Journée d’études : « Roland Barthes : Empire des signes, empire du haïku »

Journée d’études organisée par le CEJ (INALCO) le 8 juin.

Le haïku occupe une place centrale dans L’Empire des signes (1970) de Roland Barthes, par le nombre des pages et des fragments qui lui sont consacrés, mais aussi par le rôle-pivot qui lui est assigné dans l’économie du livre :
« Tout ce que je dis ici du haïku, je pourrais le dire aussi de tout ce qui advient lorsque l’on voyage dans ce pays que l’on appelle ici le Japon. »
Afin de mieux saisir ce haïku selon Roland Barthes, on a réuni ici barthésiens, comparatistes et japonologues, en espérant que se noue entre eux un dialogue fécond autour de la poétique du haïku, du transfert du genre en Occident, des conditions et du sens de son appropriation par l’auteur de Mythologies, S/Z ou des Fragments d’un discours amoureux.

Programme

9h40    Emmanuel Lozerand (Inalco) Introduction
10h      Muriel Detrie (Paris 3) « L’Empire des signes : un tournant
dans la réception du haïku en France ? »
10h45-11h pause
11h      Evelyne Lesigne-Audoly (Strasbourg) « Meaning is sensation” :
la voie du haïku selon R. H. Blyth »
11h45  Eric Garet-Gaudek « Le haïku, « non-parole, l’ultime bien » »
12h30 fin matinée
14h      Michel Vieillard-Baron (Inalco) « Un genre poétique en creux :
le waka dans L’Empire des signes »
14h30  Makiko Ueda-Andro (Inalco) « Le haïku ne décrit jamais »
15h15  Emmanuel Lozerand (Inalco) « D’où viennent les haïkus de Roland Barthes ? »
16h-16h15 pause
16h15  Terada Sumie (Inalco) « Le haïku comme « préparation d’un roman » à travers les cours au Collège de France »
17h      Tiphaine Samoyault (Paris 3) « Le haïku et le roman : des formes accueillantes »
17h45 pot de clôture

Jeudi 8 Juin 2017 – de 09h30 à 18h
Les Salons – Inalco, 2 rue de Lille 75007 Paris

Contact : elozeland@inalco.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Journée d’étude « Collections et commerce de l’art à l’ère Meiji (1868-1912) : diversité des publics, diversité des acteurs »

Journée d’étude organisée par le Centre de recherches sur le Japon (EHESS-UMR 8173)  avec la collaboration du Musée Guimet le 10 mars 2017.

Pendant l’ère Meiji, la perception des arts du Japon, anciens et contemporains, en Occident, tend à changer de décennie en décennie. C’est le fruit d’une connaissance croissante de l’histoire de l’art japonais, d’abord au Japon même, puis, parfois avec décalage, dans les sociétés occidentales ; tandis que le commerce international d’objets d’art ancien et contemporain, lui, reste important, mais change également au cours de la période. Or, ces processus historiques de connaissance croissante du « Japon artistique », pour reprendre un titre célèbre de Siegfried Bing, se déroulent en Occident de façon différenciée selon les événements et les contextes : expositions universelles, filières commerciales, acquisitions privées devenant collections publiques… Quels sont les facteurs historiques derrière ces phénomènes locaux, ces collections et ces filières d’objets ? En quoi leur genèse différenciée reflète-t-elle des réalités diverses du monde de l’art au Japon ?
Étudier de tels processus d’échange et de constitution de collections d’objets est important pour saisir l’évolution des échelles de valeurs artistiques, donc l’image même de la culture du Japon, non seulement en Occident, mais au Japon même. En effet, cette évolution reflète l’image changeante, au Japon et parmi les Japonais du début du vingtième siècle, de la culture nationale elle-même. C’est pourquoi l’accent est particulièrement mis sur les facteurs historiques du côté japonais.
La journée d’étude vise à contribuer aux travaux sur cette question, par le biais d’exposés portant sur des cas ponctuels, mais significatifs.

Vendredi 10 mars 2017 de 9h30 à 17h

Hôtel d’Heidelbach, Salon Pelliot, 19 avenue d’Iéna 75116 Paris

Réservation : arthur.mitteau@inalco.fr

Programme (pdf)

9h30 : Accueil des participants
10h : Présentation de la journée : Arthur Mitteau (INALCO-CEJ, EHESS-CRJ)

Collection, conservation et exposition des arts japonais en Occident sous Meiji : facteurs historiques et échelles de valeur

Modération : Christophe Marquet (INALCO-CEJ)

10h15 : Hayashi Kumiko (JSPS, EHESS-CRJ)

L’ancienne collection du Louvre, l’autre source du fonds japonais de Guimet. Création et évolutions (1893-1912).

