La patrimonialisation de l’époque d’Edo au 20e siècle

Iwabuchi Reiji 岩淵令治, Maître de conférences du Musée National d’Histoire du Japon, donnera une conférence intitulée “「江戸史蹟」の誕生-旧幕臣戸川残花の軌跡から” dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon. Cette conférence se tiendra en japonais avec traduction française.

La modernisation et l’occidentalisation à marche forcée du Japon durant l’ère Meiji entraina de profondes modifications des conceptions de l’histoire nationale, porteuses de significations nouvelles. Alors que le nouveau pouvoir impérial privilégiait les périodes anciennes, en en faisant les sources d’une « tradition » dépositaire de l’identité japonaise, l’époque d’Edo à son tour, à la toute fin du 19e siècle et au début du 20e, commença à émerger comme objet de mémoire. A ce processus qui enclencha l’intégration du Japon de l’époque d’Edo dans l’histoire nationale, contribuèrent en particulier des personnages issus de lignages guerriers qui cherchèrent non seulement à réévaluer le rôle joué par les Tokugawa dans la construction du pays, mais qui furent aussi à l’origine de quelques unes des premières mesures visant à la désignation et à la protection des vestiges remarquables de cette période. La conférence se penchera sur la vie et l’oeuvre de Togawa Zanka (Yasuie, 1855-1924), homme de lettres qui se dévoua au souvenir de la période d’Edo entre la fin de l’ère Meiji et l’ère Taishô, et qui joua aussi un rôle important dans la prise de conscience des richesses patrimoniales du temps des Tokugawa.

Jeudi 6 décembre 2012 de 11h à 13h
Salle 2 EHESS, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Télécharger le résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.