Money Talks: Monetary Disputes in Early Eighteenth-Century Japan

Federico MARCON, Professeur à l’Université de Princeton, professeur invité à l’EHESS en avril-mai 2017, donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 20 avril 2017.

Federico MARCON est l’auteur de l’ouvrage The Knowledge of Nature and the Nature of Knowledge in Early Modern Japan (University Of Chicago Press, 2015).

At the turn of the eighteenth century, as the lavish splendor of the Genroku era waned into a decade of economic stagnation and social unrest, two scholars debated on the nature of money and its proper administration. The dispute revealed not only the extent of the monetary integration of Japanese society after a century of Tokugawa rule, but also the sophistication of samurai’s understanding of financial dynamics. The story of the clash of the two views of what money is, the bullionism of Arai Hakuseki and the contractualism of Ogiwara Shigehide and Ogyū Sorai, bespeaks a turning point in the economic politics of early modern Japan—a turning point of transnational relevance, as in contemporaneous England economic thinkers were debating analogous issues.

Jeudi 20 avril de 11h00 à 13h00
EHESS, Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Soutenance de thèse de doctorat d’Adrienne Sala

Adreienne Sala, membre associé du CRJ, soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « La réglementation du prêt personnel au Japon

Une économie politique historique » à l’EHESS le mardi 21 juin 2016.

Devant le jury composé de :

M. Jean-Pascal BASSINO, Professeur des Universités, IAO, ENS de Lyon
Mme Sabine EFFOSSE, Professeure des Universités, Université Paris-Ouest Nanterre La Défense (rapporteur)
M. Patrick FRIDENSON, Directeur d’études à l’EHESS
M. Pierre-Cyrille HAUTCOEUR, Directeur d’études à l’EHESS (directeur de thèse)
M. Sébastien LECHEVALIER, Directeur d’études à l’EHESS
M. Bernard THOMANN, Professeur des Universités, INALCO (rapporteur)

Présentation de la thèse

Inclure davantage le cas du Japon dans les études comparatives sur le crédit aux ménages et l’endettement des particuliers permet d’analyser conjointement plusieurs enjeux majeurs auxquels sont confrontés les pays capitalistes avancés. Ce thème permet aussi d’intégrer plusieurs questions centrales de la recherche en sciences sociales sur le Japon contemporain: la faiblesse du système bancaire révélée par la longue crise financière des années 1990 suite à l’éclatement de la bulle spéculative au début des années 1990, l’apparition de nouveaux risques et la faible protection sociale d’une partie de la population, le difficile accès au crédit des PME, TPE et des entrepreneurs individuels; ou encore l’évolution du capitalisme japonais et la question du changement institutionnel.

Cette thèse se propose d’être une contribution aux études portant sur l’histoire du crédit aux ménages et de sa réglementation en analysant plus particulièrement l’évolution (depuis la période moderne jusqu’à la fin des années 2000) du prêt personnel dans la société japonaise, en prenant en compte son environnement institutionnel et les changements dans les relations de travail. Il s’agit également de montrer l’apparition du problème de cumul de crédits chers et faciles conduisant à une situation de « surendettement » et d’étudier la prise de conscience sociale et juridique de ce phénomène, pour analyser enfin, la réponse politique et réglementaire aboutissant à l’adoption de la loi de 2006.

Les principaux résultats montrent que la persistance de conflits d’intérêts contradictoires a réduit l’efficacité du cadre institutionnel historique appliqué au marché des prêts personnels permettant aux prêteurs d’élaborer des règles informelles et de profiter d’une zone grise pour exercer leur activité. Les pratiques abusives et l’application de hauts taux d’intérêt ont entraîné un problème de cumul de crédits chers et faciles conduisant à des situations dramatiques. En l’absence de mobilisations sociales et d’actions collectives organisées par les agents sociaux pour défendre les intérêts des victimes face à la force de pression historique des prêteurs – sarakin– cette situation a perduré pendant une quarantaine d’années.

Les avocats ont œuvré à la défense des victimes depuis les années 1970, mais ce n’est qu’à la fin des années 1990 qu’ils sont parvenus progressivement à modifier la perception négative de l’opinion publique à l’égard des emprunteurs, dans un contexte de crise économique et de scandales, en introduisant la notion juridique de « surendettement » causé par un cumul de crédits chers – quasiment indissociable du marché des sarakin. Les actions collectives des groupes de défense des personnes «  surendettées » ont accru la saillance du sujet, mesurée par un traitement des données journalistiques, facilitant l’entrée du « problème des sarakin » sur l’agenda politique, aboutissant à la loi de réforme du marché (2006-2010). Cette loi répond plus largement à l’évolution de plusieurs forces de changement comme l’apparition de nouvelles technologies, de nouveaux acteurs du crédit et de nouveaux outils juridiques adaptés au traitement du surendettement des particuliers.

Le mardi 21 juin 2016, à partir de 9h30
En salle 015, RDC, le ‘France’, 190 Av. de France 75013

Un pot suivra la soutenance. Afin de le prévoir, merci de confirmer votre présence par mail adrienne.sala@gmail.com

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Nouvelle parution « Leçons de l’expérience japonaise : vers une autre politique économique ? »

Vient de paraître : Leçons de l’expérience japonaise : vers une autre politique économique ? (Sébastien Lechevalier et Brieuc Monfort, Éditions Rue d’Ulm)

Depuis la crise de 2008, la lenteur du retour aux taux de croissance passés a fait naître la crainte que l’Europe ne suive, peu ou prou, la trajectoire économique du Japon durant les années 1990-2000. Cette inquiétude s’exprime désormais régulièrement, formulée le plus souvent comme le risque d’une décennie perdue « à la japonaise ». L’objectif de cet opuscule est de revenir sur l’expérience japonaise depuis 1990 jusqu’à la politique dite des Abenomics conduite depuis 2012, afin de discuter la pertinence d’une transposition dans un contexte autre que japonais.
Le Japon n’a pas « perdu » vingt-cinq ans et son évolution a été étudiée de très près aux États-Unis par les macroéconomistes et les responsables politiques, mais beaucoup moins en Europe. Il serait, selon nous, exagéré d’y voir une expérience de politique économique non conventionnelle dont pourraient s’inspirer les économistes européens à la recherche d’une « autre politique ». Mais les Abenomics incarnent, aussi, une forme de volontarisme politique et une tentative pertinente de mettre en œuvre de façon cohérente différents instruments de politique économique.

Éditions Rue d’Ulm
Collection du CEPREMAP n° 41
172 p., 13.00 EUR
Avril 2016
ISBN-978-2-7288-0550-1

Site de l’éditeur

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website