Léon de Rosny, passeur de cultures

Léon de Rosny dans son atelier, vers 1900, photographie de la famille de Léon de Rosny.

Patrick Beillevaire (CNRS-CRJ) donnera une conférence dans le cadre du cycle de conférences et de rencontres « À la table du traducteur », organisé par la BULAC et en partenariat avec la Maison de la culture du Japon à Paris. Cette session sera consacrée à Léon de Rosny avec également la participation de François Macé (NALCO) et Philippe Rothstein (université de Montpellier III).

Léon de Rosny (1837-1914), orientaliste, ethnologue, journaliste, fut le premier enseignant de langue et de civilisation japonaises à l’École spéciale des langues orientales (1863). Conférencier au Collège de France, président de la société d’Ethnographie, il a organisé à Paris en 1873 le premier Congrès international des orientalistes et fondé la Société des Études japonaises, chinoises, tartares et indochinoises. En 1886, il devient directeur adjoint de la conférence sur les religions de l’Extrême-Orient à la cinquième section des sciences religieuses à l’École pratique des hautes études récemment créée. Homme aux centres d’intérêts et domaine de recherche multiples (linguistique, ethnologie, religions, etc.), il se consacra non seulement à l’étude de la Chine, du Japon et des autres pays d’Asie orientale mais aussi à l’Amérique centrale.

Dans l’œuvre de Léon de Rosny, la traduction du japonais et du chinois classique occupe une place de choix. Il est notamment l’auteur de la première traduction de textes littéraires japonais en France. Les traductions d’ouvrages japonais qu’il a publiées couvre un champ aussi large que celui de ses recherches : un conte chinois L’épouse d’outre-tombe (1864, 1875), la sériciculture (1868), une anthologie de la poésie classique japonaise (1871), l’oeuvre du moine bouddhiste Kûkai (1876), le Nihon shoki, seconde plus ancienne chronique du Japon (1887), Le livre de la piété filiale de Confucius (1893), etc. Depuis 1860, Léon de Rosny s’est efforcé d’incarner l’exemple du nécessaire effort de médiation entre la réalité historico-philologique de la langue des peuples, de ce qu’il appelait les « nations », les « nationalités » et ce que, comme les spiritualistes de son époque, il nommait « l’âme humaine ».

Le mardi 2 décembre 2014 de 18h30 à 20h30
Auditorium du Pôle des langues et civilisations
65, rue des Grands Moulins
75013 PARIS

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.