La discrimination à l’encontre des burakumin dans le Japon contemporain

Conférence de Caroline TAÏEB, doctorant à l’ERIS du CMH et à l’Université du Kansai, dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 5 avril 2018.

Depuis les années 1980, aucune recherche en français n’a été faite sur la discrimination à l’encontre des burakumin qui perdure aujourd’hui encore au sein de la société japonaise. Toutefois, même si elle reste relativement méconnue, plusieurs sociologues français y font référence dans leurs travaux. Car, bien que cette discrimination puise son origine dans l’histoire du Japon, les mécanismes d’exclusion et de ségrégation qu’elle mobilise sont semblables à ceux existant vis-à-vis d’autres groupes minoritaires. À travers les résultats d’une enquête quantitative et de deux enquêtes qualitatives menées auprès des non-burakumin et des burakumin au Japon entre 2012-2014 et 2015-2017, nous expliquerons les raisons qui conduisent la discrimination à se maintenir. C’est pourquoi, cette intervention s’articulera autour de deux thèmes : la discrimination dans le mariage, qui reste l’une des expressions les plus tenaces de ce rejet de l’autre malgré les mesures mises en place par le gouvernement japonais. Puis dans un second temps, nous verrons quelles sont les représentations des non-burakumin à l’encontre des burakumin qui contribuent à renforcer les frontières entre les deux groupes. Ainsi, cela nous permettra de comprendre comment l’évitement des buraku et de ses habitants se perpétue de façon insidieuse malgré l’abolition, depuis plus de 150 ans, d’un système statutaire mis en place durant l’époque d’Edo (1600-1868).

Jeudi 5 avril de 11h à 13h
EHESS, Salle 11, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Les femmes commerçantes dans les villes de l’époque d’Edo

© Asahi Lectures – University of Tokyo

Conférence de Makihara Shigeyuki, Professeur à l’Université de Tokyo, chercheur invité à l’EHESS, dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon. Cette conférence aura lieu en japonais avec traduction.

Une des spécificités principales de la société du Japon prémoderne est l’existence un peu partout dans le pays des « cités castrales » (jôkamachi) appartenant à de grands féodaux (les daimyô), où se concentraient ses vassaux, des marchands et des artisans. Pour réfléchir sur le commerce durant cette période, il est donc utile de se pencher sur les marchands de ces cités castrales. A la base, on y commerçait sous deux formes principales. La première consistait dans l’établissement d’un marché à des jours donnés chaque mois dans des quartiers où se rendaient les marchands ; l’autre à vendre des produits déterminés dans certains secteurs. Ceci permettait d’assurer la prospérité de chaque communauté urbaine, mais le premier mode paraît la forme originelle, dont la seconde serait dérivée. Progressivement les marchands qui se rassemblaient sur ces marchés ou dans ces quartiers formèrent des corporations, mais lorsqu’on consulte leurs registres, on n’y trouve que des hommes. Cet état de fait est profondément lié au système de reconnaissance officiel des statuts, des communautés urbaines ou des marchés, mais ne signifie pas pour autant que les femmes ne s’adonnaient pas au commerce. Par exemple à Morioka, capitale de la principauté de la maison Nanbu, sur le marché de Tamachi, il existait un espace dédié aux marchandes appelé « onna-machi », c’est-à-dire le « quartier des femmes » : ce sont donc ces particularités du commerce dans les cités castrales qui feront l’objet du séminaire.

Jeudi 15 mars de 11h à 13h
EHESS, Salle 11, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Les vassaux de la ville de Hagi

MORISHITA Tôru 森下徹, Professeur à l’Université de Yamaguchi, chercheur invité par l’Université Paris Sorbonne, donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 1er mars 2018.

M. Morishita est un spécialiste de l’histoire sociale du Japon des Tokugawa et l’un des auteurs du dossier « Mibun ». Penser les statuts sociaux du Japon prémoderne d’un numéro récent de la revue Histoire, Economie & Société.

Les cités castrales (jôkamachi), qui constituaient l’armature urbaine du Japon de l’époque d’Edo, furent conçues pour rassembler les vassaux au pied du château de leur seigneur. Une grande partie de la superficie de la ville de Hagi, dont le site avait été d’ailleurs choisi pour des motifs militaires, était donc occupée par des demeures de guerriers, même si dès l’origine, tous ne purent pas être dotés de terrain par leur seigneur. La cité de Hagi reflétait donc dans son espace même, l’organisation vassalique de la maison seigneuriale des Môri et ses évolutions. Nous montrerons que tout en reprenant la structure générale des cités castrales, cette ville recelait aussi quelques particularités, comme la possibilité pour les guerriers de vendre leurs terrains, et que l’analyse des modes d’habitat nous en apprend aussi beaucoup sur les changements qui affectèrent la condition guerrière.

Jeudi 1er mars de 11h à 13h
EHESS, Salle 11, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Durand son séjour à Paris, M. MORISHITA donnera une série de conférences à l’Université Paris IV Sorbonne et participera à la journée d’étude « Pouvoirs et groupes sociaux durant l’époque prémoderne » qui aura lieu à l’Université Lille 3, le 8 mars 2018 :

Vendredi 23 février de 14 à 16h « Maisons et statuts sociaux dans le Japon des Tokugawa », dans le cadre du « séminaire d’histoire de la famille et de démographie » à l’Université Paris IV Sorbonne, salle Pardailhé-Galabrun (G 647)

L’époque d’Edo (17-19e siècles) a vu s’imposer au Japon le système familial de la « maison » ou « maisonnée » (ie), un type local de famille-souche combinant héritage d’un nom, d’un patrimoine et d’un métier. Les « maisons » étaient les unités d’existence de base constituant les communautés villageoises ou urbaines, qui formaient elles-mêmes le cadre fondamental définissant les statuts de paysan (hyakushô), ou de bourgeois (chônin) dans la société des Tokugawa. Les maisons guerrières de leur côté étaient intégrées dans une organisation vassalique servant un grand seigneur féodal (daimyô), dont le plus puissant n’était autre que le shôgun Tokugawa lui-même. A travers l’exemple du fief de Hagi, nous examinerons comment les gouvernements de cette principauté de l’ouest du Japon ont tenté de mieux saisir la situation des maisonnées présentes sur leur territoire pour les besoins de leur administration, et pour répondre à certains problèmes sociaux.

Mardi 6 mars de 11h à 13h « Justice pénale et société dans le Japon des années 1830-1840 », dans le cadre du séminaire de Reynald Abad à l’Université Paris IV Sorbonne, salle Pardailhé-Galabrun (G 647)

Invitation séminaire

La justice pénale de l’époque des Tokugawa a longtemps été décrite comme un système jurisprudentiel répressif concentrant le pouvoir judiciaire et l’application des peines entre les mains de la puissance des grands féodaux, et surtout préoccupé d’obtenir des aveux par tous les moyens, torture comprise. Mais il était aussi tempéré par de fréquentes grâces seigneuriales. A partir de l’exemple des réformes conduites par le fief de Hagi dans les années 1840, pour introduire une tarification des peines jugée plus juste et basée sur la bastonnade, favoriser la réhabilitation des criminels, ou remédier aux abus de forces de l’ordre à la réputation épouvantable, cette communication tentera de cerner les principales caractéristiques du système pénal à l’époque d’Edo, la perception qu’avaient les dirigeants guerriers de ses insuffisances, les solutions qu’ils tentèrent d’y apporter, mais aussi les limites qui s’imposaient à leurs velléités d’améliorer le fonctionnement de leur justice.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website