Journée d’études CCJ : « Habiter la terre dans l’au-delà – Lieux et espaces des morts en Asie », le 22 juin

Journée d’étude « Habiter la terre dans l’au-delà — Lieux et espaces des morts en Asie », organisée par l’axe « Habiter en Asie », le 22 juin 2022.

Cette journée permettra de réfléchir à la question des relations entre morts et espaces en Asie, de nourrir les collaborations au sein de l’axe « Habiter en Asie » et du CCJ et d’associer à notre travail collectif des chercheurs et chercheuses extérieurs à l’UMR.

Comité d’organisation : Florence Galmiche (Université Paris Cité), Valérie Gelézeau (EHESS) et Mary Picone (EHESS)

22 juin 2022, 10h-18h
Centre de colloques du Campus Condorcet, salle 3.08 , Place Front Populaire, 93300 Aubervilliers (Attention au changement de salle)

10h – Café d’accueil 

10h20 – Mot d’accueil par Valérie Gelézeau (EHESS)

10h30-12hFilm Les vacances des fantômes, de Jean-Robert Thomann (2013)

Tous les ans, le septième mois lunaire correspond au mois des fantômes : les portes de l’Enfer s’ouvrent et les esprits peuvent vagabonder pendant trente jours. Durant cette période, on pratique plusieurs rituels très codifiés pour satisfaire les esprits errants : cérémonies, offrandes de nourriture, danses, karaoké. À Huwei, petite ville du sud de l’île, ces traditions demeurent particulièrement vivaces.

Jean-Robert Thomann habite à Taïwan depuis plus de dix ans. Il a réalisé de nombreux films sur la société taïwanaise. Ses films s’intéressent aussi bien aux traditions de l’île qu’à la vie contemporaine : Nan Fang Ao, un port pour la déesse Matsu (2005), Paris – Taipei, chronique de la bicyclette au quotidien (2009).

Le film sera commenté par Fiorella Allio (CNRS) et Caroline Callard (EHESS)

12h-13h30 – Déjeuner 

13h30-14h10 – Conférence inaugurale de Mary Picone (EHESS) : « Tombes déplacées et âmes inquiètes »

14h10-15h10Panel 1 : Honorer les défunts en leurs lieux (Chine et Mongolie)

Discutante : Florence Galmiche (Université Paris Cité)

Catherine Capdeville (INALCO) : Les défunts au village de Shiyou

L’exposé présentera les « lieux et incarnations des morts » du village de Shiyou, district de Nanfeng, province du Jiangxi (Chine du Sud-Est). Seront présentés successivement :

Les autels et tablettes des ancêtres patrilinéaires Les tombes et cimetières des ancêtres patrilinéaires Les masques nuo, véhicules des entités maternelles

La présentation sera axée sur les transformations récentes (observées depuis le début des années 2000 jusqu’à 2019) de ces trois types de formules de relations aux entités défuntes participant du système de parenté local. On se demandera si les ancêtres, tels qu’ils sont conceptualisés dans la société rurale concernée, restent présents dans la société reconfigurée par les transformations spatiales et économiques, ou s’ils sont en train de disparaître au profit d’autres formes d’entités moins familiales mais plus « religieuses ».

Aurore Dumont (boursière Marie Skłodowska-Curie, GSRL) : Sites mortuaires chamaniques de Mongolie-Intérieure

À la mort d’un chamane, les populations locales de Hulun Buir (Mongolie-Intérieure, RPC) édifient des sites mortuaires afin d’offrir un lieu propice aux esprits chamaniques et d’éviter la propagation d’âmes errantes. Malgré les campagnes antireligieuses qui ont conduit à la destruction de ces sites sacrés, ceux-ci n’ont jamais été oubliés. Reconstruits dans les années 1990, ils font aujourd’hui l’objet de rituels annuels.

Cette présentation examinera la manière dont les sociétés minoritaires mongoles et toungouses honorent leurs chamanes défunts. Elle sera orientée autour des questionnements suivants : comment ces sites mortuaires s’inscrivent-ils dans le paysage sacré ? Quelle continuité et/ ou rupture caractérise la résurgence de ces sites chamaniques ? Comment les récits, les légendes et les rituels dédiés à ces lieux de mort participent-ils de la constitution d’une mémoire locale dans une région périphérique de Chine ?

15h10-15h20 – Pause

15h20-16h20 Panel 2 : Non-lieux des morts : défunts déracinés, lieux mortuaires dispersés

Discutante : Mary Picone (EHESS)

Fiorella Allio (CNRS) : L’errance post-mortem et les non-lieux des mauvais morts (Taïwan)

Je propose de m’intéresser à la condition d’errance des morts qui ont été frappés de malemort et qui constituent dans les croyances de la religion populaire une menace pour les vivants. Ils forment une catégorie différente de celle des ancêtres qui sont, eux, décédés dans les normes, enracinés et liés aux forces et principes qui enrichissent les lieux, symboliquement (géomancie), économiquement (propriété terrienne) et socialement (identité, lignées).

Cette errance post-mortem est spatialement connotée, non seulement par la mobilité et l’instabilité, mais aussi par les ‘lieux’ qui pourraient lui être associés (les marges, les zones sombres, acqueuses, ventées, boisées…). C’est par le biais des rituels territoriaux visant à expulser les nuisances hors des frontières locales ou proposant des solutions d’ancrage dans les garnisons surnaturelles protégeant l’espace villageois que je réfléchirai au phénomène des morts hors normes, insaisissables et craints, pourtant réintroduits dans la vision de l’espace et de lalocalité qu’ont les vivants.

Maylis Bellocq (Université Bordeaux Montaigne) : Dispersion des cendres en mer et cimetière en ligne : des pratiques funéraires toujours plus contraintes ? Le cas de Shanghai.

Afin de limiter l’empreinte foncière des cimetières sur son territoire, la municipalité de Shanghai tente d’inciter les résidents à pratiquer la dispersion des cendres de leurs proches en mer. Mais, le développement de ce nouveau mode de sépulture se heurte à un certain nombre d’obstacles ; le premier d’entre eux est l’importance que les Shanghaïens accordent à la tombe dans leurs pratiques funéraires. Afin de remédier à cela, les services funéraires de la ville ont mis en œuvre différents dispositifs, notamment un cimetière en ligne dédié aux familles ayant accepté la dispersion des cendres de leur proche. Mon exposé propose d’examiner les mesures incitatives adoptées par la municipalité en vue de favoriser ce nouveau mode de sépulture, il s’agira également de présenter une ébauche d’analyse de l’appropriation de ce nouveau type de cimetière par ses usagers.

16h20-16h30 – Pause
16h30-17h30Panel 3 : Lieux des Saints, politique des lieux saints

Discutante : Caroline Callard (EHESS)

Pierre-Emmanuel Roux (Université Paris Cité) : Des « lieux saints » bien vivants : Les lieux des morts catholiques en Corée du Sud

Cette présentation part du constat que la Corée du Sud est certainement le pays d’Asie de l’Est où l’Église catholique cherche le plus à promouvoir les sites historiques associés à ses martyrs de la fin du Chosŏn (1392-1897). À partir du milieu du XXe siècle, l’Église sud- coréenne s’est ainsi appropriée les lieux d’exécution de ces martyrs – qui furent plus généralement ceux de tous les criminels – à l’époque du Chosŏn, mais elle s’est aussi employée à mettre en valeur tous les sites où les martyrs ont vécu ou simplement transité au cours de leur existence. La grande majorité de ces sites est aujourd’hui qualifiée de « lieux saints » (sŏngji) en Corée du Sud, et elle constitue selon nous une catégorie intéressante et originale de « lieux des morts » en Asie orientale.

Cette présentation cherchera comprendre comment ces « lieux des morts » catholiques coréens ont été érigés en « lieux saints », puis comment ils sont aujourd’hui mis en valeur non seulement par les autorités ecclésiastiques mais aussi par différents organes du gouvernement sud- coréen comme le Bureau des biens culturels (munhwajae ch’ŏng) et l’Office national du tourisme (Han’guk kwan’gwang kongsa). Ce faisant, nous examinerons les différents usages et abus de ce label de « lieux saints » dans le contexte catholique et plus généralement dans le milieu des religions et de la construction nationale en Corée. Notre présentation s’attardera ensuite sur les lieux associés au plus vénéré des martyrs coréens, André Kim Taegŏn (1821-1846), qui est resté dans l’Histoire comme le premier prêtre autochtone dans la péninsule.

Marie-Paule Hille (EHESS) : Réhabilitation politique et re-sacralisation de tombeaux de saints musulmans en 1979 et leur place actuelle dans un double processus de sanctuarisation et de patrimonialisation (Gansu, Chine).

Cette présentation portera sur l’inhumation de tombeaux de saints musulmans dans le sud du Gansu (Chine) en 1979 au moment des réhabilitations politiques, après leur exhumation et désacralisation en 1966, pendant la révolution culturelle. L’accent sera mis sur ce moment « 1979 » en analysant une série de clichés, des récits de cette journée recueillis durant l’enquête de terrain mais aussi à partir d’égo-documents et de poèmes. Il s’agira de comprendre comment ces différentes formes de récit, parfois liées au rêve et à la prophétie, permettent de re-sacraliser ce « lieu des morts ». Nous aborderons brièvement la question du sauvetage des « ossements saints » en 1966 par des membres de la communauté. Dans un dernier temps, il s’agira de comprendre la nature et le statut de ces tombeaux aujourd’hui alors que le lieu saint connait un double processus de patrimonialisation et de sanctuarisation depuis le début des années 2010.

17h30-18h : Discussion générale animée par Grégory Delaplace (EPHE)

18h : Pot de fin 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterYouTube


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Yasuko D'Hulst (20 juin 2022). Journée d’études CCJ : « Habiter la terre dans l’au-delà – Lieux et espaces des morts en Asie », le 22 juin. Carnets du Centre Japon. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/mach


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search