Le saké contrefait à l’époque d’Edo

Reiji IWABUCHI, Professeur à l’Université féminine du Gakushûin, professeur rattaché au Centre de recherches sur le Japon d’avril à août 2017, donnera une conférence intitulée « 江戸の「贋酒」 » (Le saké contrefait à l’époque d’Edo) à l’Université Paris Diderot le 12 juin 2017.

Cette conférence sera donnée en japonais sans traduction.

商品のブランド化と偽物の出現は、世界共通の超時代的な現象であるが、時代や地域を限定することで、偽商品を通して当該社会の一端を描き出すことが可能ではなかろうか。とくに、商標権確立以前の前近代にあっては、公権力の保護はなかったため、民間社会の中で対策が講じられたと考えられる。
日本の江戸時代における偽商品については、すでに出版物の重板をめぐる仲間の統制や、薬の商標の模倣・盗用に対する「商標・商号権」保護の獲得過程が明らかにされている。本講演では、商標と生産者や内容が異なる「贋酒」をとりあげ、生産地と消費地の双方の状況をみながら、その生産と流通の実態を検討する。さらに、近代化の中で明治17(1884)年に制定・施行された商標登録制度(商標条例)との相克についてもふれてみたい。

L’apparition des marques et de contrefaçons est un phénomène universel qui dépasse les frontières et les époques. Mais en se limitant à une aire géographique et à une époque particulière, ne pourrait-on pas apporter un éclairage sur une société donnée à travers ses contrefaçons ? Tout particulièrement, à une époque où le droit des marques n’existait pas, l’absence de protection de la part des pouvoirs publics a pu conduire les acteurs de l’économie à adopter des mesures d’auto-régulation.
En ce qui concerne les articles contrefaits dans le Japon de l’époque d’Edo, l’auto-régulation des droits de réimpression d’ouvrages au sein des corporations de libraires est bien attestée, ainsi que des processus visant à la protection des marques ou des dénominations d’articles face à des manoeuvres d’usurpation ou d’imitation de marques de médicaments. On s’intéressera dans cette conférence à des cas de « saké contrefait » où un décalage est attesté entre la marque, le producteur d’une part, et le contenu d’autre part. En examinant les terrains de la production et de la consommation, on réfléchira sur la situation réelle de la production et de la distribution. On évoquera également la manière dont s’est déroulée la transition vers la modernité de Meiji, avec l’instauration et l’application du système d’enregistrement des marques en 1884.

Lundi 12 juin 2017, 16h-18h
Salle 481C – Université Paris Diderot
5 rue Thomas Mann, 75013 Paris

Affiche

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Le japonisme au théâtre : les maquillages de kabuki dits kumadori dans la collection d’Edward Gordon Craig

Conférence intitulée « Le japonisme au théâtre : les maquillages de kabuki dits kumadori dans la collection d’Edward Gordon Craig » dans le cadre du cycle des « Trésors de la BnF et de l’INHA » le 23 mai 2017.

Cette conférence sera animée par Coralie Castel, département des Arts du spectacle de la BnF et Pascal Griolet, professeur à l’Inalco.

La collection du théoricien du théâtre Edward Gordon Craig (1872-1966) contient une série remarquable d’estampes japonaises représentant des kumadori. Ces maquillages sont employés dans un des répertoires classiques du kabuki où ils caractérisent chaque rôle. Outils au service du jeu de l’acteur, ils font écho aux réflexions de Craig sur l’usage des masques. Leur étude apporte un nouvel éclairage sur le japonisme au théâtre au début du XXe siècle.

Mardi 23 mai 2017 de 18h15 à 20h
2, rue Vivienne (auditorium Colbert)
Entrée libre

Pour en savoir plus…

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Confucianism in Modern Japan

M. NAKAJIMA Takahiro 中島隆博, Professeur à l’Institut de culture orientale de l’Université de Tôkyô, est invité à l’EHESS en mai 2017.

Formé en philosophie à l’Université de Tokyo, M. NAKAJIMA a écrit sur le Taoïsme et sur de nombreux penseurs du vingtième siècle, qu’ils soient occidentaux (Deleuze, Lévi-Strauss), chinois (Hu Shi) ou japonais (Nishida Kitaro). Il est l’un des meilleurs spécialistes d’un phénomène de grande ampleur qui traverse tout le monde sinisé: le renouveau confucéen.

Durant son séjour, M. NAKAJIMA donnera une série de conférences dont la deuxième le 18 mai 2017 dans le cadre du Séminaire collectif du Centre de recherches sur le Japon. Les conférences se tiendront en anglais.

Abstract

In the process of modernization in Japan, Confucianism played an important role to educate modern intellectuals. Mishima Chūshū was a founder of Nishōgakusha, in which Confucianism mainly based upon modern Yōmeigaku as well as modern law influenced by French law were taught. It was not an institute of traditional Confucian education, but a modern institute for modern scholarship. Natsume Sōseki who was one of the alumni of Nishōgakusha and became the first national novelist in modern Japan was deeply influenced by Mishima and his teaching of Confucianism. Nakae Chōmin who was a representative Yōmeigaku scholar and a translator of Jean-Jacques Rousseau was also impacted by Mishima. By focusing on the influence to students such as Sōseki and Chōmin, I would like to figure out the overlook of Confucian Education at Nishōgakusha and put it in a wider context of Meiji Education. Then I turn to think of philosophy of Mishima himself, especially focusing on his “doctrine of the unification of moral righteousness and profit” 義利合一論, which supported Japanese capitalism from the ideological point of view in tandem with Shibusawa Eiichi. As a conclusion, I would like to sketch one aspect of Confucian education in Modern Japan not as a simple reactionary conservatism, but as a modern device of Japanese modernity.

Jeudi 18 mai de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website