Soutenance de thèse de doctorat de Lucien Clercq

Lucien Clercq (CRJ-EHESS) soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « Transformations socioculturelles des Aïnous du Japon : rapports de pouvoir, violence et résistance aborigène à Hokkaidô » à l’EHESS le mardi 2 mai 2017.

Le jury sera composé de :

M. Augustin Berque (Directeur de thèse), EHESS
M. Philippe Descola, EHESS
M. Philippe Pelletier, Université Lumière Lyon 2
M. Jean-François Sabouret, CNRS
M. Bernard Thomann, INALCO

Mardi 2 mai 2017, à 13h00
EHESS (Amphithéâtre François-Furet), 105 boulevard Raspail 75006 Paris

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Les Aïnous dans le manga et dans les collections : Rencontre et sortie d’objets au musée du quai Branly le 5 février

2016-02-05_les_ainous_dans_le_manga_et_dans_les_collections

« Les Aïnous dans le manga et dans les collections » : Rencontre avec Ahmed Agne, cofondateur des éditions Ki-oon, à l’occasion de la parution du manga Golden Kamui de Satoru Noda en 2016. Avec Julien Rousseau, conservateur du patrimoine, responsable de l’unité patrimoniale Asie au musée du quai Branly-Jacques Chirac.

Golden Kamui se déroule à Ezo (ancien nom d’Hokkaido), la région la plus septentrionale du Japon qui abrite le peuple des Aïnous. Chasse au trésor, ce manga est également un manuel de survie en milieu hostile ainsi qu’un bel ouvrage sur la culture des Aïnous.

Cette publication est aussi l’occasion de découvrir une peinture sur rouleau (emakimono) d’Ezo Shima Kikan, acquise par le musée en 2016. Étranges vues de l’île d’Ezo (traduction d’Ezo Shima Kikan) consiste en un ensemble de textes illustrés décrivant la vie quotidienne des Aïnous à la fin du XVIIIe siècle.

5 février 2017 de 16h00 à 17h30
Salon de lecture Jacques Kerchache
Musée du quai Branly-Jacques Chirac

Pour plus d’informations

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Regards sur les Aïnous du Japon : exposition temporaire à la Bulac au mois de mai 2016

Affiche

L’exposition « Regards sur les Aïnous du Japon » à la Bulac du 2 au 31 mai 2016.

Cette exposition présente des illustrations du XIXe siècle, reproduites à partir de documents conservés à la BULAC. Ces documents, dont la vocation première était ethnographique, témoignent du regard posé par les Japonais sur les Aïnous à l’époque de la colonisation de leur territoire. Les photographies contemporaines qui sont exposées proposent quant à elles un regard actuel sur les Aïnous.

L’exposition

La sphère culturelle aïnoue englobait autrefois le nord de l’île de Honshū, l’île de Hokkaidō, l’archipel des Kouriles, l’extrême sud de la péninsule du Kamchatka, l’île de Sakhaline et l’embouchure du fleuve Amour. Ethniquement différents des Japonais, les Aïnous possèdent une langue – sans système d’écriture, des coutumes, et une vision du monde qui leur sont propres.

Les illustrations reproduites ont pour cadre historique la colonisation japonaise de Hokkaidō à partir du tournant du XIXe siècle ; au-delà de leur fonction ethnographique initiale, elles témoignent du regard des Japonais sur les Aïnous. On y retrouve des thématiques récurrentes : la physionomie des Aïnous, leurs coutumes, leur rapport aux animaux, et notamment à l’ours, le Dieu de la Montagne, au sommet du panthéon des divinités aïnoues.

Cette exposition met ces documents iconographiques en rapport avec des photographies contemporaines, faites par le documentariste Damien Cros, qui présentent un regard actuel sur les Aïnous, dans le cadre de la perpétuation de leur folklore. En effet, plus d’un siècle et demi après son incorporation au sein de la population japonaise, cette minorité autochtone du Japon a su maintenir et adapter ses traditions.

