Poétique de l’espace et morphologie du paysage

Augustin Berque donnera une conférence dans le cadre du séminaire “Morphologies : des sciences sociales à l’architecture et aux sciences du vivant” du Centre d’analyse et de mathématique sociales (CAMS/EHESS) .

Lundi 8 février 2010 de 17h à 19h
Salle 2 EHESS, 105 bd Raspail 75006 Paris

Résumé

Poétique naturelle, poétique humaine.
On entend ici le mot “poétique” dans un sens proche de “créativité” : la capacité de dépasser l’identité pour faire advenir de l’altérité. Cela concerne directement la question de l’évolution (au niveau ontologique du vivant) et de l’histoire (au niveau ontologique de l’humain).Comment ces deux niveaux ontologiques embrayent-ils l’un à l’autre? On postule qu’une même logique, mais à des échelles différentes, sous-tend l’évolution et l’histoire ; logique analogue à celle de la prédication d’un sujet S en tant que prédicat P. Ici S est le donné environnemental (Umgebung dans la terminologie d’Uexküll) et P le monde ambiant (Umwelt) dans les termes duquel un être vivant interprète S ; termes qui, pour cet être, sont la réalité r. Celle-ci se formulera donc comme r = S/P (ce qui se lit : S en tant que P). Au niveau humain, cette “prédication” est la manière dont, par les sens, la pensée, les mots et l’action, un être (individuel ou collectif) interprète son environnement. Dépassant le champ d’une prédication au sens logique, ce rapport est appelé trajection. C’est, d’un côté,  la trajection de S en P (en somme, la représentation de S en termes de P) ; d’un autre côté, la trajection de P en S (v. plus loin). Ce va-et-vient est la dynamique spatio-temporelle qui 1. spatialement, engendre la médiance (le sens d’un milieu ; au niveau ontologique de l’humain, c’est le couplage dynamique de notre corps animal individuel et de nos systèmes éco-techno-symboliques collectifs , soit  “le moment structurel de l’existence humaine” dans la définition de Watsuji), et 2. temporellement, engendre l’évolution et l’histoire, ce qui se formulera r = (((S/P)/P’)/P”)/P”’… etc. L’on voit que dans cette relation, P est indéfiniment trajecté en position de S, c’est-à-dire hypostasié (substantifié) ; ce qui engendre indéfiniment de nouveaux êtres, physiologiquement au niveau ontologique de la vie (c’est l’évolution), techno-symboliquement au niveau ontologique de l’humain (c’est l’histoire).