Migrations multiformes en contexte colonial – Migrants et migrations à Hokkaido en perspective historique (1869-1899)

Noémi Godefroy (maître de conférences à l’INALCO, chercheuse associée au CRJ) interviendra sur le thème des migrations à Hokkaido dans les premières décennies de l’ère Meiji, dans le cadre de la journée d’étude co-organisée par l’ASIEs et le CEJ intitulée « Migration en Asie migration de l’Asie : Parcours et stratégie des migrants face aux mécanismes étatiques ».

À partir de son annexion en 1869, l’île de Hokkaido devient le lieu de multiples migrations au sens propre, comme au sens figuré. En effet, qu’il s’agisse de mouvements de populations en termes de déplacement dans l’espace, ou en termes de changement de statuts, qu’il s’agisse de guerriers déclassés en quête de reconversion, de repris de justice envoyés en colonie pénitentiaire, ou d’autochtones aïnous, devenus japonais, déplacés au gré des défrichages, presque tous les habitants de ce nouveau territoire japonais sont des «migrants». Le but de cet exposé, qui constitue la première étape d’une nouvelle recherche, est de présenter les différents types de migrations vers et à Hokkaido, et de proposer une première réflexion sur les origines et les formes de celles-ci, mais aussi sur la manière dont elles reflètent les changements politiques, économiques, sociaux et diplomatiques du Japon des premières décennies de l’ère Meiji.

Jeudi 11 novembre, de 9h à 12h30
INALCO, rue de Lille 75006 Paris

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Japan and Its margins: Okinawa, Hokkaidō, Taiwan and Korea

Atelier d’étude organisé à l’occasion de la venue en France du Professeure Uchida Jun (Université de Stanford, professeure invitée à l’EHESS en juin 2018), le 12 juin 2018.

Mardi 12 juin 2018, 14h-16h
EHESS, salle A07-51 (7e étage), 54 boulevard Raspail, 75006 Paris (à confirmer)

This session is dedicated to discussion of a working draft of Chapter 2 for the new edition of  The Cambridge History of Japan, Volume III: The Modern Japanese Nation and Empire (1876-2011), edited by Laura Hein. I am co-authoring this chapter with Prof. Asano Toyomi of Waseda University. This chapter examines Japan’s dual transformation into a modern nation-state and an empire, or a “nation-empire” (kokumin teikoku), from the late nineteenth century to end of the Asia-Pacific War. Departing from convention to treat Okinawa and Hokkaidō separately from colonial Taiwan and Korea, it examines all four territories within a unified analytical framework. Its central concern is to identify and highlight the common logic, ideologies, and practices that governed the acquisition and administration of these territories. By tracing the process of national integration (kokumin tōgō) from the metropole to its peripheries (commonly understood in terms of naichi enchō), the chapter aims to elucidate Japan’s co-production of nation and empire, a process quite distinct from the trajectory of Western powers. Yet rather than treating Japan as “an anomaly,” the essay traces its evolution as part of the global formation of empires, while raising key issues of comparative significance, from assimilation and collaboration to “colonial modernization.”

For a copy of the paper, please write to: crj@ehess.fr

Contact: aleksandra.kobiljski@ehess.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Soutenance de thèse de doctorat de Lucien Clercq

Lucien Clercq (CRJ-EHESS) soutiendra sa thèse de doctorat intitulée « Transformations socioculturelles des Aïnous du Japon : rapports de pouvoir, violence et résistance aborigène à Hokkaidô » à l’EHESS le mardi 2 mai 2017.

Le jury sera composé de :

M. Augustin Berque (Directeur de thèse), EHESS
M. Philippe Descola, EHESS
M. Philippe Pelletier, Université Lumière Lyon 2
M. Jean-François Sabouret, CNRS
M. Bernard Thomann, INALCO

Mardi 2 mai 2017, à 13h00
EHESS (Amphithéâtre François-Furet), 105 boulevard Raspail 75006 Paris

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Les Aïnous dans le manga et dans les collections : Rencontre et sortie d’objets au musée du quai Branly le 5 février

2016-02-05_les_ainous_dans_le_manga_et_dans_les_collections

« Les Aïnous dans le manga et dans les collections » : Rencontre avec Ahmed Agne, cofondateur des éditions Ki-oon, à l’occasion de la parution du manga Golden Kamui de Satoru Noda en 2016. Avec Julien Rousseau, conservateur du patrimoine, responsable de l’unité patrimoniale Asie au musée du quai Branly-Jacques Chirac.

Golden Kamui se déroule à Ezo (ancien nom d’Hokkaido), la région la plus septentrionale du Japon qui abrite le peuple des Aïnous. Chasse au trésor, ce manga est également un manuel de survie en milieu hostile ainsi qu’un bel ouvrage sur la culture des Aïnous.

Cette publication est aussi l’occasion de découvrir une peinture sur rouleau (emakimono) d’Ezo Shima Kikan, acquise par le musée en 2016. Étranges vues de l’île d’Ezo (traduction d’Ezo Shima Kikan) consiste en un ensemble de textes illustrés décrivant la vie quotidienne des Aïnous à la fin du XVIIIe siècle.

5 février 2017 de 16h00 à 17h30
Salon de lecture Jacques Kerchache
Musée du quai Branly-Jacques Chirac

Pour plus d’informations

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Regards sur les Aïnous du Japon : exposition temporaire à la Bulac au mois de mai 2016

Affiche

L’exposition « Regards sur les Aïnous du Japon » à la Bulac du 2 au 31 mai 2016.

Cette exposition présente des illustrations du XIXe siècle, reproduites à partir de documents conservés à la BULAC. Ces documents, dont la vocation première était ethnographique, témoignent du regard posé par les Japonais sur les Aïnous à l’époque de la colonisation de leur territoire. Les photographies contemporaines qui sont exposées proposent quant à elles un regard actuel sur les Aïnous.

L’exposition

La sphère culturelle aïnoue englobait autrefois le nord de l’île de Honshū, l’île de Hokkaidō, l’archipel des Kouriles, l’extrême sud de la péninsule du Kamchatka, l’île de Sakhaline et l’embouchure du fleuve Amour. Ethniquement différents des Japonais, les Aïnous possèdent une langue – sans système d’écriture, des coutumes, et une vision du monde qui leur sont propres.

Les illustrations reproduites ont pour cadre historique la colonisation japonaise de Hokkaidō à partir du tournant du XIXe siècle ; au-delà de leur fonction ethnographique initiale, elles témoignent du regard des Japonais sur les Aïnous. On y retrouve des thématiques récurrentes : la physionomie des Aïnous, leurs coutumes, leur rapport aux animaux, et notamment à l’ours, le Dieu de la Montagne, au sommet du panthéon des divinités aïnoues.

Cette exposition met ces documents iconographiques en rapport avec des photographies contemporaines, faites par le documentariste Damien Cros, qui présentent un regard actuel sur les Aïnous, dans le cadre de la perpétuation de leur folklore. En effet, plus d’un siècle et demi après son incorporation au sein de la population japonaise, cette minorité autochtone du Japon a su maintenir et adapter ses traditions.

Commissariat : BULAC et Noemi Godefroy (INALCO)

Du 2 au 31 mai 2016 de 10h à 20h (sauf dimanches et jours fériés)
BULAC (rez-de-jardin) et galerie du Pôle des langues et civilisations
Entrée libre

Sélection bibliographique sur les Aïnous

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website