Entretien avec Philippe Pons : la genèse du Centre de recherches sur le Japon

Philippe Pons est journaliste, correspondant à Tokyo du journal Le Monde, et co-fondateur avec Christian Sautter1 du Centre de recherches sur le Japon (CRJ), auparavant dénommé Groupe d’études et de documentation sur le Japon contemporain, au sein de la VIe section de l’EPHE (devenue l’EHESS en 1975). Historien, spécialiste du Japon et de la Corée, couvrant l’Extrême-Orient, Philippe Pons est auteur de nombreux ouvrages.

À l’occasion du 50e anniversaire du CRJ en 2023, César Castellvi, sociologue, Maître de conférences à l’Université Paris Cité, membre associé du CRJ, s’est entretenu avec lui. L’entretien a porté sur son itinéraire qui l’a mené à s’intéresser au Japon et conduit au métier de journaliste.

Comment a débuté votre relation avec le Japon ?

Un peu par hasard. J’avais commencé une licence de philosophie et m’intéressais à l’esthétique et au théâtre. Je me suis inscrit aux Langues O’ (actuel Inalco) en raison du Nô et du Kabuki en pensant que je n’irais jamais dans ce pays. Mais comme mes parents trouvaient que la philosophie et le japonais  ne m’amèneraient à rien, j’ai aussi commencé une licence de droit tout en continuant ce qui m’intéressait davantage. Il y avait alors des ponts entre la Fac de droit et Sciences Po et j’ai fait un DESS. Le mémoire portait déjà sur le Parti communiste japonais. Après mai 1968, j’avais très envie de partir, de voir autre chose. Et j’ai posé ma candidature à la Maison Franco-Japonaise. Ce qui m’a frappé quand je suis arrivé à Tokyo à la fin de 1970, c’était le décalage entre ce que véhiculaient les médias en France et ce que je découvrais. C’était l’époque du « miracle japonais ». Le Japon devenait la nouvelle chimère de l’Occident en quête de modèle alternatif à celui des États-Unis. « Pays de l’harmonie », thème de l’Expo d’Osaka qui s’était terminée quelques mois plus tôt, il était supposé détenir les « recettes » de la « réconciliation du capital et du travail » – ou, plus prosaïquement, d’innover en matière de gestion des hommes et d’organisation des entreprises. Ce que je découvrais en arrivant au pays dit de l’Harmonie, c’est  que survivait l’esprit contestataire des mouvements sociaux des années 1960 et des foyers de révolte. Comme en Allemagne et en Italie, c’était la période ou une partie du mouvement étudiant dérivait vers le terrorisme, mais où éclataient aussi des mouvements de contestation comme la bataille de Narita contre la construction de l’aéroport. On découvrait alors sans se donner beaucoup de peine l’envers de l’image que l’on avait en Occident. À l’époque, le discours sur le Japon était essentiellement produit par les journaux. Il y avait le livre d’Hubert Brochier (1923-2017), Le miracle économique japonais (Calman-Lévy, 1965), mais c’était essentiellement les médias qui produisaient le discours sur le Japon contemporain. Quand je suis arrivé à la Maison Franco-Japonaise en 1970 — en octobre, juste avant le suicide de Mishima Yukio (1925-1970) —, j’avais deux sujets de recherches. Le premier portait sur le rapport du Japon avec l’Asie du Sud-Est – sous la direction d’Hubert Brochier) et le second sur la pensée socialiste au Japon dans les années 1920-1930 qui devait donner lieu à une thèse de doctorat sous la direction de Maurice Duverger (1917-2014), à la fac de Droit de l’Université Panthéon-Sorbonne.

Quel est l’environnement que vous avez trouvé en arrivant au Japon pour vos recherches ?

Pour ma thèse, j’étais en contact avec des professeurs à l’Université de Tokyo qui travaillaient sur l’histoire de l’idée socialiste et du Parti Communiste. En français, il n’y avait rien, mais quelques livres de qualité en anglais. J’ai aussi rencontré des survivants du PCJ de l’après-guerre. Je voyais régulièrement le grand historien des idées, Maruyama Masao (1914-1996) que j’avais connu lors de son passage à Paris deux ans auparavant. Parallèlement, j’ai continué à écrire des articles de presse pour le Nouvel Observateur, le Monde Diplomatique, etc. J’ai continué, mais sous un pseudonyme, car à l’époque où j’étais à la Maison Franco-Japonaise, écrire des articles n’était pas interdit, mais je devais avoir un minimum de réserve si j’écrivais par exemple sur le mouvement contre la construction de l’aéroport de Narita…. Il y avait d’autres papiers que je signais, par exemple, sur la mort de Kawabata Yasunari (1899-1972), parce que ça n’entrait pas dans une « zone rouge ». Kawabata m’était cher, car je venais traduire Koto (paru sous le titre Kyôto). Je collaborais alors périodiquement à la Nouvelle Revue Française pour des comptes rendus sur la littérature italienne. Lorsque Kawabata a obtenu le prix Nobel de littérature en 1968, Gallimard pensait publier la traduction de Koto (qui sera en fait publiée par Albin Michel. Évidemment, à peine diplômé, je n’étais pas sûr d’en avoir la capacité. J’en ai parlé à Jean-Jacques Origas (1937-2003), qui avait été mon professeur aux Langues O’. Il m’a poussé à accepter en me disant « faites-le, je vous aiderai ». Pour ma génération, Jean-Jacques Origas était la figure même d’un enseignant : quelqu’un qui vous prenait par la main. Il a donc relu et corrigé ma traduction. Je lui en serai toujours immensément reconnaissant.

Comment est arrivée la naissance du CRJ ?

À la Maison Franco-Japonaise, j’avais fait la connaissance de Christian Sautter. Nous étions dans des chambres voisines et nous nous voyions souvent. Après notre retour en France, à peu près à la même époque, commençait à germer à la Maison des sciences de l’Homme l’idée qu’il fallait commencer à s’intéresser au Japon contemporain. Et la création d’une institution de recherches s’est peu à peu imposée. Tout a commencé avec deux séminaires l’un de Christian sur l’économie, et l’autre sur la vie politique dont je m’occupais.

Qu’est-ce qui vous a alors poussé à accepter de vous occuper d’un séminaire ?

Sans doute le désir, partagé avec Christian Sautter, d’initier une recherche en sciences humaines sur le Japon qui faisait largement défaut. Il y avait de grands spécialistes de l’histoire ancienne, de la littérature classique, des religions, mais le Japon contemporain n’était traité que par la presse. Peu à peu, les choses ont commencé à prendre forme. Comme il fallait donner corps à ce centre, nous avons commencé par essayer de créer une documentation, alors inexistante, avec le concours d’une bibliothécaire chinoise et ces deux séminaires qui duraient environ une heure et demie. Autant que je me souvienne, et il y avait une assistance d’une quinzaine de personnes dont des étudiants des Langues O’ où il y avait assurément des cours d’histoire, mais qui s’arrêtaient en 1945. Ce centre, encore embryonnaire, était finalement le seul endroit dans Paris où l’on parlait du Japon contemporain. Ce qui a longtemps fasciné l’Occident c’était les nouvelles « recettes » du fonctionnement de l’économie japonaise. Le modèle américain s’essoufflait, et il fallait trouver autre chose. Après le « défi américain », c’était le défi japonais… Et Christian avait le mérite d’expliquer comment ce supposé modèle fonctionnait. Les choses ont commencé à bouger à la fin des années 1970, avec Augustin Berque qui  dans son premier livre a commencé à remettre les pendules à l’heure en insistant sur le coût social, environnemental de cette croissance effrénée (Le Japon, gestion de l’espace et changement social, Flammarion, 1976)

De mon côté, j’essayais d’expliquer la vie politique et le système des partis en donnant un peu de contexte historique. Pour ce travail, j’utilisais les livres sur la vie politique que j’avais rapportés du Japon et d’autres matériaux. Comme on partait de très bas dans la production de connaissance, il fallait déjà expliquer par exemple comment était né le Jimintō (le Parti Libéral Démocrate japonais). Plus qu’un séminaire de recherche c’était un séminaire didactique. Au début, son existence restait assez confidentielle.

La couverture du rapport d’activité de l’époque
Fonds Centre de recherche sur le Japon. Grand équipement documentaire du Campus Condorcet. Cote 304 EHE 38 
La liste des participants du premier séminaire en 1973
Fonds Centre de recherche sur le Japon. Grand équipement documentaire du Campus Condorcet. Cote 304 EHE 38 
Le programme des séances
Fonds Centre de recherche sur le Japon. Grand équipement documentaire du Campus Condorcet. Cote 304 EHE 38 

Quels étaient les rapports du CRJ avec le reste de l’EPHE à l’époque ?

Cette bibliothèque en train de se créer donnait au Centre Japon une certaine visibilité. Nous étions aussi à côté du Centre Chine. Et nous avions des échanges avec les sinologues. Quelques personnalités éminentes du monde académique comme Alain Touraine commençaient aussi à s’intéresser au Japon. Plus tard, Touraine a d’ailleurs dirigé un livre collectif « Japon, le consensus : mythes et réalités » (Économica, 1984) auquel la plupart des japonisants en sciences humaines participèrent. Ce que nous essayons de faire à l’époque, c’était de lutter contre les clichés circulant sur le Japon en donnant une information un peu moins simpliste que celle des médias. Alors il était difficile d’avoir accès à des approches historiques, sociologiques, économiques de qualité excepté en anglais. Aujourd’hui, si on veut savoir, on peut : il y a de nombreux ouvrages de qualité en français. Mais les clichés continuent à circuler.  Il existe toujours un affligeant hiatus entre le discours académique et le discours médiatique. L’enracinement des clichés sur le Japon reste infiniment plus prégnant que sur la Chine. Dans le cas de la Chine, le discours a été d’entrée de jeu politique. Dans le cas du Japon, la déclinaison des clichés modernité-tradition revient à tout bout de champs. Le Japon officiel n’étant pas le dernier à produire cet « exotisme ». Dans les années 1970, nous étions au début des Nihonjin-ron (théories sur les Japonais)2 qui expliquaient la modernisation et l’expansion de l’archipel par les caractéristiques, anthropologiques et culturelles d’un supposé Japon éternel et homogène cherchant à rependre dans la population une impression d’euphorie économico-culturelle. Ce « modèle » porté aux nues en Occident n’allait d’ailleurs pas tarder à être perçu comme une menace. Au milieu des années 1980, dans un mouvement pendulaire, les clichés passèrent allégrement d’un positif excessif à un négatif qui l’était tout autant. Le Japon riche fut accusé  de « tricher » puis, la flambée du yen aidant, d’« acheter le monde ». En quoi ces acquisitions auraient-elles été condamnables ? Mais la formule fit mouche. Puis, avec la stagnation économique entrainée par l’éclatement de la « Bulle immobilière » et les crises financières mondiales au début des années 1990, l’archipel disparut de la carte des chimères occidentales pour renaître au début du 21e siècle  avec « cool Japan », slogan de la politique de communication officielle. Aujourd’hui, le Japon « vend » son côté soft et avant-gardiste. L’image du « cool Japan », c’est un peu « le Japon du consensus », version XXIe siècle.

La modernité japonaise continue à désarçonner. Il y a une quarante d’années, Pierre-François Souiri et moi-même avions écrit un article dans le Monde des Débats sur le thème de cette modernité qui ne convergeait pas vers notre modèle. Une idée à laquelle Souyri a donné son arrière-plan historique (Moderne sans être occidental – Aux origines du Japon d’aujourd’hui, Gallimard, 2016). Mais dans les années 1980, elle relevait encore de l’impensable tant l’Occident se pendait seul porteur de modernité. Comment pouvait-on prétendre à la modernité sans  converger vers notre modèle ?

C’est aussi l’époque où vous avez commencé votre activité de publication d’ouvrage sur la société japonaise.

Oui. Le journalisme est passionnant parce que l’on passe d’un univers à un autre, de celui des puissants aux vaincus de la croissance, mais on reste à la crête de la vague. J’avais besoin pour moi-même de remettre du contexte, de l’histoire dans ce que je voyais et essayais de comprendre. Les livres que j’ai écrits n’étaient pas des commandes. Je n’ai signé de contrat qu’à la remise du manuscrit. Refaire du journalisme en 250 pages ne m’intéressait et ne m’intéresse toujours pas.

Comment faisait-on pour publier un livre sur le Japon à l’époque ? A fortiori, dans la Bibliothèque des sciences sociales chez Gallimard où vous êtes, à ma connaissance, leur seul journaliste à avoir publié des livres ?

Lorsque je commençais D’Edo à Tokyo, j’avais écrit à Claude Levi-Strauss (1908-2009) pour lui demander conseil. Il m’avait très aimablement répondu puis il me reçut et il eut la gentillesse de regarder le manuscrit que je lui avais soumis. Et il m’a conseillé d’en parler à Pierre Nora. Je fus présenté à celui-ci par Claude Roy (1915-1997) qui était un ami. Pierre Nora accepta de me publier excepté une partie que j’ai ensuite utilisée pour Misère et crime (Gallimard, 1998).

Comment s’est passé votre départ du Centre ?

Assez simplement : j’ai pris une autre direction que celle d’une carrière universitaire. J’avais besoin de plus de liberté que m’en aurait donné la recherche. C’était la fin de la guerre en Indochine. Et je suis allé plusieurs fois en reportage au Vietnam, au Cambodge, au Laos jusqu’à la chute de Saigon en 1975. Je faisais des papiers pour le Nouvel Observateur, l’Express, Le Monde diplomatique et quelquefois pour le Monde. Je trouvais dans ce mode de vie une liberté que je n’aurais pas eue ailleurs. Je ne gagnais pas très bien ma vie, mais j’amortissais mes reportages en faisant plusieurs articles à partir d’un même voyage. J’avais une grande liberté. Le Monde n’a recruté en 1975. Un an plus tard, je partais au Japon comme correspondant et mes activités au Centre ont pris fin. J’ai en revanche conservé des liens d’amitié avec Christian. À l’époque, le correspondant du Monde à Tokyo couvrait aussi la Corée et les Philippines et je voyageais beaucoup. Et le Centre, pour lequel j’ai conservé un attachement, s’est peu à peu éloigné.

Tokyo, le 9 septembre 2022
Entretien réalisé et retranscrit par César Castellvi



Citer ce billet
Yasuko D'Hulst (2022, 7 novembre). Entretien avec Philippe Pons : la genèse du Centre de recherches sur le Japon. Carnets du Centre Japon. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/madk

  1. Entretien avec Christian Sautter, https://carnetsjapon.hypotheses.org/27507 []
  2. Production littéraire et intellectuelle portant sur les spécificités du Japon et des Japonais []

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterYouTube

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search