Conflits d’usage et acclimatation aux pollutions dans le Japon des années 1910-1920, le cas de la rivière Arata : intervention de Cyrian Pitteloud, 12 juin 2024

Cette intervention de Cyrian Pitteloud, Maitre de conférences à l’Université de Lille, aura lieu dans le cadre de la Journée d’études « Les Appropriations de l’eau de l’Antiquité à nos jours ».

Cet événement est inclus dans le festival « Printemps de l’histoire environnementale » organisé par le RUCHE (Réseau universitaire de chercheurs et chercheuses en histoire environnementale).

Dans les années 1910, l’industrialisation du Japon, qui a déjà connu une accélération dans les années 1870-80, se poursuit plus avant. Des usines et des ateliers de taille moyenne, voire réduite, se multiplient à l’échelle nationale. Ce développement entraîne des conséquences environnementales et sociales considérables. Alors que dans les années 1880-1890 les principales pollutions étaient le fait des mines et des grands centres industriels (les aciéries de Yawata, par exemple), autour de la Première Guerre mondiale elles commencent à s’étendre à l’ensemble du territoire. Cette tendance se maintient dans le temps, comme l’attestent des sources officielles des années 1930 qui répertorient les plaintes déposées contre des nuisances industrielles. 

Cette communication se penche sur la rivière Arata, qui traverse la ville de Gifu (chef-lieu du département éponyme), dans le centre du Japon. Au mitan des années 1910, de nombreuses usines textiles, entre autres, s’implantent le long de ce cours d’eau d’une vingtaine de kilomètres et y déversent leurs effluents. Agriculteurs et pêcheurs se mobilisent à l’échelle régionale et mènent un mouvement de contestation qui se poursuit jusqu’à la fin des années 1930, pour sa phase la plus active. On analysera les modalités d’action déployées sur près de vingt ans par les protestataires et sur les résultats de leur lutte. Plus largement, ce cas de contamination d’une rivière urbaine est l’occasion de réfléchir à la gestion des nuisances industrielles dans un contexte où celles-ci tendent à se généraliser à travers le pays. On se demandera notamment comment se négocie l’acclimatation des populations aux pollutions dans un cadre régional plus restreint, bien loin des grandes mobilisations des années 1880-90 (par exemple autour de la pollution de la mine d’Ashio). Afin d’apporter des éléments de réponse à ces questionnements, on dispose de sources primaires éditées dans des volumes consacrés à l’histoire du département, tout comme de documents de la main d’un des meneurs du mouvement de protestation et publiés dans les années 1930.

Mercredi 12 juin, de 9h à 17h
Salle de séminaire de l’IRHiS, Université de Lille, campus Pont de Bois



Citer ce billet
Yasuko D'Hulst (2024, 3 juin). Conflits d’usage et acclimatation aux pollutions dans le Japon des années 1910-1920, le cas de la rivière Arata : intervention de Cyrian Pitteloud, 12 juin 2024. Carnets du Centre Japon. Consulté le 14 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11qgb

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterYouTube

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search