Nouvelle parution : Histoire du Japon, De 1853 à nos jours

histoire du japonVient de paraître : Histoire du Japon, De 1853 à nos jours sous la direction de Christian Galan et Jean-Marc Olivier

Sommaire

PRÉFACE par Christian Galan et Jean-Marc Olivier

EN GUISE D’INTRODUCTION : Une métahistoire de l’historiographie japonaise d’après-guerre – Carol Gluck

MODERNISATION (1853-1889)

Sur la question de la temporalité au début de l’ère Meiji – Laurent Nespoulos

Japon 1868, 1872, 1879, 1890 : quand l’éducation fait l’histoire… – Christian Galan

Le développement de l’industrie japonaise au xixe siècle : le rôle des Occidentaux dans l’édification du nouvel État japonais – Élisabeth Weinberg de Touchet

Une modernisation venue des profondeurs : industries rurales et petits établissements dans le Japon du xixe siècle et du début du xxe siècle – Jean-Marc Olivier

Autour du Rokumeikan et de l’Hôtel impérial : le marchand politique Ôkura Kihachirô et le boom de la construction des années 1880 – Claude Hamon
EMPIRE (1889-1945)

Le 11 février 1889 et la naissance du Japon moderne – Lionel Babicz

Une première « Asie orientale japonaise » : le développement des exportations de charbon japonais et la régionalisation du marché du charbon au niveau mondial à la fin du xixe siècle – Alexandre Roy

Le Japon et la Première Guerre mondiale : quelques problématiques soulevées par l’oeuvre d’un témoin contemporain, Mizuno Hironori (1875-1945) – Frédéric Danesin

Les colonisés sont-ils « nous » ou « autres » ? Débats autour de l’assimilation (dôka) dans l’histoire coloniale japonaise (1895-1945) – Matsunuma Miho 215
Fronts de mer, fronts de modernisation : les aménagements portuaires d’Ôsaka – Rémi Scoccimarro

Les débats sur les nouvelles expressions de la femme et de la féminité dans le Japon moderne : Hiratsuka Raichô et la modan gâru – Sandra Schaal

RECONSTRUCTION, PUISSANCE ET DOUTES (1945 – aujourd’hui)

Le totalitarisme japonais (1935-1945) : brève histoire d’une image – Michael Lucken

La première entrevue entre Hirohito et MacArthur et la question de la responsabilité de la guerre – quand les archives se taisent et que les témoins parlent – Adrien Carbonnet

La continuité des élites « libérales » japonaises de l’avant à l’après-guerre : les critiques de Takeuchi Yoshimi et de Tsurumi Shunsuke – Brice Fauconnier

Qu’est-ce qui a changé en 1968 et en 1989 au Japon ? Ou chronique de la mort annoncée de la « démocratie d’après-guerre » – Miura Nobutaka

Quelle a été l’importance du changement de gouvernement de septembre 2009 dans l’histoire du Japon ? – Arthur Stockwin

EN GUISE DE CONCLUSION

Être historien au Japon aujourd’hui : la découverte d’« un autre Moyen Âge » – Sugizaki Taiichirô

Éditions Privat
8 septembre 2016
351p., 24,90 euros
ISBN :  978-2-708-90547-4

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Enseignements de Guillaume Carré 2015-16

Guillaume Carré, maître de conférences à l’EHESS

HISTOIRE DES VILLES DU JAPON DE L’ÉPOQUE D’EDO : QUESTIONS D’HISTORIOGRAPHIE

1er et 3e vendredis du mois de 11 h à 13 h (salle 6, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 6 novembre 2015 au 20 mai 2016

Le séminaire, après plusieurs années consacrées à d’autres thématiques, reviendra cette année sur des questions d’histoire urbaine. Pour commencer, nous souhaiterions dresser un panomara du développement des études sur l’histoire des villes japonaises du Japon des Tokugawa. Depuis les premières tentatives d’acclimatation des méthodes historiques occidentales dans le Japon du début du XXe siècle, en passant par la place de ces recherches dans les divers courants marxistes qui dominèrent le monde académique japonais dans l’après-guerre, nous replacerons ainsi l’avènement des études urbaines comme domaine autonome à partir des années 1980, dans la suite des évolutions successives de la discipline historique au Japon. Et en remontant plus loin encore que le Japon de Meiji, nous nous nous intéresserons aux débuts d’une érudition concernant la société des villes japonaises et leur histoire, dès la fin de la période d’Edo.

Enseignements de Guillaume Carré sur le site de l’EHESS

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Le congrès mondial d’ingénierie de Tôkyô en 1929 : dynamiques nationales et internationales

Aleksandra KOBILJSKI (chercheuse associée au CRJ) donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon.

En octobre 1929, plus de 3000 ingénieurs japonais et quelque 1000 ingénieurs étrangers représentant 43 pays se sont réunis à Tokyo pour le Congrès mondial d’ingénierie, un des premiers rassemblements professionnels internationaux à une telle échelle. En sus de la présence d’un nombre considérable d’ingénieurs étrangers résidant au Japon, les plus grandes délégations de l’étranger venaient des États-Unis, de Grande-Bretagne, de Chine, d’Allemagne, de France, d’Italie, des Philippines et de Suède. Le jour d’ouverture de la conférence a coïncidé avec le crash de Wall Street et a contribué à ce que le congrès soit perçu comme un échec dans l’histoire globale d’ingénierie. Dans l’historiographie japonaise, bien que le congrès est fréquemment affirmer comme un épisode fondateur de l’histoire de la profession, les études fines de cet événement restent rares. Il s’agira ici de proposer une analyse de cette réunion dans les contextes national ainsi qu’international pour saisir son importance et les enjeux pour les ingénieurs au Japon.

Jeudi 20 novembre 2014 de 11h à 13h
Salle 2, EHESS
105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website