Mibun : penser les statuts sociaux du Japon prémoderne (XVIe-XIXe siècles)

Nouvelle parution : le numéro 2 (2017) de la revue Histoire, Economie & Société. Dans ce numéro, la revue propose le dossier « Mibun : penser les statuts sociaux du Japon prémoderne (XVIe-XIXe siècles)« , préparé par Guillaume Carré (CRJ-EHESS).

La revue Histoire, Economie & Société est accessible sur le site des éditions Armand Colin et sur le portail Cairn : https://www.cairn.info/revue-histoire-economie-et-societe.htm

La société du Japon prémoderne (16e-19e siècles) passe pour extrêmement hiérarchisée. Durant cette période, le Japon adopta le confucianisme comme référence intellectuelle et idéologique, à l’instar de la Chine et de la Corée, mais son organisation sociale et politique demeurait très différente de celle de ces pays. L’édifice socio-politique dominé par les samouraïs demeurait très marqué par son héritage féodal, et corseté en apparence par une répartition rigide de la population entre des statuts distincts. Depuis les années 1950, l’historiographie japonaise a multiplié les travaux sur la naissance de cette société à la suite de la réunification et de la pacification du pays après les guerres civiles du 16e siècle. Alors qu’on a longtemps tenu le système des statuts sociaux comme une construction visant à fonder l’exploitation de la société par le régime guerrier, les historiens japonais, depuis une trentaine d’années, ont eu tendance à relativiser ces aspects oppressifs, pour redonner une place active aux groupes sociaux et aux communautés dans l’élaboration de ces identités collectives. En mettant à disposition du public francophone, des traductions d’articles de chercheurs japonais, basés sur leurs travaux les plus récents, ce dossier d’ Histoire, Economie & Société propose un aperçu de la richesse de l’historiographie et de ses débats sur ces questions, dans les domaines de l’histoire rurale ou urbaine, ainsi que sur la genèse de la condition des samouraïs à l’époque d’Edo. 
La composition du dossier est la suivante :
Guillaume Carré.Introduction. Penser les statuts sociaux du Japon prémoderne (XVIe-XIXe siècles).
 
Morishita Tôru.Le Japon prémoderne : une société de statuts. Réflexions sur quatre décennies de débats.
 
Gotô Masatoshi.« Ceux des plages » et « Ceux des collines » : les « paysans » des villages littoraux dans le Japon prémoderne.
 
Makihara Shigeyuki.Naissance des guerriers des temps prémodernes : la séparation des guerriers et des paysans à Ômi.
 
Yoshida Nobuyuki et Tsukada Takashi. Réflexions sur le statut de bourgeois à Edo et Ôsaka au XVIIe siècle.

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

M. Federico MARCON, Professeur invité à l’EHESS en avril-mai 2017

M. Federico MARCON, Professeur à l’Université de Princeton, historien du Japon et spécialiste d’histoire des sciences, séjournera à Paris sur invitation de Guillaume Carré (CRJ-EHESS) et Aleksandra Kobiljski (IAO-CNRS-CRJ).

Son projet de recherche en cours porte sur l’histoire de la monnaie dans le Japon des Tokugawa, en réunissant les sources sur les débats intellectuels et les pratiques financières des acteurs du terrain tels que les changeurs de monnaie.

M. MARCON est l’auteur de « The Knowledge of Nature and the Nature of Knowledge in Early Modern Japan » (University of Chicago Press, 2015).

Durant son séjour, M. MARCON donnera les interventions suivantes :

Jeudi 20 avril 2017, 11h-13h 
Money Talks: Monetary Disputes in Early Eighteenth-Century Japan
Dans le cadre du séminaire collectif du Centre de recherches sur le Japon « Histoire du Japon moderne et contemporain : permanences et ruptures », animé par Guillaume Carré, Annick Horiuchi et Aleksandra Kobiljski

Lieu : salle 7, EHESS,105 boulevard Raspail, 75006 Paris

Vendredi 21 avril 2017, 10h45-12h45
“Between Truth and Accuracy: Nature Knowledge in Late Tokugawa Japan”

Dans le cadre du séminaire « Histoire et sociologie des croyances et des savoirs », animé par Matthias Hayek

Lieu : salle 481, Université Paris Diderot, Grands Moulins, bâtiment C, 5 rue Thomas Mann, 75013 Paris

Mercredi 10 mai 2017, 10h-12h 
“La science naturaliste japonaise a-t-elle disparu ?”

Dans le cadre des Débats du Centre Alexandre Koyré, discutants : Antonella Romano et Annick Horiuchi

Lieu : salle de séminaire, 5ème étage, Centre Alexandre Koyré, 27 rue Damesme, 75013 Paris

Jeudi 18 mai 2017, 11h-13h
“The Happy, Risky Life of Moneychangers in Early Modern Japan”

Dans le cadre du séminaire « Aux origines de la mondialisation : histoire économique comparée Asie Europe, 1500-2000 », animé par François Gipouloux

Lieu : salle A 751, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris (à confirmer)

Résumés

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

12e colloque de la SFEJ : « Autour de l’image : arts graphiques et culture visuelle au Japon »

affiche-image

Le 12ème colloque de la SFEJ : « Autour de l’image : arts graphiques et culture visuelle au Japon » organisé à l’Université Jean Moulin – LYON 3 aura lieu les jeudi 15, vendredi 16 et samedi 17 décembre 2016.

Guillaume Carré, Noémi Godfroy, membres du Centre Japon, et Kumiko Hayashi, JSPS research fellow au Centre Japon, participeront à ce colloque.

Cette année, le colloque de la SFEJ, rendez-vous incontournable de la japonologie francophone, est organisé pour la première fois à Lyon, ville connue pour sa gastronomie, mais aussi pour sa capacité à concilier avec dynamisme les arts et l’industrie. À la pointe des innovations techniques et culturelles, elle a notamment vu naître le cinéma sous l’impulsion des frères Lumière dans les années 1890. Ses liens avec le Japon sont nombreux et variés. Elle a, entre autres, développé depuis le xixe siècle une relation singulière avec la ville de Yokohama (avec laquelle elle est toujours jumelée), à travers le commerce de la soie, et abrité les rêves de l’homme d’affaires collectionneur hors-norme qu’était Émile Guimet. Aujourd’hui encore, elle accueille de nombreux ressortissants japonais et constitue un noyau dynamique pour les études japonaises. Enfin, le département d’études japonaises de l’Université Jean Moulin-Lyon III, établi depuis 1981, a permis au japonais de se hisser à la deuxième place après l’anglais au sein de la Faculté des langues. Lire la suite

Vous trouverez toutes les informations pratiques ainsi que le programme du colloque sur le site : https://sfejcolloque2016.wordpress.com

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website