Commissariat : BULAC et Noemi Godefroy (INALCO)

Du 2 au 31 mai 2016 de 10h à 20h (sauf dimanches et jours fériés)
BULAC (rez-de-jardin) et galerie du Pôle des langues et civilisations
Entrée libre

Sélection bibliographique sur les Aïnous

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Les « Humbles paroles » et les « Avertissements » d’Ôhara Sakingo – les réflexions d’un maître-peintre sur les rapports du Japon avec l’étranger à la fin du 18ème siècle

Conférence de Noémi GODEFROY (INALCO) dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon.

Au Japon, à la fin du XVIIIe siècle, on assiste à l’émergence de deux phénomènes liés : une recrudescence des navires européens dans les eaux du Pacifique nord, et l’avènement d’une génération de lettrés, qui s’interrogent de plus en plus ouvertement sur la validité de la politique shogunale en matière de rapports avec l’étranger.

Dans cette optique, un fief en particulier fait l’objet d’une attention particulière : le fief de Matsumae, situé à l’extrême sud de l’île de Hokkaido (alors appelée Ezo). De par sa position géographique unique en tant que locus de la seule frontière terrestre japonaise et son statut particulier d’intermédiaire commercial septentrional, Matsumae se trouve être à la fois le théâtre de multiples entorses au régime shogunal-domanial, et le théâtre de contacts entre Japonais, Aïnous, Européens, et Russes.

Précepteur de la famille Matsumae, le peintre Ōhara Sakingo 大原左金吾 nous livre un témoignage imprévu et édifiant sur le fonctionnement atypique du fief, dans ses Humbles paroles concernant les terres du nord (Chihoku gūdan 地北寓談), et son Avertissement concernant les terres du nord (Hokuchi kigen 北地危言). À travers ses réflexions sur le système de gouvernance domaniale, et en matière de géostratégie et de rapports avec l’étranger, Ōhara aborde des questions sensibles, et des thèmes habituellement associés à l’ère Meiji et au Japon moderne. Ces deux écrits nous livrent une vision très critique du Japon du tournant du XIXe siècle, et constituent des hérauts de changements à venir en matière de politique intérieure et extérieure.

Jeudi 18 février 2016 de 13h à 15h
Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Glossaire / Bibliographie

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Histoire et problèmes contemporains des représentations des Aïnous : photographies, films et expositions

Crédit photographique : N.G.Munro
Crédit photographique : N.G.Munro

Uchida Junko, Maître de conférences du Musée National de l’Histoire et du Folklore du Japon, donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon.

Le Gouvernement de Meiji avait contraint les Aïnous à s’assimiler à la communauté japonaise en leur interdisant de poursuivre leur mode de vie traditionnel et en leur imposant d’apprendre la langue japonaise. La conséquence de cette politique ne pouvait qu’être la disparition des coutumes aïnou. Néanmoins, dans les films, les photographies et les expositions, l’ethnie aïnou continuait à être représentée selon une « mise en scène » qui en accentuait les aspects traditionnels.

Cette conférence a pour objet les problèmes que pose la représentation des Aïnous en référence aux films et photos laissés par le Dr. Neil Gordon Munro (1863-1942). Médecin d’origine écossaise, il est arrivé au Japon en 1891, à l’âge de 27 ans. Très intéressé par la préhistoire japonaise et la culture aïnou, il a consacré les dix dernières années de sa vie à des recherches sur la culture aïnou. Lui-même habitait dans le village de Nibutani situé dans la partie sud de Hokkaido. Il a non seulement filmé le mode de vie traditionnel des Aïnous, mais aussi leur vie quotidienne qui subissait alors de profonds changements. Ses films et photos sont le témoignage direct et vivant des recherches qu’il a effectuées sur le terrain.

Jeudi 16 janvier 2014 de 11h à 13h
Salle 2 EHESS, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Télécharger le résumé

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website