Hommage à Alexander (Sacha) Vovin

Nous avons appris le décès d’Alexander (Sacha) Vovin, Directeur d’études à l’EHESS, membre associé du Centre de recherches sur le Japon depuis 2017.

Guillaume Carré lui rend hommage.


C’est avec une profonde tristesse que nous vous faisons part de la disparition d’Alexander (Sacha) Vovin, directeur d’études à l’EHESS.
 
Né en 1961, Sacha avait été formé à la linguistique et aux études orientales dans le cadre des solides traditions académiques de Saint-Pétersbourg. A part lui, nul sans doute ne connaissait le nombre exact de langues, contemporaines ou anciennes, qu’il maîtrisait.
 
Spécialiste mondialement connu des langues turciques, toungouses, mongoliques, coréenne, japonaise, ou encore de l’aïnou, il avait pendant plusieurs années enseigné au département de langues et littératures de l’Asie Orientale de l’Université d’Hawaii, avant de rejoindre le Centre de recherches linguistiques sur l’Asie orientale (CRLAO) de l’EHESS en 2014. Encore récemment, ses compétences hors du commun ont été d’un grand secours dans le déchiffrement des stèles de Khüis Tolgoi et de Bugut, avec pour résultat de faire remonter de sept siècles nos connaissances sur l’évolution des langues mongoliques.
 
Parmi ses nombreuses contributions aux études japonaises, retenons avant tout sa traduction annotée de l’anthologie de poésie ancienne du Man’yōshū, restée malheureusement inachevée, mais dont les 11 premiers volumes publiés par Brill ont connu un retentissement international. En s’appuyant sur sa connaissance des langues aïnoues, Alexander Vovin a en particulier proposé une approche inédite et convaincante des azuma-uta, ces poèmes de l’est de Honshū posant de nombreux problèmes philologiques, et il a ouvert ainsi des perspectives novatrices tant aux linguistes qu’aux amateurs de littérature japonaise ancienne. 
 
Personnalité attachante et chaleureuse, aussi démesuré dans son savoir que simple et franc dans les rapports humains, Sacha était l’exemple même de ce que la tradition savante russe peut produire de meilleur et de plus impressionnant. Il laisse à ceux qui l’ont connu le souvenir d’une ampleur de vue exceptionnelle, d’une rigueur scientifique sans faille, d’une intégrité lucide et exigeante, et d’une bonhomie que nous regretterons toujours.
 
Guillaume Carré
Directeur d’études à l’EHESS
Centre de recherches sur le Japon

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search