Colloque du CAAS : « Les minorités entre mondialisation et approches aréales »

La 9e édition du CAAS (Consortium for Asian and African Studies) se réunira à l’Inalco les 19 et 20 octobre 2018.

Noémi Godefroy (INALCO) et Alice Berthon (INALCO), chercheuses associées au CRJ, interviendront au cours d’une session consacrée au peuple Aïnous (19 octobre).

Noémi Godefroy  : « From “Former Aborigines” to “Indigenous Minority” — Statuses and Stakes of Ainu Indegeneity in Japan in a Historical Perspective (1868-2008) »

Alice Berthon : « Exhibiting Indigenous Culture in a National Museum of Ethnology — the Case of Ainu in Japan »

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Soutenance de thèse de doctorat de Lucien Clercq

Lucien Clercq (CRJ-EHESS) soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « Transformations socioculturelles des Aïnous du Japon : rapports de pouvoir, violence et résistance aborigène à Hokkaidô » à l’EHESS le mardi 2 mai 2017.

Le jury sera composé de :

M. Augustin Berque (Directeur de thèse), EHESS
M. Philippe Descola, EHESS
M. Philippe Pelletier, Université Lumière Lyon 2
M. Jean-François Sabouret, CNRS
M. Bernard Thomann, INALCO

Mardi 2 mai 2017, à 13h00
EHESS (Amphithéâtre François-Furet), 105 boulevard Raspail 75006 Paris

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Les Aïnous dans le manga et dans les collections : Rencontre et sortie d’objets au musée du quai Branly le 5 février

2016-02-05_les_ainous_dans_le_manga_et_dans_les_collections

« Les Aïnous dans le manga et dans les collections » : Rencontre avec Ahmed Agne, cofondateur des éditions Ki-oon, à l’occasion de la parution du manga Golden Kamui de Satoru Noda en 2016. Avec Julien Rousseau, conservateur du patrimoine, responsable de l’unité patrimoniale Asie au musée du quai Branly-Jacques Chirac.

Golden Kamui se déroule à Ezo (ancien nom d’Hokkaido), la région la plus septentrionale du Japon qui abrite le peuple des Aïnous. Chasse au trésor, ce manga est également un manuel de survie en milieu hostile ainsi qu’un bel ouvrage sur la culture des Aïnous.

Cette publication est aussi l’occasion de découvrir une peinture sur rouleau (emakimono) d’Ezo Shima Kikan, acquise par le musée en 2016. Étranges vues de l’île d’Ezo (traduction d’Ezo Shima Kikan) consiste en un ensemble de textes illustrés décrivant la vie quotidienne des Aïnous à la fin du XVIIIe siècle.

5 février 2017 de 16h00 à 17h30
Salon de lecture Jacques Kerchache
Musée du quai Branly-Jacques Chirac

Pour plus d’informations

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Altérités perçues, altérités vécues – Visions des Aïnous au Japon (XVIIIème siècle)

Homme ainu. Source : David MacRitchie, The Aïnos (BULAC)

Noémi Godefroy (Inalco-CEJ, jeune chercheuse associée du Centre Japon) interviendra dans le colloque de la SEFJ le 17 décembre 2016.

Les descriptions antiques et médiévales des habitants de l’île d’Ezo (actuelle Hokkaido) sollicitaient de façon systématique les mêmes stéréotypes : leur forte pilosité, leur méconnaissance de l’agriculture ou de la langue japonaise, leur alimentation carnée. Quelques auteurs leur attribuèrent même des capacités surhumaines, ou des pouvoirs surnaturels. Ces représentations servaient surtout à les différencier des Japonais, et avaient en ce sens une valeur politique. De fait, ces descriptions ne se devaient donc pas d’être fidèles, et ne requéraient pas nécessairement de contact, ou de rencontre avec les populations qu’ils s’attachaient à décrire.

Sous les Tokugawa, l’institutionnalisation et l’intensification des interactions sous l’égide du domaine de Matsumae, le renforcement des dépendances croisées économiques nippo-aïnoues, ainsi que le potentiel géostratégique de l’île, entraînent un fort intérêt pour les Aïnous et leur territoire. De fait, à partir du XVIIIème siècle, on assiste à un véritable essor des écrits sur le septentrion, ainsi qu’à une diversification des auteurs (lettrés confucéens, gouvernants, envoyés shogunaux, spécialistes des études hollandaises, etc.), dont certains se sont rendus sur place.

La vision des Aïnous a-t-elle changé ? Que reste-t-il des topoï descriptifs des époques antérieures ? Assiste-t-on à l’émergence de nouveaux lieux communs ?

En analysant et en recoupant des extraits de textes du XVIIIème siècle, parmi lesquels la Description d’Ezo (Ezo-shi) d’Arai Hakuseki (1720), le Panorama illustré des Trois Royaumes (Sangoku tsūran zusetsu) de Hayashi Shihei (1783), et les Mesures Secrètes pour Gouverner (Keisei hisaku) de Honda Toshiaki (1798), nous tenterons de mettre en lumière les tensions entre deux types de représentations. D’un côté, une altérité perçue, s’exprimant par le biais de représentations figées, qui contribuent à maintenir la dichotomie « eux / nous ». De l’autre, une altérité vécue, issue d’une observation directe, où les descriptions sont replacées dans un contexte et un environnement précis. En filigrane, on pourra observer comment ces différentes visions de l’altérité sous-tendent les débats autour de l’assimilation ou de la dissimilation des Aïnous au tournant du XIXème siècle.

Du 15 au 17 décembre 2016
Université Jean Moulin – LYON 3

Sur le site du colloque de la SFEJ :
https://sfejcolloque2016.wordpress.com/2016/09/22/session-12-2-noemi-godefroy/

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Comptes-rendus de l’atelier et des journées d’études sur les Aïnous à l’INALCO – 20 et 21 mai 2016

I. Compte – rendu de l’atelier d’analyse de documents iconographiques sur les Aïnous, avec Junko Uchida et Noémi Godefroy.

Dans le cadre des deux journées d’études « À la rencontre des Aïnous, peuple autochtone du Japon » organisées par Noémi Godefroy à l’INALCO le 20 et 21 mai 2016, un atelier d’analyse de documents iconographiques fut organisé et animé par Junko Uchida le vendredi 20 mai, de 10h à 12h à la BULAC. Ces documents iconographiques sont actuellement conservés à la BULAC et sont principalement des représentations picturales japonaises du XIXème siècle, des illustrations de documents, ainsi que des photographies et cartes postales rapportées par le français André Leroi-Gourhan lors de son voyage au Japon de 1937 à 1939.

Le premier document est une peinture de Kimura Tomoe, marchand et peintre de Hakodate, dont la vie est peu connue. Il en existe dix exemplaires, dont le plus ancien date de 1863. La peinture représente une cérémonie Iyomante (rite de renvoi de l’ours) avec des Aïnous et deux guerriers japonais, représentants du Shogunat. Nous pouvons aussi observer des objets en laque, provenant de Honshū, la palissade sacrée où sont déposés les trésors tels que sabre, colliers, nourriture et Inau, constituant ainsi les cadeaux que la divinité-ours rapportera dans son monde.

Le second document est une peinture de Hayashi Shihei (1738 – 93), parue dans le Sangoku Tsūran Zusetsu (« Aperçu général des trois royaumes », publié en 1785) et représentant une femme aïnoue allaitant un ourson. C’est le premier et le seul document de ce type. Une cage avec une chouette est représentée en arrière-plan, l’un des volatiles (avec l’aigle marin) que les Aïnous élevaient afin d’en récolter les plumes, qui se vendaient très cher aux Japonais pour la fabrication de flèches.

Le troisième document analysé est une illustration de Matsuura Takeshiro, parue dans les Ezo Manga (1859) et décrivant les instruments de musique aïnous: le Wakakukutu, la guimbarde (mukkuri), le tambour, la flûte en bois de noyer et enfin le Tonkori, qui provenait de Sakhaline. La professeure Uchida donna quelques informations sur les matériaux de fabrication et leur utilisation. Ce type d’illustrations à portée ethnographique sur les instruments est rare pour cette période.

Enfin, les derniers documents présentés sont des photos prises par André Leroi-Gourhan et cartes postales rapportées. La première est un portrait d’une femme aïnoue tatouée, datant du XIXème siècle. Ces tatouages, aussi présents sur les bras, avaient pour but de protéger les femmes des mauvais esprits. Ils étaient effectués petit à petit, jusqu’au mariage, avec de l’écorce de bouleau brûlée et par incisions. Mais une méfiance est à porter envers ce type de document car souvent de faux tatouages étaient tracés pour les photos ou cartes postales vendues aux voyageurs occidentaux. C’est le cas selon professeure Uchida de la première photo et des cartes postales présentées à la suite. Ces tatouages furent interdits par le gouvernement japonais en 1871. Les photos prises par Leroi-Gourhan sont des portraits d’hommes avec des vêtements aïnous et une photo de la cérémonie Iyomante. D’autres cartes postales montrent une famille d’Aïnous, les jeunes en habits occidentaux et les aînés en vêtements traditionnels.

II. Compte-rendu des journées d’études « Regard sur les Aïnous » à l’INALCO – 20 et 21 mai 2016

Historienne et spécialiste des relations nippo-aïnoues à l’époque d’Edo, Noémi Godefroy (INALCO, CRJ) a organisé et animé deux journées d’études interdisciplinaires sur les Aïnous du Japon. Elles se déroulèrent le Vendredi 20 et Samedi 21 mai, à la BULAC et à l’INALCO et rassemblèrent une dizaine de chercheurs travaillant sur la linguistique, la littérature orale, l’histoire, la politique, la muséographie ou bien l’art. Tandis que la première journée était plutôt tournée vers le passé des Aïnous, la deuxième journée replaça ces derniers dans un contexte contemporain, avec pour objectif de « dépoussiérer » ce peuple longtemps considéré comme étant en voie de disparition. Une exposition de documents iconographiques « Regards sur les Aïnous du Japon » à la BULAC vient compléter ces deux journées.

