dont le but était de former des bibliothécaires spécialisés sur le Japon en l’Europe. Pendant trois semaines, une vingtaine de stagiaires venus de toute l’Europe a suivi des cours bibliographiques et visité la bibliothèque et le centre de documentation de Tokyo et de la région du Kansai. J’y ai fait la connaissance d’un collègue qui travaille en Angleterre dans une bibliothèque spécialisée dans l’art japonais qui possède elle-aussi un fonds ancien japonais. Il m’a appris que des chercheurs et des professeurs spécialisés dans le japonais classique projetaient d’organiser une formation sur le catalogage des livres anciens pour des bibliothécaires travaillant hors du Japon à l’Université Tenri dont la bibliothèque historique possède beaucoup de livres anciens y compris des trésors du patrimoine, et offrait l’occasion de les montrer. 

Cette formation s’est déroulée sur trois ans, à raison d’une semaine par an. Pourquoi cet intervalle ? Parce qu’ils ont pensé qu’il était beaucoup plus efficace d’étaler la période d’apprentissage que de lancer d’un seul coup trois semaines de cours. Les frais de formation et le séjour étaient offerts par l’Université, et la Fondation du Japon m’a aidé à payer le voyage.   

 Stage à l’Université Tenri, 2007

De 2007 à 2009, pendant cette période de stage, j’étais très heureuse, je peux même dire que c’était un des meilleurs moments de ma vie. Nous avons suivi non seulement des études bibliographiques, mais aussi appris une partie des techniques de fabrication des livres anciens.

De plus, des formateurs spécialisés de l’Université Tenri nous ont donné des cours très vivants. Un jour, le spécialiste de livres anciens de « Haïkaï » nous a posé la devinette suivante : en comparaison des japonais contemporains, quels étaient les points forts des gens de l’époque d’Edo ? Réponse : la capacité de marcher longtemps et celle de calligraphier…. Il voulait ainsi évoquer un point fondamental dans la création des livres à cette époque. Par exemple, Matsuo Bashô 松尾芭蕉 a parcouru à pied tout le pays pour écrire plusieurs recueils de poèmes….

Grâce à son cours, je suis devenue consciente des circonstances dans lesquelles naissait un livre ancien japonais. Quand je suis venue à Tokyo, j’ai essayé de marcher de Nihonbashi (le point de départ de la mesure des distances vers la province) jusqu’à l’hébergement « Nagasaki-ya 長崎屋 » où les hollandais étaient hébergés dont Hokusai a dessiné une scène !

J’ai aussi noué alors une amitié précieuse avec les collègues qui travaillent hors du Japon, surtout aux Etats-Unis et en Europe. Cette amitié dure encore. Nous avons établi un réseau professionnel qui permet d’échanger des renseignements bibliographiques sur les livres anciens japonais.

Je pense que c’est à cette période que j’ai commencé à participer à la conférence annuelle de l’EAJRS (European Association of Japanese Resource Spécialists) qui a lieu de manière tournante dans des villes européennes. Même depuis mon départ à la retraite, j’essaie d’assister (en auditeur libre) à ces réunions.

Tu n’as pas cessé de t’intéresser aux livres japonais anciens. Peux-tu nous parler de quelques travaux qui ont marqué tes souvenirs ? Quels livres t’ont marqué ?

Je reviens sur le sujet des livres anciens japonais. Cela désigne l’ensemble des livres produits au Japon avant l’époque d’Edo (1603-1868). Mais il n’existe pas de critère chronologique précis et la bibliothèque du musée Guimet élargit la période jusqu’à la fin de l’ère Meiji (1868-1912).

Au milieu du 19ème siècle, comme on le sait, le Japon s’est ouvert sur le monde. L’introduction de la culture occidentale a bouleversé tous les aspects de la vie des japonais. Elle a influencé non seulement l’infrastructure, mais aussi la vie quotidienne : les vêtements, la nourriture, y compris l’éducation, bref, la culture en général.

