Le conte marchand d’Ihara Saikaku (1642-1693)

Daniel Struve (Université Paris Diderot) donnera une conférence dans le cadre du séminaire interdisciplinaire « Histoire du Japon moderne et contemporaine : permanences et ruptures », le 6 décembre 2018.

Jeudi 6 décembre 2018, de 11h à 13h
EHESS 
(salle A07-37)  54 boulevard Raspail 75006 Paris

Ihara Saikaku (1642-1693) est connu comme l’auteur d’une vingtaine de recueils de contes appelés ukiyozôshi (« livres sur le monde flottant »), qui ouvrent une nouvelle page dans l’histoire de la prose japonaise. On connaît tout particulièrement les contes amoureux (L’homme qui ne vécut que pour aimer, 1682 ; Les Cinq amoureuses, 1686 ;  Vie d’une amie de la volupté, 1686), mais aussi les contes de marchands (Le Magasin perpétuel du Japon, 1688 ; Comptes et mécomptes, 1692), traduits par René Sieffert sous le titre Histoires de marchands. Je me propose de réfléchir à propos de cette seconde catégorie, sa portée, ses traits caractéristiques, en la replaçant dans le projet romanesque d’ensemble d’Ihara Saikaku dont j’essaierai de dégager l’unité et la cohérence. Pour cela je m’appuierai principalement sur les recueils posthumes, inachevés ou peut-être abandonnés, qui nous aident à reconstituer  la genèse du genre. 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Journée d’étude : « La vie culturelle et intellectuelle du Japon des Tokugawa au prisme des livres »

Journée d’étude internationale organisée à l’occasion de la venue à Paris de Susan Burns (Université de Chicago) et de Wakao Masaki (Université de Hitotsubashi).

Cette journée co-organisée par le CRCAO (Centre de recherche sur les civilisations de l’Asie orientale), l’Université Paris Diderot et l’UMR 8173 Chine Corée Japon (EHESS) se tiendra à l’Université Paris Diderot, le vendredi 16 novembre 2018.

Vendredi 16 novembre 2018 de 9h à 17h30
Université Paris Diderot, salle 226C, Halle aux Farines Esplanade Pierre Vidal-Naquet, 75013 Paris

9:00-9:30 Registration
9:15-9:30 Opening Remarks: Annick Horiuchi

9:30-11:10 Chair: Guillaume CARRÉ (EHESS, CCJ)
9:30-10:30 WAKAO Masaki 若尾政希 (Hitotsubashi University)
日本近世における写本の歴史的位置 The historical role of manuscripts in early modern Japan
10:30-11:10 Annick HORIUCHI (Paris Diderot University, CRCAO)
『日本山海名物図会』と『日本山海名産図会』を通してみる近世後期大坂の「物産文化」The “culture of products” in early modern Japan seen through the two Illustrated Albums of famous products from mountains and seas of Japan

11:10-11:20 Coffee

11:20-12:40 Chair: Aleksandra KOBILJSKI (CNRS, CCJ)
11:20-12:00 Daniel SAID MONTEIRO (Paris Diderot University, CRCAO)
Understanding one’s station in the world through Nishikawa Joken’s The Merchant’s bag 西川如見『町人嚢』を通して理解する「天地人道の分際」
12:00-12:40 Matthias HAYEK (Paris Diderot University, CRCAO)
Ordering the Universe: The Wakan Sansai Zue’s hierarchy of entries
万物を順序付ける:『和漢三才図会』の中のヒエラルキー

12:40-14:30 Lunch

14:30-16:50 Chair: Daniel Struve (Université Paris Diderot, CRCAO)
14:30-15:30 Susan BURNS (University of Chicago)
From ‘Bad Karma’ to ‘Bad Blood’— Medicalizing Leprosy in Early Modern Japan

15:30-15:40 Coffee

15:40-16:20 Angelika KOCH (Ghent University)
The Body as Metaphor: Health, Disease and Medicine in late 18th century Japanese Illustrated Fiction 隠喩としての身体と健康: 十返舎一九の黄表紙「腹内養生主論」を中心に
16:20-17:00 Rebekah CLEMENTS (ICREA)
日本の近世化における言語発見 The Discovery of Language in Early Modern Japan

17:00-17:30 Final Discussion

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Symposium international : « La circulation des savoirs entre l’Asie et l’Europe au temps de Léon de Rosny »

Symposium international : « La circulation des savoirs entre l’Asie et l’Europe au temps de Léon de Rosny : les ouvrages chinois et les savoirs institutionnels, militaires, juridiques fin Edo / début Meiji » dans le cadre du 150ème anniversaire de la Restauration de Meiji.

Cette manifestation, co-organisée par le CECILLE de l’université de Lille et l’université Nishôgakusha et en collaboration avec l’université Waseda, se tiendra les 10, 11 et 12 octobre, à l’université de Lille.

Mercredi 10, jeudi 11 et vendredi 12 octobre
Université de Lille, Campus Pont de Bois, Maison de la recherche, Salle F.013.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Les femmes commerçantes dans les villes de l’époque d’Edo

© Asahi Lectures – University of Tokyo

Conférence de Makihara Shigeyuki, Professeur à l’Université de Tokyo, chercheur invité à l’EHESS, dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon. Cette conférence aura lieu en japonais avec traduction.

