Mibun : penser les statuts sociaux du Japon prémoderne (XVIe-XIXe siècles)

Nouvelle parution : le numéro 2 (2017) de la revue Histoire, Economie & Société. Dans ce numéro, la revue propose le dossier « Mibun : penser les statuts sociaux du Japon prémoderne (XVIe-XIXe siècles)« , préparé par Guillaume Carré (CRJ-EHESS).

La revue Histoire, Economie & Société est accessible sur le site des éditions Armand Colin et sur le portail Cairn : https://www.cairn.info/revue-histoire-economie-et-societe.htm

La société du Japon prémoderne (16e-19e siècles) passe pour extrêmement hiérarchisée. Durant cette période, le Japon adopta le confucianisme comme référence intellectuelle et idéologique, à l’instar de la Chine et de la Corée, mais son organisation sociale et politique demeurait très différente de celle de ces pays. L’édifice socio-politique dominé par les samouraïs demeurait très marqué par son héritage féodal, et corseté en apparence par une répartition rigide de la population entre des statuts distincts. Depuis les années 1950, l’historiographie japonaise a multiplié les travaux sur la naissance de cette société à la suite de la réunification et de la pacification du pays après les guerres civiles du 16e siècle. Alors qu’on a longtemps tenu le système des statuts sociaux comme une construction visant à fonder l’exploitation de la société par le régime guerrier, les historiens japonais, depuis une trentaine d’années, ont eu tendance à relativiser ces aspects oppressifs, pour redonner une place active aux groupes sociaux et aux communautés dans l’élaboration de ces identités collectives. En mettant à disposition du public francophone, des traductions d’articles de chercheurs japonais, basés sur leurs travaux les plus récents, ce dossier d’ Histoire, Economie & Société propose un aperçu de la richesse de l’historiographie et de ses débats sur ces questions, dans les domaines de l’histoire rurale ou urbaine, ainsi que sur la genèse de la condition des samouraïs à l’époque d’Edo. 
La composition du dossier est la suivante :
Guillaume Carré.Introduction. Penser les statuts sociaux du Japon prémoderne (XVIe-XIXe siècles).
 
Morishita Tôru.Le Japon prémoderne : une société de statuts. Réflexions sur quatre décennies de débats.
 
Gotô Masatoshi.« Ceux des plages » et « Ceux des collines » : les « paysans » des villages littoraux dans le Japon prémoderne.
 
Makihara Shigeyuki.Naissance des guerriers des temps prémodernes : la séparation des guerriers et des paysans à Ômi.
 
Yoshida Nobuyuki et Tsukada Takashi. Réflexions sur le statut de bourgeois à Edo et Ôsaka au XVIIe siècle.

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

M. Federico MARCON, Professeur invité à l’EHESS en avril-mai 2017

M. Federico MARCON, Professeur à l’Université de Princeton, historien du Japon et spécialiste d’histoire des sciences, séjournera à Paris sur invitation de Guillaume Carré (CRJ-EHESS) et Aleksandra Kobiljski (IAO-CNRS-CRJ).

Son projet de recherche en cours porte sur l’histoire de la monnaie dans le Japon des Tokugawa, en réunissant les sources sur les débats intellectuels et les pratiques financières des acteurs du terrain tels que les changeurs de monnaie.

M. MARCON est l’auteur de « The Knowledge of Nature and the Nature of Knowledge in Early Modern Japan » (University of Chicago Press, 2015).

Durant son séjour, M. MARCON donnera les interventions suivantes :

Jeudi 20 avril 2017, 11h-13h 
Money Talks: Monetary Disputes in Early Eighteenth-Century Japan
Dans le cadre du séminaire collectif du Centre de recherches sur le Japon « Histoire du Japon moderne et contemporain : permanences et ruptures », animé par Guillaume Carré, Annick Horiuchi et Aleksandra Kobiljski

Lieu : salle 7, EHESS,105 boulevard Raspail, 75006 Paris

Vendredi 21 avril 2017, 10h45-12h45
“Between Truth and Accuracy: Nature Knowledge in Late Tokugawa Japan”

Dans le cadre du séminaire « Histoire et sociologie des croyances et des savoirs », animé par Matthias Hayek

Lieu : salle 481, Université Paris Diderot, Grands Moulins, bâtiment C, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris

Mercredi 10 mai 2017, 10h-12h 
“La science naturaliste japonaise a-t-elle disparu ?”

Dans le cadre des Débats du Centre Alexandre Koyré, discutants : Antonella Romano et Annick Horiuchi

Lieu : salle de séminaire, 5ème étage, Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris

Jeudi 18 mai 2017, 11h-13h
“The Happy, Risky Life of Moneychangers in Early Modern Japan”

Dans le cadre du séminaire « Aux origines de la mondialisation : histoire économique comparée Asie Europe, 1500-2000 », animé par François Gipouloux

Lieu : salle A 751, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris (à confirmer)

Résumés

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

12e colloque de la SFEJ : « Autour de l’image : arts graphiques et culture visuelle au Japon »

affiche-image

Le 12ème colloque de la SFEJ : « Autour de l’image : arts graphiques et culture visuelle au Japon » organisé à l’Université Jean Moulin – LYON 3 aura lieu les jeudi 15, vendredi 16 et samedi 17 décembre 2016.

Guillaume Carré, Noémi Godfroy, membres du Centre Japon, et Kumiko Hayashi, JSPS research fellow au Centre Japon, participeront à ce colloque.

Cette année, le colloque de la SFEJ, rendez-vous incontournable de la japonologie francophone, est organisé pour la première fois à Lyon, ville connue pour sa gastronomie, mais aussi pour sa capacité à concilier avec dynamisme les arts et l’industrie. À la pointe des innovations techniques et culturelles, elle a notamment vu naître le cinéma sous l’impulsion des frères Lumière dans les années 1890. Ses liens avec le Japon sont nombreux et variés. Elle a, entre autres, développé depuis le xixe siècle une relation singulière avec la ville de Yokohama (avec laquelle elle est toujours jumelée), à travers le commerce de la soie, et abrité les rêves de l’homme d’affaires collectionneur hors-norme qu’était Émile Guimet. Aujourd’hui encore, elle accueille de nombreux ressortissants japonais et constitue un noyau dynamique pour les études japonaises. Enfin, le département d’études japonaises de l’Université Jean Moulin-Lyon III, établi depuis 1981, a permis au japonais de se hisser à la deuxième place après l’anglais au sein de la Faculté des langues. Lire la suite

Vous trouverez toutes les informations pratiques ainsi que le programme du colloque sur le site : https://sfejcolloque2016.wordpress.com

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Séminaire interdisciplinaire du Centre Japon 2016-17

calendrier-seminaire-2016_2017crj-modifie

Le Centre de recherches sur le Japon a le plaisir de vous présenter le programme de son séminaire interdisciplinaire pour l’année 2016-2017.
Je vous prie de noter que les horaires ont changé cette année.
Au plaisir de vous accueillir nombreux.

Histoire du Japon moderne et contemporain :
Permanences et ruptures

1er et 3e jeudis du mois (sauf exceptions) de 11 h à 13 h
Salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris

 

Organisateurs :

Guillaume Carré, maître de conférences à l’EHESS (CCJ-CRJ)
Annick Horiuchi, professeur à l’Université Paris-Diderot (CRCAO)
Aleksandra Kobiljski, chargée de recherche au CNRS (IAO-CRJ)

Programme :

3 novembre :   Fabian SCHÄFER  (Friedrich-Alexander-Universität Erlangen-Nürnberg) : « Much Ado About ‘Nothing’: The Kyōto-School as ‘Media Philosophy’ »

17 novembre : Annick HORIUCHI (Université Paris Diderot) : « Les interprètes de Nagasaki au XVIIIe siècle : statut et identité »

1 décembre :   Kiri PARAMORE (Université de Leiden) : « Using and Abusing the Sinosphere: Diplomacy, Statecraft and Individual in Early Modern East Asia.»

15 décembre : 12ème colloque de la SFEJ organisé à l’Université Jean Moulin – Lyon 3

19 janvier :      Robert TUCK (Université de Montana) « Idly Scribbling Rhymers: Poetry and Community in Nineteenth Century Japan »

2 février :       Yuliya OSADCHA FERREIRA (Université de Kiev) : « Literary process in Modern Japan: Tendencies, Keynotes and Accomplishments »

16 février :     Yola GLOAGUEN (Collège de France) : « Construire une maison moderne dans le Japon des années 1920 et 1930: divergence et harmonisation des savoirs faire et des techniques dans le processus de création architecturale »

2 mars :         Cléa PATIN  (Université Jean Moulin -Lyon 3) : « La fabrique de l’art dans le Japon moderne et contemporain »

16 mars :       Nathan HOPSON (Université de Nagoya) : « People and Nations are Built on Food: School Meals as National Defense in Prewar Japan  »

20 avril :        Federico MARCON (Université de Princeton) : « The Happy, Risky Life of Moneychangers in Early Modern Japan »

4 mai :           Aline HENNINGER (INALCO/CEJ) : « La socialisation à l’amour et à la sexualité chez les écoliers japonais »

18 mai :         NAKAJIMA Takahiro (Université de Tôkyô) : « Confucianism in Modern Japan »

Renseignements :

aleksandra.kobiljski@ehess.fr
carre@ehess.fr

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Colloque international sur les études japonaises d’aujourd’hui

Colloque international intitulé 「日本研究の現在(いま)」aura lieu à l’Université de Gakushûin joshi (Tokyo, Japon) les 1 et 2 octobre 2016.

Programme

10月1日(土) 第I部「“日本史研究”のコンテクスト

13:00~15:10 趣旨説明 岩淵令治 学習院女子大学教授
・報告1「欧米における日本近世史研究―近世日朝関係史との出会い―」
ロナルド・トビ イリノイ大学名誉教授
・報告2「フランスにおける日本研究の150年の歩みとその現状―日本史を中心に―」
ギョーム・カレ フランス国立社会科学高等研究院准教授
15:30~17:00
・報告3「韓国における日本史研究―地域史的観点からの接近―」
朴 花珍 釜慶大学教授
・コメント1 世川祐多 パリ第7大学大学院博士課程
・コメント2 米谷均 学習院女子大学非常勤講師
17:15~18:00 総合討論 司会: 岩淵令治 学習院女子大学教授

10月2日(日) 第II部「世界文学としての日本文学」

10:30~11:40 趣旨説明 伊藤守幸 学習院女子大学教授
・講演「世界に開かれた日本文学: 宣教師と名文家」
郭 南燕 国際日本文化研究センター准教授
13:10~15:40
・シンポジウム「世界文学における更級日記: 新訳の国際的評価をめぐって」
13:10~14:20
・報告1「新訳に対する批評的意見: 刊行後2年間の書評を中心に」
ソーニャ・アンツェン トロント大学名誉教授
・報告2「WHAT’S IN A TITLE?: 題とは何か」
リチャード・バウリング ケンブリッジ大学名誉教授
14:40~15:40
・報告3「世界文学と日本: 更級日記の位置と英訳」
クリスティーナ・ラフィン ブリティッシュ・コロンビア大学准教授
・総合討論 司会: 福家俊幸 早稲田大学教授

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Séminaires du Centre Japon 2016-2017

Histoire du Japon moderne et contemporain : permanences et ruptures

1er et 3e jeudis du mois de 11 h à 13 h (salle 7, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 3 novembre 2016 au 15 juin 2017

Ce séminaire a pour objectif de présenter des recherches novatrices et des travaux récents en sciences humaines et sociales sur le Japon moderne et contemporain. Les conférences seront données par des membres du Centre de recherches sur le Japon et par des intervenants extérieurs. Les thèmes abordés iront de l’histoire à la sociologie en passant par l’économie, l’anthropologie, l’éducation, ou encore l’insertion du Japon dans diverses dimensions internationales. Le séminaire s’adresse à tous les étudiants de niveau master ou doctorat qui souhaitent approfondir leurs connaissances de la civilisation du Japon, et aux auditeurs libres, après accord des responsables. Les conférences se tiendront en français, en japonais avec traduction française, ou en anglais.

Mésologiques, V. La genèse des milieux humains : anthropisation, humanisation, hominisation

2e et 4e vendredis du mois de 18 h à 20 h (amphithéâtre François-Furet, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 25 novembre 2016 au 9 juin 2017

L’intitulé « anthropisation, humanisation, hominisation » fait allusion à la thèse mise en avant par André Leroi-Gourhan, dans Le Geste et la parole (1964), au sujet de l’émergence de notre espèce, Homo sapiens. Par « anthropisation », entendons la transformation physique de l’environnement terrestre sous l’effet des systèmes techniques de l’humanité ; par « humanisation », sa transformation sémantique sous l’effet de nos systèmes symboliques ; et par « hominisation », l’effet en retour de ces transformations sur celle de l’animal en humain.

Sans l’invoquer, cette thèse était l’illustration même du propos de la mésologie contemporaine, telle que l’ont fondée l’Umweltlehre d’Uexküll et le fûdoron de Watsuji ; à savoir le couplage dynamique de tout être vivant (Uexküll), humain en particulier (Watsuji), avec le milieusingulier (Umwelt, fûdo) qui lui est propre en tant que sujet, et qui ne doit donc pas être confondu avec l’environnement universel (Umgebung, kankyô) que, de son point de vue transcendantal (le « regard de nulle part »), considère la science moderne – en l’occurrence l’écologie, qui est une science de l’environnement et non, comme la mésologie, une science des milieux, autrement dit une éco-phénoménologie et une bioherméneutique. L’objet central de la mésologie n’est pas l’environnement, c’est le couplage dynamique de l’être et de son milieu propre – cela qu’Uexküll a nommé le « contre-assemblage » (Gegengefüge) de l’animal et de son milieu, et Watsuji la « médiance » (fûdosei), qu’il a définie comme « le moment structurel de l’existence humaine » (ningen sonzai no kôzô keiki).

C’est ce couplage dynamique, dans ses effets et ses effets en retour, qu’il s’agit ici de saisir. Si l’on peut considérer l’anthropocène comme un effet d’anthropisation, alors il faut donc s’interroger aussi sur les contre-effets de l’anthropocène sur l’être humain et ses systèmes techno-symboliques ; et réciproquement, dans la triple interaction susdite : anthropisation, humanisation, hominisation, tant d’un point de vue rétrospectif (l’évolution, l’histoire) qu’actuel et prospectif (l’état et l’avenir de nos sociétés sur la Terre).

Histoire des villes du Japon de l’époque d’Edo : origines et formations

Vendredi de 11 h à 13 h (salle 6, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 4 novembre 2016 au 10 février 2017

Le séminaire se penchera cette année sur la question de la genèse des villes de la période d’Edo, et des facteurs qui permirent au Japon de connaître, au tournant des XVIe et XVIIe siècles, sa première phase d’urbanisation massive. On s’intéressera plus particulièrement au rôle joué par les populations marchandes dans ce processus, et aux évolutions de leur condition et de leurs activités dans le nouvel ordre social qui se met en place sous les premiers shôgouns Tokugawa.

Bureaucraties et marchés : perspectives comparatives et transdisciplinaires

Mardi de 15 h à 17 h (salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris), du 17 janvier 2017 au 2 mai 2017

Ce séminaire se veut un lieu d’échange entre disciplines (économie, sociologie. Sciences politiques et histoire) sur les rapports entre bureaucraties et marchés. Il entend traiter le continuum de relations sociales entre les logiques de légitimité qui prévalent à l’enracinement des administrations, les logiques d’organisation collective des milieux économiques et les logiques administratives et juridiques qui encadrent le fonctionnement des marchés.

Il n’y a pas d’un côté des entreprises sur un marché et de l’autre une bureaucratie qui influencerait à distance le marché. L’économique n’est pas coupé de l’administratif ou du juridique. Pas de marché sans droit de la propriété, de la concurrence, des contrats, sans normes. Le marché ne peut fonctionner que comme fiction rationnelle et mathématique tant pour les entrepreneurs que pour les travailleurs que dans la mesure où les cadres juridiques régissant le marché fournissent un cadre minimal régissant les échanges. L’économie de marché a besoin des institutions étatiques pour assurer la reproduction des rapports de force favorables aux échanges marchands. Ce séminaire entend poser quelques jalons pour un dialogue interdisciplinaire sur ces questions qui sont souvent un point aveugle des théories économiques libérales et de la sociologie économique. Les séances alterneront la lecture croisée de textes produits en économie, en sociologie et en sciences politiques sur ces enjeux et des présentations de chercheurs invités.

Comprendre le changement institutionnel en Asie. Une perspective comparée avec les États-Unis et l’Europe

Mercredi de 13 h à 15 h (salle 638, bât. Le France, 190 av de France 75013 Paris), les 23 et 30 novembre, 7 et 14 décembre 2016, 11, 18 et 25 janvier, 1er février, 17, 24 et 31 mai et 7 juin 2017

Dans les discussions entre économistes, historiens, sociologues et spécialistes de sciences politiques sur la diversité des capitalismes et le changement institutionnel, les capitalismes asiatiques ont été mis de côté pendant de nombreuses années, au profit d’une focalisation sur les États-Unis et l’Europe. Les théories et les concepts d’économie politiques n’ont été appliqués à l’Asie que récemment et que pour certaines configurations institutionnelles et historiques. Cependant, le développement rapide des économies asiatiques et la diversité de leurs trajectoires doivent conduire à nous poser de nouvelles questions. Elles concernent par exemple l’impact paradoxal de la libéralisation qui ne conduit pas à une convergence vers les capitalismes anglo-saxons, dont les institutions constituent pourtant un modèle pour les promoteurs des réformes. Il s’agit également de comprendre l’émergence de nouvelles formes d’inégalités et les transformations des modèles de protection sociale. Dans un contexte de remise en cause du rôle de l’État dans l’économie, on se doit par ailleurs de comprendre la réémergence de nouvelles formes d’État développeur en Asie.

Dans ce contexte, ce séminaire promeut des perspectives conceptuelles intégrées pour essayer de comprendre les transformations des capitalismes en Asie et explorer les liens avec les changements aux niveaux globaux, nationaux et locaux d’un côté, et technologiques, sociaux et politiques de l’autre. L’objectif de ce séminaire est de présenter ces travaux en cours. Il comportera quatre parties :

  • Introduction générale à l’économie politique de la diversité des capitalismes et du changement institutionnel ;
  • Libéralisation institutionnelle et diversité croissante des entreprises ;
  • Dynamique des inégalités et transformations des systèmes de protection sociale en Asie ;
  • Vers un renouveau de l’État développeur en Asie ?

Ce séminaire, qui s’appuie sur un programme de recherches en cours avec des collègues des universités de Freie Universität Berlin, University of British Columbia, d’Oxford et de Waseda (GDRI du CNRS, financement Marie Curie), accueillera également les interventions de Steven Vogel (Berkeley University) et Xiaoke Zhang (Manchester Business School).

Globalization and labor market outcomes in Japan and Korea : de-industrialization, job security, and wage inequalities

Jeudi de 14 h à 17 h (ENS, Campus Jourdan, salle A4, 48 bd Jourdan 75014 Paris), les 20 et 27 octobre, 3 et 10 novembre, 1er, 8 et 15 décembre 2016 et 12 janvier 2017

Deindustrialization is a major issue for all industrialized countries, in Europe and in America. This is also the case for Japan and Korea, two countries that have experienced an economic development based on the growth of manufacturing industries and that are particularly concerned by the rise of China in the international division of labor.

The aim of this seminar is to provide various tools of analysis (economic history, international economics, labor economics, industrial economics, innovation economics…) to study industrial dynamics in Japan and Korea, with a focus on public policies.

This year, at the occasion of the publication of a special issue of the Review of International Economics (151 (3)) that we have edited, three sessions will be dedicated to the international side of deindustrialization, in an attempt to connect the evolution of inequalities to industrial dynamics.

Anthropologie du Japon : terrains et textes

  • Mary Piconemaîtresse de conférences à l’EHESS ( CCJ-CRC )

Lundi de 13 h à 15 h (salle 1, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 14 novembre 2016 au 13 février 2017

L’anthropologie ou l’ethnologie du Japon a depuis peu presque disparu de l’enseignement centré sur l’archipel nippon à Paris. Cependant des nouvelles théories continuent à être formulées par les ethnologues japonais et des récits sur « l’identité japonaise » sont encore et toujours véhiculés par les média. Ces formulations prennent souvent la forme de questions telles que : comment porter remède à la crise du Bouddhisme qui vide les temples, ou au dépeuplement qui détruit la société paysanne et multiplie les solitudes urbaines ? Ou encore pourquoi le Tôhoku (la région qui comprend Fukushima) est-elle depuis longtemps une « colonie intérieure » ? Quelles sont les réponses des groupes concernés ?

Nous examinerons plusieurs crises actuelles de ce type à l’aide de matériaux ethnographiques et, dans la seconde partie du séminaire, nous commencerons une analyse de l’anthropologie du corps et de la maladie.

Atelier : Aspects de la traduction en anglais de textes ethnographiques-exemples classiques et contemporains

  • Mary Piconemaîtresse de conférences à l’EHESS ( CCJ-CRJ )

1er et 3e lundis du mois de 15 h à 17 h (salle 10, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 7 novembre 2016 au 6 février 2017

Cet atelier propose d’examiner plusieurs aspects théoriques et pratiques de la traduction en anglais de textes ethnographiques écrits dans d’autres langues – notamment mais pas exclusivement le français. Dernièrement on assiste en outre de plus en plus fréquemment à l’auto-traduction, c’est-à-dire à la rédaction d’un texte directement en anglais par des anthropologues non anglophones à l’origine. Nous examinerons d’abord quelques exemples « classiques » tels que des traductions anglaises de Lévi-Strauss ou à l’envers des versions françaises de Clifford Geertz. Ensuite selon les intérêts des participants nous considérerons des problèmes actuels avec quelques exemples fondés également sur des exercices pratiques. Atelier pour étudiants en M2 ou doctorants.

Cinéma et anthropologie visuelle : les lieux hantés dans les films fantastiques japonais

  • Mary Piconemaîtresse de conférences à l’EHESS ( CCJ-CRJ )

2e et 4e mardis du mois de 13 h à 17 h (salle 4, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 8 novembre 2016 au 14 février 2017

Ce séminaire propose un complément d’analyse de la culture japonaise à l’aide de films pour la plupart peu connus ou inédits en France. Ils contiennent tous des éléments fantastiques et rendent visibles des aspects de l’imaginaire et de la religiosité populaire du Japon. Les réalisateurs de ces œuvres (de 1970 à nos jours) réinterprètent leur époque s’inspirent entre autres de légendes urbaines ou réinventent les fantômes pré-modernes  en se tournant vers le théâtre Kabuki. Des bâtiments banals en béton, des coulisses de théâtre ou des hameaux isolés se révèlent dans ces films comme des lieux hantés, se situant souvent au delà des limites usuelles du temps ou de l’espace tridimensionnel. Dans cette géographie alternative le surgissement du surnaturel  déjoue les frontières entre tradition et modernité.

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website