Appel à contributions : “Consommer au Japon, consommer le Japon. Penser le made in Japan au XXIe siècle”

La rédaction de la revue Ebisu-Études japonaises lance un appel à contributions pour son numéro 56, à paraître en 2019 : “Consommer au Japon, consommer le Japon. Penser le made in Japan au XXIe siècle”.

Date de déclaration d’intention (titre provisoire et résumé de 800 signes) : 15 février 2018
Date limite d’envoi des propositions des articles : 1er juillet 2018

Appel à contributions

Le dossier spécial du n°56 d’Ebisu (parution 2019) interroge les pratiques de consommation de produits et services japonais, dans un contexte en pleine évolution : la mondialisation des échanges due aux progrès technologiques, l’influence du néolibéralisme sur l’organisation du développement économique, la concentration des richesses dans des mégapoles en compétition, l’essor du tourisme et de l’économie de la connaissance, l’aggravation des inégalités et la montée en puissance des préoccupations écologiques, le vieillissement démographique… Ces facteurs bouleversent la conception, la fabrication et l’achat de biens et services. Ils ont contribué à remettre en cause un modèle japonais de croissance fondé sur l’exportation de produits réputés pour leur qualité. La montée en gamme industrielle des pays voisins et la stagnation du marché intérieur l’ont aussi fragilisé. C’est pourtant durant la crise des années 1990 que le succès des jeux vidéo, mangas, animés, fait émerger la notion de Cool Japan, dont l’effet sur certains secteurs a été positif. Or, si les études de son instrumentalisation politique ont abondé, les analyses de ses retombées pour les entreprises, les clients mais aussi les territoires, paraissent en retrait. On s’intéressera donc ici aux mutations du made in Japan dans la globalisation, à travers plusieurs dimensions : économique, géographique, anthropologique, sociale, managériale, artistique…

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique

More Posts - Website


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, Chargée de valorisation scientifique