Colloque : « Lumières de Meiji »

Colloque co-organisé par le Centre d’études japonaises de l’INALCO, l’EFEO et le musée Guimet, en partenariat avec la revue L’Histoire, pour accompagner l’exposition « Meiji : splendeurs du Japon impérial » qui ouvre le 17 octobre.

Samedi 20 octobre 10 h – 18 h
Auditorium, Musée Guimet

Le 23 octobre 1868 un décret impérial proclame l’entrée du Japon dans l’ère Meiji. Le pays tout entier va dès lors être parcouru de mouvements profonds qui l’amènent à se redéfinir et à trouver une insertion nouvelle dans l’ordre mondial. Treize spécialistes de différentes disciplines questionneront ainsi les multiples facettes de la construction du Japon moderne, sur le plan politique et social, religieux, littéraire, philosophique ou artistique.

Programme détaillé : http://www.guimet.fr/event/lumieres-de-meiji-construction-du-japon-moderne/

Une inscription préalable est obligatoire par mail à l’adresse : resa@guimet.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Laboratoire d’une modernisation: L’histoire de la bactériologie médicale au Japon, 1880-1931

NOSAKA Shiori (CAK-EHESS) présentera ses travaux en cours dans le cadre de « Rendez-vous du Japon contemporain de l’EHESS : Approches sociologiques et historiques » , le 15 juin 2018.

Vendredi 15 juin 2018 de 14h à 16h
Salle 7-37, 54 boulevard Raspail, 75006 Paris

Contact: crj@ehess.fr

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Minakai: An Ōmi Merchant’s Emporium at the Nexus of Imperial Asia and Immigrant America

© ŌMI SHŌNIN MUSEUM

Conférence de UCHIDA Jun, Pofesseur à l’Université de Stanford, professeure invitée à l’EHESS en juin 2018, dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon, le 7 juin 2018 (séance spécaile) .

Jeudi 7 juin, de 11h à 13h
EHESS, Salle 11, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

The province of Ōmi (present-day Shiga prefecture) is historically known for its itinerant peddlers, the so-called Ōmi shōnin. Frequently compared to overseas Chinese and European Jews for their commercial prowess, merchants from Ōmi engaged in wholesale activities around early modern Japan, from Ezo (Hokkaidō) in the north to Kyūshū in the south. While they are almost a fixture in local and popular histories, Ōmi shōnin remain virtually unknown outside Japan. In this talk, I will offer an overview of their history, from their humble origins as peddlers to the peak of their activities in the Tokugawa period, when they circulated goods and commodities of various provinces to forge a trading diaspora across the early modern archipelago.

Affiche
Résumé
Glossary on Ōmi shōnin

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Making, Knowing and Networking in Local Industrial Communities in Postwar Japan

Sarah_Teasley

Conférence de Sarah TEASLEY, historien du design au Royal College of Art, dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon.
Cette séance aura lieu exceptionnellement sur le site de l’EHESS, avenue de France.

In twentieth-century Japan, a national network of designers, engineers and technologists employed at state industrial research institutes supported small- and medium-sized enterprises in locally-important manufacturing industries through interaction with local manufacturing communities, local government and their peers nationwide. Arguably, these men and the mechanisms they enacted played a significant role in shaping the overall trajectory and everyday operations of local manufacturing communities 地場産業 (jiba sangyô) from the early years of the century through the 1960s. However they remain largely absent from the historical scholarship, particularly in social history and the history of design.

This talk explores interactions between researchers specialising in furniture-making and other wood products in the city of Shizuoka with local manufacturers, local government and their national network, from the years immediately following the Second World War to Japan’s high economic growth period in the 1960s. Particular themes will include different communities’ relationships to materials, making and innovation, the impact of these cultural and social factors on communication between communities and what an artefact-led, globally-situated history of social interaction around technologies, skill and knowledge can offer modern history.

Jeudi 21 avril 2016 de 13h à 15h
Salle 681, 190-198 avenue de France 75013 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Polyphonie de l’écriture féminine dans le Japon moderne

Claire Dodane, Professeure de langue et littérature japonaises à l’Université Lyon 3, IETT à l’Université Lyon 3,  donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon.

En empruntant son titre à la musique vocale et à un concept bien connu de la théorie littéraire, l’intervention propose de rendre compte de la diversité des voix dans l’écriture féminine du Japon moderne, en particulier entre les années 1880 et 1920. Plusieurs niveaux de polyphonie sont observables. Tandis que dans la première partie de l’ère Meiji, on assiste à une sorte d’écriture utopique de la modernité, c’est vers 1995 l’écriture du malheur et du poids du patriarcat qui constitue une unité thématique significative, avant que l’ère Taishô ne révèle une écriture du corps et de l’intimité.
Pour reprendre le théoricien russe Mikhaïl Bakhtine, les consciences individuées et indépendantes qui transparaissent dans le roman abritent souvent un dialogisme interne, c’est-à-dire la division du sujet dont le « je », instable, est en interrelation permanente avec les mots d’autrui : la nouvelle La Treizième nuit (Jûsan’ya, 1895) de Higuchi Ichiyô (1872-1896) en est un exemple probant.
Il peut arriver aussi que les écrivaines, essayistes et poétesses qui animent le débat sur les femmes dans les années 1910 confrontent la divergence de leurs points de vue sur des sujets précis, comme par exemple la création d’un salaire maternel en 1918. Le concept de polyphonie s’adapte bien aussi à la réception qui est faite de l’écriture de telle ou telle auteure phare, telle que Higuchi Ichiyô par exemple, en particulier lorsque l’on observe sur un siècle les interprétations multiples qui ont pu être faites de son œuvre. Il peut arriver aussi qu’une même auteure exprime au long de sa carrière des points de vue fluctuants au sein d’une même thématique, comme ce fut le cas de Yosano Akiko (1878-1942) en poésie au gré des différentes guerres du Japon moderne. Enfin le travail de traduction, qui est préliminaire à toute recherche sur l’écriture féminine japonaise moderne, reflète de manière éloquente le concert de deux voix unies dans une même intention.

Jeudi 3 décembre 2015 de 13h à 15h
Salle 7, 105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé – bibliographie

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website