Entretien avec Guillaume Carré : « 1968 au Japon : comme un tremblement de terre »

© Images tirées du manga Unlucky Young Men, de Kamui Fujiwara et Eiji Otsuka (éd. Ki-oon, 2015)

Guillaume Carré (EHESS-CNRS) a donné un entretien en mars dernier à la revue GEO. Il analyse le mouvement étudiant au Japon de 1968-1969.

Vous trouverez cette entretien à l’adresse suivante :
https://www.geo.fr/photos/reportages-geo/1968-au-japon-comme-un-tremblement-de-terre-185811

Durant de longs mois, d’avril 1968 à janvier 1969, les étudiants japonais occupent leurs facultés avant que la police ne réprime durement la contestation. Dans un entretien exclusif pour GEO.fr, Guillaume Carré, maître de conférence à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales (EHESS) et chercheur au CNRS, décrypte le mouvement le plus important en ampleur (et en violence) de tous les pays industrialisés. Lire la suite…

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Itô Chûta : Un architecte du Japon de Meiji dans l’Empire ottoman

Conférence de Miyuki Aoki-Girardelli sur Itō Chūta 伊東忠太, architecte de l’ère Meiji, à la Maison de la culture du Japon à paris le 12 avril 2018.

Itô Chûta (1867-1954), premier historien japonais de l’architecture, émit l’hypothèse d’un lien entre le Hôryûji et le Parthénon, questionnant l’échelle des valeurs qui faisait de l’architecture occidentale classique un sommet absolu. En 1902, il entreprit un tour du monde qui focalisa son intérêt sur l’architecture « orientale ». La théorie qu’il développa à son retour s’écarte radicalement du « point de départ » européen.

Miyuki Aoki-Girardelli mettra l’accent sur les éléments collectés par Chûta dans l’Empire ottoman, son passage à Paris en 1905, et une riche iconographie. Cette historienne de l’art, basée à Istanbul, est titulaire d’un doctorat en Histoire de l’Art de l’Université des Techniques d’Istanbul.  Elle a récemment publié Itô Chûta : Un architecte du Japon de Meiji dans l’Empire ottoman.

Pour en savoir plus…

Jeudi 12 avril 2018 à 18h30
Maison de la culture du Japon à Paris

101 bis, quai Branly 75015 Paris

Entrée libre sur réservation

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

La discrimination à l’encontre des burakumin dans le Japon contemporain

Conférence de Caroline TAÏEB, doctorant à l’ERIS du CMH et à l’Université du Kansai, dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 5 avril 2018.

Depuis les années 1980, aucune recherche en français n’a été faite sur la discrimination à l’encontre des burakumin qui perdure aujourd’hui encore au sein de la société japonaise. Toutefois, même si elle reste relativement méconnue, plusieurs sociologues français y font référence dans leurs travaux. Car, bien que cette discrimination puise son origine dans l’histoire du Japon, les mécanismes d’exclusion et de ségrégation qu’elle mobilise sont semblables à ceux existant vis-à-vis d’autres groupes minoritaires. À travers les résultats d’une enquête quantitative et de deux enquêtes qualitatives menées auprès des non-burakumin et des burakumin au Japon entre 2012-2014 et 2015-2017, nous expliquerons les raisons qui conduisent la discrimination à se maintenir. C’est pourquoi, cette intervention s’articulera autour de deux thèmes : la discrimination dans le mariage, qui reste l’une des expressions les plus tenaces de ce rejet de l’autre malgré les mesures mises en place par le gouvernement japonais. Puis dans un second temps, nous verrons quelles sont les représentations des non-burakumin à l’encontre des burakumin qui contribuent à renforcer les frontières entre les deux groupes. Ainsi, cela nous permettra de comprendre comment l’évitement des buraku et de ses habitants se perpétue de façon insidieuse malgré l’abolition, depuis plus de 150 ans, d’un système statutaire mis en place durant l’époque d’Edo (1600-1868).

Jeudi 5 avril de 11h à 13h
EHESS, Salle 11, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website