Empires on the Waterfront: Japan’s Ports and Power, 1858-1899

Catherine L. Phipps, Professeur à l’Université de Memphis, professeur invitée à l’EHESS au mois de mai 2018, donnera une conférence dans le cadre du séminaire de F. Gipouloux (CECMC-CCJ) et A. Kobiljski (CRJ-CCJ) « Aux origines de la mondialisation et de la divergence Europe-Asie », le 9 mai 2018.

Catherine L. Phipps est l’auteur d’un livre du même titre, publié en 2015 par Harvard University Press.

This talk examines a largely unacknowledged system of “special trading ports” that operated under full Japanese jurisdiction in the shadow of the better-known treaty ports and unequal treaties. In so doing, it recasts the rise of Japan’s empire as a process deeply embedded in the complicated system of maritime relations in East Asia during the pivotal second half of the nineteenth century.

The opening of Japan from the time of Matthew Perry’s visit and the revision of the unequal treaties look very different with the inclusion of special trading ports. Instead of five working international ports in 1899, Japan had 27 at home plus more in its new colony of Taiwan. Many of these ports were modernized and equipped to properly handle large ships and international trade. Further, they had customs houses, merchants who knew how to conduct foreign trade, and Moji, in particular, played a prominent role in the Sino-Japanese War of 1894-95. The Japanese port city of Moji provides a new spatial framework for understanding Japan’s extended transition into the modern world of nation-states and helps to explain the rapidity of Japan’s industrialization and expansion.

Mercredi 9 mai 2018 de 11h à 13h
Salle A07-51, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Séminaire de master : « L’Asie maritime : pouvoirs et gens de mer »

Séminaire ouvert aux étudiants de master de l’EHESS, animé par Paola Calanca (EFEO-CCJ), Guillaume Carré (EHESS-CCJ) et Pierre-Yves Manguin (EFEO-CASE). La première séance aura lieu le mercredi 31 janvier 2018.

Mercredi de 15 h à 17 h, du 31 janvier au 6 juin 2018 (sauf le 21 mars)
EHESS, salle 10, 105 bd Raspail 75006 Paris

Des années 1980 jusqu’à nos jours, les études historiques sur l’Asie maritime ont connu un fort développement en Occident, tant pour l’Océan Indien que pour les Mers de Chine, et ont été traversé par des courants qui influencent encore aujourd’hui leur évolution. Bien que reprenant à leur compte des thématiques et des méthodologies désormais bien implantées en Europe et aux Etats-Unis, ces travaux exploitent aussi souvent les résultats de recherches menées en Asie depuis les années 60, et qui peuvent être considérées à plus d’un titre comme des tentatives pionnières d’histoire maritime ou d’histoire transnationale. Toutefois, ces études ont surtout été axées sur les échanges économiques, politiques ou diplomatiques, et des pans entiers de ce vaste domaine demeurent ainsi encore à explorer et à préciser.

Il semble ainsi nécessaire de reprendre les dossiers de l’histoire maritime de l’Asie Orientale et du Sud-Est Asiatique avant les guerres de l’opium, en commençant par la thématique de l’appropriation de l’espace maritime par les pouvoirs ou les groupes sociaux. Tout en tenant compte des débats actuels sur l’histoire globale, cette relation à la mer sera étudiée en la situant dans des environnements temporels et géographiques spécifiques, propres aux différentes aires culturelles de l’Asie maritime. Dans une démarche qui se veut attentive aux développements des historiographies locales, passées et présentes, nous commencerons par nous intéresser aux populations maritimes et aux territoires côtiers, afin de mieux comprendre le rapport à la mer des sociétés locales et des autorités politiques, et les relations de ces dernières avec les populations qui tiraient leur subsistance du littoral.

Programme

31 janvier : séance introductive : historiographie, méthodologie

7 février : séance introductive : historiographie, méthodologie

14 février : Grégory Mikaelian (UMR 8170, CNRS/EHESS) : « Le Liquide, l’Etranger et la Souveraineté. Reconfigurations institutionnelles et réformes juridiques face aux logiques de la mer dans le royaume khmer de l’époque moderne »

7 mars : Guillaume Carré (EHESS) : « Les gens de mer et l’oeuvre d’Amino Yoshihiko »

14 mars : Guillaume Carré (EHESS) : « Le Japon des féodalités maritimes »

21 mars : pas de séance

28 mars : Damien Péladan (Paris Diderot) : « L’archipel des Gotô dans les réseaux locaux et régionaux au Moyen Âge »

4 avril : Damien Péladan (Paris Diderot) : « L’histoire maritime de la Corée médiévale vue par les données archéologiques »

11 avril : Paola Calanca (EFEO) : « Résilience séculaire du front de mer – Défiance atavique du gouvernement chinois face à la mer »

2 mai : Pierre-Yves Manguin (EFEO) : « Mariniers et entrepreneurs : les maîtres de navire de l’Asie du Sud-Est insulaire »

9 mai : Chen Kuo-tung (IHP, Academia Sinica) : « Sailing routes and navigation safety : How did the Chinese show landmarks/coastal profiles and warn underwater seabed menaces in maps »

16 mai : Pierre-Yves Manguin (EFEO) : « Ex-votos et rituels propitiatoires dans les mers d’Asie »

23 mai : Jacques Ivanoff et Maxime Boutry (CNRS) : « L’art de la paix. Syncrétisme, segmentation et construction identitaire parmi les populations littorales et maritimes du Sud de la Birmanie »

30 mai : Emmanuel Poisson (Paris Diderot) : « Mise en valeur des lais de mer et conflits autour de l’eau dans le sud-est du delta du fleuve Rouge (15e-19e s) »

6 juin : Paola Calanca (EFEO) : « Les aléas du bord de mer : fragilité et variabilité des comportements individuels »

contact : paola.calanca(at)efeo.net, carre(at)ehess.fr, pierre-yves.manguin(at)efeo.net

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website