La première journée débuta à 14 h, avec les interventions dans le panel « Langue et tradition orale » du linguiste Alexander Vovin (CRLAO, EHESS), le professeur honoraire François Maçé (CEJ, INALCO), historien du Japon, puis dans le second panel « Les rapports nippo-aïnous en perspective historique », les présentations de Noémi Godefroy et enfin de Junko Uchida, professeure d’ethnologie au musée national de l’histoire et du folklore du Japon.

À travers l’étude d’extraits du Man’yōshū et du Fudoki, Alexander Vovin en arrive à la conclusion que la langue aïnoue n’était pas limitée au Tōhoku avant le XIème siècle, mais était bien une langue vivante dans le Kantō et existait aussi dans le Kyūshū Nord-Ouest. Il conclut aussi que les langues « pré-japoniques » dans les îles Ryūkyū étaient probablement « aïnoïdes ». Puis, se penchant sur la littérature orale et les Ainu Yukar, François Maçé définit les caractéristiques des épopées aïnoues, en concluant que ce sont des récits hors du temps et qui ne donnent aucun ou très peu d’indices sur l’histoire et les modes de vie des Aïnous.

Bien que les Aïnous étaient des chasseurs-cueilleurs-pêcheurs, ils dépendaient aussi du commerce avec les Japonais, avec qui ils commerçaient depuis le XVIème siècle. En présentant les réseaux commerciaux aïnous aux XVIIème et XVIIIème siècles, Noémi Godefroy montre que d’un côté, les chefs aïnous obtenaient, en échange de plumes d’aigle ou fourrures de loutre de mer, des « biens charismatiques » afin de mieux asseoir leur pouvoir parmi leur communauté mais que d’un autre côté, ces échanges leur permettaient d’acquérir des denrées alimentaires comme le riz, qui leur est vite devenu indispensable après la raréfaction de certaines espèces sur l’île.

Enfin, la professeure Uchida vient clore la journée en dévoilant l’intention politique derrière les douze portraits de chefs barbares aïnous datant de 1790, retrouvés au Musée des Beaux-Arts de Besançon, et ce qu’ils nous apprennent de l’histoire des Aïnous, de la peinture japonaise, des échanges commerciaux mais aussi des politiques étrangères de cette période.

La deuxième journée s’ouvre en poésie à 10 h, avec la présentation de Gérald Peloux (CRCAO) qui se demande alors « Qu’est-ce qu’être aïnou au XXème siècle ? » en prenant comme illustration l’œuvre engagée de l’Aïnou Iboshi Hokuto dans les années 1920, qui aurait répondu simplement qu’il « faut être aïnou ». Toujours en littérature, l’anthropologue Philippe Dallais (Université de Zurich) présente le parcours et l’œuvre ethnographique du controversé Georges Montandon et propose ainsi un aperçu historique des principaux travaux ethnographiques menés à la fin de l’ère Meiji par les Occidentaux sur les Aïnous.

Toujours dans le panel « La confrontation des discours », Alice Berthon, doctorante (CEJ, INALCO), nous présente l’exposition sur les Aïnous du Musée « Minpaku » (Musée National d’Ethnologie, Osaka) qui existe depuis 1979 et dont l’objectif premier était de montrer que la culture aïnoue n’était pas « éteinte » mais qui se trouve aujourd’hui face au défi du multiculturel au Japon. À la suite, Chikako Majima (EHESS) dévoile la vie et les actions du célèbre homme politique Kayano Shigeru (1926 – 2006), le premier député aïnou.

Les trois dernières interventions nous emmènent directement au XXIème siècle, avec en premier lieu Kuniko Braghini qui partage, à travers une interview, le témoignage poignant de deux soeurs d’origine aïnoue qui ont souffert de la discrimination durant leur enfance et qui luttent aujourd’hui pour la sauvegarde de leurs traditions comme les danses, les chants et la langue. Kaori Tahara, chercheurse aïnoue, nous montre l’ambivalence du gouvernement et du peuple japonais envers les Aïnous, avec d’un côté une reconnaissance et création de lois pour améliorer leurs conditions sociales et économiques, mais de l’autre, la discrimination, toujours présente, et les discours de haine.

Cette seconde journée d’études se termine enfin sur des extraits d’un documentaire (2012) de Damien Cros portant sur le village touristique Akan (Hokkaidō), ses différents habitants, principalement artisans et le fameux festival de l’algue Marimo.

Ces journées avaient comme volonté de montrer l’histoire mais aussi le présent des Aïnous à travers des études de différentes disciplines et nous permettent par conséquent d’ouvrir la voie aux futures études en se demandant « qu’est-ce qu’être aïnou au XXIème siècle ? ».

 

 

 

Romane Batut

Étudiante en Master 1 Ethnologie et Anthropologie sociale à l'EHESS, mon projet de recherche porte sur les dynamiques culturelles et identitaires des Aïnous du Japon.

More Posts