Le monde de l’édition n’a pas fait exception. L’imprimerie a exclu petit à petit les techniques anciennes : écriture manuscrite (calligraphie) et xylographie. Les livres xylographiques représentaient 90 % des publications à l’époque, le reste étant des livres manuscrits ou enluminés. Cette sorte de livre, fait de plusieurs feuilles de gravures, pliées en deux, face imprimée vers l’extérieur, rassemblées et brochées au dos au fil se nomme « 版本, hanpon = livre xylographique ». C’est simple, léger et souple. Sa conservation, son catalogage, dont le saisi des informations bibliographiques, est très différent des livres d’aujourd’hui.  

Par ailleurs, un autre grand problème est celui des changements dans la façon d’écrire le japonais à l’époque Meiji. Le système d’écriture mélangeant les kanji (idéogrammes chinois) et kana (caractères phonétiques) s’utilisait depuis le dixième siècle au Japon mais pour moderniser le pays, le gouvernement Meiji a réformé l’enseignement primaire en 1900 : limiter le nombre de kanji, changer l’ordre des syllabes (de l’ordre d’i, ro, ha…. à celle d’a, i, u, e, o……), adopter l’usage de l’écriture de kana s’accordant au son, standardiser la forme des hira-gana (mais pas des kata-kana). 

Désormais seule une forme de hira-gana sera utilisée pour les 51 hira-ganas. Les autres formes seront nommées « kana irréguliers ou anormaux» (変体仮名hentai-gana) et disparaîtront de l’enseignement primaire officiel.  Aujourd’hui ces « kana irréguliers » et les « kanji cursifs » (草書体漢字 sôsho-tai kanji) sont nommés « lettres cursives » (くずし字 kuzushi-ji) et ne sont étudiés que dans des domaines très spécialisés de l’enseignement supérieur.  

Par conséquent, si avant la guerre il restait encore des gens sachant lire ces caractères, les japonais ordinaires qui ont suivi l’enseignement primaire après la deuxième guerre mondiale ne connaissent pas du tout cette « écriture cursive ». J’étais dans ce cas et pour pouvoir lire les livres anciens du musée Guimet, il me fallait absolument apprendre ces écritures cursives (il en existe plusieurs types).

Le fonds anciens japonais de la bibliothèque du musée Guimet rassemble actuellement à peu près mille cinq cents titres et cinq mille fascicules (parfois un titre contient plusieurs fascicules, surtout pour les sutras bouddhiques) dont les sujets sont très variés : religion, histoire, éducation, art, loisirs, langue, etc.

Cette collection est conservée dans une dizaine d’armoires au sous-sol. On m’a confié la tâche d’améliorer leur conservation : ajouter des étagères pour mieux ranger les livres à plat, les conserver dans des boîtes antiacide et les dépoussiérer. C’étaient très intéressant malgré un travail monotone et solitaire. De plus cette activité correspondait à la période de formation de l’Université Tenri, et j’ai pu ainsi lister les questions à poser pendant la session suivante. En même temps que je me perfectionnais au fur et à mesure dans la lecture des écritures cursives, j’ai pu lister les titres, années, auteurs de ces livres pour l’ensemble de la collection. Si vous le souhaitez, vous pouvez demander des renseignements sur cette liste auprès du bibliothécaire. 

A propos, cette collection ne s’est pas construite en un seul jour, mais elle était déjà constituée aux deux-tiers à la fin du 19ème siècle. Emile Guimet a en particulier obtenu la bibliothèque d’Alphonse Pinart (1852-1911), explorateur, linguiste, collectionneur, qui avait négocié avec le ministère de l’instruction publique de l’époque le financement de son expédition vers l’Amérique du Sud contre le don de sa bibliothèque au musée d’ethnographie du Trocadéro. Son ex-libris se retrouve sur beaucoup de livres dans les domaines des langues et de la géographie.  

Un autre don très précieux est celui de Mme Andrieu, petite fille d’un médecin-chirurgien de la Marine française, Paul Amédée Ludovic Savatier (1830-1891) qui a séjourné deux fois au Japon entre 1866 et 1876. Sa collection compte plusieurs livres xylographiques sur la botanique, par exemple, « 本草図譜, Honzô zufu, 100 tomes » dont la série complète est rare et se trouve dans quelques institutions au Japon comme NDL et certains manuscrits magnifiques de dessins de fleurs en couleurs sont uniques au monde. Savatier s’était lié d’amitié avec le botaniste-médecin japonais, Itô Keisuke 伊藤圭介(1803-1901), qui a publié plusieurs livres dans le domaine de la botanique. 

Certains spécialistes japonais venaient à notre bibliothèque pour mener des recherches consultant cette collection, parmi eux, j’ai rencontré le professeur Sasaki Takahiro de Shidô bunko de l’Université Keiô. A cette occasion, je lui ai demandé des conseils sur la rédaction des notices bibliographiques de quelques fonds anciens que je ne comprenais pas. Pendant que nous discutions dans la salle de lecture, un lecteur français s’intéressait à cette pile de livres bizarres (au moins pour lui), nous lui avons expliqué ce qu’étaient les livres anciens japonais. 

Après cela, j’ai discuté avec le professeur Sasaki : puisqu’il existait des lecteurs français curieux, ne serait-il pas intéressant d’organiser une journée d’étude sur les livres anciens japonais en montrant aux lecteurs motivés la collection du musée Guimet. Je lui ai promis qu’un jour j’organiserai cette sorte de conférence. Le temps est passé sans réaliser ce rêve. J’avais un peu honte de ne pas avoir tenu cette promesse jusqu’au jour où par un hasard extraordinaire, j’ai à nouveau rencontré le professeur Sasaki. En 2014, je participais à un stage de bibliothécaires spécialisé sur l’art japonais à Tokyo, nous nous sommes croisés dans le métro  et cela m’a semblé être un signe du destin !

En rentrant à Paris j’ai sollicité sans tarder l’aide de quelques spécialistes en France, les professeurs Christophe Marquet (INALCO), Mathias Hayek (CRCAO) et j’ai organisé une journée d’étude « L’univers du livre japonais ancien » au salon Pelliot, de l’annexe du musée Guimet, le 23 février, 2017.

Journée d’étude du 23 février 2017

Surprise inattendue, dès la parution de l’annonce, j’ai reçu plein de demandes d’inscription même de la part d’amateurs d’art, non universitaires ! C’est sans doute que j’avais utilisé pour cette annonce une illustration magnifique qui avait attiré l’attention de beaucoup d’amateurs de « Ukiyo-e ». Cette illustration, je l’avais découverte par hasard en rangeant des livres, dans un ouvrage illustré en plusieurs couleurs dont la valeur artistique était considérable. L’illustration était tellement charmante que je l’ai mémorisée tout de suite en notant le titre « Edo meisho 江戸名所» et le nom de l’illustrateur « Utagawa Toyohiro 歌川豊広».

J’avoue qu’en travaillant j’avais été moi aussi fascinée par certains livres illustrés dont la qualité du papier, de la gravure, et de l’impression était superbe. Si les « Ukiyo-e » passionnent les gens, c’est parce que ce genre est lié à la longue histoire des expériences d’illustration de livres xylographiques. J’en ai la conviction. 

Utagawa Toyohiro, Ehon Azuma warawa © Marc Marane

L’illustration que j’avais choisie figure aussi dans le livre « The Art of Japanese Book » de Jack Hillier sauf que l’auteur la situait dans un ouvrage nommé « Azuma warawa 東わらは». J’ai cherché pourquoi il existe deux titres différents. Le résultat est très intéressant : cela est lié à l’année de publication (1804) où le Shogunat Tokugawa instaura une loi contre les dépenses somptuaires. Le premier exemplaire a échappé de peu à cette loi. Mais pour la respecter et pouvoir encore vendre ce livre, l’éditeur devait abandonner les couleurs pour passer à l’encre de Chine, et changer le titre. Compte tenu de la qualité de la couverture gravée en gaufré, ce qui signifie luxueuse, le titre de notre exemplaire était sans doute celui de l’original, avant l’application de la loi. L’histoire de l’édition est ainsi assez compliquée à l’époque. 

