Altérités perçues, altérités vécues – Visions des Aïnous au Japon (XVIIIème siècle)

Homme ainu. Source : David MacRitchie, The Aïnos (BULAC)

Noémi Godefroy (Inalco-CEJ, jeune chercheuse associée du Centre Japon) interviendra dans le colloque de la SEFJ le 17 décembre 2016.

Les descriptions antiques et médiévales des habitants de l’île d’Ezo (actuelle Hokkaido) sollicitaient de façon systématique les mêmes stéréotypes : leur forte pilosité, leur méconnaissance de l’agriculture ou de la langue japonaise, leur alimentation carnée. Quelques auteurs leur attribuèrent même des capacités surhumaines, ou des pouvoirs surnaturels. Ces représentations servaient surtout à les différencier des Japonais, et avaient en ce sens une valeur politique. De fait, ces descriptions ne se devaient donc pas d’être fidèles, et ne requéraient pas nécessairement de contact, ou de rencontre avec les populations qu’ils s’attachaient à décrire.

Sous les Tokugawa, l’institutionnalisation et l’intensification des interactions sous l’égide du domaine de Matsumae, le renforcement des dépendances croisées économiques nippo-aïnoues, ainsi que le potentiel géostratégique de l’île, entraînent un fort intérêt pour les Aïnous et leur territoire. De fait, à partir du XVIIIème siècle, on assiste à un véritable essor des écrits sur le septentrion, ainsi qu’à une diversification des auteurs (lettrés confucéens, gouvernants, envoyés shogunaux, spécialistes des études hollandaises, etc.), dont certains se sont rendus sur place.

La vision des Aïnous a-t-elle changé ? Que reste-t-il des topoï descriptifs des époques antérieures ? Assiste-t-on à l’émergence de nouveaux lieux communs ?

En analysant et en recoupant des extraits de textes du XVIIIème siècle, parmi lesquels la Description d’Ezo (Ezo-shi) d’Arai Hakuseki (1720), le Panorama illustré des Trois Royaumes (Sangoku tsūran zusetsu) de Hayashi Shihei (1783), et les Mesures Secrètes pour Gouverner (Keisei hisaku) de Honda Toshiaki (1798), nous tenterons de mettre en lumière les tensions entre deux types de représentations. D’un côté, une altérité perçue, s’exprimant par le biais de représentations figées, qui contribuent à maintenir la dichotomie « eux / nous ». De l’autre, une altérité vécue, issue d’une observation directe, où les descriptions sont replacées dans un contexte et un environnement précis. En filigrane, on pourra observer comment ces différentes visions de l’altérité sous-tendent les débats autour de l’assimilation ou de la dissimilation des Aïnous au tournant du XIXème siècle.

Du 15 au 17 décembre 2016
Université Jean Moulin – LYON 3

Sur le site du colloque de la SFEJ :
https://sfejcolloque2016.wordpress.com/2016/09/22/session-12-2-noemi-godefroy/

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique