Journée d’études : « Roland Barthes : Empire des signes, empire du haïku »

Journée d’études organisée par le CEJ (INALCO) le 8 juin.

Le haïku occupe une place centrale dans L’Empire des signes (1970) de Roland Barthes, par le nombre des pages et des fragments qui lui sont consacrés, mais aussi par le rôle-pivot qui lui est assigné dans l’économie du livre :
« Tout ce que je dis ici du haïku, je pourrais le dire aussi de tout ce qui advient lorsque l’on voyage dans ce pays que l’on appelle ici le Japon. »
Afin de mieux saisir ce haïku selon Roland Barthes, on a réuni ici barthésiens, comparatistes et japonologues, en espérant que se noue entre eux un dialogue fécond autour de la poétique du haïku, du transfert du genre en Occident, des conditions et du sens de son appropriation par l’auteur de Mythologies, S/Z ou des Fragments d’un discours amoureux.

Programme

9h40    Emmanuel Lozerand (Inalco) Introduction
10h      Muriel Detrie (Paris 3) « L’Empire des signes : un tournant
dans la réception du haïku en France ? »
10h45-11h pause
11h      Evelyne Lesigne-Audoly (Strasbourg) « Meaning is sensation” :
la voie du haïku selon R. H. Blyth »
11h45  Eric Garet-Gaudek « Le haïku, « non-parole, l’ultime bien » »
12h30 fin matinée
14h      Michel Vieillard-Baron (Inalco) « Un genre poétique en creux :
le waka dans L’Empire des signes »
14h30  Makiko Ueda-Andro (Inalco) « Le haïku ne décrit jamais »
15h15  Emmanuel Lozerand (Inalco) « D’où viennent les haïkus de Roland Barthes ? »
16h-16h15 pause
16h15  Terada Sumie (Inalco) « Le haïku comme « préparation d’un roman » à travers les cours au Collège de France »
17h      Tiphaine Samoyault (Paris 3) « Le haïku et le roman : des formes accueillantes »
17h45 pot de clôture

Jeudi 8 Juin 2017 – de 09h30 à 18h
Les Salons – Inalco, 2 rue de Lille 75007 Paris

Contact : elozeland@inalco.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Université d’été franco-japonaise en traductologie, 29 août-2 septembre 2016 à Paris

La Société française de traductologie (SoFT) organise sa première université d’été franco-japonaise du 29 août au 2 septembre 2016 à Paris.

Formation intensive en histoire, théories et méthodologies de la traduction, cette université d’été s’adresse principalement aux étudiants et aux chercheurs en langue et littérature japonaise, aux traducteurs professionnels, ainsi qu’à toutes les personnes qui s’intéressent aux questions concernant la littérature et le langage.

Les cinq journées se dérouleront selon les cinq axes thématiques ci-dessous.
Les cours théoriques auront lieu le matin (4 cours de 45 minutes) ;
les après-midi seront consacrés à des ateliers pratiques (2 ateliers de 90 minutes).

①Histoire de la traduction
②Théories et méthodologies de la traduction
③Traduire les waka et les textes anciens
④Traduire une écriture, un style
⑤Traduire un genre littéraire

Les cours et les ateliers porteront sur la traduction française des œuvres de la littérature japonaise (du waka au manga en passant par le haiku), et sur la traduction japonaise des œuvres de la littérature française (Ronsard, Stendhal, Aragon, etc.)

Tout en fournissant aux participants l’occasion d’une étude approfondie et d’un apprentissage fructueux en matière de traduction et de traductologie, cette université d’été vise également à établir de nouveaux liens dans le domaine des relations franco-japonaises.

Intervenants (par ordre alphabétique)

Augustin BERQUE ( Directeur d’études, EHESS )
Julie BROCK ( Professeure, KIT )
Frédéric GIRARD ( Directeur d’études, EFEO )
Patrick HONNORE ( Traducteur de littérature )
ITÔ Gengo ( Maître de conférences, Université Dôshisha, Kyôto )
KANEKO Mitsuko ( Professeure émérite, Université Seishin joshi, Tôkyô )
Jean-René LADMIRAL ( Professeur émérite, Université Paris X – Nanterre )
Florence LAUTEL-RIBSTEIN ( Maître de conférences, Université d’Artois )
Emmanuel LOZERAND ( Professeur, INALCO )
Antonio MANIERI ( Chercheur, Université de Naples “L’Orientale” )
Maria Chiara Migliore ( Maître de conférences, Université de Salento )
NISHIZAWA Kazumitsu ( Maître de conférences, Ecole de commerce de Niigata )
OSHIMA Atsushi ( Expert en stratégie de projets, Fondation du Japon / Traducteur indépendant )
Miyako SLOCOMBE ( Traductrice / Interprète )
SUGIMOTO Keiko ( Professeure, Université Meiji-gakuin, Tôkyô )
SUMI Yôichi ( Professeur émérite, Université Keiô gijuku, Tôkyô )
SUZUKI Kazuhiko ( Doctorant, Université Paris X – Nanterre), assistant de la présente université d’été
TERADA Sumie ( Professeure, INALCO )
UEHARA Mayuko ( Professeure, Université de Kyôto )
Michel Vieillard-Baron ( Professeur, INALCO )
YOKOTA Yuya ( Doctorant, Université Paris VII – Denis Diderot), assistant de la présente université d’été
YOSHIKAWA Junko ( Maître de conférences, KIT )

Programme

Inscriptions et renseignements : soft.univ.paris10@gmail.com
Dates d’inscription : du lundi 4 avril au vendredi 15 juillet
Coût de l’inscription : 300 euros (5 jours)

29 août-2 septembre 2016
Salles 638-641 du Réseau Asie – Bâtiment LE FRANCE
190, avenue de France 75013 Paris

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Masaoka Shiki « Un lit de malade six pieds de long », première traduction en français

Vient de paraître : Un lit de malade six pieds de long de Masaoka Shiki. Traduction du japonais*, postface de Emmanuel Lozerand. Préface de Philippe Forest.

* Titre original  病牀六尺(正岡子規 著)

« Un lit de malade, six pieds de long : voilà le monde qui est le mien. […] Douleurs, tourments, hurlements, analgésiques : chercher timidement un sentier de vie sur le chemin de la mort, et désirer avec avidité une faible paix, quelle dérision ! et pourtant, dès lors que l’on demeure en vie, il y a des choses que l’on tient absolument à dire. »

Pendant l’été 1902, tourmenté par une tuberculose osseuse, Shiki publie chaque jour quelques lignes dans un grand quotidien. Loin de tout lamento, imprévues, souvent joyeuses, parfois déchirantes, ces notes au fil du pinceau sourdent directement du corps et de ses humeurs. Fenêtre ouverte sur le monde, la nature, la vie quotidienne, le passé, les arts, les gens, elles présentent un Japon vivant, à mille lieues de tout cliché.

Masaoka Shiki (1867-1902) est célèbre pour avoir donné une vie nouvelle à un genre moribond, le haiku, mais il s’est également attaqué à la réforme de l’autre genre poétique majeur, le waka, ainsi qu’à la mutation de la prose moderne. Il était le meilleur ami de Sôseki.

Les Belles Lettres
18 janvier 2016
352 p., 23,50 euros
ISBN : 978-2-251-72226-9

Site de l’éditeur

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website