Symposium international : « La circulation des savoirs entre l’Asie et l’Europe au temps de Léon de Rosny »

Symposium international : « La circulation des savoirs entre l’Asie et l’Europe au temps de Léon de Rosny : les ouvrages chinois et les savoirs institutionnels, militaires, juridiques fin Edo / début Meiji » dans le cadre du 150ème anniversaire de la Restauration de Meiji.

Cette manifestation, co-organisée par le CECILLE de l’université de Lille et l’université Nishôgakusha et en collaboration avec l’université Waseda, se tiendra les 10, 11 et 12 octobre, à l’université de Lille.

Mercredi 10, jeudi 11 et vendredi 12 octobre
Université de Lille, Campus Pont de Bois, Maison de la recherche, Salle F.013.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Symposium international : Genèse des études japonaises en Europe – autour du fonds Léon de Rosny –

colloque

Symposium international organisé par le CECILLE (Centre d’Etudes en Civilisations, Langues et Lettres Etrangères) qui se tiendra les 23 et 24 novembre 2015 à l’Université Lille, Sciences Humaines et Sociales, Maison de la recherche.

Léon de Rosny (1837-1914), premier titulaire d’une chaire en langue et civilisation japonaises en France, est  au cœur du processus de la modernité intellectuelle du XIXème siècle, comme l’un des grands fondateurs des études japonaises en Europe.  Ce grand spécialiste des civilisations orientales et pré-colombiennes, a légué toute sa collection d’ouvrages en japonais et en chinois à la ville de Lille, sa ville natale. Or, d’après son testament, ces ouvrages ne peuvent être ni prêtés, ni sortis de la bibliothèque. Il incombe donc à la section des études japonaises de l’université de Lille de promouvoir cette précieuse collection d’ouvrages, pour certains très rares au Japon comme en France. Ce symposium marquera la première étape d’une recherche que nous espérons pérenne. Il sera l’occasion de présenter les résultats des travaux effectués dans le cadre des Partenariats Hubert Curien, le programme franco-belge Tournesol, qui a débuté en 2014.

Programme

Lundi 23 novembre

13h45 : Ouverture du symposium

Mot de bienvenue :

Richard Davis (Vice-président Relations internationales, Universitéde Lille, Sciences Humaines et Sociales)

Catherine Denys (Vice-présidente Recherche, Université de Lille Sciences Humaines et Sociales)

14h00 : Présentation du symposium : Noriko Berlinguez-Kôno

Présidente de séance : Noriko Berlinguez-Kôno (Université de Lille)

14h15 : Naoko Nishizawa (Université Keiô, Tokyo) :
« Léon de Rosny et Fukuzawa Yukichi : au travers des lettres de Fukuzawa dans l’Album de Rosny » (en japonais)

15h00 : Willy vande Walle (Université de Leuven – KU Leuven) :
« Léon de Rosny as a Japanologist: Scope and Limits of his Scholarship »

15h 45 : pause

Présidente de séance : Brigitte Lefèvre (Université de Lille)

16h00 : Patrick Beillevaire (EHESS/CNRS) :
« Correspondants et collaborateurs de Léon de Rosny »

16h45 : Noriko Berlinguez-Kôno (Université de Lille) :
« Léon de Rosny, ses livres dans le fonds lillois »

Mardi 24 novembre

9h15 : accueil

Président de séance : Patrick Beillevaire (EHESS/CNRS)

9h 30 : Guillaume Carré (EHESS) :
« Au service secret de Sa Majesté Shogounale : sur quelques lettres de Léon de Rosny retrouvées à Tôkyô »

10h15 : Philippe Rothstein (Université Paul Valéry – Montpellier 3) :
« Léon de Rosny, un lien entre philologie linguistique et traduction, ou le très périlleux passage du mythe du Golem en japonais »

11h : pause

11h15 : Yôko Iwashita (Université de Lille) :
« Traduction par Léon de Rosny d’un ouvrage sur la sériciculture »

12h00 : pause déjeuner

13h45 : accueil

Président de séance : Aurélien Allard (Université de Lille)

14h00 : Rie Takeuchi-Clément (Université de Lille) :
« La grammaire de Léon de Rosny »

14h45 : Brigitte Lefèvre (Université de Lille) :
« Le Couvent du dragon vert et les Comédies japonaises du XIXème siècle français »

