Entretien avec Christian Sautter : la genèse du Centre de recherches sur le Japon

Christian Sautter est directeur d’études retraité de l’EHESS. Spécialiste d’économie internationale, il est co-fondateur avec Philippe Pons du Centre de recherches sur le Japon (CRJ), auparavant dénommé Groupe d’études et de documentation sur le Japon contemporain, au sein de la VIe section de l’EPHE (devenue l’EHESS en 1975). Il a également occupé de nombreux postes au sein du gouvernement. Il a notamment été ministre de l’Economie des Finances et de l’Industrie (1999-2000) et adjoint au maire de Paris (2001-2014).

À l’occasion du 50e anniversaire du CRJ en 2023, César Castellvi, sociologue, Maître de conférences à l’Université Paris Cité, membre associé du CRJ, a retracé, avec Christian Sautter, la genèse de son intérêt pour le Japon et de la création du CRJ.

Christian Sautter

Pourriez-vous commencer par me dire un mot sur la façon dont vous avez commencé à vous intéresser au Japon et la manière dont le pays était perçu au début des années 1970 ?

J’ai découvert le Japon par d’heureux hasards. Enfant, j’allais en vacances chez mon grand-père, pasteur protestant qui avait une maison au bord du bassin d’Arcachon. Il portait un yukata avec un grand idéogramme au dos, qu’il avait ramené d’un voyage au Japon durant les années 1920. Ce fut ma première rencontre avec ce mystérieux pays. À la fin du cursus à l’école Polytechnique, je suis allé en voyage d’études dans la direction opposée, en Californie. J’ai rejoint le corps des administrateurs de l’INSEE en 1962, car j’étais passionné par la planification économique, qualifiée d’« ardente obligation » par le général de Gaulle. J’ai participé aux travaux techniques de projections économiques pour le Plan. Et j’ai eu l’occasion de préparer une communication pour Jean RIPERT (1922-2000), directeur général de l’INSEE et ancien commissaire adjoint au Plan, qui était invité à un colloque au Japon sur la planification par OKITA Saburo (大来佐武郎1914-1993), un de ceux qui ont participé à la reconstruction du Japon d’après-guerre. C’était en 1969, peu après mai 1968, lorsque l’INSEE s’était mis en grève pour que l’information économique ne soit plus filtrée par le cabinet du ministre des Finances (cette revendication fut satisfaite plus tard quand Edmond MALINVAUD (1923-1995) a pris la direction de l’Institut).

Une retombée heureuse et fugace des « événements » fut que trois membres de l’INSEE obtinrent une année sabbatique : Michel AGLIETTA et Jacques MAIRESSE partirent aux États-Unis et je pris la route du Japon, grâce à Jean Ripert, qui avait conclu un accord d’échanges avec ses amis japonais (Dans l’autre sens, l’INSEE accueillit NISHIDA Takuma et TACHIBANAKI Toshiaki 橘木俊詔). Je fus un an pensionnaire de la Maison Franco-Japonaise de Tokyo et chercheur accueilli par l’Institut de recherche économique de l’Agence de planification (経済企画庁, agence gouvernementale japonaise active de 1946 à 2001). Mon épouse et moi-même sommes arrivés à Tokyo le 15 août 1971, le jour du « Nixon’s shock », quand NIXON a mis fin au système monétaire international basé sur le dollar or.

Concernant la situation des études japonaises à l’époque, je dois préciser que je ne connaissais pas et je ne connais toujours pas le japonais. Ce qui faisait référence à l’époque en économie, c’était « Le miracle économique japonais » d’Hubert BROCHIER (1923-2017) (Calman-Lévy, 1965). Et il y avait surtout le livre de Robert GUILLAIN (1908-1998), « Japon, le troisième grand » (Seuil, 1969), qui a tellement scandalisé l’ambassadeur de France au Japon, Louis de GUIRINGAUD (1911-1982), que celui-ci a demandé à son numéro deux, Hubert de la FORTELLE, d’écrire une réfutation, publiée dans la Revue de défense nationale, sous la signature de « XXX », sans doute par devoir de réserve. Franchement, il y avait très peu de publications sur les succès économiques et les revers du Japon contemporain. Il y avait bien sûr toute la japonologie classique dont j’ignorais tout avant de partir au Japon. Les deux maîtres en étaient René SIEFFERT (1923-2004) et Bernard FRANK (1927-1996). Je suis donc parti au Japon avec une page blanche.

Qui était alors à la Maison Franco-Japonaise de Tokyo ?

Le directeur français était un savant absolument charmant qui s’appelait Alexis DOLLANDER (1917-1990) et qui était professeur d’embryologie. Il a réussi à jumeler la ville de Karuizawa et sa chère ville de Nancy. Après lui, j’ai eu la chance d’avoir Bernard Frank comme directeur. C’était un immense spécialiste du bouddhisme et un grand collectionneur des images pieuses que les pèlerins achetaient dans les temples lorsqu’ils étaient en pèlerinage. Nous avons vraiment été en sympathie, alors que rien de ce que je faisais n’était susceptible de l’intéresser. Nous ne travaillions ni sur le même temps, ni sur le même espace, ni dans la même discipline. Mais cet homme au sourire d’ange de Reims était d’un tempérament très généreux et son épouse Junko et lui-même ont fait un temps de la Maison Franco-Japonaise une grande maison accueillante.

Il était très plaisant de vivre dans l’ancienne MFJ. Située à l’époque à Ochanomizu, le bâtiment avait été construit par un disciple de Le Corbusier. En cas de tremblement de terre, ce blockhaus à peu près parfait ne se démantèlerait pas, mais tomberait directement dans la rivière qui passait en dessous.

Philippe PONS était pensionnaire, mais pas encore journaliste au Monde. J’ai aussi croisé Jean-Martin FOLZ qui était ingénieur des mines et futur patron de Peugeot. Maurice COYAUD (1934-2015) était très original et prétendait que l’on pouvait apprendre le japonais technique en très peu de temps. Paul BADY et sa petite famille se consacraient à la Chine. En sciences sociales, nous n’étions pas très nombreux.

Je fus donc invité par l’Institut de recherche rattaché à l’Agence de planification japonaise, dirigé par SHINOHARA Miyohei (篠原三代平 1919-2012) qui, m’accueillant très gentiment, m’a dit « vous débarquez et ne parlez qu’anglais. Commencez par lire tous les rapports économiques annuels ». À l’époque, cette vingtaine de rapports très fouillés était traduite en anglais. Shinohara avait travaillé avec un grand économiste américain, Simon KUZNETS (1901-1985), prix Nobel d’économie en 1971, sur la croissance japonaise en longue période. Le Japon était évidemment très intéressant, vivant les derniers feux de la « haute croissance » à 10% par an. Au sein de l’Université Hitotsubashi, Shinohara avait dirigé la construction de séries statistiques longues (revenant en arrière jusqu’à Meiji) et co-dirigé des livres de référence sur la croissance à long terme du Japon. Économiste hétérodoxe, il était un fervent disciple d’AKAMATSU Kaname (赤松要1896-1974), inventeur du « développement en vol d’oies sauvages », conceptualisé avant la deuxième guerre mondiale et s’appliquant fort bien au Japon de l’après-guerre et, plus récemment à la Chine. L’adjoint de Shinohara n’était pas universitaire. KANAMORI Hisao (金森久雄1924-2018) était aussi le chief economist du centre de recherche lié au journal Nihon Keizai Shinbun. Il m’a dit d’emblée : « si vous avez l’ambition d’écrire un livre sur l’économie japonaise, vous avez deux solutions : soit vous restez une semaine, soit vous y consacrez toute votre vie ». J’ai heureusement désobéi à ce conseil judicieux. Je fus fort aidé par mon référent anglophone au sein de l’Institut, KOGANE Yoshihiro 小金芳弘, et par mon autre ami, NISHIDA Takuma, francophone.

J’ai donc écrit un livre, qui a été traduit en japonais et préfacé par Shinohara (Japon, le prix de la puissance, Seuil, 1973). Quand je suis rentré de cette inoubliable année sabbatique, qui m’a ouvert à une autre culture et à une conception plus ample de l’économie comme science sociale, j’ai repris mes activités à l’INSEE, où j’ai dirigé la division « Études des entreprises ». C’est à ce moment que Jacques LE GOFF (1924-2014), qui présidait ce qui est devenu l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS), m’a demandé de venir le voir. Je ne connaissais pas ce grand médiéviste et ignorais tout de « l’École ». Celle qui était encore la « VIe section de l’École pratique des hautes études » était structurée par disciplines (histoire, sociologie, anthropologie, etc.) et par aires culturelles (Afrique, Asie, études américaines, etc.). Jacques Le Goff me reçoit et, tel un grand stratège, me dit « je regarde la carte d’Asie. Sur la Chine, on est plutôt bon ». À l’époque, l’important Centre Chine était dirigé par un personnage très pittoresque, le général Jacques Guillermaz (1911-1998) et comprenait des sinologues qui jetaient « un regard froid sur la Chine » en pleine révolution culturelle, comme Lucien Bianco (1930 -…). Le Goff me dit donc « sur la Chine, on est plutôt bon. Sur l’Indochine, on est bon aussi, grâce à Georges Condominas (1921-2011). Sur l’Asie du Sud-Est, l’École a Denys Lombard (1938-1998). Mais sur le Japon, on n’a rien. Voulez-vous démarrer quelque chose ? ».

Qu’est-ce qui vous a surpris ? Comment le Japon était-il perçu par les chercheurs en sciences sociales de l’époque ?

Pour les intellectuels français de l’époque, le Japon était plutôt vu comme une terre à explorer. Lorsque j’étais à la Maison Franco-Japonaise de Tokyo, j’ai vu passer Georges FRIEDMANN (1902-1977), le sociologue auteur du Travail en miettes, mon maître Edmond Malinvaud (1923-2015), ce fondateur avec Claude GRUSON de la lignée des ingénieurs-économistes. Jack LANG, professeur de droit qui s’occupait du festival de théâtre à Nancy, est venu en été découvrir les troupes nipponnes d’avant-gardes. La curiosité des Japonais était très forte, à tous les niveaux, comme en témoignait la légende du chauffeur de taxi en gants blancs qui lisait Sartre.

Avec Philippe Pons, que j’ai rencontré à la Maison Franco-Japonaise et qui est devenu un ami, nous avons démarré un séminaire commun sur le Japon contemporain en 1973, une fois revenus à Paris. Nous préparions toutes les séances de ce séminaire hebdomadaire, avec un public réduit au départ. Nous étions dans un beau bâtiment annexe de l’École, rue de Tournon, près du Sénat. Notre grande salle accueillait entre cinq et quinze auditeurs, dont Alain VERNAY (1918-2015), ancien résistant et journaliste au Figaro que le Japon passionnait. Dans la salle d’à côté, on vivait grand train. À un moment, la porte mitoyenne a cédé et quelques personnes se sont écroulées de notre côté comme dans un film des Marx Brothers. Le responsable et coupable était Roland Barthes qui captivait son vaste auditoire.

La liste des fournitures matérielles demandées lors de la création du « groupe » (on ne parlait pas encore de centre apparemment. C’était le « Groupe d’Étude sur le Japon Actuel »).
Fonds Centre de recherches sur le Japon. Grand équipement documentaire du Campus Condorcet. Cote 304 EHE 27

Assez vite, Philippe Pons est parti à Rome pour Le Monde et je me suis retrouvé seul pour développer le « Centre de recherches sur le Japon contemporain » que nous avions lancé. Le « C » de « contemporain » a sauté il y a une dizaine d’années, je crois. L’idée, à laquelle l’École a apporté un soutien continu, était d’avoir des activités d’enseignement de troisième cycle, de direction de thèses, et aussi de créer une documentation afin que les étudiants aient un minimum de matériaux sur lesquels ils pourraient travailler. La vaste bibliothèque de la Maison des Sciences de l’Homme, que dirigeait le très inventif Clemens HELLER (1917-2002), n’avait pas un grand fonds japonais et nous n’avions aucune relation directe avec l’INALCO. J’en avais personnellement, avec René Sieffert, président des Langues O qui avait l’ambition de créer une encyclopédie sur le Japon, dont il m’avait proposé de prendre en charge la partie sur l’économie. Ce projet d’encyclopédie par feuillets, impulsé par les Presses Orientalistes de France, n’a pas été à son terme.

Le Centre de recherches sur le Japon Contemporain est né avec enthousiasme, mais sans existence juridique, je crois. Il était un peu sous l’aile du Centre Chine et de Lucien Bianco qui a été très coopératif et a fait venir un mois son ami Frank SHULMAN, bibliothécaire spécialiste de l’Asie et du Japon à l’Université de Chicago. Cet expert a fait un rapport très intelligent, mais a suggéré des moyens fous, que l’École n’avait pas. L’École a recruté comme bibliothécaire et personnel permanent madame LU, lisant le japonais, qui était proche de Michel CARTIER (1934-2019), un des chercheurs du Centre Chine. La documentation s’est peu à peu accrue, avec le soutien financier de la Fondation du Japon, sans atteindre la masse critique pour amorcer une recherche approfondie. Ensuite est venue Yveline LECLER, comme ingénieure de travaux. À plein temps, elle fut très efficace avec l’énergie de la jeunesse. J’étais à temps très partiel, cumulant avec une responsabilité à plein temps à l’INSEE. Nous avons publié des semblants de « research papers », à couverture rouge, qui n’atteignaient pas les standards internationaux qu’imposent les Anglo-saxons, mais c’était une manifestation d’activité intellectuelle balbutiante. Moi-même, j’ai écrit un fascicule ou deux sur le Japon.

Élu directeur d’études cumulant à l’EHESS, j’ai fait partie du bureau de l’École et du conseil scientifique sous la présidence de François FURET (1927-1997). C’est aussi à la fin des années 1970 qu’Augustin BERQUE a publié un livre remarquable à partir de sa thèse (Le Japon : gestion de l’espace et chargement social, Flammarion, 1976). Ce qui lui a valu d’être élu peu après directeur d’études à plein temps, ce qui a considérablement renforcé le Centre Japon.

Je me souviens d’avoir participé à un déjeuner à Matignon, convié par le Premier ministre Raymond BARRE (1924-2007), qui avait été mon professeur à l’École de l’INSEE. Ce déjeuner organisé par son conseiller Jean-Claude CASANOVA portait sur les sciences sociales, et réunissait François Furet, président de l’EHESS, et quelques directeurs d’études dont je faisais partie. L’École en a acquis des moyens supplémentaires. Raymond Barre avait créé le Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII), donc je fus brièvement le responsable après avoir quitté l’INSEE.

En mai 1981, François MITTERRAND a été élu président de la République. J’étais socialiste depuis 1974, mais je ne l’avais jamais personnellement rencontré. Au moment de constituer l’équipe du secrétariat général de l’Élysée, deux amis, Jacques FOURNIER et François STASSE, ont recommandé à Pierre BÉRÉGOVOY, secrétaire général, mon nom pour prendre en charge les dossiers économiques internationaux. Grâce à cet heureux hasard de l’amitié, je suis devenu conseiller technique puis, un an après secrétaire général adjoint auprès de Jean-Louis BIANCO, nouveau secrétaire général, remplaçant Jacques Fournier dans cette fonction plutôt prenante. J’ai donc dû cesser toute activité à l’EHESS, mais heureusement Augustin Berque a pris la relève à la direction au Centre. J’ai donc perdu tout contact avec le Centre de recherche sur le Japon, de 1981 à 1984, et y suis revenu, de 1984 à 1988, pour reprendre enseignement et direction de thèses. Ayant repris le même poste à l’Élysée entre 1988 et 1990, je me suis mis à nouveau en congé de l’École. Devenu préfet d’Île-de-France (1990-93) j’ai assuré mon séminaire de façon un peu acrobatique. J’ai ensuite quitté l’École quand la limite d’âge m’a interdit de diriger des thèses, activité qui me passionnait le plus.

Voilà quelle a été ma contribution à l’histoire du Centre de recherches sur le Japon (contemporain) auquel je souhaite un bel avenir.

 

Paris, le 26 avril 2022
Entretien réalisé et retranscrit par César Castellvi

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search