J’ai appris par ailleurs qu’il n’existe quasiment pas au Japon de version complète (deux volumes) de ce livre en version originale polychrome dans un état de conservation parfait (les seuls exemplaires disponibles sont des rééditions faites en utilisant des copies des pages de livre xylographique pendant l’ère de Taishô). Mais dans plusieurs institutions hors Japon (en Angleterre, USA, Italie), on trouve quelques exemplaires dont l’état de conservation est plus ou moins bon. Par contre, en France, le musée Guimet possède deux paires de livres en plusieurs couleurs dont l’état de conservation est parfait. Je me suis dit que cela valait la peine de présenter au public cet ouvrage, d’autant plus que cet illustrateur encore mal connu malgré son talent avait été le maître de Hiroshige. J’ai rédigé un article « L’art du livre illustré japonais : Les enfants d’Edo par Utagawa Toyohiro, maître de Hiroshige, à la bibliothèque du musée national des Arts asiatiques – Guimet », qui a été inséré dans La revue des musées de France : revue du Louvre 2019, n° 4. (Ce numéro a été publié après mon départ en retraite).

Tu as toujours manifesté une volonté de partager tes connaissances. À cet effet, tu as conçu et offert un guide pour se familiariser avec le livre japonais ancien à quelques professionnels de la documentation. Pourrais-tu nous en parler ? As-tu un projet de publication basé sur ce guide précieux ?

La fin de ma carrière s’approchait, je voulais laisser à mon(a) successeur(e) une sorte de guide technique parce que même pour des bibliothécaires expérimentés ce n’est pas évident d’avoir suffisamment de connaissances sur les livres anciens japonais, j’ai souhaité transmettre un minimum le plus simplement possible pour qu’un(e) débutant(e), comme moi-même, puisse commencer à apprendre sans difficulté. C’est presque mon testament avant de quitter la bibliothèque. 

Je l’ai rédigé en japonais, mais, le problème est que je ne savais pas à l’époque si ma ou mon successeur serait japonais(e) ou français(e). Il fallait donc le traduire en français. Une de mes amies, Florence Davoust-Paschal, qui travaille à la BNF, préparait à l’époque un master 2 à l’INALCO et avait choisi d’effectuer son stage de fin d’études au musée Guimet. Elle s’intéressait au travail de traduction du japonais au français et je lui ai confié la traduction de mon texte sur les livres xylographiques.

Je n’avais absolument pas imaginé que ce travail si difficile mais si intéressant exigerait des efforts énormes pour mon amie, et aussi pour moi, qui devait expliquer des choses anciennes japonaises qui ne nous sont plus familières aujourd’hui. 

Cette amie, en tout cas, a déposé son mémoire contenant une partie de sa traduction, intitulé « Une expérience de traduction dans le cadre d’un stage à la bibliothèque du musée Guimet », qu’elle a soutenu en 2015. Son mémoire a obtenu une excellente note et a attiré l’attention de son directeur d’études, qui en a même suggéré la publication. Mais la spécificité du sujet, et quelques jugements trop subjectifs, ont rendu difficile la recherche d’un éditeur. Heureusement avec l’aide de plusieurs spécialistes, le texte a été petit à petit amélioré et va enfin être publié. Notre livre s’intitulera « Introduction au livre xylographique japonais : illustrée par les collections de la bibliothèque du musée Guimet », et l’Institut des hautes études japonaises (IHEJ) du Collège de France le publiera très bientôt.

Depuis ta retraite, tu partages ta vie entre la France et le Japon. Peux-tu nous en parler ? As-tu fait de nouvelles découvertes sur le monde du livre ancien depuis que tu vis de nouveau au Japon ?

En mars 2019, je suis partie en retraite. Le rêve d’habiter une moitié de l’année à Tokyo et l’autre à Paris s’est assez rapidement réalisé. Depuis mai 2019, nous louons avec mon époux un appartement dans le quartier d’Asakusa, près de la rivière Sumida. Ce quartier garde encore une atmosphère très populaire, bien qu’on trouve plus en plus de bâtiments modernes. Mais il faut rappeler que le bombardement de Tokyo en mars 1945 avait ravagé presque toutes les habitations de ce quartier. On disait à l’époque que la Sumida était devenue la rivière du feu, car le mazout brûlait atrocement et beaucoup de gens y ont perdu la vie.

En traversant la Sumida, on trouve le Kokugikan où les tournois de Sumô ont lieu, et juste à côté le musée Edo-Tokyo. En marchant encore 10 minutes vers l’est, on tombe sur le musée Hokusai (dont la conservateur, avec qui je m’étais aussi liée d’amitié, habite dans le même quartier que le nôtre).  Bref, je pense à mon destin qui ne me coupe pas du monde de « Ukiyo-e » de l’époque d’Edo.  D’ailleurs, dans notre arrondissement, on peut trouver le tombeau de Hokusai. Je me sens très proche de cet endroit.

Quand je descends sur la terrasse de la Sumida et regarde le crépuscule, je me sens profondément émue d’être à l’endroit où Hokusai ou Toyohiro ont peint leurs « ukiyo-e ». Exactement 200 ans après !

La Sumida d’aujourd’hui

A la fin de l’année 2019, juste avant la crise de la covid-19, j’ai été invitée à participer à un atelier collectif pour apprendre à imprimer soi-même, en utilisant les techniques de l’époque, une planche gravée de l’époque d’Edo qui était conservée à l’Université Otsuma. Cette expérience était prodigieusement intéressante. Elle m’a en particulier permis de constater « physiquement » l’incidence du choix du papier sur le rendu de l’impression.

Atelier collectif à l’Universite Otsuma

As-tu aujourd’hui d’autres centres d’intérêt ?

L’expérience en tant que bibliothécaire qui ignorait les calligraphies anciennes de son pays, m’a appris une chose : l’ignorance n’est pas une honte, l’important est d’en prendre conscience et de la surmonter par l’étude. 

Au cours de ma carrière, en mars 2011, s’est produit l’accident inouï du centre nucléaire de Fukushima. J’étais effrayée bien que ce ne soit pas une bombe nucléaire qui ait explosé. Depuis l’enfance, j’écoutais souvent l’histoire personnelle de ma mère qui a vu la lumière rose-violette et le nuage étrange au matin du 6 août 1945, dans une ville très proche d’Hiroshima. J’étais inquiète mais sans savoir exactement ce qu’est une bombe nucléaire, ni quelles étaient les différences entre les usages civils et militaires du nucléaire. Pour ne pas devenir hystérique, je voulais étudier l’histoire du nucléaire depuis le début. Maintenant que j’ai suffisamment le temps libre, j’ai commencé à lire des ouvrages de vulgarisation, des biographies de physiciens, etc. Je pense que c’est mon devoir de savoir ce qu’est le nucléaire et de le transmettre aux gens d’autour de moi, même de façon très simple, je ne peux pas persister dans mon ignorance et seulement dire que je ne sais pas. 

L’autre chose qui m’intéresse est de jouer du violoncelle. Pendant longtemps j’avais laissé tomber cet instrument sans y toucher. Apprendre et découvrir quelque chose dans la vie quotidienne, c’est amusant, c’est mon plaisir.   

  1. Masako HASEGAWA-SOCKEEL « L’art du livre illustré japonais : Les Enfants d’Edo par Utagawa Toyohiro, maître de Hiroshige, à la bibliothèque du musée national des Arts asiatiques-Guimet » in La Revue des musées de France No 2019-4 – Revue du Louvre, p. 67-79 []
  2. Emile Guimet, fondateur du musée, https://www.guimet.fr/musee-guimet/emile-guimet-fondateur-du-musee/ []

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique