Japan and Its margins: Okinawa, Hokkaidō, Taiwan and Korea

Atelier d’étude organisé à l’occasion de la venue en France du Professeure Uchida Jun (Université de Stanford, professeure invitée à l’EHESS en juin 2018), le 12 juin 2018.

Mardi 12 juin 2018, 14h-16h
EHESS, salle A07-51 (7e étage), 54 boulevard Raspail, 75006 Paris (à confirmer)

This session is dedicated to discussion of a working draft of Chapter 2 for the new edition of  The Cambridge History of Japan, Volume III: The Modern Japanese Nation and Empire (1876-2011), edited by Laura Hein. I am co-authoring this chapter with Prof. Asano Toyomi of Waseda University. This chapter examines Japan’s dual transformation into a modern nation-state and an empire, or a “nation-empire” (kokumin teikoku), from the late nineteenth century to end of the Asia-Pacific War. Departing from convention to treat Okinawa and Hokkaidō separately from colonial Taiwan and Korea, it examines all four territories within a unified analytical framework. Its central concern is to identify and highlight the common logic, ideologies, and practices that governed the acquisition and administration of these territories. By tracing the process of national integration (kokumin tōgō) from the metropole to its peripheries (commonly understood in terms of naichi enchō), the chapter aims to elucidate Japan’s co-production of nation and empire, a process quite distinct from the trajectory of Western powers. Yet rather than treating Japan as “an anomaly,” the essay traces its evolution as part of the global formation of empires, while raising key issues of comparative significance, from assimilation and collaboration to “colonial modernization.”

For a copy of the paper, please write to: crj@ehess.fr

Contact: aleksandra.kobiljski@ehess.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Revue en ligne : n°4 Cipango – English Selection « Japan and Colonization »

L’intégralité des textes de n° 4 de Cipango – French Journal of Japanese Studies – English Selection intitulé « Japan and Colonization » est disponible à l’adresse suivante : http://cjs.revues.org/949

Table des matières

Arnaud Nanta and Laurent Nespoulous, “Introduction”
Michel Vié, “Manchuria and the ‘Far Eastern Question’, 1880-1910”
Alexandre Roy, “The Beginnings of Japan’s Economic Hold over Colonial Korea, 1900-1919”
Pierre-François Souyri, “Criticising Colonialism in pre-1945 Japan”
Samuel Guex, “The History Textbook Controversy in Japan and South Korea”
Adrien Carbonnet, “Imperialist vs Rogue. Japan, North Korea and the Colonial Issue since 1945″

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Ebisu n° 53 : « 1914-1918, une guerre mondiale ? La perspective japonaise »

ebisu_53-small250

Vient de paraître le n° 53 de la revue Ebisu – Études japonaises coordonné par Nicolas Mollard et Arnaud Nanta.

Ebisu est dorénavant une revue numérique en accès libre dès parution
sur Revues.org (http://ebisu.revues.org). Vous y trouverez les numéros parus depuis 2012 (n° 47).

Les anciens numéros sont sur Persée (http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/revue/ebisu).

L’histoire de la Première Guerre mondiale ne revêt pas le même sens dans le monde européen et dans le monde est-asiatique. C’est en Europe qu’eurent lieu les affrontements, dans leur quasi-totalité. C’est aussi en Europe que se trouvaient les principaux belligérants et les enjeux primordiaux. Dans la dynamique du conflit, l’Asie orientale ne joua qu’un rôle secondaire, d’autant qu’une importante partie de la région (Indochine, Philippines, Corée, Taiwan, Micronésie) était sous le joug colonial des grandes puissances. La situation de la jeune République de Chine, semi-colonisée et en voie de fractionnement, n’était guère meilleure. Hormis le Japon et la Russie, la région ne comptait pas de véritables « acteurs de l’histoire ». En outre, les deux pays étant alliés et combattant tous deux du côté de la France et du Royaume-Uni, il n’y eut guère d’engagements dans la zone Asie-Pacifique en dehors des promptes victoires japonaises sur les positions allemandes. Aussi l’Asie orientale a-t-elle été peu considérée par les historiens. Au mieux a-t-on étudié les effets du conflit sur les populations asiatiques ou, dans le cas du Japon, mesuré sa participation directe. Lire la suite…

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website