Yuriko YOKOYAMA, Professeure invitée à l’EHESS en février-mars 2024

 

Le Centre de recherches sur le Japon a le plaisir d’accueillir Mme Yuriko YOKOYAMA 横山 百合子, Professeur émérite au Musée National d’Histoire et de Folklore de Sakura, spécialiste de l’histoire des femmes et du genre à l’époque d’Edo, dans le cadre du « Programme Professeurs invités de l’EHESS », sur proposition de Guillaume Carré (CRJ-CCJ) du 26 février au 24 mars 2024.

Durant son séjour, Mme Yokoyama donnera une série de conférences portant sur la prostitution sous le Tokugawa, et tout particulièrement le quartier de plaisir de Shin-Yoshiwara.

Conférences

  • Jeudi 29 février (10h30-12h30)
    Campus Condorcet, bâtiment EHESS, 3e étage, salle 387
Prostitution et système statutaire : les quartiers de plaisir de l’époque d’Edo, de leur naissance au démantèlement
 
Dans le cadre du séminaire « Histoire du Japon moderne : périodisation en chantier », animé par Aleksandra Kobiljski et Noemi Godefroy
 
Les grandes métropoles du shogounat des Tokugawa, Edo, Ôsaka, Kyôto, ont toutes abrité des quartiers réservés à la prostitution féminine. La formation de tels espaces répondait à la fois à des besoins de police urbaine, mais aussi de réglementer un commerce du sexe souvent basé sur le rapt et l’asservissement durant les guerres féodales. L’organisation d’un quartier comme Yoshiwara au cours du XVIIe siècle eut pour corollaire une répression accrue de la prostitution illégale, qui consacra l’accaparement des profits de cette activité par les tenanciers de bordels de cet endroit. L’évolution des quartiers de plaisir sera donc examinée à la fois du point de vue de la reconnaissance statutaire par les autorités de l’activité des souteneurs, mais aussi de celui d’une histoire genrée de la dégradation de la condition des prostituées.
 
  • Vendredi 1er mars (12h30-14h30)
    Campus Condorcet, bâtiment EHESS, 3e étage, salle 302
La répression de la prostitution illégale à Edo
 
Dans le cadre du séminaire « La monnaie du Japon dans tous ses états » de Guillaume Carré
 
Les prostituées d’Edo qui se livraient à leur activité en dehors du contrôle des bordels légalisés sont désignées dans les textes par le terme injurieux de baita. Leur répression, au début de la période d’Edo, était confiée par les autorités guerrières aux plus influents tenanciers de maisons closes de Yoshiwara. Des campagnes furent ainsi lancées au cours du XVIIe siècle pour purger la cité shogounale de ses bordels clandestins. Cette politique s’institutionnalisa progressivement dans la première moitié du XVIIIe siècle, pour devenir une prérogative des cinq communautés de quartiers constituées par les établissements de prostitution de Yoshiwara, qui trouvèrent dans la répression de cette prostitution clandestine, un moyen de s’approvisionner en main d’oeuvre.
 
  • Jeudi 14 mars (14h30-16h30)
    Campus Condorcet, bâtiment EHESS, 3e étage, salle 302
La voix des courtisanes : témoignages judiciaires et journaux de prostituées d’Edo
 
Dans le cadre du séminaire « Histoire sociale, économique et institutionnelle de la Chine moderne (XVe-XXe siècle) » de Luca Gabbiani
 
Les quartiers de plaisir japonais, et en particulier celui d’Edo, Yoshiwara, ont fourni une thématique inépuisable pour des productions artistiques en tous genres à l’époque d’Edo : littérature, théâtre, peinture et estampes … Mais derrière ce monde fantasmé des quartiers de maisons closes, devenus de véritables attractions touristiques, et la mise en scène du monde des courtisanes, quels témoignages les prostituées elles-mêmes nous ont-elles laissés ? Les chefs de quartiers chargés du maintien de l’ordre à Shin-Yoshiwara ont parfois consigné le contenu d’interrogatoires des filles exerçant dans les bordels. Mais des courtisanes elles-mêmes ont pu aussi tenir des journaux, une habitude très répandue dans la population japonaise de cette époque. 
 
  • Jeudi 21 mars (12h30-14h30)
    Campus Condorcet, bâtiment EHESS, 3e étage, salle 385
La capitale shogounale et ses maisons closes : fonctions et financement de la prostitution à Edo
 
Dans le cadre du séminaire « Initiation à la lecture de documents historiques du Japon prémoderne (XVIe-XIXe siècle) » de Guillaume Carré (report de la séance du 14 mars)
 
Toutes les strates composant la société de la ville d’Edo entretenaient la prostitution. La population guerrière bien sûr, largement célibataire, dont la fréquentation des bordels pouvait prendre un caractère collectif. Mais le personnel des maisons de commerce était aussi client des prostituées des quartiers de plaisir ou des établissements clandestins, obligeant les patrons à s’en préoccuper dans leurs règlements intérieurs, et à s’entendre avec les proxénètes. La gestion des maisons closes s’appuyait quant à elle sur des emprunts garantis par l’autorité shogounale, pour assurer des revenus à la haute aristocratie guerrière ou curiale, et même à des établissements religieux. Le pouvoir politique à son plus haut niveau était donc impliqué dans le soutien aux activités des proxénètes de Yoshiwara.

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterYouTube


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Yasuko D'Hulst (23 février 2024). Yuriko YOKOYAMA, Professeure invitée à l’EHESS en février-mars 2024. Carnets du Centre Japon. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vw8s


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search