Colloque : « Les rues fantômes d’Hiroshima Destruction, vestige, reconstruction »

 

© Mémorial de la Paix d’Hiroshima

Le colloque « Les rues fantômes d’Hiroshima, destruction, vestiges, reconstruction » aura lieu le 28 mars aux Archives Nationales, en parallèle à l’exposition « Hibakusha, dessins des survivants d’Hiroshima et Nagasaki » .

Intervenants :
P.Bayard, B.Esmein, E.Lecerf, M.Kohn, M.Lucken,
T.Nakagawa, S.Pagès, S.Phay-Vakalis

Programme

Dans le cadre de la Semaine des Arts organisée par l’Université de Paris VIII, et parallèlement à l’exposition « Hibakusha, dessins des survivants d’Hiroshima et Nagasaki », organisée par les Archives Nationales sur leur site de Pierrefitte-sur-Seine, l’Université de Paris VIII et les Archives Nationales organisent un colloque pluridisciplinaire, avec l’INALCO et le Centre Joë Bousquet et son Temps de Carcassonne.
La rue, le machi au Japon, sont des repères essentiels du corps et de son insertion dans les réseaux humains. Leur destruction-abolition ne met pas en question seulement l’effet d’une arme sur les bâtiments humains et sur les choses, mais bien sur l’homme en tant que corps vivant/habitant. Elle se noue aussi de manière très étroite à la question mémorielle (tant du point de vue du souvenir et des archives, que de la stratégie de reconstruction et de la patrimonialisation des vestiges). Les thèmes de l’apocalypse, des ruines et du corps en souffrance, et surtout leur place respective dans les œuvres, sont des questions clés dans l’art de l’extrême d’Hiroshima et Nagasaki. Lire la suite …

Mercredi 28 mars 2018, de 14h à 20h
Auditorium des Archives Nationales, 59 Rue Guynemer, Pierrefitte-sur-Seine

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Exposition : « Hibakusha. Dessins des survivants d’Hiroshima et de Nagasaki »

 

© Mémorial de la Paix d’Hiroshima

Exposition organisée par les Archives nationales et le Centre Joë Bousquet et son temps du 8 décembre 2017 au 31 mars 2018 à Pierrefitte-sur-Seine.

L’exposition présente au public plus de 150 reproductions de dessins réalisés par des hibakusha, terme qui désigne au Japon les survivants des bombardements nucléaires d’Hiroshima et de Nagasaki.
De rares photographies montrèrent l’ampleur des destructions en marquant de façon indélébile la conscience historique mondiale. Mais elles avaient leurs limites : toute présence humaine, de blessés ou de morts, avait été évacuée de la prise de vue, focalisée sur les champs de ruines. Il a fallu le temps d’une génération pour libérer les souvenirs et la parole.

En 1974, après avoir reçu le dessin d’un homme de 74 ans souhaitant exprimer ce qu’il avait vécu lors du bombardement américain du 6 août 1945, la chaîne de télévision japonaise NHK lança à travers tout l’archipel un appel à témoignage auprès des survivants du drame, les hibakusha, devenus les symboles de la lutte contre la guerre et les armes atomiques à travers le monde. Lire la suite …

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website