11h : Arthur Mitteau (INALCO-CEJ, EHESS-CRJ)

Goûts classiques, goûts méconnus : logique et surprises de la constitution de la collection de peinture japonaise Fenollosa-Weld du Musée des Beaux-Arts Boston.

11h45 : Coralie Legroux (Université Paris IV-Sorbonne, restauratrice du patrimoine habilitée auprès des musées de France)

Exposer, encadrer et restaurer une peinture hors-cadre : les contraintes et les aspects matériels de l’exposition d’un kakemono en France au temps du japonisme.

12h30 : Déjeuner

Évolution du commerce de l’art, évolution du regard au Japon, de Bakumatsu à Meiji

Modération : Midori Hirose (Université Paris Diderot-CRCAO)

14h30 : Nishii Akane (EHESS-CRJ)

Quel «Japon artistique» exporter ? Les hommes et les débats au Japon autour du commerce au départ de Yokohama, des industriels régionaux à la Société de l’Étang du Dragon.

15h15 : Léa Saint-Raymond (Université Paris X-Nanterre-HAR)

Le Japon à l’épreuve des enchères : étude statistique des ventes aux enchères publiques, 1860- 1900.

16h-17h : Discussion finale

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Journée d’étude : « L’univers du livre japonais ancien » au Musée Guimet

Utagawa Toyohiro, Ehon Azuma warawa, 1804

Cette journée d’étude est co-organisée par le MNAAG, le Centre d’études japonaises de l’INALCO et le Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale.

Jeudi 23 février 2017, 10h00-17h00
Hôtel d’Heidelbach, salon Pelliot
19, avenue d’Iéna, 75116 Paris

La bibliothèque du musée national des arts asiatiques – Guimet conserve un fond ancien de livres japonais d’une très grande valeur artistique. Afin de révéler son intérêt et de replacer cet ensemble dans l’histoire du livre au Japon, cette journée d’étude réunira universitaires et conservateurs pour brosser un panorama de l’édition japonaise en particulier du 17e au 19e siècle  et permettre aux participants d’observer des ouvrages exceptionnellement sortis des réserves.
La journée d’étude aura lieu en français et en japonais avec traduction consécutive en français.

Sur le site du Musée Guimet : http://www.guimet.fr/fr/blog/la-breve/1412-l-univers-du-livre-japonais-ancien

Programme

Matin

Modérateur : Matthias Hayek (Maître de conférences, Université Paris Diderot –Paris 7)

10h00  Allocution de Mme Cristina Cramerotti, Conservatrice en chef de la bibliothèque du Musée Guimet

10h10 – 10h40  Intervention de Christophe Marquet (Professeur à l’INALCO)
Les collections de livres anciens japonais en France

10h40 – 12h30  Sasaki Takahiro (Professeur à l’Université Keiô)
Les caractéristiques du livre japonais ancien au travers de la collection de la bibliothèque du musée Guimet  (interprétation : Mathias Hayek)

Après-midi 

Modérateur : Christophe Marquet

14h00 – 15h30 Takagi Gen (Professeur à l’Université féminine Ôtsuma)
Les yomihon, romans populaires illustrés des XVIIIe et XIXe siècles, dans la collection de la bibliothèque du musée Guimet (interprétation : C. Marquet)

15h30 – 16h00 Jérôme Ducor (Conservateur au Musée d’ethnographie de Genève)
La bibliothèque bouddhique japonaise d’Emile Guimet

16h15 – 17h00 Présentation d’ouvrages de la collection du Musée Guimet
Discussion

Réservation : Entrée libre, réservation obligatoire via masako.hasegawa@guimet.fr

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

International Workshop: Cartography in Transition in Modern & Contemporary East Asia (18th-21st centuries)

cartography_workshop_november_2

Le Centre de recherches sur le Japon a le plaisir de vous annoncer la tenue de la deuxième de deux journées d’étude sur la cartographie en Asie orientale le 2 novembre 2016. La première journée s’est tenue en mars 2016.

