Léon de Rosny et le Japon qui s’ouvre

Conférence de Patrick Beillevaire dans le cadre du cycle de conférences et de rencontres « À la table du traducteur » annoncée dans le billet précédant. Vous trouverez le résumé ci-dessous.

L’étude de la langue et de la culture japonaises a été l’axe principal de la carrière d’enseignant et de l’œuvre éditoriale, au demeurant fort composite, de Léon de Rosny, au moins jusqu’aux années 1870. La publication de son Introduction à l’étude de la langue japonaise en 1856, à la veille de l’ouverture du Japon à la présence étrangère, puis la tenue d’un cours de japonais à l’École des langues orientales à partir de 1863, transformé en chaire en 1868, font de lui un des pionniers des études japonaises en Occident. Il ne s’est pourtant jamais rendu au Japon, et ce n’est pas sans difficultés et tâtonnements, comme lui-même l’explique, qu’il parvint à trouver le matériau bibliographique sur lequel se fondait et se légitimait la nouvelle discipline dont il entreprenait, presque seul, un premier balisage. Cette intervention examinera le positionnement intellectuel de Léon de Rosny, éminent héritier d’un orientalisme livresque, au regard du bouleversement politique et social que connaît le Japon dans la seconde moitié du XIXe siècle. Elle analysera, en particulier, le réseau de correspondants qui le reliait à son objet d’étude et qui conférait prestige et autorité aux sociétés et revues savantes qu’il animait.

Le mardi 2 décembre 2014 de 18h30 à 20h30
Auditorium du Pôle des langues et civilisations
65, rue des Grands Moulins
75013 PARIS

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.