Une des spécificités principales de la société du Japon prémoderne est l’existence un peu partout dans le pays des « cités castrales » (jôkamachi) appartenant à de grands féodaux (les daimyô), où se concentraient ses vassaux, des marchands et des artisans. Pour réfléchir sur le commerce durant cette période, il est donc utile de se pencher sur les marchands de ces cités castrales. A la base, on y commerçait sous deux formes principales. La première consistait dans l’établissement d’un marché à des jours donnés chaque mois dans des quartiers où se rendaient les marchands ; l’autre à vendre des produits déterminés dans certains secteurs. Ceci permettait d’assurer la prospérité de chaque communauté urbaine, mais le premier mode paraît la forme originelle, dont la seconde serait dérivée. Progressivement les marchands qui se rassemblaient sur ces marchés ou dans ces quartiers formèrent des corporations, mais lorsqu’on consulte leurs registres, on n’y trouve que des hommes. Cet état de fait est profondément lié au système de reconnaissance officiel des statuts, des communautés urbaines ou des marchés, mais ne signifie pas pour autant que les femmes ne s’adonnaient pas au commerce. Par exemple à Morioka, capitale de la principauté de la maison Nanbu, sur le marché de Tamachi, il existait un espace dédié aux marchandes appelé « onna-machi », c’est-à-dire le « quartier des femmes » : ce sont donc ces particularités du commerce dans les cités castrales qui feront l’objet du séminaire.

Jeudi 15 mars de 11h à 13h
EHESS, Salle 11, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Les vassaux de la ville de Hagi

MORISHITA Tôru 森下徹, Professeur à l’Université de Yamaguchi, chercheur invité par l’Université Paris Sorbonne, donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 1er mars 2018.

M. Morishita est un spécialiste de l’histoire sociale du Japon des Tokugawa et l’un des auteurs du dossier « Mibun ». Penser les statuts sociaux du Japon prémoderne d’un numéro récent de la revue Histoire, Economie & Société.

Les cités castrales (jôkamachi), qui constituaient l’armature urbaine du Japon de l’époque d’Edo, furent conçues pour rassembler les vassaux au pied du château de leur seigneur. Une grande partie de la superficie de la ville de Hagi, dont le site avait été d’ailleurs choisi pour des motifs militaires, était donc occupée par des demeures de guerriers, même si dès l’origine, tous ne purent pas être dotés de terrain par leur seigneur. La cité de Hagi reflétait donc dans son espace même, l’organisation vassalique de la maison seigneuriale des Môri et ses évolutions. Nous montrerons que tout en reprenant la structure générale des cités castrales, cette ville recelait aussi quelques particularités, comme la possibilité pour les guerriers de vendre leurs terrains, et que l’analyse des modes d’habitat nous en apprend aussi beaucoup sur les changements qui affectèrent la condition guerrière.

Jeudi 1er mars de 11h à 13h
EHESS, Salle 11, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Durand son séjour à Paris, M. MORISHITA donnera une série de conférences à l’Université Paris IV Sorbonne et participera à la journée d’étude « Pouvoirs et groupes sociaux durant l’époque prémoderne » qui aura lieu à l’Université Lille 3, le 8 mars 2018 :

Vendredi 23 février de 14 à 16h « Maisons et statuts sociaux dans le Japon des Tokugawa », dans le cadre du « séminaire d’histoire de la famille et de démographie » à l’Université Paris IV Sorbonne, salle Pardailhé-Galabrun (G 647)

L’époque d’Edo (17-19e siècles) a vu s’imposer au Japon le système familial de la « maison » ou « maisonnée » (ie), un type local de famille-souche combinant héritage d’un nom, d’un patrimoine et d’un métier. Les « maisons » étaient les unités d’existence de base constituant les communautés villageoises ou urbaines, qui formaient elles-mêmes le cadre fondamental définissant les statuts de paysan (hyakushô), ou de bourgeois (chônin) dans la société des Tokugawa. Les maisons guerrières de leur côté étaient intégrées dans une organisation vassalique servant un grand seigneur féodal (daimyô), dont le plus puissant n’était autre que le shôgun Tokugawa lui-même. A travers l’exemple du fief de Hagi, nous examinerons comment les gouvernements de cette principauté de l’ouest du Japon ont tenté de mieux saisir la situation des maisonnées présentes sur leur territoire pour les besoins de leur administration, et pour répondre à certains problèmes sociaux.

Mardi 6 mars de 11h à 13h « Justice pénale et société dans le Japon des années 1830-1840 », dans le cadre du séminaire de Reynald Abad à l’Université Paris IV Sorbonne, salle Pardailhé-Galabrun (G 647)

Invitation séminaire

La justice pénale de l’époque des Tokugawa a longtemps été décrite comme un système jurisprudentiel répressif concentrant le pouvoir judiciaire et l’application des peines entre les mains de la puissance des grands féodaux, et surtout préoccupé d’obtenir des aveux par tous les moyens, torture comprise. Mais il était aussi tempéré par de fréquentes grâces seigneuriales. A partir de l’exemple des réformes conduites par le fief de Hagi dans les années 1840, pour introduire une tarification des peines jugée plus juste et basée sur la bastonnade, favoriser la réhabilitation des criminels, ou remédier aux abus de forces de l’ordre à la réputation épouvantable, cette communication tentera de cerner les principales caractéristiques du système pénal à l’époque d’Edo, la perception qu’avaient les dirigeants guerriers de ses insuffisances, les solutions qu’ils tentèrent d’y apporter, mais aussi les limites qui s’imposaient à leurs velléités d’améliorer le fonctionnement de leur justice.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website