Tsuneno’s Tales: Narrating Domestic and Global History in Eurasia, 1600–1900

Conférence d’Amy Stanley, Professeur à l’Université Northwestern, dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon le 16 novembre 2017.

Microhistory and global history are often seen as opposing approaches to historical inquiry, with irreconcilable research methods, central questions, and strategies of narration. This talk combines both approaches, telling the story of an Edo period Japanese woman both as a microhistory and as a global history. The protagonist, Tsuneno, was a divorced woman from a small village in Echigo Province who ran away to Edo and worked as a maidservant. By placing her story of urban migration and service work in a global context, this talk considers how we might find a place for Japanese women in the history of global early modernity.

Jeudi 16 novembre 2017 de 11h à 13h
EHESS, Salle 11, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Affiche (pdf)

Une autre conférence d’Amy Stanley se tiendra le 17 novembre à l’Université Paris Diderot dans le cadre de son invitation conjointe par le CRCAO (UPD/EPHE/CNRS) et le Centre Japon (EHESS).

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Mibun : penser les statuts sociaux du Japon prémoderne (XVIe-XIXe siècles)

Nouvelle parution : le numéro 2 (2017) de la revue Histoire, Economie & Société. Dans ce numéro, la revue propose le dossier « Mibun : penser les statuts sociaux du Japon prémoderne (XVIe-XIXe siècles)« , préparé par Guillaume Carré (CRJ-EHESS).

La revue Histoire, Economie & Société est accessible sur le site des éditions Armand Colin et sur le portail Cairn : https://www.cairn.info/revue-histoire-economie-et-societe.htm

La société du Japon prémoderne (16e-19e siècles) passe pour extrêmement hiérarchisée. Durant cette période, le Japon adopta le confucianisme comme référence intellectuelle et idéologique, à l’instar de la Chine et de la Corée, mais son organisation sociale et politique demeurait très différente de celle de ces pays. L’édifice socio-politique dominé par les samouraïs demeurait très marqué par son héritage féodal, et corseté en apparence par une répartition rigide de la population entre des statuts distincts. Depuis les années 1950, l’historiographie japonaise a multiplié les travaux sur la naissance de cette société à la suite de la réunification et de la pacification du pays après les guerres civiles du 16e siècle. Alors qu’on a longtemps tenu le système des statuts sociaux comme une construction visant à fonder l’exploitation de la société par le régime guerrier, les historiens japonais, depuis une trentaine d’années, ont eu tendance à relativiser ces aspects oppressifs, pour redonner une place active aux groupes sociaux et aux communautés dans l’élaboration de ces identités collectives. En mettant à disposition du public francophone, des traductions d’articles de chercheurs japonais, basés sur leurs travaux les plus récents, ce dossier d’ Histoire, Economie & Société propose un aperçu de la richesse de l’historiographie et de ses débats sur ces questions, dans les domaines de l’histoire rurale ou urbaine, ainsi que sur la genèse de la condition des samouraïs à l’époque d’Edo. 
La composition du dossier est la suivante :
Guillaume Carré.Introduction. Penser les statuts sociaux du Japon prémoderne (XVIe-XIXe siècles).
 
Morishita Tôru.Le Japon prémoderne : une société de statuts. Réflexions sur quatre décennies de débats.
 
Gotô Masatoshi.« Ceux des plages » et « Ceux des collines » : les « paysans » des villages littoraux dans le Japon prémoderne.
 
Makihara Shigeyuki.Naissance des guerriers des temps prémodernes : la séparation des guerriers et des paysans à Ômi.
 
Yoshida Nobuyuki et Tsukada Takashi. Réflexions sur le statut de bourgeois à Edo et Ôsaka au XVIIe siècle.

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Japanese Illustrated Books from the Edo and Meiji Periods

Plus de 1 000 livres japonais illustrés de la période 1600-1912 ont été numérisés par les Smithsonian Libraries. Visitez cette collection ici.

The Freer|Sackler Library’s collection of illustrated Japanese rare books includes over 1,000 volumes previously owned by Charles Lang Freer. Often filled with color illustrations, many are by famous artists such as Andō Hiroshige and Katsushika Hokusai.  These beautiful woodblock printed works of art were published during the Edo and Meiji periods (1600-1912).  Another group of Japanese rare books more recently added to the Library’s collections consists of 67 volumes of illustrated Meiji-period books collected by Robert O. Muller who also formed a superb collection of Japanese prints from the same period which he bequeathed to the Arthur M.Sackler Gallery. Both library book collections are ideal complements to the world renowned Gerhard Pulverer Collection of Illustrated Japanese Books which was acquired by the Freer Gallery of Art in 2007. The Pulverer Collection has been completely digitized and is available online. Unlike the European and American books on our website, Japanese rare books are scanned as two-page spreads to more clearly show the construction of the book and seamlessly display images which span two pages.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website