Confucianism in Modern Japan

M. NAKAJIMA Takahiro 中島隆博, Professeur à l’Institut de culture orientale de l’Université de Tôkyô, est invité à l’EHESS en mai 2017.

Formé en philosophie à l’Université de Tokyo, M. NAKAJIMA a écrit sur le Taoïsme et sur de nombreux penseurs du vingtième siècle, qu’ils soient occidentaux (Deleuze, Lévi-Strauss), chinois (Hu Shi) ou japonais (Nishida Kitaro). Il est l’un des meilleurs spécialistes d’un phénomène de grande ampleur qui traverse tout le monde sinisé: le renouveau confucéen.

Durant son séjour, M. NAKAJIMA donnera une série de conférences dont la deuxième le 18 mai 2017 dans le cadre du Séminaire collectif du Centre de recherches sur le Japon. Les conférences se tiendront en anglais.

Abstract

In the process of modernization in Japan, Confucianism played an important role to educate modern intellectuals. Mishima Chūshū was a founder of Nishōgakusha, in which Confucianism mainly based upon modern Yōmeigaku as well as modern law influenced by French law were taught. It was not an institute of traditional Confucian education, but a modern institute for modern scholarship. Natsume Sōseki who was one of the alumni of Nishōgakusha and became the first national novelist in modern Japan was deeply influenced by Mishima and his teaching of Confucianism. Nakae Chōmin who was a representative Yōmeigaku scholar and a translator of Jean-Jacques Rousseau was also impacted by Mishima. By focusing on the influence to students such as Sōseki and Chōmin, I would like to figure out the overlook of Confucian Education at Nishōgakusha and put it in a wider context of Meiji Education. Then I turn to think of philosophy of Mishima himself, especially focusing on his “doctrine of the unification of moral righteousness and profit” 義利合一論, which supported Japanese capitalism from the ideological point of view in tandem with Shibusawa Eiichi. As a conclusion, I would like to sketch one aspect of Confucian education in Modern Japan not as a simple reactionary conservatism, but as a modern device of Japanese modernity.

Jeudi 18 mai de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Débat : La science naturaliste japonaise a-t-elle disparu?

Dans le cadre des Débats du Centre Alexandre Koyré, en présence de l’auteur Federico Marcon (Professeur à l’Université de Princeton, professeur invité à l’EHESS), autour de son ouvrage The Knowledge of Nature and the Nature of Knowledge in Early Modern Japan (University of Chicago Press, 2015).

Discutants : Annick Horiuchi (CRCAO) et Antonella Romano (CAK-EHESS)

Mercredi 10 mai 2017, 10h-12h
Centre Alexandre Koyré (salle de séminaire, 5e étage)
27 rue Damesme, 75013 Paris

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Rencontre avec Jacqueline Pigeot : « L’Âge d’or de la prose féminine au Japon (Xe-XIe siècle) »

Rencontre avec Jacqueline Pigeot à l’INALCO à l’occasion de la parution de son dernier ouvrage « L’Âge d’or de la prose féminine au Japon (Xe-XIe siècle) » (Les Belles Lettres, 2017).

Le Roman du Genji, un chef-d’œuvre incontesté de la littérature universelle, est dû à une femme, Murasaki Shikibu, qui vécut à la cour du Japon aux alentours de l’an mil. Sa contemporaine Sei Shônagon a laissé un ouvrage unique en son genre par sa liberté de ton et son traitement virtuose de l’art de la liste : les Notes de Chevet. Une autre femme de la noblesse, connue comme « La mère de Fujiwara no Michitsuna », avait quelques années auparavant rédigé les Mémoires d’une Éphémère, sans doute la première autobiographie de la littérature mondiale.

Dans ce livre, Jacqueline Pigeot rappelle les conditions qui ont permis l’épanouissement de la prose féminine à cette époque, et analyse plusieurs des procédés d’écriture (monologue intérieur, modalités du dialogue, citations cryptées) pour la première fois mis en œuvre dans les Mémoires d’une Éphémère et dans Le Roman du Genji.

Vendredi 12 mai de 16h à 18 h
INALCO (salle 510), 65, rue des Grands Moulins, 75013 Paris

Entrée libre à tous dans la limite des places disponibles

Contact : michel.vieillard-baron@inalco.fr

Affiche

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelle parution : Critique n° 839 : Et le Japon devint moderne…

Parution d’un numéro consacré au Japon de la célèbre revue Critique, fondée par Georges Bataille, intitulé « Et le Japon devint moderne »

Le précédent numéro spécial de Critique consacré au Japon s’intitulait « Dans le bain japonais ». Il remonte à 1983. Un ministre français venait d’arrêter les magnétoscopes nippons à Poitiers ; le PIB du Japon croissait régulièrement et le pays préparait la très high tech exposition universelle de Tsukuba. Nous ne sommes plus dans le même bain : le PIB, en 2016, a frôlé la croissance zéro ; le taux de natalité est un des plus faibles du monde et nos gazettes s’interrogent, non plus sur les prouesses de l’électronique japonaise, mais sur une abstinence sexuelle qui se répandrait même dans la jeunesse de l’archipel. S’il semble prématuré de parler de crise du « modèle japonais » à propos de la troisième économie mondiale, le moment paraît propice à une réflexion sur cette « modernité japonaise » qui fit longtemps référence pour d’autres pays.
Le Japon issu de la Restauration de Meiji a souvent été décrit comme un mélange de « modernité » (occidentale) et de « tradition » (autochtone). Mais il a inventé sa propre grammaire du moderne, que des travaux récents et novateurs nous aident à déchiffrer. Le dossier ici rassemblé par Emmanuel Lozerand court des années 1860 aux années 1960, avec pour fil cette question : comment le Japon est-il devenu moderne ?
Il s’ouvre sur un texte inédit en français qu’Ôe Kenzaburô, prix Nobel de littérature, a consacré à Masaoka Shiki, l’homme « effroyablement démocratique » qui a réformé le haiku à la fin du xixe siècle.
Les Éditions de Minuit
2017
ISBN : 9782707343536
96 pages, 11.50 €

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Un « abyssal défaut de profondeur » : Yoshida Kijû et le Japon de la haute croissance

Mathieu Capel, Maître de conférences à l’Université de Grenoble Alpes, donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 4 mai 2017.

L’après-guerre a-t-il jamais pris fin ? Si de manière récurrente historiens et penseurs s’affrontent sur cette question, en fonction de leurs options méthodologiques et/ou de leurs positions idéologiques, le cinéma pose une distinction nette entre périodes d’après-guerre et de haute croissance. Son histoire témoigne en effet pour un vaste renouvellement du paysage cinématographique au cours des années soixante, tant au niveau de l’organisation de son industrie, que de ses propositions formelles. Jusqu’où, pourtant, cela est-il vrai ? Il est, de toute évidence, un « cachet » propre aux films de la période et, chez le spectateur contemporain, une sorte de reconnaissance intuitive lui permettant de distinguer presque à coup sûr un film de 1963 de son aîné tourné dix ans plus tôt. Mais comment fonder en théorie cette évolution ?

Cinéaste et théoricien au cœur de la dite « Nouvelle vague » japonaise, Yoshida Kijû a livré dans ses films un diagnostic pénétrant des mutations dont la société japonaise est alors comptable. Sans doute le terme de mutations est-il d’ailleurs impropre : c’est une véritable rupture épistémologique qu’il décrit, justifiant dès lors la nécessité d’un cinéma rénové de fond en comble, à même de dire le contemporain – ce que le philosophe Giorgio Agamben appelle les « ténèbres du moment ». A ce titre son sixième film, Evasion du Japon (1964), faisant suite à La Source thermale d’Akitsu (1962) et 18 jeunes gens à l’appel de l’orage (1963), propose, sur fond de road-movie policier, une modélisation visionnaire, alors que se profile l’événement olympique. Il s’agit donc ici d’expliciter ce diagnostic, voir ce qu’il reprend de la pensée et des arts de son temps, ce qu’il devance, également, d’un « postmodernisme » qui alors est encore à définir. En d’autres termes : ce qu’il dévoile de la superficialisation et de la granulation du monde.

Jeudi 4 mai de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

M. Federico MARCON, Professeur invité à l’EHESS en avril-mai 2017

M. Federico MARCON, Professeur à l’Université de Princeton, historien du Japon et spécialiste d’histoire des sciences, séjournera à Paris sur invitation de Guillaume Carré (CRJ-EHESS) et Aleksandra Kobiljski (IAO-CNRS-CRJ).

Son projet de recherche en cours porte sur l’histoire de la monnaie dans le Japon des Tokugawa, en réunissant les sources sur les débats intellectuels et les pratiques financières des acteurs du terrain tels que les changeurs de monnaie.

M. MARCON est l’auteur de « The Knowledge of Nature and the Nature of Knowledge in Early Modern Japan » (University of Chicago Press, 2015).

Durant son séjour, M. MARCON donnera les interventions suivantes :

Jeudi 20 avril 2017, 11h-13h 
Money Talks: Monetary Disputes in Early Eighteenth-Century Japan
Dans le cadre du séminaire collectif du Centre de recherches sur le Japon « Histoire du Japon moderne et contemporain : permanences et ruptures », animé par Guillaume Carré, Annick Horiuchi et Aleksandra Kobiljski

Lieu : salle 7, EHESS,105 boulevard Raspail, 75006 Paris

Vendredi 21 avril 2017, 10h45-12h45
“Between Truth and Accuracy: Nature Knowledge in Late Tokugawa Japan”

Dans le cadre du séminaire « Histoire et sociologie des croyances et des savoirs », animé par Matthias Hayek

Lieu : salle 481, Université Paris Diderot, Grands Moulins, bâtiment C, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris

Mercredi 10 mai 2017, 10h-12h 
“La science naturaliste japonaise a-t-elle disparu ?”

Dans le cadre des Débats du Centre Alexandre Koyré, discutants : Antonella Romano et Annick Horiuchi

Lieu : salle de séminaire, 5ème étage, Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris

Jeudi 18 mai 2017, 11h-13h
“The Happy, Risky Life of Moneychangers in Early Modern Japan”

Dans le cadre du séminaire « Aux origines de la mondialisation : histoire économique comparée Asie Europe, 1500-2000 », animé par François Gipouloux

Lieu : salle A 751, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris (à confirmer)

Résumés

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website