Mercredi 2 novembre 2016 de 10h à 18h
EHESS, salle 640, 6e étage, 190, avenue de France, 75013 Paris

Contact : noemi.godefroy@ehess.fr

Organisers

Noémi Godefroy (CEJ/CRJ) & Vera Dorofeeva-Lichtmann (CRJ/IKGF, Erlangen)

Chair

Fabian Schäfer (Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg)

Speakers

10h15-11h15

Patrick Beillevaire (Centre de Recherches sur le Japon – UMR 8173 CHINE-CORÉE-JAPON): Cassini in Ryūkyū: Introduction and application of the triangulation method for the mapping of Okinawa Island, 1737-1750

11h30-12h30

Elke Papelitzky (University of Salzburg): Changes in the representation of the Philippines in Chinese and Japanese maps of the 18th and 19th century

14h-15h

Noémi Godefroy (Centre d’Études Japonaises – INALCO/ Centre de Recherches sur le Japon – UMR 8173 CHINE-CORÉE-JAPON): From Ezo to Hokkaidō – “Connected geographies” & the Japanese mapping of the Ainu lands (18th-19th centuries)

15h-16h

Radu Leca (International Institute for Asian Studies, Leiden): Maps and Maritime Expansion in Nineteenth-Century Japan

16h30-17h30

Sophie Buhnik (Centre de recherche sur les réseaux, l’industrie et l’aménagement (CRIA)/ UMR Géographie-cités): Mapping a “society of rising inequalities” and its territories – Towards a renewed critical geography of Japan?

Arugmentation

The publication earlier this year of the seminal work Cartographic Japan, which saw the participation of many eminent historians, materializes an ongoing trend towards a greater recognition of cartography as a “window on particular moments of (…) history” (Wigen 2016 : 2). In fact, cartography and map-making are inextricably linked to the geopolitical, cultural, economic and social context of a given place, at a given time.

During the first Centre CHINE-CORÉE-JAPON (CCJ) workshop in March 2016, the deciphering of pre-modern and early modern East Asian maps brought to light their representation of the organization of space in terms of cosmographical concepts rather than its topographic reality. In this sense, these maps materialized a seemingly inward-bound, domestic, and erudite reading of the world, which required specific tools and knowledge to understand them.

From the end of the 18th century, in the advent of an increasingly global society, East Asian cartography reflects a more outward-bound approach, as maps had to be read, drawn up, and understood by an increasing variety of people, from individual explorers to competing powers. Thus, maps now sought to represent topographical elements, borders, networks, maritime space, sovereignty, resources, and demographics.

The aim of this workshop is to analyse, in a longue durée perspective, the evolutions in East Asia cartography in terms of cartographic contents, methods, means, and ends.

Program – abstracts (pdf)

Poster (pdf)

 

 

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Appel à contributions : Journée Francophone de la Recherche 2016

La Journée Francophone de la Recherche 2016 aura lieu le vendredi 2 décembre 2016 à la Maison franco-japonaise.

Cette rencontre annuelle des chercheurs et étudiants francophones travaillant au Japon, toutes disciplines et toutes nationalités confondues, est organisée par l’association Sciencescope, le service scientifique de l’Ambassade de France au Japon, le bureau français de la Maison franco-japonaise, le CNRS, ainsi que la CCIFJ.

Cette journée a pour but de permettre aux chercheurs, étudiants, ingénieurs, institutionnels, représentants d’entreprise ou simples curieux de se rencontrer et d’échanger sur leurs différentes activités au Japon.

La journée se déroulera autour d’une dizaine d’interventions de chercheurs et étudiants présentant leurs travaux, de sessions posters et d’une table ronde organisée par la CCIFJ.  Deux formats de présentation sont proposés :

(1) exposé (env. 20 min avec questions)
(2) poster (format A0, portrait)

Pour participer en tant qu’auditeur ou contributeur, pensez à vous inscrire avant le 31 octobre 2016 (contributions) ou 17 novembre 2016 (auditeur).

Pour plus d’informations

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Journée d’étude franco-japonaise « Degrés et champs de la subjectivité »

Journée d’étude franco-japonaise organisée par Frédéric Joulian (Maître de conférences à l’EHESS, Centre Norbert Elias) et Uehara Mayuko (Maître de conférences à l’Université de Kyôto).

1er septembre 2016
Amphithéâtre du 105 bd Raspail, 75006 Paris

Programme

9 : 30   Ouverture Augustin Berque (EHESS)

Explication Uehara Mayuko (Université de Kyôto)

9 : 45-10 :15 Augustin Berque  « La subjectité du vivant » Télécharger le texte

10 : 15-10 : 45  Florence Burgat (INRA/Archives Husserl UMR 8547 ENS-CNRS) « Subjectivité, conscience, expérience vécue »

10 : 45-11 : 15  Yoann Moreau (Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain) « Qu’est-ce que la subjectivité, concrètement ? »

11 : 15-11 : 45    Discussion

11 : 45-1 3 :15 Déjeuner

13 : 15-13 : 45 Kôno Tetsuya (Université Rikkyô, Tokyo) « Le kata, le sens, et la situation »

13 : 45-14 :15  Uehara Mayuko « L’objectivité intersubjective dans « L’anthropologie » de Kuki Shûzô »

14 : 15-14 :45    Simon Ebersolt (Université Paris I) « L’intersubjectivité dans le

phénomène de l’iki »

14 : 45-15 : 15    Discussion

15 : 15-15 : 30  Pause café

15 : 30-16 : 00 Romaric Jannel (École Pratique des Hautes Études)

« Repenser le couple objectif – subjectif via la philosophie de Yamauchi Tokuryū »

16 : 00-16 : 30 Frédéric Joulian (EHESS)

16 : 30-17 : 00  Discussion

17 : 00         Clôture  Frédéric Joulian

Résumés

Augustin Berque

« La subjectité du vivant / /Seibutsu no shutaisei/ 生物の主体性 »

On distinguera d’abord ici la subjectité de la subjectivité. La subjectité (/shutaisei /主体性, /subjecthood/ ou /selfhood/) est proprioceptive: c’est avoir une certaine conscience de soi, donc être un sujet, pas un objet. La subjectivité (/shukansei/ 主観性, /subjectiveness/) est un attribut de la subjectité : c’est voir les choses de son propre point de vue. Le mécanicisme moderne dénie la qualité de sujet aux vivants non-humains, voire à l’humain lui-même. Au contraire, la mésologie (/kansekaigaku /環世界学, /fûdogaku/ 風土学) pose que tout être vivant est un sujet, qui de ce fait a son propre monde. On creuse ici la question des degrés de cette subjectité, du vivant le plus primitif au « moi je » du sujet moderne.

Florence Burgat

« Subjectivité, conscience, expérience vécue »

On a pu parler de « subjectivité sans sujet » (Raymond Ruyer*), attribuer la qualité de sujet à la cellule (le « sujet biologique », Edgar Morin), voir dans le métabolisme les prémisses de la liberté (Hans Jonas), entendre le sujet comme l’individu qui perçoit et agit (Jakob von Uexküll).

Ces acceptions de la subjectivité sont chaque fois fondées sur des critères, mis au jour et évalués par les auteurs, qui s’émancipent pour certains d’entre eux totalement de toute forme de conscience, que nous pouvons comprendre en première approche comme le fait pour un individu d’être présent à ses expériences, d’avoir des expériences vécues en première personne.

Nous nous proposons, premièrement, de présenter rapidement l’éventail de ces acceptions larges de la subjectivité pour, deuxièmement, nous demander si des critères très minimaux, qui font gagner en extension, ne font pas perdre en compréhension. Ainsi développerons-nous une approche phénoménologique de la subjectivité, celle d’une vie de conscience comme expérience vécue, qui est loin de se limiter à celle des sujets humains.

(*Analysant le livre de Raymond Ruyer, La conscience et le corps (Paris, Félix Alcan, 1937), Renaud Barbaras écrit : « La subjectivité du champ de conscience est une subjectivité sans sujet » : Introduction à la phénoménologie de la vie, op. cit., p. 161)

Yoann Moreau

« Qu’est-ce que la subjectivité, concrètement ? »

La notion de subjectité introduit une question de degré, et non de nature, entre les différentes formes d’expression et d’incarnation de la vie. Certes la subjectivité s’en distingue par la capacité d’extérioriser (au moyen de gestes) et d’intérioriser (au moyen de langues) des attributs symboliques qu’elle conjoint au « donné environnemental brut » (l’Umgebung de Von Uxküll). Mais cette distinction de principe ne tient que sur des notions – des gestes et des langues – qui peuvent également être envisagées en termes de degrés par rapport aux notions dont elles sont censées « émerger » : le mouvement et le langage.

Dans le cadre de cette rencontre du 1er septembre, je souhaiterais aborder cette question des degrés et des champs de la subjectivité en m’appuyant sur une hypothèse : toute existence est agit par un « moment structurel » (kôzô keiki). Selon Watsuji Tetsuro, celui de l’existence humaine organise la relation entre individus et environnement sous la forme d’un milieu (fûdo).

J’axerai mon développement sur une série d’opérateurs (les notions de crise, signification, homéostasie, couplage, cardinalité, contrerolle, extériorisation, dialogique, médiance, médiation) décrits par leurs auteurs (Thom, Von Uexküll, Canguilhem, Hegel, Husserl, Montaigne, Leroi-Gourhan, Morin, Berque, Descola) comme jouant une fonction homologue à celle de « moment structurel ». Partant de ces opérateurs, et de ce qu’ils me semblent décrire de commun (un « moment structurel »), j’aborderai la question des degrés de subjectivité depuis le champ de la matière jusqu’à celui du champ symbolique.

Au terme de cette trajectoire éminemment pluridisciplinaire, je souhaite défendre une approche de la subjectivité reliant des niveaux usuellement distincts sur les plans organisationnel (la matière, les animaux, les sociétés humaines) et temporel (l’homéostasie, l’évolution). La subjectivité sera alors entendue, c’est en tout cas la proposition que je défendrai, en tant que capacité à maintenir ensemble des niveaux de réalité et des temporalités hétérogènes, bref, en tant qu’aptitude à produire-introduire du concret.

Tetsuya Kono

« Le kata, le sens, et la situation « 

Le concept du kata (型, forme, style) assume un rôle essential dans le practice et l’exercice des arts performatifs du Japon tel que la cérémonie du thé, le judo, le kendo, le kyudo, etc. L’éducation du kata était aussi considéré comme très important pour la formation du caractère au Japon. En interprétant Ryoen Minamoto (源了円『型』 le kata), Merleau-Ponty (le concept du « style »), et Kiyoshi Miki (三木清『構想力の論理』Le logique de l’imagination), je voudrais considérer la relation entre le kata, le sens, et la situation pour l’agent de practice.

Uehara Mayuko

« L’objectivité intersubjective dans « L’anthropologie » de Kuki Shûzô »

Dans « Qu’est-ce que l’anthropologie ? » (1938), le philosophe japonais Kuki Shûzô (1888-1941) définit l’anthropologie comme l’éclaircissement de l’essence de l’être humain. Il l’assimile à la question « comment deviens-tu ton corps ? » que le dieu Izanagi a adressée à la déesse Izanami dans un mythe japonais, le Kojiki. Selon Kuki, l’anthropologie consiste à poser radicalement cette question et à y répondre. Il affirme « l’objectivité intersubjective » à travers cette question. Cette présentation aura pour but de mettre en lumière le sens de l’objectivité intersubjective. Par ailleurs, Kuki a publié un essai intitulé « Mon nom de famille » (1938) où il a conçu le nom propre du point de vue de l’histoire, du mythe et du destin. Nous examinerons donc le problème de l’objectivité intersubjective en nous appuyant sur une double lecture des discours développés dans l’article et l’essai, qui semblent avoir été rédigés durant la même période.

Simon Ebersolt

« L’intersubjectivité dans le phénomène de l’iki »

Né à Edo (l’actuel Tôkyô), notamment entre la fin du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle, l’iki いき est un phénomène éthique et esthétique dérivant des conventions et des rapports hommes-femmes dans les quartiers des plaisirs. Il désigne le tempérament de celui qui est doté d’une élégance séduisante, mais qui a aussi de l’entrain, tout en n’oubliant pas d’avoir de la fraîcheur dans son tempérament et d’être vif et adroit. C’est ce mélange d’élégance, de séduction et d’entrain qui montre la complexité et donc l’intérêt de l’iki.

Dans La structure de l’iki (1930), Kuki Shûzô réinterprète l’iki en insistant sur le phénomène de tension intersubjective inhérente à la rencontre entre la femme et l’homme ; il ne s’agit pas simplement d’affirmer que l’iki est le tempérament d’un individu raffiné plein de charme et de caractère. Les trois « attributs » qui déterminent l’iki selon Kuki sont en effet tous des moments qui supposent l’inter-subjectivité : « séduction » (bitai 媚態), « bravade » (ikiji 意気地), « résignation » (akirame 諦め).

Romaric Jannel

« Repenser le couple objectif – subjectif via la philosophie de Yamauchi Tokuryū »

Dans Logos et lemme (ロゴスとレンマ) et dans Philosophie de la latence (随眠の哲学) Yamauchi Tokuryū (1890-1982) s’essaie à constituer, en tant que réponse et dépassement de la logique aristotélicienne, une lemmique (i.e. une pensée du saisir en-tant-que). Au regard des concepts qu’il se réapproprie, dont le tétralemme (テトラレンマ・四句分別), il semble possible de relire le couple objectif – subjectif. En nous inspirant de son propos et de certaines thèses du bouddhisme du Grand Véhicule, nous chercherons à proposer, en nous appuyant sur le concept de tétralemme, une interprétation originale de ce couple.

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website