Nouvelle parution : « Façons d’habiter au Japon Maisons, villes et seuils »

À paraître : Façons d’habiter au Japon : Maisons, villes et seuils de Philippe Bonnin et Jacques Pezeu-Massabuau

Les études réunies ici témoignent d’une commune passion pour la maison – traditionnelle ou très contemporaine –, la ville et l’espace japonais, visités par la plume des deux auteurs.

Ils sont pour l’un géographe – Jacques Pezeu-Massabuau –, pour l’autre architecte et anthropologue – Philippe Bonnin. Chacun, de son côté, a poursuivi un travail obstiné d’observation, de description, de dévoilement, d’analyse approfondie de la réalité de cette habitation japonaise, de son esthétique, des gestes, des paroles qui l’entourent. Réunir ces textes devenait un impératif pour confronter leurs approches complémentaires et décoder cette culture japonaise si passionnante.

CNRS Éditions
Paris, 8 juin 2017
ISBN : 978-2-271-08912-0
496 pages, 28 EUR

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

« Dictionnaire historique du Japon » disponible en ligne

L’intégralité de la collection du Dictionnaire historique du Japon (1963 – 2000, 21 numéros, 5890 documents, ISSN non disponible) a été numérisée par la Maison franco-japonaise (UMIFRE 19 – MAEDI-CNRS).

Elle est désormais entièrement en libre accès sur la plateforme Persée : http://www.persee.fr/collection/dhjap

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Atelier-test de nouvelles ressources en ligne sur l’Asie orientale à la BULAC

De nouvelles ressources en ligne sur l’Asie orientale et l’Asie en général sont proposées en test jusqu’au 30 juin à la BULAC, uniquement sur place.

Une atelier-teste des collections en ligne sera organisée à la BULAC le 9 juin de 10h à 12h, rez-de-jardin (salle RJ.22).

Pour en savoir plus…

Voici les nouvelles ressources électroniques sur le Japon en test :

Japan times online (1897-2015) ; Japan times archives (1897-2015), Kinokinuyia

The Oriental economist digital archives (1934-1985), Kinokinuyia

Japanese historical place names (nouveau corpus disponible dans JapanKnowledge, Kinokinuyia ; glossaire géographique sur le Japon

Fûzoku gahô, première revue graphique japonaise (1889-1916) ; 518 volumes et 38 000 articles numérisés

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Confucianism in Modern Japan

M. NAKAJIMA Takahiro 中島隆博, Professeur à l’Institut de culture orientale de l’Université de Tôkyô, est invité à l’EHESS en mai 2017.

Formé en philosophie à l’Université de Tokyo, M. NAKAJIMA a écrit sur le Taoïsme et sur de nombreux penseurs du vingtième siècle, qu’ils soient occidentaux (Deleuze, Lévi-Strauss), chinois (Hu Shi) ou japonais (Nishida Kitaro). Il est l’un des meilleurs spécialistes d’un phénomène de grande ampleur qui traverse tout le monde sinisé: le renouveau confucéen.

Durant son séjour, M. NAKAJIMA donnera une série de conférences dont la deuxième le 18 mai 2017 dans le cadre du Séminaire collectif du Centre de recherches sur le Japon. Les conférences se tiendront en anglais.

Abstract

In the process of modernization in Japan, Confucianism played an important role to educate modern intellectuals. Mishima Chūshū was a founder of Nishōgakusha, in which Confucianism mainly based upon modern Yōmeigaku as well as modern law influenced by French law were taught. It was not an institute of traditional Confucian education, but a modern institute for modern scholarship. Natsume Sōseki who was one of the alumni of Nishōgakusha and became the first national novelist in modern Japan was deeply influenced by Mishima and his teaching of Confucianism. Nakae Chōmin who was a representative Yōmeigaku scholar and a translator of Jean-Jacques Rousseau was also impacted by Mishima. By focusing on the influence to students such as Sōseki and Chōmin, I would like to figure out the overlook of Confucian Education at Nishōgakusha and put it in a wider context of Meiji Education. Then I turn to think of philosophy of Mishima himself, especially focusing on his “doctrine of the unification of moral righteousness and profit” 義利合一論, which supported Japanese capitalism from the ideological point of view in tandem with Shibusawa Eiichi. As a conclusion, I would like to sketch one aspect of Confucian education in Modern Japan not as a simple reactionary conservatism, but as a modern device of Japanese modernity.

Jeudi 18 mai de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Débat : La science naturaliste japonaise a-t-elle disparu?

Dans le cadre des Débats du Centre Alexandre Koyré, en présence de l’auteur Federico Marcon (Professeur à l’Université de Princeton, professeur invité à l’EHESS), autour de son ouvrage The Knowledge of Nature and the Nature of Knowledge in Early Modern Japan (University of Chicago Press, 2015).

Discutants : Annick Horiuchi (CRCAO) et Antonella Romano (CAK-EHESS)

Mercredi 10 mai 2017, 10h-12h
Centre Alexandre Koyré (salle de séminaire, 5e étage)
27 rue Damesme, 75013 Paris

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Rencontre avec Jacqueline Pigeot : « L’Âge d’or de la prose féminine au Japon (Xe-XIe siècle) »

Rencontre avec Jacqueline Pigeot à l’INALCO à l’occasion de la parution de son dernier ouvrage « L’Âge d’or de la prose féminine au Japon (Xe-XIe siècle) » (Les Belles Lettres, 2017).

Le Roman du Genji, un chef-d’œuvre incontesté de la littérature universelle, est dû à une femme, Murasaki Shikibu, qui vécut à la cour du Japon aux alentours de l’an mil. Sa contemporaine Sei Shônagon a laissé un ouvrage unique en son genre par sa liberté de ton et son traitement virtuose de l’art de la liste : les Notes de Chevet. Une autre femme de la noblesse, connue comme « La mère de Fujiwara no Michitsuna », avait quelques années auparavant rédigé les Mémoires d’une Éphémère, sans doute la première autobiographie de la littérature mondiale.

Dans ce livre, Jacqueline Pigeot rappelle les conditions qui ont permis l’épanouissement de la prose féminine à cette époque, et analyse plusieurs des procédés d’écriture (monologue intérieur, modalités du dialogue, citations cryptées) pour la première fois mis en œuvre dans les Mémoires d’une Éphémère et dans Le Roman du Genji.

Vendredi 12 mai de 16h à 18 h
INALCO (salle 510), 65, rue des Grands Moulins, 75013 Paris

Entrée libre à tous dans la limite des places disponibles

Contact : michel.vieillard-baron@inalco.fr

Affiche

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website