Café avec Chris McMorran : au delà de la géographie culturelle

Bonjour Chris McMorran, et bienvenue au CRJ. Pourriez-vous vous présenter, ainsi que vos principaux axes de recherches ?

Je suis professeur adjoint dans le département d’Études japonaises de l’Université nationale de Singapour. J’ai une formation de géographe culturel. J’ai eu mon doctorat en géographie à l’université de Boulder, Colorado, j’y suis géographe, mais je travaille de manière multidisciplinaire autour du Japon. Je donne entre autres des cours de géographie du tourisme, de politique japonaise contemporaine, des modules de relations entre l’environnement et la société au Japon… J’enseigne également un module non-japonais sur le « Home » : où, et qu’est-ce que le « chez-soi », les politiques de construction de la vie sociale, la famille, le design d’intérieur… Je m’intéresse en particulier à mon relativement nouveau chez-moi, qui est Singapour. Pour ce qui est de mes recherches, je me concentre plutôt sur le Japon contemporain, le genre au travail, les mobilités, les paysages du tourisme rural, ainsi que le tourisme post-catastrophe. Tout cela est bien plus large que la géographie, mais ça en reste le cœur.

Vous avez étudié les dynamiques du volontariat après la catastrophe de mars 2011. Quel est-ce mélange entre volontariat et tourisme que vous appelez “volontourisme” ?

J’étais fasciné par les conséquences de la catastrophe de 2011, et la façon dont le soutien aux victimes et à la région sinistrée était contrôlé. Bien sûr, il y avait beaucoup de gens désireux de s’occuper des sinistrés. Mais cet élan était limité par des raisons très pragmatiques, principalement parce qu’il y avait tellement de dégâts dans la région et que le gouvernement ne voulait pas que les gens prennent simplement leur voiture et s’y rende. Toutes sortes de réseaux ont été détruits (routes, eau…), donc avoir un afflux de dizaines de milliers de volontaires aurait été un autre désastre. Le gouvernement a donc encouragé les gens qui voulaient toujours vraiment aller voir les dégâts même des mois après, mais voulant aussi soutenir les gens sur-place, à faire quelque chose qu’ils ont appelé un volontour (NDLT : « voluntour », mot valise de volontariat-bénévolat et tourisme). Vous montez alors dans un bus, vous faites le tour de certains des dégâts, mais vous faites aussi des activités de bénévolat, qu’il s’agisse de nettoyer des photos ou de creuser des fossés ou de faire quoi que ce soit donnant l’impression de soutenir activement les gens, mais de manière contrôlée, afin de ne pas avoir à vous trouver votre logement, sans s’y rendre en voiture et potentiellement bloquer une route qui serait utile aux véhicules d’urgence… Tout cela m’a incité à écrire un article qui analysait de manière critique, ce qu’est un volontaire ? En quoi est-ce différent d’un touriste ? Quelles sont les implications potentielles au-delà de cette situation ?

Et est-ce que ces personnes étaient conscientes de la dualité de leur rôle de touriste et de bénévole ?

Je pense que les gens ont compris ce qu’ils faisaient, et je pense qu’ils étaient d’accord avec cela parce que, comme je l’ai dit, ils ne voulaient pas se mettre en travers du chemin. Ils ne veulent pas prendre les services essentiels des personnes dont les maisons ont été détruites. Il y a quelque chose en nous, en tant qu’êtres humains, qui veut agir. Il ne suffit pas de simplement regarder à la télévision, d’accrocher un drapeau ou afficher un message de soutien. Nous voulons physiquement faire quelque chose sur le terrain qui fasse une différence pour les autres. Et dans ce cas, ces opportunités de bénévolat étaient limitées pour que les gens puissent faire du volontourisme, principalement parce que cela contrôlait les façons dont les civils pouvaient participer au rétablissement post-catastrophe. Mais ce que j’ai vu de particulièrement problématique avec ce système, c’est que pour certaines communautés ou personnes locales, c’est qu’ils préfèrent ce n’est pas qu’on monte dans un bus faire du volontourisme, mais en fait, simplement d’acheter des produits de la région. Ou si l’on vient, qu’aussi à la fin du tour, on achète beaucoup de produits. Et pour moi, cela semble être un chemin troublant, dans laquelle le consumérisme finit par être le modèle par lequel les gens peuvent participer en tant que citoyen. 

Ce que vous décrivez, n’est-ce pas une critique qui pourrait être faite au tourisme en général ?

Qu’est-ce que le tourisme sinon consommer un espace ? Je suppose que la différence est qu’il n’y a pas une sorte de présomption d’aide à une société civile quand on fait du tourisme. Nous savons que nous consommons, nous le planifions et les personnes qui fournissent ces services savent que nous allons là-bas pour consommer. Alors qu’après une catastrophe, les gens ne veulent pas simplement utiliser leur argent pour faire des choses, ils veulent physiquement et activement s’engager dans une sorte de réparation, pas seulement des gens, mais aussi du type de société au sens large, qu’ils veulent aider à construire, avec leurs mains. Et cela renvoie à une sorte de désir politique, où nous ressentons une sorte de connexion avec d’autres personnes qui n’est pas médiatisée par l’argent à la manière du tourisme, mais qui est tempéré par le partage de l’espace, le soutien mutuel, et la connaissance que nous avons retroussé nos manches et fait quelque chose ensemble. C’est un bénévolat participatif gratuit de son temps et de son énergie qui est si différent du tourisme, et il y a donc quelque chose de pervers dans la fusion de ces choses en une seule.

Je ne suis pas allé dans le Tohoku ou dans la région du nord du Japon, et dans mon article, j’écris sur cette méthodologie, que j’appelle « l’ethnographie de fauteuil » (« armchair ethnography ») . En tant que chercheur, il existe également des ressources incroyables que vous pouvez utiliser pour avoir une idée de ce qu’est la vie sur le terrain via des projets commun de personnes collectant les histoires des personnes dans la région de Tohoku. J’ai lu des blogs d’étudiants qui sont allés faire du bénévolat là-bas, des tweets de personnes qui ont fait des volontour. J’ai lu des rapports sur ces volontaires. J’ai également fait des recherches comparatives pour savoir à quel point le phénomène des voyages de bénévolats est répandu, et j’ai trouvé qu’il apparaissait également sur HIS (grande agence de voyage japonaise) où les gens pouvaient faire du volontourisme dans des endroits comme l’Asie du Sud-Est, les Philippines ou l’Inde.

Est-ce similaire à ce qui se passe en Europe ou en Amérique du Nord, quand on parle de voyages « humanitaires » dans les pays du Sud ?

Je dirais qu’il y a tout de même une fine distinction avec le travail humanitaire. Je pense qu’il y en a qui peut être vendu comme du volontourisme, mais tente de garder la partie tourisme à part. Mais sur les sites web de volontourisme dans le Tohoku, c’était très clair « Vous pouvez voir les zones sinistrées par vous-même et vous pouvez aider les gens ». Je pense que les projets d’aide humanitaire sont probablement un peu moins clairs sur ce qui se passe réellement là-bas.

Sur un autre sujet d’études, le cas des ryokan : pouvez-vous nous décrire leurs nombreuses spécificités et comment vous avez mené cette recherche ?

Je m’intéresse aux ryokan, auberges japonaises traditionnelles, depuis plus de deux décennies. C’est en quelque sorte aussi l’intersection de mon travail en géographie. Je suis vraiment intéressé par les espaces et les paysages qui sont produits consciemment pour évoquer une certaine émotion ; et il y a bien de tels endroits au Japon comme ces auberges traditionnelles ou encore des stations thermales, comme celle où j’ai fait mes recherches, appelée « Kurokawa Onsen » (la station thermale de Kurokawa). Elles semblent être vielles et perdues dans le temps, mais en fait, elles ont été soigneusement conçues pour évoquer une nostalgie du passé rural. Par exemple, il y a les « hôtels » qui sont censés être de conception occidentale moderne, et il y a des ryokan qui ont spécifiquement un design japonais. Cela signifie que les intérieurs sont censés être en tatamis, les personnes dorment sur un futon, se font servir des kaiseki ou des repas à plusieurs plats, le personnel ne portera pas de costumes mais des vêtements japonais plus traditionnels… Ce sont donc tous des marqueurs de la japonité qui sont explicitement et délibérément intégrés à l’espace et je suis vraiment intéressé par l’efficacité de ces choses. Par exemple, la station thermale de Kurokawa, où j’étais, comptait elle-même environ deux douzaines d’auberges lorsque j’ai fait mes recherches (un peu plus maintenant). Certaines de ces auberges sont en fait assez grandes, avec des centaines de clients par nuit. Mais imaginez vous que la plupart des auberges sont d’environ 10 à 20 chambres, comme des sortes de petites entreprises familiales (ou comme elles essaient de se faire passer). Et ils utilisent précisément tous les marqueurs du design et de l’esthétique japonais, que ce soit dans le choix des fleurs ou de la décoration intérieure. Il s’agit à la fois pour les touristes nationaux japonais de se sentir séparés d’une sorte de centre urbain mondial où ils vivent probablement. Ils sentent qu’ils peuvent renouer avec leur identité japonaise. Et pour les clients non-japonais, je les ai entendus répéter « C’est un espace tellement japonais ! J’ai été à Osaka, j’ai été à Tokyo, mais ce sont des villes modernes, et je voulais voir le vrai Japon », et je devais m’empêcher de rire parce que je savais à quel point c’était construit. Mais c’est la raison pour laquelle ils séjournaient dans notre ryokan et non dans un hôtel, afin de vivre quelque chose d’authentique dans leur esprit. Et je n’essaie pas de dire que ce n’est pas réel ou que ce n’est pas authentique, parce que les gens font beaucoup d’efforts lorsqu’ils créent activement ces espaces qui évoquent intentionnellement l’identité japonaise. Tout est réel, ce n’est pas seulement faux, c’est juste que c’est très intentionnel.

Donc pour cette recherche, vous avez trouvé plus justifié de travailler en contact direct avec votre sujet de recherche ?

Oui, en 2006 et 2007, j’ai travaillé pendant 12 mois à divers emplois : laver la vaisselle, récurer les bains, transporter les bagages et la nourriture dans l’auberge, arroser les buissons, pelleter la neige… J’ai fait tout ce que j’étais censé faire afin que nos invités se sentent chez eux. J’aurais pu interviewer les gens et leur dire : « Comment arrangez-vous l’espace ? Comment faites-vous pour que ça se ressente japonais ? », mais je n’avais pas l’impression que je comprendrais vraiment, et je n’étais pas non plus sûr s’ils pouvaient articuler comment ils faisaient pour que ça semble japonais. Je sentais qu’il valait mieux que je fasse ce travail et alors je comprendrais ce que cela signifie de « faire japonais ». Et il a été facile pour moi d’obtenir le poste, principalement parce que j’avais des contacts, que j’étais suffisamment intéressé par ces espaces et que les propriétaires des auberges respectaient que je voulais en savoir plus sur leur travail. Alors ils m’ont ouvert leurs entreprise, et je tiens à dire que je suis incroyablement reconnaissant envers tous les propriétaires qui m’ont laissé franchir la porte, non pas en tant qu’invité, mais en tant qu’hôte. C’est incroyable de me laisser mettre un uniforme et d’être dans les coulisses et de voir comment les choses se font vraiment. L’autre chose qui m’intéressait, c’était la main-d’œuvre, les gens qui font une grande partie du travail. Je disais plus tôt que certaines auberges sont petites. Ce sont de petites entreprises familiales, mais toute auberge avec plus de 20 ou 30 invités par nuit est bien trop occupée pour que seule la famille s’en occupe. Ils doivent alors embaucher ces personnes qui viennent vivre dans des dortoirs et travaillent 10 à 12 heures par jour, recréant pour eux cet espace japonais. Ce sont donc les nakai, les chefs, les nettoyeurs, les chauffeurs… Je savais aussi que la seule façon dont j’allais parler à ces gens était pendant que nous travaillions. J’ai mentionné plus tôt qu’ils travaillaient 10 à 12 heures par jour. Ils commencent à 7h00. Ils travaillent parfois jusqu’à 21h00 ou 22h00. Si je voulais interviewer ces gens, comment ferais-je ? Il y a une pause en milieu de journée après le déjeuner entre 12h et 15h, mais les gens sont épuisés et ils veulent regarder la télé, fumer, faire la sieste… Ils ne veulent pas me parler. Mais quand je travaillais avec des gens qui mettaient de nouvelles couvertures sur un futon, ou récuraient un bain, ou étaient à côté de quelqu’un qui faisait la vaisselle, on pouvait discuter ! Ce sont des espaces étroits, de minuscules garde-manger… Si j’étais juste un chercheur avec un carnet, je serais un obstacle sur leur chemin.

Avez-vous été capable d’incarner ce double rôle de chercheur et de travailleur ? Est-ce qu’ils vous voyaient en tant que collègues ?

Ils savaient dès le début que j’étais un chercheur. Mais il y avait beaucoup de travail, et si je ne le faisais pas, je pense qu’ils m’auraient simplement viré. Alors j’ai fait toutes les grosses tâches, les boulots dégoûtants… Et dans tous les petits moments de pause que j’avais, j’écrivais furieusement dans un cahier, en privé, puis chaque jour je rentrais chez moi, et j’écrivais pendant trois ou quatre heures, afin de donner un sens aux choses que j’avais vues dans les relations et les discussions que j’avais entendues. Et à un moment ils n’ont plus dû se souvenir que j’étais un chercheur, certains pensaient peut-être juste « C’est un corps qui est prêt à soulever le lourd aspirateur, je me fiche qu’il soit un chercheur, c’est un employé ». C’était une période vraiment intéressante pour essayer d’équilibrer ces deux parties de qui j’étais au quotidien. Mais je ne devais évidemment pas me montrer comme un chercheur et un employé en même temps. L’espace du ryokan est vraiment fait pour les hôtes et les invités. Je ne devais pas écrire sur place. Cet espace est fait pour les hôtes et les invités, et toute personne qui n’est pas un hôte ou un invité n’est pas à sa place. J’étais ami avec ces gens, ils me connaissaient et ils m’avaient accueilli chaque jour où je mettais un uniforme. Mais sans, je n’appartenais pas au ryokan. De plus, dans les années depuis que j’y suis retourné plusieurs fois avec mes élèves, mais en tant qu’invité, je n’essaie jamais de confondre ces rôles.

Dites-nous en plus à propos des employés ?

Je noterai d’abord qu’au cours de la décennie et demie qui s’est écoulée depuis que j’ai fait mes recherches, il y a eu des changements. Je reviens une fois tous les ans ou deux ans avec des étudiants de Singapour et j’ai remarqué des changements subtils. J’ai également gardé contact avec certains propriétaires d’auberges et ils reconnaissent que certaines choses changent. Je dirai donc simplement que lorsque je travaillais en 2006-2007, presque toutes mes collègues féminines étaient des femmes entre 50 et 70 ans. Beaucoup d’entre elles étaient séparées de leur mari, divorcées, jamais mariées et l’une d’elles était veuve. Ces femmes étaient fascinantes pour moi parce que, conceptuellement, elles sont séparées et vivent loin de leur foyer. Elles ne vivent plus avec leurs maris, elles ont délibérément échappé à une maison, mais ce qu’elles font dans leur travail quotidien, c’est reproduire le foyer de quelqu’un d’autre. Ce sont des entreprises familiales qui se transmettent depuis des générations et tout le métier est d’offrir l’hospitalité, à travers ces « nakai » comme on appelle leur titre (中居 « dans la maison »). Tout cela implique les mêmes types de travail domestique que ceux associés aux femmes japonaises à la maison : elles servent les repas, nettoient les chambres, servent le thé… Elles fournissent de l’émotion. Et certains de mes collègues disait « Oh, c’est ce que n’importe quelle femme peut faire ». Pour elles, être embauchées dans un ryokan ne faisait que réaffirmer leur conviction que toute femme peut être hospitalière. Mais j’ai aussi remarqué, qu’elles font vraiment un travail hautement qualifié : la façon dont elles interagissent avec les invités, traversent les pièces, ouvrent et ferment les portes, disposent la nourriture sur la table… c’est un travail incroyablement difficile et hautement qualifié, mais elles ne le reconnaissent pas comme tel, car elles ont intériorisé l’idée que chaque femme japonaise devrait travailler et bouger de telle manière que son corps s’y soit adapté.

Et ces taches étaient-elles exclusivement effectuées par des femmes ? Ou bien les hommes pouvaient-ils faire de même?

Alors à l’époque, les nakai n’étaient que des femmes, et quand j’ai demandé aux propriétaires s’ils pensaient engager des hommes pour servir les repas et accueillir les invités de cette manière, ils ont ri comme si c’était impossible pour un homme de faire un tel travail. Maintenant, je dirai que c’est quelque chose qui a changé au cours de la dernière décennie. Il y a plus d’hommes qui servent des repas et font ce que ferait une nakai. Il y a aussi une autre sorte de collègues, comme les chauffeurs, les personnes qui nettoient les bains ou s’occupent de l’aménagement extérieur, et ce sont tous des hommes. Donc tout le travail intérieur est fait par des femmes ; tout le travail extérieur est fait par des hommes, et il y a un clivage très net entre eux. Il y a aussi un personnel de réception qui répond au téléphone et aide à l’enregistrement et au départ, s’occupe d’écrire des cartes postales de fin d’année à tous les clients, ou des livraisons… c’étaient des femmes dans mon auberge, mais certains d’entre eux étaient des hommes ailleurs, donc c’est une sorte de terrain d’entente qui peut être mixte.

Est-ce une justification de l’idée selon laquelle les auberges traditionnelles japonaises doivent être principalement être gérées par des femmes ? 

C’est vraiment ça. Les femmes propriétaires qui m’en ont parlé, les okami disaient très strictement « En gros, c’est ma maison. Je suis la femme qui incarne l’auberge », et donc les personnes qui interagissent le plus avec les clients et les servent dans l’espace privé de leur chambre doivent être des femmes. S’il s’agissait d’une petite auberge, l’okami ferait tout cela elle-même, mais comme elle ne peut pas, elle engage d’autres femmes pour le faire, et tenir à sa place. Par contre, elle ne serait jamais chef cuisinier, c’est un travail de professionnel. Ainsi, dans une toute petite auberge, le mari pourrait être le chef. Mais une fois qu’il est trop occupé, il engage un chef masculin pour se charger de cuisiner le fabuleux repas de kaiseki. Dans un petit ryokan, l’équipe du mari et de la femme font tout, répartie entre elle qui s’occupe des soins et lui qui s’occupe des travaux d’aménagement paysager, de la cuisine et de la conduite.

Et pourriez-vous nous parler des clients ? Que viennent-ils chercher dans un ryokan ?

Quand j’étais employé, presque tous nos invités étaient japonais. Il y avait de jeunes couples dans la vingtaine ou la trentaine, certains mariés, certains avec des enfants. Beaucoup de jeunes adultes au milieu de la vingtaine ou au début de la trentaine, composés de deux à quatre femmes voyageant ensemble ou de deux à quatre hommes, amis ou collègues. Ensuite, beaucoup de couples plus âgés, dans la cinquantaine ou la soixantaine, vous pouvez imaginer des anniversaires de mariage. Certains de nos clients étaient des hommes plus âgés avec des femmes plus jeunes, et ce qui ressortait des commérages des nakai serait qu’il s’agissait de « liaisons ». Voilà la majorité de notre clientèle, remarquablement mélangé. C’est aussi très différent des années 50 jusqu’aux années 80 ou les stations thermales avaient la réputation de lieux où les entreprises emmenaient tous leurs employés et restaient dans un ryokan, où vous auriez donc besoin d’une grande salle à manger où vous auriez 50 ou 100 employés assis ensemble, puis dormant chacun dans leur chambre. Mais depuis les années 90, cela a vraiment changé, peu d’entreprises font ces grandes sorties. Je dirais aussi qu’environ 5 à 10% de nos clients étaient des non-Japonais, principalement des gens des États-Unis, du Canada, de France, de Suisse, d’Australie, et un peu de Corée du Sud ou de Hong-Kong. Mais cela a incroyablement changé au cours de la dernière décennie, où il y a eu une ouverture et une curiosité accrue des gens du monde entier pour les stations thermales. Apparemment, et j’ai récemment parlé à un propriétaire, il y aurait peut-être 50 ou 60% des clients qui seraient non-japonais et cela pourrait se rapprocher de ce dont je parlais plus tôt, sur le désir de voir le vrai Japon. Et cela peut être délicat, car si vous essayez de trop vous adapter à cette nouvelle clientèle (comme avec des lits occidentaux) alors ce n’est plus authentique, et c’est la même chose avec le personnel, faut-il le former à une hôtellerie occidentale ? Même lorsque je travaillais dans cette auberge, j’étais le seul membre du personnel non-japonais dans de nombreuses auberges des environs, et si je rencontrais un groupe de non-japonais, ils s’arrêtaient et me regardaient d’une manière que je n’ai pas envie de surinterpréter, cela pourrait être juste de la curiosité, comme ça aurait aussi pût être « Qu’est-ce que tu fais ici, dans cet espace très japonais en n’étant pas japonais, à gâcher mes vacances ?»

Et vous venez juste de publier un livre à ce propos, mais comment avez -vous poussé les recherches que vous aviez fait en 2006-2007 ? 

Le cœur de ma recherche remonte à l’époque où je travaillais quotidiennement dans un ryokan, mais j’y suis retourné année après année et j’ai continué à discuter avec les propriétaires. Une chose sur laquelle je n’aurais pas pu écrire si j’avais publié le livre à l’époque, c’est le travail générationnel à long terme des propriétaires. Ainsi, la seconde moitié du livre est vraiment sur ce que le personnel du ryokan fait minute par minute dans les coulisses ou devant les invités pour les garder heureux, et comment reproduire la maison des propriétaires et en faire un chez-soi pour nos touristes. Mais la première moitié du livre se concentre sur le travail effectué par les propriétaires d’auberge, et je ne parle pas du travail qu’ils font derrière le comptoir, je veux dire ce qu’ils font pour élever avec succès un héritier unique, pour le choisir et le former, de réfléchir au bon moment pour transmettre à la prochaine génération. C’est incroyablement difficile, et aussi une question géographique délicate. Si vous possédiez une startup ou une entreprise sur Internet et que vous vouliez la transmettre à votre prochaine génération, rien ne les limite géographiquement de quelque manière que ce soit. Si vous aviez une entreprise basée à Tokyo, rien ne les limiterait vraiment non plus, car la capitale est un centre éducatif, médical et culturel mondial, et l’héritier est susceptible d’accepter cette entreprise. Mais nous parlons d’endroits situés dans des régions incroyablement reculés du Japon rural qui ne sont pas très attrayants, et ce sont des jeunes qui grandissent dans l’ombre de savoir qu’un jour ils devront revenir et reprendre l’héritage. Certains d’entre eux attendent vraiment cela avec impatience, mais on s’attend aussi à ce que tout héritier se marie, parce que chaque héritier doit créer un autre héritier. Donc il y a aussi une sorte de cycle de reproduction en arrière-plan. Cela fait partie du travail générationnel de long terme effectué par les propriétaires des auberges : les familles doivent choisir lequel des enfants est le plus susceptible de réussir à gérer l’endroit ? Lequel est le plus susceptible de se marier ? et d’épouser quelqu’un qui acceptera de venir dans ce village ? et d’avoir un enfant qui sera également prêt à faire de même ? Et tout ça en fait un calcul complexe… Je ne dirais pas que j’étais en colère, mais j’ai travaillé très dur et j’ai vu les gens autour de moi travailler d’arrache-pied. L’année où je travaillais dans cette poignée d’auberges, nous avions très peu d’attention ou d’éloges de la part de nos patrons, et parfois j’étais tellement dans le camp des employés que je ne comprenais pas le stress et les autres travaux en cours des propriétaires. Ce que je veux dire, c’est que mon cœur est toujours avec les employés, mais je comprends mieux maintenant qu’à l’époque les défis auxquels les propriétaires sont confrontés. Et donc je pense que le livre est à présent une vision plus équilibrée de ce qui se passe dans les coulisses pour soutenir ces auberges, à la fois sur une base quotidienne et générationnelle.

Vous êtes en France avec le programme des professeurs invités de l’EHESS. Pourriez-vous nous parler de quelques conférences que vous allez donner ?

L’une de mes interventions concerne le dépeuplement en cours du Japon, en particulier des zones rurales. Notamment les maisons abandonnées ou autres, ce qui peut être considéré comme une introduction à l’importance du travail effectué à Kurokawa Onsen, où ces familles tentent de revitaliser et de maintenir la santé de la communauté et des villages. Ensuite, un de mes autres trvaux que je présente traite de l’enseignement du Japon, en examinant l’ethnographie du pays depuis l’extérieur du Japon, ce que cela implique et le défi de former les étudiants à penser au-delà du contenant « Japon », tout en faisant quelque chose comme de l’ethnographie ou de l’anthropologie en général. En fait, j’ai écrit cet article qui prend en compte les méthodes expérimentales d’étude au-delà de « l’île où se trouvent les Japonais », tout en reconnaissant que mes étudiants souhaitent depuis longtemps aller au Japon. Je veux donc leur présenter différentes façons de penser de manière critique le « Japon » sans briser leurs rêves. Ils vont y aller et faire des projets de recherche, alors j’essaie de complexifier ce que signifie faire une ethnographie du Japon tout en reconnaissant que c’est toujours un endroit populaire et que les gens veulent toujours y aller.

Pour conclure, vous tenez depuis 2018 un podcast intitulé « Home on the Dot », dans lequel vous discutez du concept de « chez-soi » dans le contexte de Singapour. Pouvez-vous nous en parler un peu ? Et comment cela a-t-il évolué pendant la pandémie ?

J’ai tenu et coproduit un podcast avec des étudiants de l’Université nationale de Singapour. En tant que devoir facultatif dans l’un de mes cours, au lieu d’écrire une dissertation, les élèves pouvaient produire un podcast de 10 minutes qui aurait également l’avantage de partager les effets sonores de la ville ou de la maison elle-même, d’une manière qui ne peut être exprimée en mots. J’essayais donc d’amener mes étudiants à penser différemment la façon dont ils présentent leur recherche, et j’ai été réellement impressionné par la qualité de ce qu’ils pouvaient faire et la façon dont ils pouvaient raconter des histoires en utilisant le son au lieu de simplement écrire.

Donc vous les interviewer pour ce podcast ?

Non, ils faisaient ces courts enregistrements qui parlaient de ce que leur « chez-soi » signifie pour eux à Singapour : cela peut être un objet, un espace, une porte, quelque chose de nostalgique, quelque chose de nouveau… Peu importe, ils choisissent quelque chose à travers duquel ils utilisent des théories sur la façon de raconter une histoire à propos de cette chose, dans un court format audio de 10 minutes uniquement. Puis, le podcast, enregistré en public, commence par un étudiant ou moi faisons une introduction, puis nous avons quelques extraits de leurs enregistrements, et nous avons généralement un entretien avec un expert. Il y a beaucoup de professeurs sur le campus de NUS qui sont des spécialistes dans différents domaines liées à la maison. Et puis nous essayons de tisser ces choses ensemble pour faire de beaux épisodes de 20 à 25 minutes. Nous avons produit, je pense, environ 30 épisodes sur différents sujets. Mais vous avez posé la question par rapport au COVID, qui s’est produit au cours de la troisième année du podcast. Avec l’impossibilité de se déplacer à l’extérieur de la maison, cela m’a empêché d’aller voir les espaces et les choses dont les étudiants parlaient. Cela nous a empêché de faire toutes les interviews et tous les enregistrements sonores normaux que nous aurions fait. Je l’ai donc transformé en un format d’entretien où nous avons parlé de l’impact du Covid sur les étudiants en particulier, et de leurs idées sur leur « chez-eux ». On réfléchissait à l’idée « d’être en sécurité » mais piégé, à un âge où l’on veut prendre des risques, aller à l’étranger, et faire quelque chose d’un peu excitant en étant en échange. Il y a donc eu beaucoup de frustration mais aussi beaucoup d’excitation et beaucoup de changements apportés par la pandémie de COVID, et nous avons essayé de présenter certaines de ces histoires dans le podcast. 

***

Retrouver le livre de Chris McMorran « Ryokan: Mobilizing Hospitality in Rural Japan » aux éditions University of Hawaii Press : https://uhpress.hawaii.edu/title/ryokan-mobilizing-hospitality-in-rural-japan/

Ainsi que son podcast « Home on the dot » :  https://blog.nus.edu.sg/homeonthedot

 

Entretien réalisé par Alexandre Garnier, et traduit de l’anglais par Nathalie Rémond






Citer ce billet
Nathalie Rémond (2022, 7 juin). Café avec Chris McMorran : au delà de la géographie culturelle. Carnets du Centre Japon. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/macf

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search