Les femmes commerçantes dans les villes de l’époque d’Edo

© Asahi Lectures – University of Tokyo

Conférence de Makihara Shigeyuki, Professeur à l’Université de Tokyo, chercheur invité à l’EHESS, dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon. Cette conférence aura lieu en japonais avec traduction.

Une des spécificités principales de la société du Japon prémoderne est l’existence un peu partout dans le pays des « cités castrales » (jôkamachi) appartenant à de grands féodaux (les daimyô), où se concentraient ses vassaux, des marchands et des artisans. Pour réfléchir sur le commerce durant cette période, il est donc utile de se pencher sur les marchands de ces cités castrales. A la base, on y commerçait sous deux formes principales. La première consistait dans l’établissement d’un marché à des jours donnés chaque mois dans des quartiers où se rendaient les marchands ; l’autre à vendre des produits déterminés dans certains secteurs. Ceci permettait d’assurer la prospérité de chaque communauté urbaine, mais le premier mode paraît la forme originelle, dont la seconde serait dérivée. Progressivement les marchands qui se rassemblaient sur ces marchés ou dans ces quartiers formèrent des corporations, mais lorsqu’on consulte leurs registres, on n’y trouve que des hommes. Cet état de fait est profondément lié au système de reconnaissance officiel des statuts, des communautés urbaines ou des marchés, mais ne signifie pas pour autant que les femmes ne s’adonnaient pas au commerce. Par exemple à Morioka, capitale de la principauté de la maison Nanbu, sur le marché de Tamachi, il existait un espace dédié aux marchandes appelé « onna-machi », c’est-à-dire le « quartier des femmes » : ce sont donc ces particularités du commerce dans les cités castrales qui feront l’objet du séminaire.

Jeudi 15 mars de 11h à 13h
EHESS, Salle 11, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé


Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Publié par

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste