Appel à communications : 2ème édition du Workshop autour du programme Kyushu du CRCAO

Dans le cadre du programme Kyūshū du CRCAO, un deuxième workshop, faisant suite au workshop organisé les 25 mars et 1er avril 2022 est prévu les 9 et 10 septembre 2022 sur le thème de « Le Kyūshū comme carrefour du commerce, de contrebandes, de savoir-faire et de productions (XVIe-XIXe siècles) ». 

Les propositions sont à envoyer avant le 15 juin aux organisateurs :
Annick Horiuchi (horiuchi@u-paris.fr) et Pierre-Emmanuel Roux (pierre-emmanuel.roux@u-paris.fr)

L’histoire économique du Kyūshū a mis l’accent jusqu’à présent sur les formes de commerce les plus réglementées et les plus stables, à savoir celles qui se déroulèrent dans le cadre officiel établi par le bakufu à Nagasaki. Ainsi, disposons-nous d’études consacrées au commerce extérieur du Japon à l’époque des navires à sceau vermillon (shuinsen) ou encore au commerce entretenu, sous le régime des Tokugawa, avec les marchands « chinois » (Tōjin) [c’est-à-dire des Chinois et des Asiatiques du Sud-Est] et la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. On connaît moins les échanges qui se déroulaient à l’abri des regards, ou sous des formes moins réglementées, avec des interlocuteurs variables. Que sait-on des activités commerciales des domaines du Kyūshū (Hirado, Fukuoka, Saga) qui disposaient de contacts à Nagasaki, et qui tiraient profit de leur proximité géographique avec les acteurs du commerce officiel ? Que sait-on des activités commerciales du fief de Satsuma, qui pouvait se procurer des biens chinois par l’intermédiaire du royaume des Ryūkyū, ou encore du fief de Tsushima qui disposait d’un comptoir à Pusan ? Que sait-on du commerce de contrebande dont l’existence à Nagasaki est bien attestée ? Se déroulait-il également en d’autres lieux ? Un deuxième sujet que nous voudrions aborder est celui des modes et voies de circulation des livres, des savoirs, des techniques, des pratiques, des objets, des médicaments, des graines, ou encore d’animaux, à l’intérieur du Kyūshū ou entre le Kyūshū et d’autres régions proches. On abordera en dernier lieu le Kyūshū comme lieu de fabrications. L’environnement privilégié du Kyūshū, l’accès à des connaissances de pointe, son éloignement de la capitale, ont favorisé des productions locales qui, pour certaines, étaient de nature à défier le pouvoir central. Le présent workshop pourrait être l’occasion de lever le voile sur ces productions et les compétences acquises par les habitants de cette région.    

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique