Appel à contributions : « Mobilités nomades et sédentaires dans le monde sinisé », revue Extrême-Orient, Extrême Occident

La revue Extrême-Orient, Extrême-Occident lance un appel à contribution pour un prochain numéro ayant pour thème « Mobilités nomades et sédentaires dans le monde sinisé ».

Les propositions d’articles, en anglais ou en français, seront adressées aux deux rédacteurs en chef de la revue : Matthias Hayek (matthias.hayek@ephe.psl.eu) et Pierre-Emmanuel Roux (pierre-emmanuel.roux@u-paris.fr), ainsi qu’aux coordinateurs du numéro : Aurore Dumont (aurore.dumont5@ehess.fr) et Alexis Lycas (alexis.lycas@ephe.psl.eu).

Les personnes qui envisagent de proposer une contribution sont invitées à se manifester en soumettant un titre provisoire et un résumé d’une page maximum, avant le 15 juillet 2024.
Les manuscrits complets pour les propositions retenues seront attendus au plus tard le 30 octobre 2024 et devront suivre les consignes indiquées ici : https://journals.openedition.org/extremeorient/738

Les régions périphériques de Chine ont longtemps été occupées par des peuples non chinois dits « barbares » dont le mode de vie nomade, caractérisé par une grande mobilité, semblait opposé à celui des agriculteurs chinois sédentaires établis dans le centre et les plaines. L’historiographie récente a montré qu’une opposition aussi stricte entre des nomades continuellement mobiles et des sédentaires immuablement fixes n’était pas toujours pertinente, comme l’illustre le cas des Xiongnu, longtemps perçus comme nomades, alors que l’archéologie a révélé chez eux des pratiques inspirées des groupes sédentaires (Brosseder & Miller 2011). De la même manière, l’anthropologie a mis en évidence que, contraintes depuis des décennies à la sédentarisation par les projets politiques de modernisation de l’État chinois, certaines populations pastorales (Tibétains, Mongols, Évenks notamment) demeuraient aujourd’hui très mobiles malgré leur établissement dans des entités administratives dédiées (Humphrey & Sneath 1999, Dumont 2018).

Non réductible au seul mouvement des corps dans l’espace, la mobilité constitue un phénomène social bien plus important (Ho 2017), qui s’incarne individuellement ou collectivement, peut être libre ou au contraire forcée, étatique ou communautaire, permanente ou saisonnière, etc. Ce numéro vise à appréhender la façon dont les populations nomades et sédentaires installées dans les marges de Chine sont impliquées ensemble dans différents types de mobilité. L’évolution, les prolongements et les césures de ces mobilités seront au cœur des contributions proposées, selon des approches principalement historiques et anthropologiques, sans pour autant exclure les autres disciplines des sciences humaines et sociales. Par-delà une volonté de réfléchir à des éclairages communs sur les mobilités et ce qu’elles entraînent en termes de circulation, d’échanges et d’emprunts, les contributions attendues pourront traiter des mobilités nomades et sédentaires selon les axes thématiques suivants :

– Mobilité économique : comment la mobilité peut-elle être contrainte par des impératifs économiques et logistiques ? Comment les individus font-ils circuler conjointement des marchandises et des hommes ? – Mobilité politique : quel est l’impact de la mobilité dans les rapports que nomades et sédentaires entretiennent vis-à-vis du pouvoir, en situation impériale, coloniale et post-coloniale ? Comment la mobilité peut-elle être appréhendée comme l’expression d’un pouvoir, d’un contrôle ou d’une contrainte par les groupes et les individus (Atwood 2015) ?

– Mobilité culturelle et religieuse : dans quelle mesure la mobilité est-elle nécessaire dans la conduite d’événements culturels et/ou de célébrations religieuses ? Derrière les paradigmes ethniques et lignagers généralement convoqués, comment les mobilités affectent-elles le rapport entre humains et non humains (animaux, esprits, choses) ?

– Mobilité environnementale : comment l’exploitation des ressources naturelles, le changement climatique, ou encore les politiques étatiques d’un « environnementalisme parfois autoritaire » (Li & Shapiro 2020) redéfinissent-ils la façon d’être mobile des individus et des animaux ?

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterYouTube


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Yasuko D'Hulst (7 juin 2024). Appel à contributions : « Mobilités nomades et sédentaires dans le monde sinisé », revue Extrême-Orient, Extrême Occident. Carnets du Centre Japon. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11s1g


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search