15h30 : pause

Président de séance : Toshio Takemoto (Université de Lille)

15h45 : Bénédicte Fabre-Muller (Association Léon de Rosny) :
« Sur les pas de Léon de Rosny, un « réseau » de l’Orient à l’Amérique»

16h30 : Débat / questions

17h15 : Clôture du symposium par Noriko Berlinguez-Kôno

Contacts :
Noriko Berlinguez-Kono : noriko.berlinguez-kono@univ-lille3.fr
Brigitte Lefevre : brigitte.lefevre@univ-lille3.fr

 

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Ce que les livres nous racontent : la collection japonaise du Fonds Léon de Rosny et la circulation des savoirs

Noriko BERLINGUEZ-KONO (Université Lille 3) donnera une conférence dans le cadre du séminaire collectif du Centre Japon.

La collection japonaise du Fonds Léon de Rosny témoigne du tout début des études japonaises en France, et dans une certaine mesure, en Europe. Professeur de la première chaire de langue et civilisation japonaises en France, à l’Ecole spéciale des langues orientales, Léon de Rosny (1837-1914) collectionna des livres japonais et chinois et finalement légua cette importante collection personnelle ainsi que ses propres écrits à la ville de Lille. En effet, ces ouvrages permettent de nous révéler et de comprendre dans quel contexte (politique, culturel, intellectuel) les études japonaises se sont développées et organisées à cette époque. Depuis la publication du catalogue fort commode de Peter Kornicki en 1994 par la Bibliothèque municipale de Lille, malheureusement, peu de recherches ont été menées sur les ouvrages du Fonds. Cependant, depuis 2014, à l’occasion du centième anniversaire du décès de Rosny, certaines actions ont été entreprises aussi bien par les descendants de Rosny que par le groupe franco-belge dont je fais partie : les descendants ont publié un bel ouvrage de témoignages en décembre dernier et à cette occasion, Patrick Beillevaire a donné une conférence à la Bulac, d’une part, et le groupe franco-belge a entamé sa deuxième année de collaboration dans le cadre des Partenariats Hubert Curien, d’autre part.
La présente communication vise à examiner l’histoire de trois livres faisant partie de la collection de Léon de Rosny en vue de donner un bref aperçu de la circulation des savoirs du XIXe siècle observée dans ce cas particulier. Le premier livre que nous mentionnerons est Fuei shinsetsu 婦嬰新説 (Fu ying xin shuo), une version japonaise annotée d’un traité sur l’obstétrique rédigé en chinois par Benjamin Hobson, médecin- missionnaire anglais basé en Chine. Le livre fut offert à Rosny par un jeune membre de la Seconde ambassade du Japon à l’Europe (1864). Il est notable que la curiosité intellectuelle pour les sciences occidentales, a fait voyager ce livre d’un auteur anglais, depuis la Chine, en passant par le Japon et jusqu’en France. Le deuxième document Yohane fukuin no den 約翰福音之傳 est un exemplaire de 1854 publié et manuscrit par Rosny lui-même, qui avait copié un extrait de l’évangile selon St Jean, traduit et publié par Karl Gützlaff. Imprimé à Singapour en 1837, l’Évangile de Gützlaff est la première traduction de la Bible en japonais. Utilisé souvent comme manuel de langue japonaise, celui-ci était très convoité parmi les orientalistes européens de l’époque, désireux d’apprendre les rudiments de la langue. Enfin, nous tenons à signaler qu’une version japonaise et abrégée des célèbres volumes Kaikoku zushi 海国図志 (Hai guo tu zhi) appartient également au fonds. Les volumes, une fois leur importation autorisée, firent date dans un Japon sujet à de grands bouleversements : la lecture de ces ouvrages poussa certains bushi à se radicaliser et les transforma en acteurs politiques. Best-seller de l’époque, la version du Fonds reflète bien la vision du monde général ainsi que la curiosité tournée vers les Etats-Unis : le livre examine divers aspects des États-Unis d’Amérique, tels que la géographie, la politique, les coutumes, les institutions. Il est à noter que Stanislas Julien, maître de Rosny et professeur de Collège de France, fit un compte rendu détaillé sur la première édition chinoise (Journal asiatique, 1847).

Jeudi 16 avril 2015 de 11h à 13h
Salle 2, EHESS
105 boulevard Raspail 75006 Paris

Résumé

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Léon de Rosny et le Japon qui s’ouvre

Conférence de Patrick Beillevaire dans le cadre du cycle de conférences et de rencontres « À la table du traducteur » annoncée dans le billet précédant. Vous trouverez le résumé ci-dessous.

L’étude de la langue et de la culture japonaises a été l’axe principal de la carrière d’enseignant et de l’œuvre éditoriale, au demeurant fort composite, de Léon de Rosny, au moins jusqu’aux années 1870. La publication de son Introduction à l’étude de la langue japonaise en 1856, à la veille de l’ouverture du Japon à la présence étrangère, puis la tenue d’un cours de japonais à l’École des langues orientales à partir de 1863, transformé en chaire en 1868, font de lui un des pionniers des études japonaises en Occident. Il ne s’est pourtant jamais rendu au Japon, et ce n’est pas sans difficultés et tâtonnements, comme lui-même l’explique, qu’il parvint à trouver le matériau bibliographique sur lequel se fondait et se légitimait la nouvelle discipline dont il entreprenait, presque seul, un premier balisage. Cette intervention examinera le positionnement intellectuel de Léon de Rosny, éminent héritier d’un orientalisme livresque, au regard du bouleversement politique et social que connaît le Japon dans la seconde moitié du XIXe siècle. Elle analysera, en particulier, le réseau de correspondants qui le reliait à son objet d’étude et qui conférait prestige et autorité aux sociétés et revues savantes qu’il animait.

Le mardi 2 décembre 2014 de 18h30 à 20h30
Auditorium du Pôle des langues et civilisations
65, rue des Grands Moulins
75013 PARIS

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website

Léon de Rosny, passeur de cultures

Léon de Rosny dans son atelier, vers 1900, photographie de la famille de Léon de Rosny.

Patrick Beillevaire (CNRS-CRJ) donnera une conférence dans le cadre du cycle de conférences et de rencontres « À la table du traducteur », organisé par la BULAC et en partenariat avec la Maison de la culture du Japon à Paris. Cette session sera consacrée à Léon de Rosny avec également la participation de François Macé (NALCO) et Philippe Rothstein (université de Montpellier III).

Léon de Rosny (1837-1914), orientaliste, ethnologue, journaliste, fut le premier enseignant de langue et de civilisation japonaises à l’École spéciale des langues orientales (1863). Conférencier au Collège de France, président de la société d’Ethnographie, il a organisé à Paris en 1873 le premier Congrès international des orientalistes et fondé la Société des Études japonaises, chinoises, tartares et indochinoises. En 1886, il devient directeur adjoint de la conférence sur les religions de l’Extrême-Orient à la cinquième section des sciences religieuses à l’École pratique des hautes études récemment créée. Homme aux centres d’intérêts et domaine de recherche multiples (linguistique, ethnologie, religions, etc.), il se consacra non seulement à l’étude de la Chine, du Japon et des autres pays d’Asie orientale mais aussi à l’Amérique centrale.

Dans l’œuvre de Léon de Rosny, la traduction du japonais et du chinois classique occupe une place de choix. Il est notamment l’auteur de la première traduction de textes littéraires japonais en France. Les traductions d’ouvrages japonais qu’il a publiées couvre un champ aussi large que celui de ses recherches : un conte chinois L’épouse d’outre-tombe (1864, 1875), la sériciculture (1868), une anthologie de la poésie classique japonaise (1871), l’oeuvre du moine bouddhiste Kûkai (1876), le Nihon shoki, seconde plus ancienne chronique du Japon (1887), Le livre de la piété filiale de Confucius (1893), etc. Depuis 1860, Léon de Rosny s’est efforcé d’incarner l’exemple du nécessaire effort de médiation entre la réalité historico-philologique de la langue des peuples, de ce qu’il appelait les « nations », les « nationalités » et ce que, comme les spiritualistes de son époque, il nommait « l’âme humaine ».

Le mardi 2 décembre 2014 de 18h30 à 20h30
Auditorium du Pôle des langues et civilisations
65, rue des Grands Moulins
75013 PARIS

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d'études, documentaliste

More Posts - Website