L’organisation socioreligieuse de la catholicité japonaise en période de répression : Confréries, réseaux et clandestinité (XVIIe siècle)

Conférence de Martin NOGUEIRA RAMOS (CRCAO) dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon.

Durant mes recherches de doctorat, j’ai montré qu’au milieu du XIXe siècle, soit plus de deux cents ans après la promulgation de l’édit d’interdiction (1614) et le passage à la clandestinité de la catholicité japonaise, il existait des réseaux crypto-chrétiens dans la moitié nord de l’île de Kyūshū ; le plus important s’étendait sur un rayon de 100 kilomètres. Les réseaux avaient plusieurs fonctions : économique (organiser les migrations interrégionales), sociale (permettre aux chrétiens cachés de se marier au sein de la communauté) et religieuse (assurer la pérennité des pratiques et rites légués par les ancêtres). Tout laisse à croire qu’ils ont été mis en place — ou encouragés — par les missionnaires, en collaboration avec les élites locales (guerriers, chefs de village, ex-moines bouddhistes convertis au catholicisme, etc.) au XVIe et au XVIIe siècle.
Dans cette présentation, je montrerai comment ces réseaux gagnent en importance après 1614 et jouent, en l’absence d’un clergé nombreux, un rôle central dans le maintien du catholicisme dans les campagnes. Les documents utilisés concerneront principalement la péninsule de Shimabara (act. département de Nagasaki), une région propice à l’étude croisée de la documentation occidentale et japonaise.

Jeudi 21 janvier 2016 de 13h à 15h
Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique