Colloque : « Lumières de Meiji »

Colloque co-organisé par le Centre d’études japonaises de l’INALCO, l’EFEO et le musée Guimet, en partenariat avec la revue L’Histoire, pour accompagner l’exposition « Meiji : splendeurs du Japon impérial » qui ouvre le 17 octobre.

Samedi 20 octobre 10 h – 18 h
Auditorium, Musée Guimet

Le 23 octobre 1868 un décret impérial proclame l’entrée du Japon dans l’ère Meiji. Le pays tout entier va dès lors être parcouru de mouvements profonds qui l’amènent à se redéfinir et à trouver une insertion nouvelle dans l’ordre mondial. Treize spécialistes de différentes disciplines questionneront ainsi les multiples facettes de la construction du Japon moderne, sur le plan politique et social, religieux, littéraire, philosophique ou artistique.

Programme détaillé : http://www.guimet.fr/event/lumieres-de-meiji-construction-du-japon-moderne/

Une inscription préalable est obligatoire par mail à l’adresse : resa@guimet.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Exposition : « Meiji, Splendeurs du Japon impérial (1868-1912) » au musée Guimet

Le Musée national des arts asiatiques – Guimet consacre une exposition à l’ère Meiji à l’occasion de la commémoration du 150e anniversaire de la Restauration de Meiji, du 17 octobre au 14 janvier 2019.

Cette exposition abordera différents aspects de la modernisation du Japon et de l’internationalisation de la production artistique à travers les différentes techniques artistiques. Elle rassemblera, entre autres, des exemples d’orfèvrerie, des cloisonnés, des photographies, des textiles, des peintures, des bronzes, des céramiques afin d’illustrer les mutations opérées dans la société tout entière et dans l’art en particulier. Elle fera découvrir de grands noms de l’art tel Kawanabe Kyosai ou Shibata Zeshin. Les liens entre artistes et créateurs au Japon et en Europe seront également évoqués par des rapprochements entre œuvres japonaises et occidentales contemporaines. Cet événement permettra de montrer la richesse des collections européennes publiques (MNAAG, Victoria & Albert Museum, British Museum) ou privées, de découvrir un chapitre de l’histoire des arts trop méconnu et de montrer en quoi le Japon inventa lui aussi un « japonisme ».

Site web de l’exposition : http://www.guimet.fr/event/meiji-1868-1912/

À l’occasion de l’exposition, le musée propose des projections de documentaires exceptionnels et de grands classiques du cinéma japonais.

Plus d’info : http://www.guimet.fr/event/meiji-splendeurs-du-japon-imperial/

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Colloque : « Generation and Dissemination of Technical Knowledge in Japan from Edo to Meiji Period »

Colloque organisé par le CEEJA, en coopération avec l’Université de Tôkyô, avec le soutien de Toshiba International Foundation.

Avec la participation d’Aleksandra Kobiljski (CRJ-CNRS) : « Crafting Nature: Designing Coals for the Japanese Steel Industry 1895-1911 » (20 septembre à 10h).

Du 18 au 20 septembre 2018
Centre Européen d’Etudes Japonaises d’Alsace

Pour plus d’information : https://etudes-japonaises.unistra.fr/actualites-agenda/agenda/evenement/?tx_ttnews%5Btt_news%5D=17881

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Japan’s Modern Castles: Reclaiming the Past and Proclaiming the Future

Le Centre de recherhes sur le Japon accueillera Ran Zwigenberg, Professeur à l’Université de Pennsylvania State, pour une conférence exceptionnelle intitulée « Japan’s Modern Castles: Reclaiming the Past and Proclaiming the Future » avec la participation de Caroline Bodolec (CECMC-CCJ), discutante, le 13 juin 2018.

Ran Zwigenberg est l’auteur de l’ouvrage Hiroshima: The Origins of Global Memory Culture (Cambridge University Press, 2014).

Mercredi 13 juin 2018, 11h-13h 

EHESS, Salle 7-51, 54 boulevard Raspail 75006 Paris

Both home and abroad, Japan’s castles serve as prominent symbols of local, regional, and national identity. Castles occupy the center of most major Japanese cities and are universally recognizable as sites of heritage and as a link to the nation’s past.  The current prominence of castles obscures their troubled modern history. After the restoration of 1868, castles, no longer of immediate military significance, became symbols of authority, on one hand, and of vaunted tradition on the other.  Castles were major sites of exhibitions, where they were often contrasted with Japan’s achievements in acquiring modern technology, serving as potent illustrations of Wakon-yōsai (Japanese spirit and Western technology). As the specific role castles played changed over time, they became sites of fierce contention. Particularly, castles were a major factor in the militarization of Japanese society before the Second World War and, after 1945, were important tools for demilitarizing Japan both physically and symbolically to turn it into a “nation of peace and culture.” This talk examines Japan’s castles from the late nineteenth century to the present to reconsider narratives of continuity and change in modern Japan; examining the changing role of castles in Japan’s troubled politics of history. 

Affiche

Contact: aleksandra.kobiljski@ehess.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Japan and Its margins: Okinawa, Hokkaidō, Taiwan and Korea

Atelier d’étude organisé à l’occasion de la venue en France du Professeure Uchida Jun (Université de Stanford, professeure invitée à l’EHESS en juin 2018), le 12 juin 2018.

Mardi 12 juin 2018, 14h-16h
EHESS, salle A07-51 (7e étage), 54 boulevard Raspail, 75006 Paris (à confirmer)

This session is dedicated to discussion of a working draft of Chapter 2 for the new edition of  The Cambridge History of Japan, Volume III: The Modern Japanese Nation and Empire (1876-2011), edited by Laura Hein. I am co-authoring this chapter with Prof. Asano Toyomi of Waseda University. This chapter examines Japan’s dual transformation into a modern nation-state and an empire, or a “nation-empire” (kokumin teikoku), from the late nineteenth century to end of the Asia-Pacific War. Departing from convention to treat Okinawa and Hokkaidō separately from colonial Taiwan and Korea, it examines all four territories within a unified analytical framework. Its central concern is to identify and highlight the common logic, ideologies, and practices that governed the acquisition and administration of these territories. By tracing the process of national integration (kokumin tōgō) from the metropole to its peripheries (commonly understood in terms of naichi enchō), the chapter aims to elucidate Japan’s co-production of nation and empire, a process quite distinct from the trajectory of Western powers. Yet rather than treating Japan as “an anomaly,” the essay traces its evolution as part of the global formation of empires, while raising key issues of comparative significance, from assimilation and collaboration to “colonial modernization.”

For a copy of the paper, please write to: crj@ehess.fr

Contact: aleksandra.kobiljski@ehess.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website