Les nouvelles visibilités de la pauvreté au Japon : entre reconnaissance et résistance

©Simon Desmarais, 2009

Mélanie Hours, Maître de conférences à l’Université Toulouse Jean Jaurès, donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 18 janvier 2018.

Après des décennies d’éclipse, la question de la pauvreté au Japon a soudainement ressurgi au milieu des années 2000, en faisant l’un des sujets les plus brûlants médiatiquement. Le taux de pauvreté relative dans l’archipel, révélé en 2005, avait de quoi créer une onde de choc dans une société où, jusque-là, le terme même de « pauvreté » avait quasiment disparu du langage courant. Depuis, la pauvreté ne cesse d’augmenter et de se complexifier tandis que se diffuse un sentiment d’insécurité sociale dans une population où les travailleurs précaires représentent plus du tiers des salariés.
Nous examinerons d’abord les raisons pour lesquelles la pauvreté est restée invisible si longtemps ainsi que les éléments qui ont permis sa redécouverte. Nous nous interrogerons enfin sur les formes de pauvreté qui, aujourd’hui, jouissent d’une reconnaissance sociale et sur celles qui demeurent invisibles. Cela nous amènera à réfléchir à la notion de pauvreté telle qu’elle est comprise dans l’archipel.

Jeudi 18 janvier 2018 de 11h à 13h
EHESS, Salle 11, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Folklore remix : religion populaire et légendes urbaines réinterprétées dans les films et les séries japonaises contemporaines

Conférence de Mary PICONE, Maître de conférences à l’EHESS, dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 7 décembre 2017.

Les légendes pieuses du Moyen Âge (setsuwa 説話) comprennent de nombreux récits d’un genre qu’on pourrait appeler ‘rencontres avec l’étrange’- des courts récits présentés comme expériences vécues. Avec le temps ce genre évolue dans des formes littéraires élaborées ainsi que sous la forme de recueils d’anecdotes assez simples ou ‘proto folkloriques’, toutes ces formes connaissant un succés populaire grandissant. L’évocation de l’étrange’ (fushigi 不思議 et d’autres termes) ne se limite pas à la transcription de récits oraux et s’étend aussi aux représentations visuelles.
De nos jours ce genre réapparait sous des formes apparemment nouvelles telles que les légendes urbaines (toshi densetsu 都市伝説). Il est aussi à l’origine de séries télévisées continuées depuis les années 90 et du cinéma dit ‘J-hôra’. Il prolifère enfin sur internet sous la forme de milliers de ‘shinrei 心霊 vidéo’ tournées par des amateurs.
Nous présenterons des exemples concrets de transcriptions orales ainsi que leur dramatisation. Enfin nous analyserons dans une perspective ethnologique quelques caractéristiques de ces matériaux difficiles à cerner ainsi que leurs modes de recueil et de diffusion.

Jeudi 7 décembre 2017 de 11h à 13h
EHESS, Salle 11, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

Exposition / conférences : À l’aube du japonisme : premiers contacts entre la France et le Japon au XIXe siècle

Comptoir hollandais de Deshima à Nagasaki
© MUSÉE NATIONAL DE LA MARINE/P.DANTEC

Exposition organisée par la Maison de la culture du Japon à Paris du 22 novembre au 20 janvier 2018.

Pour son 20 e anniversaire, la MCJP évoque les premiers rapports du Japon avec la France au XIXe siècle à l’aube du japonisme à travers de nombreuses pièces: maquettes de maisons, objets en laque, nacre ou céramique, livres, peintures, estampes et photographies. Cette exposition présente aussi les ambassades japonaises sous le Second Empire et l’époque où les artistes français découvrent avec admiration le chatoiement des kimonos, les vives couleurs des estampes des années 1840-1865 et le naturalisme des livres illustrés de Hokusai et ses contemporains. Lire la suite..

Autour de l’exposition, auront lieu deux conférences :

  • Mercredi 22 novembre à 18h30
    « Le Japon à Sèvres, à l’aube du japonisme »
    Conférence de Stéphanie Brouillet (Conservatrice du Patrimoine, Inspectrice des collections, Mobilier national)
  • Samedi 6 janvier 2018 à 15h
    « À l’aube du japonisme. Peintures de Hokusai, premiers livres illustrés et estampes dans les collections publiques françaises »
    Conférence de Geneviève Lacambre, Véronique Béranger (Chargée des collections japonaises, Département des Manuscrits, Bibliothèque nationale de France), Christophe Marquet (Directeur d’études, EFEO)

Pour en savoir plus…

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website