Assasinat de Shizo Abe : le Japon sous le choc, Cécile Asanuma-Brice sur France Culture

Accédez ici au podcast des interventions de Cécile Asanuma-Brice (sociologue, chercheuse au CNRS, chercheuse associée du CRJ) et Guibourg Delamotte (chercheuse en science politique, maître de conférences à l’INALCO) dans Le Magazine du week-end, diffusé le 9 juillet 2022.

Cette intervention prend place dans la seconde partie de l’émission.

Shinzo Abe avait 52 ans quand il est devenu chef du gouvernement pour la première fois en 2006, le plus jeune de l’après-guerre dans son pays. Il a marqué les esprits durant son deuxième passage au pouvoir (2012-2020) avec une politique de relance économique audacieuse et une intense activité diplomatique, mais qui ont laissé un profond sentiment d’inachevé.

Il laisse derrière lui un pays en plein questionnement sur sa place dans le monde. Tandis que ses alliés occidentaux sont en proie à des crises profondes, le Japon doit faire face à ses propres difficultés qui pavent son entrée dans l’ère Reiwa : le vieillissement de la population, l’augmentation des catastrophes naturelles qui résulte du changement climatique, les hikikomori ou la réclusion des jeunes face au malaise social croissant d’une société coincée dans le conservatisme et dont le taux de suicide reste le plus élevé parmi les pays développés.

Guibourt Delamotte rappelle qu’avec sa longévité politique, Shinzo Abe a marqué la vie politique japonaise. Il était devenu “un monument politique“, issu qui plus est, d’une famille de politiciens de premier plan. “Avec sa disparition, c’est toute une frange du parti central de la vie politique japonaise qui est maintenant dépourvue de chef. Elle aura donc des conséquences politiques encore difficiles à mesurer, mais réelles.”

La violence politique est plutôt rare au Japon. “Il faut remonter à 1960 pour retrouver un scénario proche, avec l’assassinat du leader socialiste Inejiro Asanuma par un ultra-nationaliste, dans un contexte très différent. C’est aussi ce qui explique peut-être que la sécurité des hommes politiques est légère“, nous explique Cécile Asanuma-Brice.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search