Base de données : Fonds Kreitmann du Collège de France

« Zôho Tôto kinkô zenzu » Collection Louis Kreitmann

La collection des estampes (Nishiki-e) et des cartes et plans du fonds Kreitmann du Collège de France a été numérisée et est désormais consultable sur Salamandre, Bibliothèque patrimoniale numérique du Collège de France.

Yasuko D'Hulst

Ingénieure d’études, documentaliste

More Posts - Website

« Deux ans au Japon 1876-1878 » : note de lecture

Deux ans au Japon (1876-1878) ; journal et correspondance de Louis Kreitmann, officier de génie (Transcription de Pierre Kreitmann, revue et annotée par Kaoru Baba, Francine Hérail, Sekiko Matsuzaki Petitmengin, Elisabeth Weinberg de Touchet)

***

Ouvrir cet ouvrage c’est faire un saut vers le passé. Sa richesse documentaire vous permettra de partir à la découverte d’un Japon en plein chamboulement, celui que découvrit Louis Kreitmann à la fin du XIXème siècle.

Issu d’un laborieux travail de recherche entamé par le petit-fils de cet officier du génie, Pierre Kreitmann, il recèle des trésors pour tout passionné du Japon. Les lettres et journaux qui le composent sont riches en détails, non pas militaires en réalité comme on pourrait s’y attendre mais culturels. Louis Kreitmann y parle de sa découverte de ce pays qui lui était encore inconnu et vers lequel il fut envoyé en tant que professeur. Il y partit enseigner au sein de l’école militaire, Shikan Gakkô, à Tokyo.

Le Japon connait alors une période de transition très importante pour le pays. Forcé de s’ouvrir au puissances étrangères, le gouvernement de l’époque décide de se moderniser. C’est dans ce but que le pays décide de réformer son armée en s’inspirant des modèles européens. En 1867 une première mission militaire française arrive au Japon pour l’instruction de l’armée de terre. Louis Kreitmann arrive au Japon dans le cadre de la seconde mission française qui se déroulera de 1872 à 1880.

Le contexte de ce séjour est donc bien militaire mais les écrits ne se concentrent pas sur cet aspect. Louis Kreitmann nous y livre un récit proche de celui d’un ethnologue parti découvrir une nouvelle contrée. Un véritable carnet de voyage. Il y retrace ses excursions au sein du Japon avec de nombreux détails portant notamment sur les endroits qu’il a appréciés. On peut y constater qu’il a aussi pris le temps de se familiariser au mieux avec la culture et les coutumes locales. En ce sens il emploie dans ses écrits bon nombre de mots japonais appris sur place pour décrire ce qu’il y voit au mieux.

Cet ouvrage est une mine d’or pour toute personne qui s’intéresse de près ou de loin au Japon.

Pour une personne qui y aurait déjà séjourné, il est fantastique de pouvoir redécouvrir des lieux connus à travers le regard de Louis Kreitmann. Grâce à sa correspondance, à ses journaux et aux photos qu’il prit à l’époque on peut les voir sous un nouveau jour, avant la modernisation accélérée. Les lieux et les illustrations sont soigneusement répertoriés dans les annexes. Il faut du reste signaler que bon nombre des documents sur lesquels s’appuie cet ouvrage ont été numérisés par le Collège de France.

On peut ainsi aller regarder les albums photos sur le site Salamandre ( https://salamandre.college-de-france.fr/pages/index.html ) sous le nom « Fonds Kreitmann ».

Ce recueil permettra aussi aux personnes intéressées par l’implication de l’armée française au Japon à l’époque Meiji de se documenter d’une autre manière. On peut y découvrir une partie du quotidien et de l’organisation de la mission française. Une annexe est un répertoire des noms cités dans l’ouvrage.

In fine, cet ouvrage s’adresse à un public large, qu’il soit grand passionné du Japon ou non, ou tout simplement curieux. Il est très bien composé avec les lettres et journaux classés par années, une chronologie permettant de recontextualiser le séjour de Louis Kreitmann au Japon, mais aussi un chapitre consacré à la collaboration militaire franco- japonaise.

***

Collège de France, Bibliothèque de l’Institut des hautes études japonaises
Éditions De Boccard, Paris, 2015
ISBN : 978-2-913217-25-6, 631 p.