Appel à contribution : “Géopolitique du riz du boom rizicole”

©Paul Arps

Dans le cadre d’un numéro thématique (n°274), Les Cahiers d’Outre-Mer (COM) a lancé l’année dernière un appel à contribution sur « la géopolitique du boom rizicole ». La redaction de la revue a prolongé la date de soumission au 15 mars 2017.

L’article complet (50 000 signes maximum, comprenant les résumés français et anglais, la bibliographie et la présentation du/des auteur-e-s) doit être envoyé rapidement (15 mars 2016), par e-mail en fichier attaché (format .doc ou .docx) à Charlotte Torretti (torretti.charlotte@gmail.com) et au secrétariat de rédaction des COM (c.cazenave@sciencespobordeaux.fr).

Argumentaire

Le monde depuis 1945 traverse une période de mutations profondes, plurielles et à un rythme accéléré. À ce titre, le bouleversement de la carte du riz est intéressant à étudier, problématique à la croisée de plusieurs grandes dynamiques aujourd’hui à l’œuvre. Céréale la plus cultivée au monde, le riz est considéré comme l’un des éléments-clés permettant d’assurer la sécurité alimentaire de la planète. Pourtant, la flambée des prix de 2008 a montré les limites du système actuel quant à remplir ce rôle, et amène à s’interroger sur les enjeux tant stratégique que productif de la plante verte dans le monde. Elle a aussi amené les États et les acteurs à multiplier, les initiatives permettant de parler d’un véritable « boom rizicole » dont il faut rendre compte, à toutes les échelles possibles.
Plusieurs points d’entrée transversaux sont envisageables (liste non exhaustive) :
Gouvernance de la faim

Le riz tient une place centrale dans la construction de solutions technologiques à la question de la faim, problématisée par les institutions internationales au sortir de la seconde guerre mondiale. La Révolution Verte naturalise la mise en dépendance de la riziculture des Suds par les industries des Nords. Céréale au plus petit génome, le riz fait l’objet d’une production intense de variétés améliorées, hydrides ou OGM. Combinées à l’utilisation massive de produits phytosanitaires, à la mécanisation des façons culturales et à la diffusion de l’irrigation, elles permettent d’atteindre aujourd’hui des rendements extrêmement élevés de près de 10 tonnes à l’hectare. Cependant, l’adoption du protocole de la Révolution Verte est inégale et se creuse une profonde inégalité technologique entre pays. Aujourd’hui, les rendements stagnent dans les bassins de production américains, européens et asiatiques. Le déploiement de ce kit technologique notamment en Afrique subsaharienne rencontre des obstacles financiers et de disponibilité des ressources naturelles. Quelles sont alors les perspectives d’avenir de la Révolution Verte, symbole des technosciences, qui s’essouffle dans les pays traditionnellement riziculteurs et qui peine à s’implanter dans ceux qui ambitionnent de le devenir ? Quels sont les enjeux de pouvoir pour la maîtrise technologique de l’alimentation de la population dans les États modernes ? Comment, face aux dégâts environnementaux engendrés par l’agriculture intensive, le discours de la Révolution Verte s’oppose-t-il aujourd’hui face à celui de l’agro-écologie, alternative montante qui gagne des partisans au sein même des institutions internationales ?

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique