パリの日本建築 Architectures japonaises à Paris, 1867-2017 : exposition bilingue français-japonais

© PAVILLON DE L’ARSENAL

Exposition créée par le Pavillon de l’Arsenal, présentée du 28 juin au 24 septembre 2017, bilingue français – japonais avec le soutien de la Japan Foundation.

Les architectes japonais écrivent avec Paris une histoire singulière et méconnue, riche de multiples rencontres, expositions et installations, projets et réalisations emblématiques. L’exposition et l’ouvrage qui l’accompagne révèlent pour la première fois ce dialogue entre deux cultures entamé dès la fin du XIXe siècle et qui se traduit aujourd’hui par une dizaine de constructions majeures, en cours ou récemment livrées dans la métropole parisienne, dont la Collection Pinault – Paris dans la Bourse de Commerce, le Learning Center à Saclay, le projet Mille arbres ou encore l’immeuble-pont Aurore à Paris Rive Gauche, la Seine musicale à Boulogne-Billancourt et la transformation des grands magasins de la Samaritaine. Lire la suite …

28 juin au 24 septembre 2017
Pavillon de l’Arsenal
21, boulevard  Morland 75004 PARIS

DOSSIER DE PRESSE (pdf)

A l’occasion de l’exposition « Architectures japonaises à Paris, 1867-2017 », découvrez l’ouvrage éponyme ci-dessous.

Editions du Pavillon de l’Arsenal
Juin 2017
ISBN : 978-2-35487-038-6
608 pages, 39 euros

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelle parution : « Façons d’habiter au Japon Maisons, villes et seuils »

À paraître : Façons d’habiter au Japon : Maisons, villes et seuils de Philippe Bonnin et Jacques Pezeu-Massabuau

Les études réunies ici témoignent d’une commune passion pour la maison – traditionnelle ou très contemporaine –, la ville et l’espace japonais, visités par la plume des deux auteurs.

Ils sont pour l’un géographe – Jacques Pezeu-Massabuau –, pour l’autre architecte et anthropologue – Philippe Bonnin. Chacun, de son côté, a poursuivi un travail obstiné d’observation, de description, de dévoilement, d’analyse approfondie de la réalité de cette habitation japonaise, de son esthétique, des gestes, des paroles qui l’entourent. Réunir ces textes devenait un impératif pour confronter leurs approches complémentaires et décoder cette culture japonaise si passionnante.

CNRS Éditions
Paris, 8 juin 2017
ISBN : 978-2-271-08912-0
496 pages, 28 EUR

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelle parution : Critique n° 839 : Et le Japon devint moderne…

Parution d’un numéro consacré au Japon de la célèbre revue Critique, fondée par Georges Bataille, intitulé « Et le Japon devint moderne »

Le précédent numéro spécial de Critique consacré au Japon s’intitulait « Dans le bain japonais ». Il remonte à 1983. Un ministre français venait d’arrêter les magnétoscopes nippons à Poitiers ; le PIB du Japon croissait régulièrement et le pays préparait la très high tech exposition universelle de Tsukuba. Nous ne sommes plus dans le même bain : le PIB, en 2016, a frôlé la croissance zéro ; le taux de natalité est un des plus faibles du monde et nos gazettes s’interrogent, non plus sur les prouesses de l’électronique japonaise, mais sur une abstinence sexuelle qui se répandrait même dans la jeunesse de l’archipel. S’il semble prématuré de parler de crise du « modèle japonais » à propos de la troisième économie mondiale, le moment paraît propice à une réflexion sur cette « modernité japonaise » qui fit longtemps référence pour d’autres pays.
Le Japon issu de la Restauration de Meiji a souvent été décrit comme un mélange de « modernité » (occidentale) et de « tradition » (autochtone). Mais il a inventé sa propre grammaire du moderne, que des travaux récents et novateurs nous aident à déchiffrer. Le dossier ici rassemblé par Emmanuel Lozerand court des années 1860 aux années 1960, avec pour fil cette question : comment le Japon est-il devenu moderne ?
Il s’ouvre sur un texte inédit en français qu’Ôe Kenzaburô, prix Nobel de littérature, a consacré à Masaoka Shiki, l’homme « effroyablement démocratique » qui a réformé le haiku à la fin du xixe siècle.
Les Éditions de Minuit
2017
ISBN : 9782707343536
96 pages, 11.50 €

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Publication récente : Un fonctionnaire lettré Miyoshi no Kiyoyuki (847-918) en son temps

Publication récente  : Un fonctionnaire lettré Miyoshi no Kiyoyuki (847-918) en son temps de Francine Hérail.

Les fonctionnaires diplômés de la prestigieuse voie des Lettres étaient dans le Japon de leur temps les meilleurs connaisseurs de la littérature chinoise, poésie, histoire, œuvres philosophiques, qu’ils étudiaient pendant plusieurs dizaines d’années avant d’accéder à un poste de responsabilité. Leurs études leur fournissaient un modèle de gouvernement fondé sur la morale (et non sur les châtiments), sur une application stricte des lois et règlements, judicieusement établis et révisés pour le bien du peuple, ainsi que sur une gestion des carrières tenant compte des mérites. Mais ils étaient aussi respectueux des précédents et des statuts sociaux. Or celui de membre du conseil des hauts dignitaires dépendait surtout de la naissance dans une famille ayant déjà fourni des hauts dignitaires et, pour les premiers du conseil, d’une alliance matrimoniale avec la maison impériale. Dès l’époque de Heian, les relations personnelles ont tendu à peser de plus en plus, permettant une gestion plus souple et un moindre respect des lois et règles. Les fonctionnaires lettrés se trouvaient donc dans une position difficile. Ils se jugeaient les plus aptes à proposer les meilleures règles permettant un gouvernement juste et stable, conforme aux meilleurs modèles de la Chine, mais leur capacité pour ralentir l’évolution du pays vers un éloignement progressif du modèle bureaucratique ne pouvait que rester faible.

