Séminaire « Histoire du Japon moderne : périodisation en chantier », programme 2024

Katsushika Hokusai, Ashiro no Fuji, Harvard Art Museum

co-animé par

Noémi Godefroy & Aleksandra Kobiljski

Jeudi 10h30-12h30

Campus Condorcet – Bâtiment EHESS

2, Cours des Humanités 93300 Aubervilliers

Salle 387 (sauf indication contraire entre parenthèses)


En prenant comme point de départ une réflexion sur la périodisation de l’histoire du Japon ce séminaire de recherche se penche sur l’histoire longe de la transition Tokugawa-Meiji. Le séminaire vise à envisager d’autres moments-clé que l’année 1868 qui ont participé à l’émergence du Japon, dit moderne. Affranchi des bornes chronologiques classiques, ce séminaire se donne pour ambition de faire émerger des pistes pour proposer une nouvelle histoire du Japon. Il s’agit d’explorer la diversité de dynamiques locales et leur rapport (ou non) avec les dynamiques régionales et mouvements mondiaux.

PROGRAMME

29 février YOKOYAMA Yuriko (Musée national d’histoire japonaise) – Prostitution et système statutaire : les quartiers de plaisir de l’époque d’Edo, de leur naissance au démantèlement

7 mars – Nathalie Kouamé (Université Paris Cité) – Naissance et affirmation du Japon moderne, 1392-1709 : écrire l’histoire d’une transition historique capitale

14 mars – La séance sera remplacée par la participation à l’atelier « Workshop on the Connections in Water History: France-Japan, Early Modern-Modern, Engineering-History », co-organisé avec Pr. NAKAMURA Shinichiro (Université de Nagoya), chercheur invité du CRJ (EHESS, FMSH, 54 boulevard Raspail, salle BS1_28)

21 mars – La séance sera remplacée par la participation au stage de paléographie japonaise animé par Pr. IWAKI Takuji (Université de Kyoto) (EHESS, FMSH)

28 mars Noémi Godefroy (Inalco, IFRAE/CCJ) – La tradition orale aïnoue à l’épreuve de la périodisation – Peut-on/doit-on dater l’indatable ? (Inalco, 65 rue des Grands Moulins, salle 4.13)

4 avril Emmanuel Lozerand (Inalco, IFRAE) – « Classique / moderne : périodiser l’histoire de la littérature japonaise »

11 avril – Dimitri Tatoyan (CNRS) – Un exemple de transversalité des savoirs techniques au début du XIXe siècle : l’ingénieur polyvalent Kume Eizaemon (1780-1841)

2 mai – Aleksandra Kobiljski (CNRS, CCJ) – La famine de l’ère Tenpô (1833-39) : Une simple disette ou un tournant critique dans l’histoire du Japon ?

16 mai – Présentations estudiantines

23 mai – Joshua Fogel (York University) – Chinese studies of Japan in the Ming: the Riben kao 日本考 (1592-3)



Citer ce billet
Yasuko D'Hulst (2024, 26 février). Séminaire « Histoire du Japon moderne : périodisation en chantier », programme 2024. Carnets du Centre Japon. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vw5m

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterYouTube

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search