C’est ce dilemme qu’illustre la vie et la carrière de Miyoshi no Kiyoyuki, 847-918. Malgré l’absence de précédent dans sa famille, il réussit à entrer au conseil des hauts dignitaires au grade d’auditeur, récompense d’un travail acharné et de la production de rapports portant sur la réforme de l’administration et, trait qui lui est propre, aussi sur la voie du Yin et du Yang, sans compter deux biographies. Mais la composition poétique en chinois, considérée comme l’activité reine des lettrés, était pour lui un point faible, ce qui nuisit à sa réputation en son temps.

Les fonctionnaires lettrés étaient nécessaires comme rédacteurs de la correspondance administrative écrite entièrement en caractères chinois. Mais dans les séances officielles de la cour, la lecture en était faite en japonais par transposition immédiate du chinois : réorganisation de la construction des phrases, ajout de désinences verbales et de prépositions et traduction de la plupart des noms, verbes et adjectifs. Cependant certains d’entre eux pouvaient déjà être prononcés à la chinoise avec une prononciation qui tendait à s’éloigner de celle de la Chine des Tang. Tous les fonctionnaires, même ceux qui n’avaient pas fait des études aussi longues et complètes que celles des lettrés, maîtrisaient la langue de l’administration courante aussi bien à l’écrit qu’à l’oral.

Éditions de Boccard
Collège de France, Institut des hautes études japonaises
Paris, 2016
204 p., 21 EUR
ISBN : 978-2-913217-36-2

Site de l’éditeur : http://www.deboccard.com/fr/category/15012-Produit-9782913217362.html

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Le Japon en cartes : collection des cartes du Japon sur Gallica

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

La base des données cartographiques du Japon (XVIe-XXe siècles) est consultable sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/html/und/cartes/cartes

Les collections de cartes du Japon de la Bnf ont été constituées par deux fonds importants : dépôt des cartes du service hydrographique de la Marine et de la collection d’Anville

Le département des Cartes et plans de la Bibliothèque nationale de France a été créé en 1828 sous la direction de Edme François Jomard (1777-1862) ancien ingénieur géographe ayant participé à la campagne d’Egypte de Bonaparte. En France, cette création est contemporaine du développement des sciences géographiques et de la connaissance de la Terre.
Les collections ont été constituées au départ par les cartes de la Bibliothèque du Roi et par les saisies révolutionnaires, comme celles provenant de l’ancienne abbaye Saint-Victor à Paris. L’accroissement des collections fut alimenté par le Dépôt légal des cartes et par une politique d’acquisitions conduite par les directeurs successifs. Au XXe siècle, sont entrés deux fonds importants : les archives anciennes du Dépôt des cartes de la Marine, comprenant plus de 15 000 documents, et la collection du géographe parisien Jean Baptiste Bourguignon d’Anville comptant 10 500 documents, provenant du ministère des Affaires étrangères.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Parution récente : « Penser Avec Fukushima »

Publication récente : Penser Avec Fukushima (ouvrage collectif sous la direction de Christian Doumet et Michaël Ferrier).

A fait l’objet d’une courte présentation sur France Culture : https://www.franceculture.fr/emissions/deux-minutes-papillon/penser-avec-fukushima

« Penser avec Fukushima » : avec prend ici la place d’un autre mot qu’on attendrait, mais qu’on doit s’interdire d’écrire, du moins tant qu’on n’a pas réfléchi à ce qu’il signifie désormais : après. L’ensemble d’événements rassemblés sous le nom de Fukushima n’a en effet pas achevé son déroulement, quoi que certaines voix intéressées essaient d’en dire, et c’est pourquoi après serait une erreur objective. Il n’y a pas, pour l’instant, d’après Fukushima, et au fond, l’alarme dont ce livre est aussi la traduction tient à ce détail sémantique d’importance majeure.
S’il n’y a pas d’« après-Fukushima », au sens où on pourrait passer à autre chose, « dépasser » Fukushima, il existe en revanche un monde – à décrire, à critiquer, mais aussi à construire et à accompagner – à partir de cette catastrophe. Les auteurs que réunit ce livre, venus d’horizons variés (géographie, histoire de l’art, japonologie, littérature, philosophie, poésie), s’efforcent tous de penser le monde sur lequel pèse l’ombre de Fukushima, avec Fukushima, c’est-à-dire en tenant compte de cet événement, des nouveaux paradigmes qu’il suscite et des nouvelles réflexions qu’il exige, dans la proximité sans cesse renouvelée de ses paysages et de ses habitants.

Éditions Cécile Defaut
Septembre 2016
ISBN : 9782350183800
304 p., 24 EUR

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website